Partagez | .
 

 mad gift part 2 (jake+may)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité
☽ ☾

MessageSujet: mad gift part 2 (jake+may)   Jeu 6 Sep - 10:47

« Oublie pas, hein ? » qu’elle lui avait demandé, droit dans les yeux pour capter une once de courage, pour voir s’il le ferait réellement. Calbagh n’avait pas eu peur. Evidemment qu’il n’oublierait pas, évidemment qu’il aurait tout fait pour ce gamin (qui est le sien) et pour Jack. Il avait juste eu besoin de temps, de se retrouver et d’analyser. D’observer cet entourage en décomposition (et t’es où JJ? et t’es où Sami? qu’il ne cessait de crier dans ses nuits noires, dans ses nuits trop sombres où Daire n’était même plus là pour allumer la lumière et pour le guider dans ses pas). « Oublie pas, hein ? » qui était une phrase qui ne cessait de tourner en boucle dans sa tête alors que lui-même tournait en rond dans sa vie. Oublie pas d’appeler Jack et d’être un papa. Mais voilà. Calbagh n’oublie pas, il fuit. Et il fuit parce qu’il n’a pas d’autres moyens de survivre, car il a toujours appris à fuir au lieu d’affronter - car au fond, et tout le monde le sait, il n’a jamais eu les épaules pour. Calbagh avait écumé les bars, mettant de côté ce téléphone qu’il ne voulait plus voir. Appeler Jack, prendre des nouvelles de l’enfant était les premiers pas à faire. C’était simple, non ? Taper sur des touches pour un acheminement de lettres qui deviennent des mots, puis une phrase, puis un sens. Un simple « comment tu vas ? Et Paz ? » aurait amplement suffi à embaumer le coeur des vivants. A donner un peu de chaleur dans les vies sinistres. Cal ne sait jamais donné. Il vole, escroque et s’en va. Il est comme une bourrasque, une mini-tornade qui arrive, dérange et laisse en désordre. Pas de chance pour lui, c’était Jack qui avait fait le nécessaire pour se débarrasser de lui et c’est surement pour cela qu’il avait été blessé - il n’avait pas pu le faire avant. Et maintenant ? Maintenant rien. Calbagh avait simplement écumé les bars. Il avait parlé, de l’ex, de la connasse qui lui fait un gamin dans le dos - il s’était monté la tête contre elle, pour éviter d’assumer quoi que ce soit. Puis il avait réfléchi, s’était posé et s’était calmé. Il n’était pas seul, pas vrai ? Jack se débrouillait bien, il n’avait qu’à être un petit soutien, pas de quoi en faire un drame ? Non ?

C’était les montagnes russes dans sa tête.

Son courage étant déjà faible, il avait fallu de quelques mots (et menaces) pour que Calbagh abandonne l’idée de jouer aux pères. Il avait fallu qu’il tombe sur la route d’un ami de Jack, un ami un peu trop inventif qui n’avait pas manqué de lui mettre la tête au carré et de vouloir le tuer sur place - pour dire, Calbagh ne sait même pas comment il a fait pour s’en sortir. Lui qui avait eu envie d’aider Jack, il ne voulait pas se retrouver mêler aux molosses et se faire désintégrer. Dans un souci de survie : il n’avait rien fait. Alors que Jack lui envoyait des sms, il ne répondait pas (ou ne répondait plus). Calbagh faisait le mort, comme il savait si bien le faire. Jack passera très vite à autre chose, elle a toujours été bonne pour ça.
Il en était persuadé.

« - MAY ! T’as foutu où mon tee-shirt préféré ? » tu sais, celui qui pue l’eau de cologne et qui est un peu usé mais qui m’plait bien parce qu’il moule les muscles que je n’ai pas qu’il avait envie de rajouter, mais au lieu de cela il préféra se taire.

Se baladant à moitié à poil (c’est-à-dire, simplement torse nu) à la recherche du tee-shirt disparu, et voulant enclencher l’opération « sauvez le tee-shirt fétiche », Cal ruminait. Pour tout et pour rien. Il était en colère, contre ses affaires qui disparaissaient, contre ses amis qui n’étaient pas là, contre sa soeur qui était trop là, contre lui-même qui n’assumait jamais rien et contre l’univers tout entier. C’est sans compter Jack. Jack qui n’était pas prête à tout laisser passer finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar
Invité
☽ ☾

MessageSujet: Re: mad gift part 2 (jake+may)   Dim 9 Sep - 23:52

T'y as cru, au début. T'y as vraiment cru.
Tu t'es souvenu que Cal était un mec bien, un gentil gamin. Tu t'es torturée, culpabilisée par des souvenirs dorés, par la porte de sortie palpable désormais. Doucement, t'es sortie de ta torpeur glacée, celle qui te chuchotait tous les soirs sur l'oreiller ; tu es seule, seule à jamais. Personne reviendra t'aider et tu l'as bien cherché. Les yeux ouvert face aux nuits noires, les néons des usines illuminant ton visage blafard, t'as enfin osé lui répondre, la rage aux lèvre, le baume au coeur ; il a dit qu'il rappellerait, il a dit qu'il reviendrait,  je l'ai vu dans ses yeux, dans son coeur, entendu dans sa voix, respiré en son odeur. Et pour une nuit, t'es arrivée à dormir, bercée par la respiration de ton fils, plongée dans des rêves naïfs qui, doucement, effaçaient le carmin de tes cernes, l'aigreur de ton sang, la pâleur de ton teint.
T'y as tellement cru, au début ; le premier jour, les premières heures, à te laisser rêver d'un avenir meilleur. T'as retapé sur les touches de ton vieux clavier le numéro disparu, effacé, banni de ta messagerie personnalisée. A l'époque tu t'étais dit que c'était plus simple, que ça irait ; qu'un peu de temps finirait par tout guérir comme ils disent dans les pubs, dans les films de ta mère, comme l'affirme la terre entière. Mais pour toi ça avait jamais fonctionné leur truc d'oubli, leur pansement invisible, leur technique toute pétée. La preuve ; t'as jamais oublié le numéro, même en essayant. Il était gravé dans ton crâne avec sa voix et ses mots de gamin de vingt ans, amoureux comme un puceau.
Puis t'as douté, quand les sms se sont enchaînés, sans réponse. T'as fait mine de te marrer ; tu te rassurais comme tu pouvais en te promettant qu'il était occupé, qu'il devait douter, qu'entre sa bande et Paz ça allait être compliqué. Alors t'as attendu, comme une conne de première, ton prince de misère qui n'est jamais venu. T'as attendu des jours avant de comprendre, avant d'admettre que cette fois, c'est lui qui fuyait ; les rôles avaient été échangés.
Alors, Jake, t'aurais du encaisser, te dire que c'était normal, que tu l'avais voulu. Alors, maman douceur, t'aurais du rester au fond de ta tanière, à accepter l'évidence de l'absentéisme paternel, du sort qui se répète, des fantômes qui te rejettent. T'aurais du ignorer le rendez-vous manqué, l'horloge qui tourne, putain hautaine et agressive se moquant de ta situation, de son foutage de gueule, de son abandon.
Mais, Jake
Yeux dans les yeux, malgré l'honneur
L'amour, la haine et la rancoeur
Il t'a oublié

Alors, quand tout est devenu limpide, quand la situation chienne est enfin devenue claire, tout se passa vitesse éclair. Poussette montée, clope aux coins des lèvres, rage au fond du ventre. T'as remonté les rues tranquillement, le majeur en l'air, ton bébé riant de cette balade surprise, ignorant l'objet de la visite maudite, de ta vengeance putride. « O'DRISCOLL » tu hurles dans la maison que tu connais par coeur, souvenir macabre de votre relation oubliée, de votre amour fauché, inconnu du fruit de vos entrailles qui babille joyeusement lorsque, sans gène, tu rentres sans y être invitée. Tu te fous de savoir s'il est seul, avec sa soeur ou tous ses potes ; et tu te rends compte que, finalement, la perspective d'une réunion familiale serait douce comme un canif au fond de la gorge. Tu te souviens des sms échangés avec May, de la tendresse et des jolis mots échangés. Ca suffit pour commencer à te faire vriller, ça suffit pour tout attiser. « C'EST L'HEURE DE VENIR PORTER SES COUILLES »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 1343
▹ points : 86
▹ pseudo : imnohuman
▹ crédits : BALACLAVA (ava) ASTRA (sign) VOCIVUS (icons)
▹ avatar : Jena Goldsack
▹ signe particulier : Un joli cul.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: Heu on va s'calmer.
+ contacts:

MessageSujet: Re: mad gift part 2 (jake+may)   Mar 11 Sep - 21:42

« Mais qu’est-ce que j’en sais où tu l’as foutu, merde ! » gueulais-tu sans bouger du canapé sur lequel tu étais affalée, couchée à plat ventre, les bras pendant dans le vide alors que tu suivais d’un air distrait une émission sur Netflix. Tu les plaignais un peu ces pauvres filles qui finissaient en prison alors qu’elles avaient tout juste l’âge d’avoir leur premier baiser…mais en même temps, plus d’une méritait des claques ! Des vraies gonzesses, à se prendre le chou pour rien ! Ouais, clairement le programme t’intéressait beaucoup plus que les problèmes de Cal. Il n’avait qu’à ranger ses affaires dans son armoire et tout ça ne serait pas arrivé. Certes, tu ne le faisais pas toujours non plus mais toi au moins, tu ne perdais pas tes affaires. Le souci c’est que Cal semblait avoir décrété que TU avais quelque chose à voir là-dedans et rien que pour ça, tu avais encore moins envie de l’aider. Marre de toujours avoir le mauvais rôle dans l’histoire alors qu’il aille se faire voir, tu ne bougerais pas. « Tu comptes sortir ? » demandais-tu malgré tout en te redressant un peu, cambrant ton dos vers l’arrière pour t’accouder tranquillement. Tu ne voulais pas le laisser transparaître mais une pointe de déception voilà ton humeur. Vous ne pouviez pas passer une soirée tranquille, juste tous les deux ? Tu le voyais si peu ces derniers temps ! Entre tes sorties aux Londoniennes et ses propres sorties Dieu sait où…C’était à peine si vous vous croisiez encore. Tu aurais pourtant tant de choses à lui dire, tant de maux sur ton cœur et ta conscience et pourtant, les mots butaient contre tes dents serrées. N’y avait-il donc vraiment plus personne avec qui tu pouvais espérer parler ? Avant, Car avait toujours été un pilier dans ta vie mais aujourd’hui, qu’en était-il ? Tu ne lui avais rien dit, ni pour Seven, ni pour Knox, encore moins pour Samih et JJ. Rien. Devant lui, tu te contentais de jouer à la petite sœur chiante, comme si tu ne savais plus sortir de ce rôle-là. Condamnée à rester une gamine jusqu’à la fin de ta vie ?  
Tu n’aurais pas de réponse à cette question ce soir car sans crier gare, la porte d’entrée s’ouvrit à la volée tandis qu’on gueulait votre nom. Par surprise, tu sautais soudain sur tes pieds, vive comme une hermine pour aller, lâchement, te placer derrière ton frère. Si quelqu’un devait se faire engueuler ce soir, ça ne serait pas toi ! Tu ne mis pourtant pas longtemps à reconnaître Jake et…son bordel. Putain ! Elle avait osé ! La salope ! Si la peur t’avait pris les tripes, à présent la rage pris le dessus et si tu t’étais planquée derrière lui, à présent tu n’avais plus peur du tout alors tu revins entre eux, le regard plein d’éclairs, sourcils froncés et dents serrées. « MAIS OH ! TU T’ES CRUE CHEZ MAMIE OU QUOI ? » c’était plus fort que toi, tu gueulais à son adresse sans même te soucier du gamin qui ne riait plus du tout. En même temps, avec une mère pareille, il n’avait pas de quoi rigoler ! Te tournant finalement vers Cal, tu levant le visage un air glacial sur ce dernier, déçue par les conclusions que tu venais de tirer. « C’était pour elle, hein ? T’es vraiment qu’un con Cal ! »

@Cal O'Driscoll @Jake Black
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5769-huitieme-meadbhveille-du-monde http://thenotebook.forumactif.org/t5801-meadbh-o-driscoll#146748
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: mad gift part 2 (jake+may)   

Revenir en haut Aller en bas
 

mad gift part 2 (jake+may)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Titi part en pension - Titi vertrekt met pensioen
» Départ anticipé
» MARK (part of Avon)
» pot de départ - petit déj

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SE DIVERTIR :: version dix-neuf-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, multicomptes.
// bazzart, tumblr, faceclaim.