Partagez
 

 the midnight coffee test (samih)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nolan Nerini
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 125
▹ points : 62
▹ pseudo : solosands
▹ crédits : vert alligator
▹ avatar : joe keery
▹ signe particulier : toujours en costume, mais souvent en bras de chemise. Toujours un brushing parfait, accordant trop d'importance à ses cheveux.
☽ ☾

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptySam 25 Aoû - 0:37



hot night at the disco (no) → En route pour Coastal State, il repense une dernière fois aux possibilités qu'il exposera à Samih.
Il repense, réfléchit, retravaille, ne se concentre pas sur la route. Puis, il se dit que Samih sans lui, c'est un Samih qui pourrira en prison encore très longtemps. Alors il se re-concentre, observe les voitures, suit l'itinéraire du GPS.
Sa voiture fait un bruit d'enfer, il ne veut même pas imaginer combien coûteront les réparations, et c'est pas avec ce que lui file Samih qu'il pourra les payer. Il imagine d'autres clients, à Savannah, il se dit que la clientèle viendra, qu'ils démarcheront si besoin.

En réalité, vous l'aurez remarqué, ce matin Nolan Nerini est très nerveux. Il pense à tout d'un coup, son cerveau passe d'un souci à l'autre sans se soucier d'en résoudre un en particulier, ce qui est problématique puisque cela donne l'impression d'une vie qui n'est plus qu'un enchaînement de problèmes. Mais non, des solutions, il en a. Des clients il en aura, l'appel de Samih, il le gagnera. D'autres problèmes sont plus compliqués à résoudre, ils s'appellent Billy, ils s'appellent son père, mais ceux-ci peuvent attendre.
Surtout, Nolan tourne aujourd'hui au café. The midnight coffee test. C'est tout simplement un test qu'il passait pendant ses études, à minuit après avoir carburé toute la soirée au café, pour savoir s'il pouvait encore taffer, ou s'il devait aller dormir. Ce soir, il a passé le test haut la main, alors il n'a pas dormi, et son rendez-vous de 11h, il y va avec très peu d'heures de sommeil dans le nez, un petit déjeuner frugal dans l'estomac et pleins d'idées géniales en tête.
Il arrive devant le poste de prison. Il montre sa carte d'identité, se gare, puis pousse une porte, une autre, se fait fouiller attentivement, avant de signer un registre, un autre, laisser son portable dans une boite. On lui montre enfin la couleur d'une pièce vitrée d'un côté avec un bureau et deux chaises, de chaque côté. Un gros bouton rouge sous la table, de son côté.
Il s'assoit, et il attend.
Il pense à son dossier, qu'il a étalé sur la table, il pense à ses cernes, à son haleine de café et de menthe, à ses cheveux, il pense à son costume mal repassé, il pense à Samih.
Qui finalement passe les portes. Il a très mauvaise mine. Il se lève, sourire à l'appui, il ne remet par le bouton de sa veste, il va vers lui, lui tend la main.
"Samih, comment tu..." Les menottes, il oublie toujours les menottes. Faudra qu'il prenne l'habitude. Il regarde le gardien qui est entré avec lui. " C'est inutile vous pouvez les lui enlever. D'ailleurs vous pouvez nous laisser" Sourire colgate, de nouveau. Etant donné que Nolan a la tête du bon américain du coin et qu'il a le titre de maître devant un tribunal, il n'a aucun mal à obtenir ce qu'il veut du gardien. Il lui détache les liens, et Nolan peut secouer la main de Samih (qu'il le veuille ou non d'ailleurs). Le gardien lui désigne le bouton d'appel d'urgence et les laisse en tête à tête.
Il fait signe à Samih de prendre la chaise. Il pourrait lâcher un
bien, ne perdons pas de temps, on va travailler notre défense, mais avant cela, il préfère prendre des nouvelles. Rien ne presse. "Comment ça va ? Comment ça se passe jusqu'ici ? " Il ne s'attend pas à un grand sourire et à des histoire remplies de paillettes, mais il veut quand même faire attention. Deux mois depuis le verdict.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t6101-kiss-me-like-adventure-till-i-forget-my-name-nolan http://thenotebook.forumactif.org/t6039-j-explose-mes-phalanges-sur-ta-gueule-d-ange#153117 http://thenotebook.forumactif.org/t6112-nolan-nerini#153111

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyMer 5 Sep - 8:22

Comme une routine qui vous absorbait malgré vous. Après les tumultes des premiers jours et les rencontres assassines avec JJ, il y eut quelques jours interminables. Parce qu’il n’y avait vraiment rien à faire d’autres que d’attendre, en prison. La vraie torture humaine, sans doute. Être enfermé, ne rien faire, ne rien voir, ne rien n’attendre d’autre que le jour ne passe. Sam était assis dans les gradins, sans vraiment savoir ce qu’il faisait ici. Les bras ballants et le regard vide, à regarder jouer des habitués du terrain de basket dont le match prenait un tournant animé. Mais les cris balancés d’un côté et de l’autre ne parvenait même pas jusqu’à ses oreilles. Rien d’autre que la voix si nette qu’elle ne pouvait provenir que de l’intérieur de sa tête ne résonnait. Pourquoi il nous rappelle pas ? Pourquoi il donne pas de nouvelles ? Faut qu’on se tire d’ici Sam. Faut qu’on fasse quelque chose. Elle avait coopéré au début, la voix dans son crâne, avant de finir par s’impatienter, comme toujours. Symptomatique de sa dissonance intérieure, une de ses jambes remuaient et son talon faisait grincer le bois des gradins moisis, dérangeant le détenu de devant qui lui envoyaient des coups d’oeil comme des éclairs. Quoi, t’as un problème ? envoya Jay. Ouais, il était là lui aussi, assis à côté de Sam, avachi plutôt de toute son aisance naturel. Le type de devant se retourna d’un coup sec vers Samih, les babines retroussées comme un chien. T’as dit quelque chose l’allumé ? qu’il grogna. Sam cligna plusieurs fois des yeux et échangea un coup d’oeil avec Jay qui haussait les épaules. Non. qu’il répondit froidement. Les cris sur le terrain laissèrent place aux son reconnaissable ici des poings qui s’écrase contre une mâchoire. Cela a l’avantage de distraire le type quelques instants, le temps pour Sam de s’éclipser discrètement sur le côté et de s’éloigner à grand pas dans la cour. Il faut qu’il fasse quelque chose. T’entends ? Faut qu’on lui dise. rageait encore l’autre. Sam se retourna pour voir si Jay l’avait suivi, négatif. Une fois hors de portée des détenus et des matons, Sam s’adossa contre l’un des murs et sortit de sa poche une cigarette. Le problème avec l’avocat, c’est qu’il savait pertinemment comment faire sortir Sam d’ici. Mais ça voulait dire trahir les Kids, trahir Eanna. Elle s’est tirée Eanna, elle est à l’abris, peut-être bien que les flics la retrouveront jamais, même si on la dénonce. Hors. De. Question. Il n’eut le temps que de fumer la moitié de sa cigarette quand un jeune gardien s’approcha du grillage. Scully, ton avocat est arrivé. Sam hocha la tête et lança la cigarette par terre. Le gardien leva les yeux au ciel mais ne dit rien. On l’escorta jusqu’aux visites. L’avantage avec Nolan, c’est que pour une fois il n’était pas coincé derrière une vitre de plexiglas.

Quand ils tombèrent face à face, il y eut une seconde de flottement, sans doute que Nolan analysait l’état de son client. Sans doute que Sam essayait de lire dans les cernes violacées de son avocat les nouvelles qu’il apportait avec lui. Le silence radio de ces dernières semaines avait terrorisé Sam. Pourtant Nolan avait promis après le procès. Promis qu’il ne le laisserait pas tomber. Promis qu’il le sortirait de là. Et puis plus rien. Sam n’avait eu aucune idée des nuits blanches qu’il avait provoqué à son avocat. Aucune idée de ce qui l’attendait. S’il avait été envoyé en prison et oublié, comme il finirait par l’être de tous ou s’il le reverrait. Les quelques coups de fil passés n’avaient rien avancé. Même désespoir qui vous empêchait de respirer. Ça ou les côtes qu’on lui avait brisé. Samih, comment tu... Le regard de Sam descendu doucement jusqu’à la main tendue de son avocat, sans aucune expression. Il ne bougea pas, puisque de toute façon ses mains étaient menottées. Nolan se reprit de lui-même, le comique de répétition n’arracha même pas un sourire à l’égyptien. Ce ne fut que quand ses mains furent libérées de leurs entraves et que le gardien décampa que se muscles se détendirent. Au moins jusqu’à ce que Nolan ne lui secoue énergiquement la main. Une grimace tordit son visage, parce que chaque muscle était encore douloureux des fréquentes bagarres. Mais il garda le silence et se laissa tomber lourdement sur la chaise. La poignée de main avait au moins l’avantage d’être un contact humain civilisé. Sam n’aurait jamais pensé que ça puisse lui manquer. Comment ça va ? Comment ça se passe jusqu'ici ? Mal. répondit l’autre du tac au tac. Super mal. qu’il renchérit. Sam aurait presque envie de lui dire de se taire mais il n’avait pas tort. Rien ne pouvait plus mal se passer. Ils nous écoutent ? demanda Sam. Les gardiens. Sa paranoïa n’allait pas mieux depuis qu’il était ici. Il attendit que Nolan ne lui confirme le contraire pour s’enfoncer un peu plus sur la chaise en métal en inspirant profondément. Douleur vive dans ses côtes. J’suis en prison, alors… alors non, ça ne va pas. Il leva sa main jusqu’à ses yeux rouges de fatigue. Où est-ce que t’étais ? demander des comptes, c’était la seule chose qu’il faisait, en permanence. A Bobby qui n’arrivait plus à lui trouver des médicaments, parce que Don bloquait les trafics, à Daire qui ne venait pas assez souvent, à JJ, à May, à tout le monde. Parce qu’il n’avait plus aucune prise, sur rien. Sam savait qu’il n’était pas un leader, ni même un chef de meute. Il savait qu’il n’avait pas le charisme nécessaire pour ça, ni même les épaules. Et pourtant, ce n’est que lorsque votre pouvoir, ou du moins ce qui y ressemble, vous ait arraché que vous comprenez l’influence que vous pouviez avoir. Ca fait des semaines que j’attends de tes nouvelles. Des semaines. Sa voix se brise sur la fin, en prison faut pas montrer signe de faiblesse, les avocats ont tendance à devenir psy à ce niveau-là. T’avais dis que tu me laissais pas tomber. T’avais promis. Il n’osait même pas le regarder, ses yeux vitreux fixaient le bois fatigué de la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring

Nolan Nerini
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 125
▹ points : 62
▹ pseudo : solosands
▹ crédits : vert alligator
▹ avatar : joe keery
▹ signe particulier : toujours en costume, mais souvent en bras de chemise. Toujours un brushing parfait, accordant trop d'importance à ses cheveux.
☽ ☾

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyLun 10 Sep - 15:46



hot night at the disco (no) → Il aurait sans doute du plus dormir en vue d'une entrevue comme celle ci. Il le sait au moment où il voit Samih entrer, dans le même état que lui, certainement bien pire. Parce que lui, quand il rentre chez lui, il rentre pas chez lui, il a un matelas dur, il a des types qui veulent lui casser la gueule.
Nolan le regarde, observe, comprend petit petit qu'en réalité, il comprend rien de ce que pourra dire Samih. Il ne comprend rien parce qu'il ne vit pas la même vie. Parce qu'ils n'ont rien en commun d'autre que cette enquête.
Il repère tout de suite dans son regard cette étincelle étrange, d'un air un ailleurs, un air un peu perdu surtout, pas vraiment de la folie. Ou peut-être que c'en est, et qu'il est tout simplement incapable de regarder la vérité en face. Qu'il ne veut pas croire qu'il est totalement fou à lier Samih, et que oui, il a bien commis ce crime.
Fou oui ... il l'est peut-être, sans doute. Mais ça n'a aucune importante tant que Nolan est certain qu'il n'a pas enlevé ce bébé d'une part, et d'autre part que ça ne jouera pas en sa faveur, ou en sa défaveur lors de l'appel. Et fou, peut-être pas, mais paranoïaque peut-être, puisqu'il demande immédiatement s'ils sont écoutés. Non. Non ils ne sont pas écoutés, il le rassure, il l'assoit devant lui, l'un en face de l'autre, la table entre eux. Il confirme qu'il ne va pas très bien, il explique qu'ils n'interviendront que si Nolan en donne l'ordre, et que le secret professionnel est instauré entre eux.
Mais déjà une autre question. Où il était.
Certes, Nolan ne l'a appelé qu'une fois en prison, peu de temps après son entrée, en lui garantissant de nouveau qu'il le sortirait de là. Maintenant, fin du mois d'Août, cela fait plusieurs mois qu'il n'a pas donné de nouvelles. Et il continue, il dit qu'il n'aurait pas du le laisser tomber, et Nolan hoche la tête, ne lui coupe surtout pas la parole. Il ne le quitte pas du regard, c'est important qu'il garde cette relation de confiance entre eux, il ne veut pas la briser. Il va s'expliquer. Il dit doucement :
" Ecoute moi bien : je ne t'ai pas laissé. Au contraire, j'ai passé les derniers mois à faire des recherches de jurisprudence sur ton cas." Il part du principe qu'il ne sait pas ce que veut dire la jurisprudence. " La jurisprudence, c'est une décision juridique prise sur une question ou un problème donné. Dans ton cas, j'ai cherché des gens condamné. avec simplement des aveux et un sursis déjà inscrit sur leur casier. " Il omet également de dire qu'il était extrêmement occupé par la création de son cabinet, presque achevée. Déjà il continue : " La bonne nouvelle, c'est qu'avec une bonne défense, on peut prouver que tes aveux étaient contraints, comme dans beaucoup de jurisprudence et même demander un non-lieu." Un léger sourire d'espoir passe sur sa visage. Il a tout préparé, il sait qu'ils peuvent y arriver. Il attend d'être certain que Samih a tout compris avant de continuer.
Il ne peut pas nier que le revoir, en un seul morceau, le rassure considérablement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t6101-kiss-me-like-adventure-till-i-forget-my-name-nolan http://thenotebook.forumactif.org/t6039-j-explose-mes-phalanges-sur-ta-gueule-d-ange#153117 http://thenotebook.forumactif.org/t6112-nolan-nerini#153111

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyVen 21 Sep - 14:24

Sam malaxait nerveusement ses poignets douloureux des menottes trop serrées qu’on lui avait enfilé. Enfin seuls dans ce qui se rapprochait le plus du hâvre de paix, il tentait de se détendre, sans grand succès, alors que l’abattement revenait en rafale. Il n’avait pas mesuré. Il n’aurait pas pu mesurer, l’impacte que tout ça aurait sur lui. Un été, parti en fumée, un été de sa vie qu’il ne rattraperait jamais. Et ce n’était que les premiers mois d’une très longue série. Huit ans. La sentence lui revenait souvent en mémoire, tard le soir. Il entendait la voix du juge qui lui disait ça, au milieu d’autres infos, comme si ce n’était rien. Ce juge qui devait l’avoir oublié maintenant. Il revivait la scène, et l’explosion silencieuse qu’elle avait provoqué en lui. Le glitch, le bug. Tout n’avait été qu’un long, très long bug depuis. Il repensait à Nolan, qui courait derrière l’armée de flics qui l’emmenait en prison, immédiatement après la fin du procès. J’te laisse pas tomber. Qu’il avait répété plusieurs fois, même si Sam était trop amorphe à ce moment-là pour répondre. Alors t’étais où ? Ecoute moi bien : je ne t'ai pas laissé. Au contraire, j'ai passé les derniers mois à faire des recherches de jurisprudence sur ton cas. Hein ? Sam fit une drôle de moue et secoua la tête de mauvaise grâce en fixant les noeuds du bois. Il ne savait pas ce que c’était ça, des jurisprudences. Ni en quoi ça pouvait l’aider. Il se fout de ta gueule. Tout le monde se fout toujours de ta gueule Sam. Tous les autres lui avait menti, tous les autres lui mentait tout le temps. Nolan avait d’autres choses à faire que de perdre du temps sur une cause perdue. Sam avait été assez clair pendant le premier procès. Il avait refermé toutes les portes, il avait systématiquement fait l’inverse. Et tout s’était trop bien déroulé. Bon coupable, lui et sa tête de taré. Le voilà enfermé. De toute façon y avait plus d’espoir. Il ne répondit rien, donc, se contenta de regarder dans le vide pendant que Nolan se perdait dans ses explications. La jurisprudence, c'est une décision juridique prise sur une question ou un problème donné. Dans ton cas, j'ai cherché des gens condamné. avec simplement des aveux et un sursis déjà inscrit sur leur casier. Il lui lança une oeillade. Y en avait beaucoup des idiots qui avouent ? Qui se rendent ? Alors que ce n’est pas les coupables. Non, y a qu’un débile comme toi pour faire une connerie pareille. Sans doute. Et alors ? Il ne captait pas, l’info voulait pas monter au cerveau. Tellement désespéré sur son cas, qu’il ne voyait pas la lumière au bout du tunnel. Il avait déjà tout foiré. La bonne nouvelle... Bonne nouvelle ? L’égyptien tiqua et regarda son avocat, avec un air morne. Il détaillait sa coupe de cheveux. Comment faisait-il pour que ça tienne comme ça ? Un genre de laque ? De la cire ? Et puis ses lèvres pincées, comme s’il n’était pas à l’aise ou dérangé par quelque chose, son air de premier de la classe mélangé avec sa voix faussement sûre d’elle. ...c'est qu'avec une bonne défense... Tu parles d’une bonne nouvelle, encore faudrait-il qu’on ait une bonne défense. C’est pas cool, Nolan est sympa. ça fait pas d’lui un bon avocat. Sam haussa les épaules, sans se rendre vraiment compte qu’il était véritablement entrain de débattre avec lui même et que ses mimiques, Nolan les voyait. Il s’éclaircit la gorge tandis que son avocat continuait son explication : on peut prouver que tes aveux étaient contraints, comme dans beaucoup de jurisprudence et même demander un non-lieu. Comme un éclair qui traversa son crâne. Un non-lieu. Retourner en arrière. Effacer ses erreurs. Reprendre sa vie sans balancer Eanna. La solution était presque trop belle pour être vraie. parce que ça se passera pas comme ça. Il secoua la tête pour chasser cette idée de sa tête. Son regard verdâtre se posa au fond des prunelles du blanc-bec. Tu… tu penses que c’est possible ? Il cherchait à démêler dans le regard un peu trop optimiste de son avocat le vrai du faux. Ce qu’il disait pour lui redonner le moral et ce qui pouvait effectivement arrivé. Faut que j’sorte d’ici Nolan, j’tiendrais pas longtemps. Qu’il articula lentement, comme si chaque mot était difficile à formuler. C’était le cas. Parler avait toujours été difficile, s’exprimer avec des gens, avec des cols blancs comme lui. Il inspira profondément (et ça faisait toujours mal) et posa ses coudes sur la table pour s’approcher de l’avocat, comme pour lui faire une confidence, pour pas qu’on entende. Il ne tiendrait pas Sam, parce qu’il n’était pas fait pour vivre avec ces gens, trop sauvages, trop violent, trop agressifs, trop racistes. Il n’était bien qu’enfermé dans les murs du loft qu’il partageait avec sa famille de coeur, un pétard dans une main, une ligne d’oxy en poudre sur la table basse. Tu te souviens quand tu m’as donné du tramadol, pendant le procès ? Il savait bien que ça le mettait mal à l’aise de repenser à ça. Mais depuis que Don bloquait tous les trafics à l’intérieur de la prison pour punir Sam, il n’avait pas tellement d’autre choix. Parce qu’en fin de compte, ce qui était le plus difficile à vivre n’était pas tellement la captivité. C’était le manque : J’ai encore besoin d’toi sur ce coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring

Nolan Nerini
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 125
▹ points : 62
▹ pseudo : solosands
▹ crédits : vert alligator
▹ avatar : joe keery
▹ signe particulier : toujours en costume, mais souvent en bras de chemise. Toujours un brushing parfait, accordant trop d'importance à ses cheveux.
☽ ☾

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyMar 2 Oct - 23:04



hot night at the disco (no) → Il aurait voulu un cas simple comme bonjour, un type qui a volé un truc dans une épicerie, un type qui est dépassé par les évènement, qui le fait avoir 2 ans au lieu de 6, ou quelque chose comme ça. Un truc qui ne lui aurait pas pris son temps, son énergie, sa jeunesse, son envie.
Le métier...
C'est pour ça qu'il s'est engagé. Il voudrait dire qu'il est entré en justice comme on entre en religion, soudainement, comme avec une vocation divine, quelqu'un qui lui a dit, mon fils, tu seras avocat. La vérité est loin, il avait besoin d'argent, d'études logiques, d'études pratiques, lucratives, et nous y voici. La vérité pourtant, elle est là, dans les yeux de Samih, qui regarde distraitement autour de lui, qui est là, à deux endroits en même temps.
Nolan le connait, il a passé du temps avec lui. Il sait reconnaitre ses manies étranges. S'il était médecin, il diagnostiquerait un truc comme de la schizophrénie. Mais il s'y connait pas, il serait bien capable de lourdement se tromper. La manière dont il hausse les épaules, dont son regard se pose à droite, à gauche, puis sur lui, comme une mouche qui ne fait s'envoler, incapable de se concentrer réellement, d'être présent. Il a l'habitude son avocat, il reste patient, il écoute.
Alors est-ce que c'est possible, de faire cela ? Oui, évidemment, sinon il n'aurait pas dit tout cela. Il ne lui aurait pas créé d'illusions. Tout est possible, rien n'est inconcevable. Tant qu'il n'est pas coupable, son but reste de le prouver. Il en a été incapable jusqu'ici, mais il peut y arriver désormais, il le sait. Il en est certain. Il a plus d'expérience (franchement juste un banal cas rapidement, en arrivant à Savannah), plus de calme (à peine, vraiment), plus de sérénité (avec Samih, jamais).
Samih il pourrait certainement lui claquer entre les doigts en un claquement de doigt. Il tiendra pas, ça se sent dans sa voix, dans ses mains qui tremblent. Nolan tente de le rassurer, d'un sourire, mais cette longue inspiration ne lui dit rien qui vaille. Et déjà ça tombe, cette demande, impossible à traduire.
Nolan le regarde, recule vaguement. Il reste calme, prend le temps de réfléchir, un petit moment. Encore besoin de drogue, un médicament qui n'est pas vendu en prison, on trouve toutes sortes de substituts, mais pas celui la. Parce que les types comme Samih, on les connait. Nolan réfléchit, un court instant, et puis il répond, doucement :
" Tu es en prison." Comme si ça nécessitait d'être rappelé. Il ajoute, en se rapprochant un peu, le ton bas : "Je peux plus te donner ce que je veux comme quand t'étais dehors, en garde à vue. Ils contrôlent tout." Intérieurement, il est en train d'imaginer un plan pour lui établir une fausse ordonnance, avec du tramadol à la clé. Parce que quitte à bien se foutre dans la merde d'entrée de jeu, autant y aller à fond. Quitte à s'investir dans une affaire, autant mettre sa licence en jeu. Il regarde un instant autour de lui. Personne ne fait attention à eux de toute manière, les types qui sont censés appuyer sur le bouton rouge au milieu du micro pour les écouter parlent entre eux. Il les regarde, derrière la vitre de la petite pièce du parloir. Puis c'est au tour de Samih. Il pousse un soupir, croise ses mains. "Je peux peut-être me procurer une fausse ordonnance, mais ça durerait que quelques temps." Et ça le mettrait en danger.
Mais Samih, il a une place spéciale. Il est spécial.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t6101-kiss-me-like-adventure-till-i-forget-my-name-nolan http://thenotebook.forumactif.org/t6039-j-explose-mes-phalanges-sur-ta-gueule-d-ange#153117 http://thenotebook.forumactif.org/t6112-nolan-nerini#153111

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyMer 17 Oct - 8:45

Il n’y avait qu’une solution pour qu’ils se rencontrent tous les deux. Dans seulement un cas de figure, Nolan et Sam pouvaient se rencontrer, parler, devenir presque plus que ça, presque comme des amis. Parce que leurs univers étaient tellement à des années lumières l’un de l’autre, qu’il aurait été inenvisageable de voir une comète les traverser tous les deux. Sauf pour ça. Sauf dans cette configuration. Sam en tenue orange, des marques rouges sur ses poignets douloureux à cause des menottes, et Nolan, avec sa chemise, ses cheveux gominés et son attaché-case. Sam, dont la vie entière dépendait de l’assurance de Nolan et la confiance presque naïve qu’il avait en ses talents d’avocat. Il avait un sourire confiant sur les lèvres, comme d’habitude. Il est avocat, c’est son boulot d’avoir l’air crédible. Sans doute. Sam n’avait pas la même confiance en l’avenir, et la solution miracle avec laquelle Nolan revenait après des semaines de silence radio, c’était presque inespéré. Y avait jamais de miracle pour lui, jamais. Il jouait de malchance depuis sa naissance. Il était né juif-arabe, dans un foyer métisse. Sa mère avait été tuée pour ses croyances, son père était mort de sa propre connerie, quelques jours plus tard. La seule famille qui leur restait, à sa soeur et lui c’était un oncle à moitié alcoolique, conspirationniste, qui vivait branché sur générateur et illégalement sur le réseau d’eau du voisin, deux kilomètres plus loin. Pat n’était pas méchant, juste fatiguant à vivre, et attaché à sa solitude. La mort du chat, les grands projets d’Assia. Immigrer aux Etats-Unis n’avaient pas été facile. Déscolarisé. Et puis JJ, et puis Daire, enfin tous les autres. Quand un semblant de bonheur les avait tous traversé, les voix étaient devenues si puissantes que Sam ne pouvait plus jamais les faire taire. Puis Assia, agressée de la même manière que sa mère l’avait été. Tout le reste. Pour en arriver ici. Ici face à Nolan, pour lui demander une dose au lieu de demander plus d’informations sur la manière dont il allait sortir d’ici au plus vite. Tu es en prison. Les mots ancrées jusqu’au plus profonds de lui résonnaient d’une drôle de manière à chaque fois. Ouais, il y était. Y avaient des jours où, quand il ouvrait les yeux, il oubliait presque. Ces nuits où, par chance, il s’était enfoncé dans un sommeil profond et réparateur. Emerger était compliqué. Il acquiesça d’un tréssaillement quasi apeuré. Je peux plus te donner ce que je veux comme quand t'étais dehors, en garde à vue. Ils contrôlent tout. Trouve un moyen. qu’il articula difficilement. Fallait qu’il le fasse. C’était lui la grosse tête ici. Lui qui trouvait les solutions. Et aussi bizarre que cela pouvait sonner, Nolan était prêt à le faire. Il le voyait Sam, son cerveau qui carburait à cent à l’heure. L’éclair vif dans ses yeux. C’était un malin, pour sûr. Plus que Sam, sans hésitation. Je peux peut-être me procurer une fausse ordonnance, mais ça durerait que quelques temps. Son coeur loupa un battement. Il eut à peine le temps de se réjouir une demi-seconde pour l’histoire de la fausse ordonnance. C’était très bien, ça, une fausse ordonnance. Mais la peur avait rebondit dans sa poitrine, comme une balle en caoutchouc qui se percuterait contre toutes ses cotes. De toute façon t’as dit que tu me sortirais de là, hein ? sa voix tremblait. Quelle importance, si ça ne durait qu’un temps puisqu’il allait sortir d’ici. Il t’a pas dit quand. Alors quand ? Quand est-ce que ça se passerait ces jurispru-quoi ? Sam baissa lentement son regard contre la table de bois, ses mains soigneusement jointes devant lui. Il observait ses phalanges abimées. A l’intérieur c’était comme si tous ses os étaient brisés. On ne se rend pas compte comme la prison peut vous briser, avant que ça soit littéralement le cas. Ca prendra combien de temps ? Il avait presque peur d’entendre la réponse. Quelques semaines ? Quelques mois ? Plusieurs années ? Qui sait pendant combien de temps il arpenterait encore les murs de cette prison, la peur au bide. Dans quel état sera-t-il dans un mois ? Dans un an ? On sera mort. Possible. Sam se pencha en avant et glissa un bras jusqu’à Nolan, il attrapa son avant-bras, comme pour qu’il se sente concerné. Comme pour se raccrocher à quelqu’un, lui qui n’avait plus personne. Faut que je sorte au plus vite. Je… J’ai un gang de nazi au cul et… Et le manque. Surtout le manque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring

Nolan Nerini
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 125
▹ points : 62
▹ pseudo : solosands
▹ crédits : vert alligator
▹ avatar : joe keery
▹ signe particulier : toujours en costume, mais souvent en bras de chemise. Toujours un brushing parfait, accordant trop d'importance à ses cheveux.
☽ ☾

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyVen 26 Oct - 22:39



hot night at the disco (no) → Il sait pas quoi dire à Samih. En réalité, il a des moments où il se demande en toute sincérité si il était vraiment taillé pour le job. Il l'a bien vu lorsqu'il a essayé de se plonger dans leur histoire, celle des Scully, celle de la Méalòid aussi. Ces histoires des familles, qui dégénèrent facilement, donc les contraintes sont aussi violentes qu'imprévisibles. En voila un en prison, en voila d'autres malheureux, et certainement, dans un futur proche, un mort ou deux. Et Nolan, qui vient de sortir du barreau, se sent comme un analphabète qu'on aurait balancé dans un salon du livre, un esclave dans une fosse aux lions. Il est pas de taille, et surtout,
Il sait rien refuser. Il s'attache trop facilement, à toutes les personnes qui semblent lui accorder un peu d'attention. Et Samih, le problème c'est qu'il lui en demande trop, qu'il a sans doute capté, inconsciemment, consciemment, il peut pas savoir, que Nolan fera tout pour l'aider. Que Nolan mettra en jeu sa licence pour lui, qu'il risquera, lui aussi de la prison. Pourquoi ? Parce qu'il est son client, et parce qu'en tant que jeune avocat, il n'a aucune idée de ses limites, ni de ce qu'il peut ou ne peut pas faire. Il a appris, certes.
De toute façon, oui, il le sortira de là. Il ne le lâche pas des yeux, le regarde tout du long, pour bien lui faire comprendre qu'il n'est venu que pour lui, pour rien d'autre. Il répond doucement :
" Je te sortirai de là, oui. Je vais faire appel, avec ton accord. Après ça dépend plus de moi, je pense qu'on aura notre audience avant la fin de l'année." Si tout se déroule comme prévu. Il n'ose dire que, peut-être, l'audience n'aura lieu qu'en Janvier,  Février, ou Mars...  Il ne dira rien, le tiendra au courant, l'aidera à supporter tout ça.
Déjà ouai, ça part en vrille. Nolan hausse les sourcils. Il pousse un long soupir, passe la main sur son front qu'il commence à masser. Un gang de nazi, bien, très bien, manquait plus que ça. Ca doit pas déconner. Il répond, lentement :
" Un gang de nazis ? " Il marque un temps, s'enfonce un peu dans sa chaise, une main sur son dossier. Comme si le plan d'attaque semblait très loin désormais. Il dit doucement, contenant maladroitement son énervement : " Tu déconnes, putain mais comment t'as fait pour te foutre un gang de nazis à dos ? Tu connais l'exprimmer faire profil bas ? Ca te parle ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t6101-kiss-me-like-adventure-till-i-forget-my-name-nolan http://thenotebook.forumactif.org/t6039-j-explose-mes-phalanges-sur-ta-gueule-d-ange#153117 http://thenotebook.forumactif.org/t6112-nolan-nerini#153111

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) EmptyJeu 15 Nov - 9:06

Nolan avait fait des tas de concessions pour Samih jusqu’ici. Il avait accepté de perdre cette affaire, il avait accepté les mensonges et les silences. Accepté de lui dépanner des médicaments. Encore aujourd”hui, et Sam en était persuadé, il était en train de mettre en place une parade, pour qu’il puisse s’anesthésier le cerveau. Bonté d’âme, esprit de bandit ou simplement pitié pour la cause perdue qu’était Samih, on ne pouvait pas vraiment le dire. Mais leur relation s’était dessinée de cette façon. Sam s’accrochait de toute ses forces à son avocat, dépendant de son bon vouloir, dépendant de ses compétences à exaucer ses voeux. Il pourrait changer d’avis, abandonner ce pauvre type à qui il ne devait rien ; tirer sur l’ambulance. Un genre de confiance s’était installé entre eux, contre toute attente. Sam le regardait avec de grands yeux, ceux du désespoir. Parce qu’il était dans une situation désespéré, et qu’il n’avait personne d’autres vers qui se tourner. Sans doute que Nolan le sentait, quand il essaya de le rassurer. Je te sortirai de là, oui. Je vais faire appel, avec ton accord. Après ça dépend plus de moi, je pense qu'on aura notre audience avant la fin de l'année. Fin d’année. Tu t’attendais à quoi ? Ce weekend ? il ne s’attendait plus à rien. Son regard se perdit un moment dans le vide, pendant qu’il assimilait l’infos, faisait des calculs. Quelques semaines. Peut être que dans quelques semaines tout serait terminé. Reste à survivre jusqu’ici. Les médocs que Nolan lui trouveraient -peut-être- pouvaient aider. Il accepta lentement, hochant la tête de bas en haut d’un air vague. Ok, ok. D’ici la fin de l’année il pouvait le faire. Il pouvait accepter ça. Avait-il vraiment le choix de toute façon ? En prison vous perdez tout, vous perdez le contrôle. On s’occupe de tout pour vous. A quelle heure vous devez manger, prendre une douche, dormir, respirer, attendre. Et il n’y a vraiment rien à faire d’autres que de suivre la routine qu’on vous impose. Rien à faire d’autre que d’accepter que vous n’êtes plus qu’un demi-homme. Un genre d’animal sauvage, incapable de s’auto-gérer.

Ce n’était pas tellement pour attirer la sympathie de Nolan, que Sam lui parla du gang de nazis. C’était parce qu’il n’était même pas sûr que demain, il ne se ferait pas troué par un de ces blancs. Don pouvait décider du jour au lendemain que l’air que respirait Sam était un gachi, et qu’il en avait marre de le supporter. Don contrôlait presque tout ce qui se passait entre ces murs. En prison, les noirs sont en infériorité numérique, mais les blancs sont souvent les plus dangereux. Ils achètent plus facilement les gardiens, et ont des idées bien plus sombres. En prison on est avec ou contre les basanés. Avec ou contre les nazis. Y a pas de demi-mesure. Tout est une affaire de couleur de peau. Sam était bien emmerdé. Il était trop blanc pour les noirs, trop noir pour les blancs. Arabe, métisse. Juif par-dessus le marché. Ses origines, il n’y avait jamais pensé, jamais. Il ne se considérait ni comme égyptien, ni comme juif. Jusqu’à ce qu’on l’oblige à faire partie d’un groupe. On l’avait jeté dans celui-ci. Celui des séfarades. Pas de bol, hein ? Semble que c’était le mot d’ordre, celui qui avait poursuivi Sam toute sa vie. Un gang de nazis ? Ca semblait dingue, hein ? Pour un gars avec des cheveux aussi soyeux que ceux de Nolan, un costume et un attaché-case. Les types comme Nolan ne croisent pas de nazis. Les types normaux passeront leur vie sans se rendre vraiment compte de la haine qui consume d’autres gens. Parce que la haine naît de la souffrance, de la pauvreté, des prisons. On élève des avocats comme on élève des terroristes. Juste, pas au même endroit. Les conneries qui divisent les privilégiés : telle ou telle marque, plutôt républicain ou démocrate ? Ca semble stupide vu d’en bas. Vu d’ici, vu à travers les barbelés. Quelle importance que Trump soit au pouvoir ici ? Quelle importance, puisque la haine a déjà tout bouffé chez ces gars-là. Chez Sam aussi. C’était la rancoeur, la colère qui l’avait mené ici. La colère le tuerait peut-être avant même que Nolan ne puisse demander une nouvelle audience. Tu déconnes, putain mais comment t'as fait pour te foutre un gang de nazis à dos ? Tu connais l’expression faire profil bas ? Ca te parle ? Qu’il s’énerve, Nolan. Sam lui lance une oeillade et pouffe de rire. Puis se met à ricaner nerveusement. Faire profil bas, hein ? Son rire redoubla, il s’enfonça dans sa chaise en se passant une main sur le visage, puis haussa les épaules. Dépité. Enfin, le silence revint. J’ai toujours pas trouvé le moyen de cacher ma couleur de peau. qu’il lâcha. Même si au fond de lui, il savait très bien que ça n’avait rien à voir. Don ne serait pas venu le chercher le premier soir, s’il n’y avait que ça. C’était JJ. Encore une fois, c’était sa faute. L’égyptien soupira un long moment. Merci Nolan. qu’il lâcha finalement, presque défaitiste. Non, complètement défaitiste. Quoi qu’il arrive, je sais que t’auras fait de ton mieux. et en ces heures troubles, ça représentait tout pour Sam. Ca ressemblait à des adieux. Ca l’était peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring
Contenu sponsorisé

☽ ☾

the midnight coffee test (samih) Empty
MessageSujet: Re: the midnight coffee test (samih)   the midnight coffee test (samih) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

the midnight coffee test (samih)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Test - Feriez-vous une bonne patronne ?
» Test : Quelle est votre sensibilité écologique ?
» Test : Attendez-vous trop de votre couple ?
» Un test pour se positionner politiquement
» Qu'est ce qu'un crash-test ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: coastal state prison-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES