Partagez
 

 eat me like a cannibal (dairanca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Anca Popescu
petit poney
▹ posts envoyés : 2027
▹ points : 56
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : hoodwink(avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

eat me like a cannibal (dairanca) Empty
MessageSujet: eat me like a cannibal (dairanca)   eat me like a cannibal (dairanca) EmptyVen 9 Mar - 23:22

Elle ne sait pas vraiment comment ça lui ai venu. Une idée stupide à superposer aux autres. Un plan qui marcherait à tous les coups, s’assurer que tout ça n’est que du vent, une illusion, quelque chose inventé. Que tout ça n’est pas vrai. Que tout ça est trop faux. Mensonges. Quand elle ouvrira les yeux tout rentrera dans l’ordre. C’est décidé. Plus de cicatrices sur la peau, tout ça elle l’a imaginé. Plus de trou dans le cœur, il ne le lui a pas volé. Plus de larmes dans les yeux, c’est des rires qu’il lui tirera.
Je veux savoir.
Ca tourne en boucle dans sa tête depuis un moment déjà, depuis cette fois dans la ruelle, depuis les cris de Seven, depuis la bile dans la gorge, depuis l’effondrement de tout le reste. Oui. Elle veut savoir Anca. Comme un besoin viscéral qui lui est venu un matin en ouvrant les yeux, chercher dans la poubelle aux mensonges pour voir jusqu’à où tout était faux.
C’est flou, mise sur pilote automatique pendant les jours qui passent, les nouvelles qui meurent, plus rien qui ne l’atteint vraiment. Mur autour d’elle, pour se protéger, s’isoler, refuser de voir la vérité. Elle a cherché Anca, les endroits où ils sont allés, le cinéma où il a bossé. Elle apprit son nom. Le vrai. Pas Jemmy. Ou bien juste la moitié. JJ qu’il se fait appeler. JJ qui ne vit pas avec sa grand-mère, JJ qui ne sauve pas les autres, JJ qui semble s’être camouflé derrière les traits d’un autre pendant tout ce temps.
C’est une adresse gribouillée sur un bout de papier, c’est aussi beaucoup de courage, ou au contraire pas assez. Comme une putain d’envie suicidaire qui colle aux os quand elle se tient devant la porte, hésite, tourne les talons, revient. Qu’est-ce qu’elle a à perdre de toute façon ? Plus grand-chose. Quelques bricoles qui trainent encore à l’intérieur d’elle-même. Alors elle ose enfin, inspire un grand coup et sonne. Silence. Il n’y a personne. C’est mieux comme ça non ? Une catastrophe avortée. Elle recommence. Une nouvelle fois. Silence. Fronce les sourcils, se mord la lèvre. Fais pas ça Anca.
Et les doigts sur la poignée, qu’elle fait basculer doucement. Ca la sidère toujours, ces gens qui ne pensent pas à fermer chez eux. Comme un excès de confiance dans le sang, c’est tellement méprisant. Tant pis tant mieux pas vrai ? « JJ ? » non plus Jemmy. Elle prononcera plus ce prénom. Plus Jamais. « T’es là ? » et encore une fois le silence qui lui répond alors qu’elle referme derrière elle, s’avance dans l’appartement vide.
Il lui faut pas longtemps pour comprendre qu’il ne vit pas seul. Combien ? Peut être trois, quatre, voir plus. Ses yeux qui enregistrent les données, remplacent les anciennes vérités dans son cerveau par les nouvelles. Et sa gorge qui se serre un peu plus à chaque pas qu’elle fait. Il est encore temps de reculer. Pourtant elle n’en fait rien, pousse une porte pour déboucher sur un salon trop chaotique, Canapé usés, breloques un peu partout, cadavre de bières sur la table basse au bois écaillé.
Y a rien qu’elle reconnait. Rien. Rien. Rien.
Rien du tout. Rien à quoi se raccrocher. Pas même une once de vérité.
Elle étouffe. La douleur trop forte, les ongles qui se plantent dans son bras, elle gratte les croûtes trop récentes, grimace quand la brûlure grimpe à travers ses nerfs, ça l’aide à se concentrer. Puis y a le plat. Abandonné dans un coin. Elle l’avait oublié celui là. Perdu quelque part sur le comptoir, pas lavé, des restes d’un gratin fantôme qui a fait son temps. C’est son plat. Pas le sien. Pas à lui. Il n’a pas le droit. Les doigts qui glissent sur le pyrex usé, un peu brulé par les différents passages au four, et les mots de Lavinia qui volent dans ses oreilles, lui demandant où il est passé. Elle a disparue après ça Lavinia. Et ce qui restait de raison chez Anca aussi. Alors s’agrippe comme elle peut au plat Anca, se retourne doucement quand elle entend des pas, comme un reste de cendre dans les yeux, lionne encore capable de feuler pour se défendre. Juste assez. Juste un peu. Pas sur que ça suffira quand elle lui fera face.
Mais c’est pas JJ qui débarque. Pas un homme. Une femme. Rousse. Tout en elle qui hurle feu de forêt, tempête humaine. Elle sent presque sa peau crépiter Anca. Les doigts qui serrent le plat, devant elle comme un bouclier. « C’est mon plat » comme une justification, une défense, les sourcils froncés, ça lui semble évident pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre

Daire Méalóid
SURVEILLE TON DAIRIÈRE !
▹ posts envoyés : 4448
▹ points : 24
▹ pseudo : élodie/hello (prima luce)
▹ crédits : amor fati (av), whi (pr). sign/ tumblr (gif) lomepal (paroles)
▹ avatar : polly ellens
▹ signe particulier : elle est atypique, daire. des tâches de rousseur prononcées, l'accent bourdonnant de l'irlande du nord, la peau encrée et la clope au bord des lèvres. une balle dans la poitrine, et une nouvelle cicatrice sur son bas-ventre.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: naufrage
+ contacts:

eat me like a cannibal (dairanca) Empty
MessageSujet: Re: eat me like a cannibal (dairanca)   eat me like a cannibal (dairanca) EmptySam 21 Avr - 22:35

L’eau brûlante glissa le long de sa nuque, plaquant ses cheveux roux contre sa peau, brûlant son épiderme ravagé par la fatigue, les nerfs, la haine. Cette putain de rage qui ne quittait plus ses veines, depuis l’appel. Depuis que le nouveau disparu était devenu le condamné. Cinq mois. Ça va passer vite, j’viendrais te chercher. Elle serra les dents, presque certaine que cinq mois ce serait toujours trop long pour JJ. Elle lui avait promis de venir le voir au plus vite, pourtant elle traînait. Persuadée que Samih irait avant elle, guère étonnée si Ailish en faisait de même. Elle redoutait ce moment, cette confrontation. Elle appréhendait ce qu’elle apercevrait à ce moment-là au fond de son regard de môme égaré. À se demander s’il lui cracherait une nouvelle rancune au visage ou si au contraire, il serait soulagé de le voir de l’autre côté du plexiglas. Elle savait les questions qui l’attendaient, ou tout du moins la seule question qui lui brûlera la conscience. En fonction de sa réponse, elle était presque certaine que sa santé mentale derrière les barreaux en serait influencée. Eanna, évidemment. Celle qu’il avait détruite, à perdre la raison dans tout l’amour qu’il ressentait pour elle. Ça lui serrait le cœur, cette histoire. JJ avait provoqué un désastre, détruit une vie, et sa petite amie fracassée restait pourtant probablement l’être le plus important à ses yeux.
Un bruit de porte claquée attrapa son attention, elle glissa la tête hors de la douche quelques secondes, guettant le moindre bruit. Elle eut l’impression d’entendre une voix, puis à nouveau le silence. Probablement les échos de l’immeuble, ça lui paraissait peu probable qu’un Kids soit revenu, et elle n’attendait personne.
Elle bascula son crâne vers l’arrière, afin de faire couler l’eau sur son visage. Oubliant le temps qui passait, le temps qui emportait les ruines de leur empire de sales gosses. Le château de cartes s’était effondré, déjà bancal depuis trop longtemps. Elle l’avait retrouvée, Daire. Elle avait retrouvé la trace de Nana, l’endroit où elle créchait. Il lui avait simplement suffit de tracer le signal gps de son portable, une broutille. À retracer ses itinéraires restreints, elle avait rapidement déterminé le lieu où elle passait ses nuits, et le plus clair de son temps. Elle n’avait rien dit à Samih, mais elle se doutait qu’il y penserait. C’était difficile de garder ce genre d’informations secret à l’ensemble des Kids, il y en avait toujours un qui finissait par découvrir la vérité. Tout du moins, une vérité parmi tant d’autres. En l’occurrence, quand il était question de la sécurité de l’un des leurs, Daire était toujours en première ligne pour réduire à néant les efforts des autres.
Pourtant, elle attendait. Le bon moment, l’accalmie. Elle patientait, elle n’avait plus que ça à faire.
Elle sortit de la douche et prit son temps pour se sécher, enfiler un jean usé et un vieux t-shirt d’un groupe de rock, laisser ses cheveux humides imbiber ses épaules et son dos. Elle avait du temps devant elle, beaucoup trop de temps. Elle avait envoyé tout le monde dehors, leur rappelant que le monde n’avait pas cessé de tourner, que l’argent et la nourriture ne tomberaient pas du ciel. Elle avait surtout besoin d’accaparer leur attention, de les maintenir en action. Samih avait été le plus facile à faire déguerpir, étant donné qu’il avait visiblement déjà un planning occupé. Il n’avait pas attendu que l’esclandre s’éternise pour se faire la malle, et elle l’avait regardé disparaître par la porte avec une pointe d’amertume au fond de son âme. Ailish avait râlé, Daire avait crié encore plus fort qu’elle – et finalement, Max avait entraîné sa petite sœur avec lui, disparaissant à leur tour du loft miteux devenu soudainement trop silencieux.
Difficile, donc, de manquer la présence inopportune égarée entre la cuisine et le salon. Silhouette aux cheveux d’ébène, dégageant une aura de mélancolie oubliée, comme si le poids du monde avait affaissé ses épaules en oubliant de lui réapprendre à marcher correctement une fois envolé. « Eh ! » l’irlandaise la rejoignit en quelques enjambées et lui attrapa brutalement le bras. « Qu’est-ce que tu fous là ? Dégage » Alors qu’elle s’apprêtait à la pousser pour la faire sortir sans lui demander son reste, la jeune femme s’accrocha avec l’ombre du désespoir à ce qu’elle tenait fermement entre ses mains et qu’elle tendait devant elle comme un bouclier. Manqué pour la défense. « C’est mon plat » Daire baissa les yeux vers sa poitrine, pour dévisager l’objet dont elle parlait. Il lui fallut quelques secondes pour resituer le reste de gratins, qu’elle avait vu traîner durant des jours dans un coin abandonné. Ce n’était pas la première fois que ce genre de plat cuisiné apparaissait à l’appartement comme par enchantement, et personne n’avait jamais réellement posé de questions quant à leur provenance. Personne ne volait ce genre de nourriture, sinon il s’agissait de plats surgelés. Elle avait mis longtemps, Daire, avant de comprendre que c’était JJ qui ramenait ça de dieu savait où. Tout le monde s’en fichait, personne ne crachait sur de la nourriture aussi agréablement cuisinée. Des plats apparaissaient quelques fois, disparaissaient pour la plupart, et certains comme celui-ci faisaient un séjour prolongé.
« Ok c’est bien, j’m’en fous. » Elle n’avait jamais lâché son bras, et à présent elle la poussait sans ménagement vers la porte d’entrée. Puis elle fut prise d’un doute, assimila plus correctement le raisonnement qu’elle avait pourtant émis si facilement. Peut-être que son subconscient ne voulait pas qu’elle comprenne cette vérité, et avait cherché à l’éloigner de ce chemin sinueux. L’inconnue, le plat, JJ. JJ, le plat, l’inconnue. Daire s’arrêta dans ses mouvements, forçant l’étrangère au regard usé à se retourner vers elle, pas le moins du monde ébranlée par toutes les bousculades qu’elle lui infligeait. « Attends. T’es qui ? » Elle cherchait déjà à creuser sous la carcasse, les veines en attention d’une ébullition qui viendrait sans aucun doute – certaine que la réponse n’allait pas lui plaire. Vraiment pas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4280-well-shit-daire http://thenotebook.forumactif.org/t5022-weird-people http://thenotebook.forumactif.org/t4294-daire-mealoid

Anca Popescu
petit poney
▹ posts envoyés : 2027
▹ points : 56
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : hoodwink(avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

eat me like a cannibal (dairanca) Empty
MessageSujet: Re: eat me like a cannibal (dairanca)   eat me like a cannibal (dairanca) EmptyMer 16 Mai - 13:55

Personne. C’est peut être le moment de partir, le moment de tourner les talons et de refermer la porte avant de se faire un peu plus mal. Comme si elle n’avait pas déjà assez souffert. Mais c’est la curiosité morbide, surement un brin de masochisme aussi, fouiller sous les décombres pour essayer de comprendre la vérité. Fais pas ça Anca. Pourtant elle est là, tremblante, en équilibre sur son fil, le plat entre ses bras, comme une ancre dans la réalité. Eh ! Tempête, tornade, collision. La rousse qui l’attrape sans qu’elle ne fasse un geste pour se dégager. Douleur fugace quand elle l’attrape par le bras, serre surement un peu trop fort. Demain elle aura un bleu. Un parmi tant d’autres. Comme une symétrie parfaite avec celui laissé par Seven. Qu’est-ce que tu fous là ? Dégage. Non. Pas encore. Pas maintenant. Dis quelque chose Anca. Comme un poisson hors de l’eau elle ouvre la bouche, la referme, cherche de l’air, de l’oxygène. Ridicule. Y a juste cette phrase stupide qui sort de ses lèvres. C’est mon plat. Ou plutôt celui de sa mère. Un parmi tant d’autres, de ceux qui ornent les placards de la maison.
Ok c’est bien, j’m’en fous.Surement que dans une autre situation Anca aussi s’en foutrait royalement. Mais pas là. Non. Surtout pas là. Elle cherche à protester, des mots, ptêtre une insulte pour se dégager de la poigne de fer de la rousse. Mais rien ne vient. Rien. Et la voilà déjà presque devant la porte, à deux doigts de se faire foutre dehors comme une malpropre. Pas encore une fois. Dans son ventre ça grésille, ça brûle, ça lui donne envie de vomir. Bonne chose qu’elle n’ai rien avalé depuis hier, juste de la bile à régurgiter.
Puis ça change. De nouveau balancée, elle se retrouve face à la rousse, feu dans les yeux, Anca a l’impression de cramer. Peut être qu’elle voudrait cramer. Ca serait plus simple, se laisser flamber, disparaitre, douce agonie. Attends. T’es qui ? « Anca » ça sort un peu trop vite de ses lèvres. Fronce les sourcils avant de reprendre un peu plus calmement. « Tu peux me lâcher s’il te plait ? » non ? Oui ? Peut être ? Non pas qu’elle ai mal, mais quand même un peu. Remarque c’est qu’une chose de plus à rajouter sur l’ardoise de la vie. « Anca Popescu. La sœur de Seven. Surement que ça doit te parler » oui. Surement. Ça parle à trop de monde, à tous ceux qui essayent de le tuer, souvenir des sms bourrés échangés avec son petit frère, le cœur qui se serre, ptêtre qu’elle voudrait pleurer. Comme un tremblement qui la traverse, alors qu’elle cherche au fond d’elle-même une dernière pointe de courage, défiance dans le regard, les lèvres qui tremblent mais elle ne faiblit pas. « JJ est là ? Tu sais ou je peux le trouver ? » prendre l’air détendu alors que tout en elle a envie de hurler, jeter le plat par terre, le voir exploser, tout défoncer et elle avec, pour arrêter d’agoniser. Mais à la place c’est juste un sourire trop parfait qu’elle offre, celui qui sonne si faux, son masque préféré, combien d’années déjà qu’elle ne l’avait pas enfilé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre
Contenu sponsorisé

☽ ☾

eat me like a cannibal (dairanca) Empty
MessageSujet: Re: eat me like a cannibal (dairanca)   eat me like a cannibal (dairanca) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

eat me like a cannibal (dairanca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: version seize-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES