Partagez | .
 

 who am i and when → ninel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 84
▹ points : 26
▹ pseudo : solosands, aude
▹ crédits : tweek
▹ avatar : david mazouz
▹ signe particulier : très maigre, très souriant, très fatigué
☽ ☾

MessageSujet: who am i and when → ninel    Mar 21 Aoû - 12:01




nudity of the heart → Un pigeon bien comme on les aime. Parce qu'il a dit oui une fois à la fermeture à 2 heures du mat, et que, maintenant, il va se la prendre dans les tibias tous les soirs. Les gérants savent qu'il est illégal de laisser la boutique à un mineur, seul, mais au point où ils en sont, ils craignent plus leur manque de sommeil qu'un contrôle d'inspecteur du travail passé minuit. Alors Isaac est là, encore une fois, à regarder les rayons qui s'étalent devant lui, à imaginer un film d'horreur qui se déroulerait sous ses yeux. De temps en temps, un client, et entre ça, un carnet qu'il remplit d'idées pour un film à frissons, où la jeune et jolie étudiante en littérature se ferait poursuivre par un tueur masqué, qu'elle casserait une bouteille de vin sur le crâne du slasher, avant de se faire éventrer avec les boites de conserves cassées, mélangeant le cassoulet en boite et les tripes.
Ragoutant.
Et puis, alors qu'il est 1 heure et 58 minutes, la porte s'ouvre. Il s'apprête à lâcher "on ferme", mais il reconnait la jeune fille qui passe le pas de la porte, dans un grésillement de sonnette insupportable. Il s'appuie sur le comptoir :
"Oh helloooo..." Qu'il dit en souriant. Elle a l'air en forme, réveillée, tandis que lui pense qu'il vire plus dans l'animal nocturne que dans l'humain. Il retire sa veste d'employé, enfile son blouson noir, passe son sac sur son dos, et contourne le comptoir. Et tandis qu'elle est là, à regarder autour d'elle, et qu'il a vaguement à l'esprit ses quelques problèmes d'argent, il glisse : " Tu veux grailler un truc ? C'est la maison qui offre."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5998-isaac-price#150444

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 701
▹ points : 11
▹ pseudo : anne (a maze lie ; birds)
▹ crédits : ava by jsp j'ai essayé un truc ; sign by afanen ; icons by vocivus
▹ avatar : hill
▹ signe particulier : des trop grandes jambes, la dégaine de gitane ou les costumes des p'tits boulots pour seuls habits (son sexappeal > wip). elle se déplace sur une mobylette rouge brinquebanlante aka "moby". elle tombe toujours en panne quand il faut pas.
☽ ☾

MessageSujet: Re: who am i and when → ninel    Ven 24 Aoû - 18:45


Les muscles endoloris, j’en reviens pas d’en avoir autant bavé pour un premier entraînement. En fait, j’ai surtout mal aux pieds. Qui danse avec des talons pareils ?? Et en plus il faut tenir la pose sur ces brise-chevilles, et battre des cils et sourire de telle façon et pas d’une autre. Huh. C’est bien plus difficile que d’avoir à se tordre pour trouver le bon dosage de force et tenir dans les airs le plus longtemps possible. Enfin je trouve. Et je n’avais pas besoin d’être plus pin-up. Heureusement qu’il fallait pas apprendre à “s’effeuiller” comme ils disent là-bas, sinon j’en serais déjà morte. Au moins au cirque, je pouvais être qui je voulais, faire ressortir ce que personne ne voit d’habitude, et surtout, jamais ils n’auraient demandé à ce que j’ai des postures pareilles et encore moins des tenues aussi microscopiques. Tous ces détails mis à part, j’ai un peu de poudre à souhait plein les yeux. Charline et Hazel sont si belles sur scène. C’était fou de pouvoir voir ça aux premières loges, sans avoir à se planquer. Je sors du club d’un pas léger, touchant à peine le sol, fluide. Presque comme si j’avais des ailes, minuscules, incapables de voler encore, mais là, avec la chaleur faible qui revient entre les côtes.

L’été, les nuits ont une odeur particulière surtout ici, c’est plus léger que dans les chaudes journées, mais il y a une certaine pesanteur, comme si l’orage pouvait nous surprendre au prochain coin de rue. Je me concentre là-dessus pour ne pas laisser les frayeurs nocturnes habituelles bazarder ma bonne humeur. C’est pas que je me force à combattre mes démons, mais j’veux pas non plus rentrer et croiser Jax. J’sais pas quoi faire face à lui, j’sais pas quoi lui dire. Alors j’me retrouve à chaque fois tiraillée, les pensées distendues par les crises de panique qui s’emmêlent et menacent de me réduire en miettes. Et la meilleure solution que j’ai trouvée pour l’instant pour fuir avec succès, c’est rester en mouvement, toujours occupée. Coup d’oeil sur l’écran de mon vieux téléphone, il est déjà tard… Et je me rappelle seulement maintenant que je voulais tenir compagnie à Isaac avant la fermeture de l’épicerie. J’ai encore oublié un truc aujourd’hui. J’y vais quand même et tente ma chance en lançant moby à fond.
Petit bon guilleret dans la boutique, j’suis contente de pouvoir l’atteindre, de pouvoir le voir. Un “Heyy~” est soufflé doucement en réponse à son accueil. Mes sourires d’avant, y a que lui et son univers singulier qui les attire aussi facilement aujourd’hui. Désolée, j’voulais venir plus tôt, mais j’ai zappé… j’ai été prise par d’autres trucs, bref ! Les mots qui se chevauchent rapidement, maladroitement, l’expiration qui s’extirpe dans un second souffle, est-ce que c’était censé être une excuse ? Peut-être. Un sourire étourdi file sur mes lèvres alors que mon attention dérive déjà sur les rayons. Les mains dans le dos, j’croise les doigts, la bougeotte sur la pointe des pieds. Vole rien Ninel, vole rien. Tu veux grailler un truc ? C'est la maison qui offre. J’pivote à nouveau vers Isaac et l’observe un instant. J’vais vraiment me faire payer à manger par un ado ? J’parais si désespérée ? Mais il s’agit de bouffe, j’peux pas refuser. Et puis j’ai sauté quelques repas dernièrement. Parce que dilemmes et encore des dilemmes. Seulement si la prochaine fois, c’est pour moi, et… Raclement de gorge furtif sans aucune preuve de culpabilité n’est-ce pas. Et si tu mets mon casque ?! Parce que ce qui peut arriver avec moby… well, on sait jamais quoi. Je n’attends pas sa réponse et le rejoins rapidement, vais même tirer sur son blouson pour le stopper et déposer une bise sur sa joue. Merci. Aussitôt stoppé, aussitôt relâché, j’lui passe sous le nez après lui avoir refourgué l’objet entre les mains. Je me sens encore mieux que quand je suis rentrée. Est-ce que c’est réel ? Mes bras se lèvent vers le ciel comme si j’avais une victoire à savourer -et peut-être que c’est un peu vrai après tout. Aaaah yeeahh j’ai faim maintenant ! Volte-face direct. Tu veux manger quoi ? Kebab ? KFC ? Zaxby’s ? Pizza ? Mes mains se font plateau à chaque proposition, mais ça doit plus ressembler à une invitation louche pour aller boire des verres alors qu’on n’a pas l’âge. Il paraît qu’il y a un Allemand qui s’est installé dans une caravane pas loin de la sortie de Kayton vers l’autoroute, le motel et les chantiers derrière... Okay, c’est vague comme localisation, j’suis plus très sûre du où en fait. Mais faisons comme si de rien n’était. En tout cas il faut que tu manges aussi, j'suis sûre que t'as pas arrêté de bosser et puis on dirait que tu pourrais t'écrouler d'une minute à l'autre. Argumentaire lâché franchement, presque désespéré pour être certaine qu'il m'accompagne... mais si le ton monte à la fin, c'est pas contre lui mais bien contre moby qui refuse de démarrer. La pétasse, elle résiste encore... Normal, y a plus son magicien préféré pour la réparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3319-carnaval-des-airs http://thenotebook.forumactif.org/t5225-de-plumes-et-de-plomb#135268 http://thenotebook.forumactif.org/t3421-ninel-kida#80401

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 84
▹ points : 26
▹ pseudo : solosands, aude
▹ crédits : tweek
▹ avatar : david mazouz
▹ signe particulier : très maigre, très souriant, très fatigué
☽ ☾

MessageSujet: Re: who am i and when → ninel    Sam 25 Aoû - 16:37




nudity of the heart → A partir du moment où elle passe la porte et où elle parle, il se sent mieux. C'est ce hey mélodieux, ses grands yeux verts et sa dégaine de fille toujours à l'aise, n'importe où, n'importe quand qui lui filent le sourire. Et puis aussi, Isaac n'est jamais bien lorsqu'il est seul, entouré tout va mieux. Il la regarde sourire, il est certain qu'en dedans, ça ne va pas aussi fort. Elle est comme Eoin, elle a souffert de tout ce qu'il s'est passé ces derniers temps, et lui Isaac, avec ses petits mots, ses sourires et ses vidéos, il tente comme il peut de lui mettre du baume au coeur. Il fait comme il peut. Elle s'explique sur son retard, il secoue la tête, balance qu'il n'y a pas de mal, de toute manière il pouvait pas bouger avant deux heures du matin.
Il la voit, avec ses mains baladeuses près des rayons, alors qu'il disparait derrière le comptoir pour éteindre les lumières. Il lui propose de l'inviter. Il a une vague idée d'où elle vient, de ce qu'elle faisait avant de travailler au club burlesque. C'est étonnant, quand elle bouge, elle danse presque, de la pointe des pieds à ses mains croisées élégamment dans le dos. Les gens comme ça, avec un sens du rythme perpétuel, ça l'a toujours intrigué, impressionné. Elle accepte, évidemment, vous savez ce qu'on dit, nourrissez vos amis et ils vous voueront une reconnaissance éternelle.
" Aucun souci pour le casque, le reste on verra la prochaine fois. " Il est pas certain qu'elle écoute, après tout il parle pas vraiment dans sa direction.
Et parmi tout ce qu'elle propose, absolument tout lui donne la nausée.
Il peut pas s'empêcher, rien ne lui fait envie, tout lui donne envie de vomir.
C'est comme avoir passé les dernières heures de sa journée à manger, manger, manger, et maintenant on lui redemande encore de manger. Il ne va pas y arriver, il n'a plus faim. C'est pareil là. A entendre parler de pizza, de KFC ou de kebab, il le jure, il pourrait en vomir.
Alors il déclare juste, en s'adaptant :
" Franchement, j'm'en fous, on va où tu veux. Go allemand, allez. " Tant qu'elle ne le force pas à avaler un truc. Ils sortent dehors, et se retrouvent dans sa magnifique mobylette. Il oublie à chaque fois : elle vend pas du rêve du tout. Vivement qu'il ait une bagnole, et qu'il puisse trainer tout le monde à travers Savannah dedans. Elle balance cette phrase là, ce "En tout cas il faut que tu manges aussi, j'suis sûre que t'as pas arrêté de bosser et puis on dirait que tu pourrais t'écrouler d'une minute à l'autre." Ca le crispe, il regarde ailleurs, ou devant lui, il sait pas, en tout cas, il répond un vague : " Nan ça va, en vrai j'ai bien mangé ce soir." Ce qui est parfaitement faux, il n'a rien avalé depuis midi. Un petit sandwich. Il esquive toute autre discussion, il monte à l'arrière de la mobylette, derrière elle. Il sort son enceinte, qu'il accroche à sa ceinture, et lance une musique. Soudainement, ils remontent le temps, direction les années 80, et elle s'élance, avec sa mobylette, à toute allure, sur la deux voies qui traverse Savannah.
La musique se perd un peu dans le vent, mais il s'en fout, il aime juste voyager avec de la new retro wave, et de son expérience, elle n'a pas l'air de détester. Il s'accroche bien à elle, les mains derrière sa taille. Elle est si fine, personne ne l'embête, elle, à ce propos. Mais c'est la culture pour les filles, sans doute. Alors qu'un mec, c'est mieux épais, avec des muscles, pas une espèce de corps de lâche comme le sien. Il sourit un peu.
Au final, là, maintenant, ça n'a aucune importance. Il ferme les yeux, écoute la musique, écoute le vent qui bat à travers son casque, et les cheveux de Ninel qui volent dans tous les sens. Ca ferait une bonne vidéo, si seulement il avait sa go pro, là tout de suite, sur lui.
Puis, rapidement, il arrivent chez l'allemand, sortie de Kayton, à quelques centaines de mètres du péage. Elle s'arrête, il enlève le casque, le garde à la main, tandis qu'ils s'avancent vers la caravane. Large choix de bouffe, pizza, kebab principalement, et quelques sauces exotiques pour les frites. Fini la ketchup mayo, les gens veulent du rêve. Il lance à l'allemand :
"Vous dormez pas à cette heure ?" Le gars répond, avec un petit sourire : " Et toi ? C'est bientôt la rentrée en CE1 là, faut reprendre un bon rythme de sommeil." Il se marre. C'est de bonne guerre. Puis il demande ce qu'ils veulent, et il lance : " Moi rien, mais j'paye pour ma pote." Avec un argent qu'il a ... pas vraiment, mais bon, pour Ninel, aucun souci.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5998-isaac-price#150444

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 701
▹ points : 11
▹ pseudo : anne (a maze lie ; birds)
▹ crédits : ava by jsp j'ai essayé un truc ; sign by afanen ; icons by vocivus
▹ avatar : hill
▹ signe particulier : des trop grandes jambes, la dégaine de gitane ou les costumes des p'tits boulots pour seuls habits (son sexappeal > wip). elle se déplace sur une mobylette rouge brinquebanlante aka "moby". elle tombe toujours en panne quand il faut pas.
☽ ☾

MessageSujet: Re: who am i and when → ninel    Mer 29 Aoû - 19:38


La musique file avec nous, j’espère qu’elle laisse une trace dans notre sillage, un truc qui marque notre échappée. Mais c’est pas sûre, j’en capte moi-même à peine la moitié, c’est juste que j’adore toujours autant la musique d’Isaac. Si différente de ce que j’écoute d’habitude, ça doit être tendance et peut-être qu’il faudrait que je me mette à la page, que je lui demande des conseils, qu’il me montre et que je vole un iTruc plus récent que ce que j’ai actuellement. Peut-être plus tard. Parce que je commence à les revoir ces “plus tard”, ces plans qu’on fera peut-être demain, après-demain, dans une semaine ou dans un mois. Parfois, ils sont si noirs que je ne les perçois pas, mais quand Isaac est dans le coin, ça revient et j’ai envie d’y croire. Mais ça ne fonctionne que là maintenant. Avec le flegme et le sourire d’Isaac qui cachent trop bien tous ses soucis.
L’Allemand est là, fidèle au poste malgré les zigzags qu’il a fallu faire pour arriver jusqu’à lui. Et fidèle à la description ? Aucune idée, j’m’en souviens pas. Mais l’échange entre lui et Isaac en dit assez pour me tirer sourire. Un nounours trop sympa. Juste des frites s’il vous plaît. Il insiste en présentant une des spécialités de chez lui, apparemment, la curry wurst est une vraie institution dans son pays, mais c’est trois dollars de plus alors je refuse fermement… quoique un peu déçue de le décevoir. Je promets de revenir goûter une autre fois et il conclut que c’est mauvais pour son coeur de recevoir de telles promesses lancées au vent. J’retiens mal mon rire au fond de ma gorge, un peu coupable. Il est marrant..., que je souffle, barquette dans les mains, pieds menant un peu plus loin, hors de portée des lumières de la caravane fumante. Encore merci hein. Faudra vraiment que je trouve un moyen de mieux te remercier... C’est dit dans un battement de coeur, et presque une remarque à moi-même. Parce qu’apparemment la bouffe c’est pas son truc -peut-être une indigestion?. Alors il faut que je trouve autre chose qui l’emballe vraiment, qui lui fasse autant de bien que sa gentillesse peut m’en faire. Avant ça ne me traversait même pas la tête, de devoir des choses aux gens qui m’offraient pourtant déjà beaucoup. Mais maintenant, j’ai l’impression que je dois tout aux autres et que j’ai intérêt à dire merci. J’deviens encore plus dépendante. J’me raccroche à Barbra, à Leo, à Ezra, à Ruby, à Isaac, parce que y a qui sont encore là et qu’ils peuvent disparaître à tout moment. Ça m’fait peur. Ces liens libres et virevoltants qui m’narguent comme des fées issues d’un autre monde, j’veux pas les polluer et risquer leur chance en les approchant de trop près….
Ça fait un bail que j’ai pas cherché à regarder là-haut vers le ciel poivré. Peut-être aussi longtemps que je n’ai plus voltigé. Et c’est comme si mon coeur rampait dans sa cage. La sensation m’file un haut-le-coeur, alors j’me retourne vivement pour renverser l’ressenti, lui faire face et avancer à reculons -putain de métaphore. Alors raconte-moi ! C’est quoi ta prochaine exploration, ta prochaine vidéo ? Je peux venir ? J’lui ai même pas proposé de frites, j’ai déjà quasiment tout englouti, il va me prendre pour un ogre et j’espère juste que je ne pue pas le graillon. Mh au fait, j’ai un truc à te montrer, faut que tu m’dises si tu penses que c’est “vendeur”. Ma main propre chope une feuille pliée en 4 dans la poche arrière de mon jean. C’était pas “dessine-moi un mouton” mais dessine-moi une artiste qui propose ses services. Rigole pas okay. L’écriture en pattes de mouche, le dessin approximatif appartenant au courant abstrait, mon sens de la publicité, le tout réunis sur une feuille froissée que je compte bien photocopier par milliers pour essayer d’atteindre les gens famous organisant des soirées et ayant besoin d’un truc original pour les animer. Parce que le club… le burlesque… j’ai le temps de crever avant de maîtriser. Et quand bien même si j’y arrive un jour, j’sais que je peux respirer normalement que quand j’suis là-haut. À me perdre dans le mouvement et dans le rythme des airs… Les possibilités me font tanguer… Et je me ravise soudain effrayée. Je remballe le papelard avec mon égoïsme qui plante son couteau coupable dans mon dos. En fait non. D’abord toi, ton prochain projet. Et moi… peut-être plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3319-carnaval-des-airs http://thenotebook.forumactif.org/t5225-de-plumes-et-de-plomb#135268 http://thenotebook.forumactif.org/t3421-ninel-kida#80401

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 84
▹ points : 26
▹ pseudo : solosands, aude
▹ crédits : tweek
▹ avatar : david mazouz
▹ signe particulier : très maigre, très souriant, très fatigué
☽ ☾

MessageSujet: Re: who am i and when → ninel    Jeu 6 Sep - 19:05




nudity of the heart → Juste des frites. Sans doute qu'elle aurait envie de plus, mais qu'elle a bien compris que lui ne pouvait pas vraiment donner encore. Pas qu'il gagne énormément, avec ses quelques heures en épicerie, avec ses livraisons de journaux et de colis le matin. Pourtant il voudrait faire plus ...
Il voudrait aider Ninel, vraiment, faire passer tous ses maux, et lui faire oublier tout ce qu'elle vit. Il est au courant, il sait tout. Et pourtant, il respecte le silence gêné, parfois entre eux, parfois qui les entour simplement. Il ne pose pas de question, il ne veut pas tenter un
ça va ? qui pourrait la prostrer, il ne veut pas perdre sa bonne humeur, peut-être factice. Si bien qu'il sourit, quand elle déclare qu'elle trouvera un meilleur moyen de la remercier. Il n'a pas besoin de remerciement, juste un petit moment avec elle, ce sera bien suffisant.
Ils se dirigent vers une table un peu haute, sur laquelle on peut manger tout en restant debout. Il s'y accoude, bien qu'il soit légèrement plus grand qu'elle, et il pose son menton dans ses coudes. Il lui sourit quand il entend la question sur la prochaine exploration. Il réfléchit un instant. Il voudrait désespérément aller à Detroit, prendre le bus le matin, arriver le soir, faire de l'exploration dans la fischer body plant 21. Un vrai spot à urbex. Un vrai truc où faire de superbes photos, des vidéos d'enfer, et percer, peut-être, enfin. Il veut en parler, sort son portable pour lui montrer ses photos, mais déjà elle embraye sur autre chose. Elle demande son avis, sort un papier de sa poche, mais au moment de le déplier, rien à faire, elle semble paniquer, juste un peu, et le range, lui demande d'abord d'expliquer son idée. Il fronce les sourcils, petit sourire à l'appui :
" T'en as trop dit ou pas assez Ninel." Ninel, il adore son prénom. Il sonne doux entre ses lèvres, il sonne doux comme du coton. Il veut voir ce qu'elle propose, mais il pousse un vague soupir, lui jette un regard en coin, pour la faire culpabiliser (mais ce n'est qu'un jeu). Il sort son portable, et montre [url=http://www.detroiturbex.com/content/industry/fisher/img/19.jpg]quelques photos[url], en expliquant au fur et à mesure : " C'est une ancienne usine abandonnée à Détroit. C'est genre, un spot super connu, y'a quelques photos qui circulent, mais je rêve d'y aller, ce serait tellement bien." Il se tourne vers elle, lui sourit un peu : " Imagine, on installerait ton matos là-bas, on ferait une grosse vidéo, bien réalisée, avec plusieurs angles, plusieurs plans, ce serait dément." Il a le coeur qui s'emballe, les images qui défilent en tête. Et puis il se reprend, et donne un coup de menton vers sa poche. " Et toi, montre."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5998-isaac-price#150444
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: who am i and when → ninel    

Revenir en haut Aller en bas
 

who am i and when → ninel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.