Partagez | .
 

 On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 968
▹ points : 66
▹ pseudo : imnohuman
▹ crédits : AILAHOZ (ava) ASTRA (sign) VOCIVUS (icons)
▹ avatar : Jena Goldsack
▹ signe particulier : Un joli cul.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: Heu on va s'calmer.
+ contacts:

MessageSujet: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   Sam 18 Aoû - 23:00

Tu n’avais pas foi à faire la fermeture ce soir. C’est-à-dire que tu n’avais jamais réellement la motivation dès qu’il s’agissait de bosser mais ce soir tout particulièrement alors quand tu avais vu Tyler poser ses affaires dans le vestiaire, tu avais saisi ta chance. Il n’était pas difficile à convaincre, le pauvre avait les yeux qui lui sortaient de la tête dès qu’il posait les yeux sur toi, tout particulièrement sur ton décolleté. Tu n’étais pas con, tu savais saisir les opportunités qui se présentaient à toi et user des armes en ta possession alors d’un mouvement sec, t’avais remonté l’matos, dessiné un sourire sur tes lèvres pour aller minauder autour de lui comme toi seule avait le secret. Il n’avait pas tenu longtemps avant de te céder. Tu étais douée quand il s’agissait de trouver des arguments bidons pour en faire le moins possible. Ce n’était pas la même histoire avec Ty, la sauce ne prenait pas avec lui mais Tyler ? Tocard. Tu n’avais pas poussé le vice jusqu’à lui déposer un bécot sur les joues mais tu le remerciais chaleureusement, lui promettant un shift que tu ne prendrais bien évidemment jamais même s’il devait se traîner au boulot à l’article de la mort. Ce qui valait pour toi ne valait pas lui.
Attrapant ton sac dans ton casier, tu passais la lanière par-dessus ta tête, grimaçant de douleur alors que ta côte te lançait encore, raccourcissant ta respiration quelques secondes, naseaux vibrants et dents serrées. Fils de pute de Seven ! C’est à lui que tu la devais celle-là. Tu ne savais pas bien s’il t’avait peté ou fêlé une côte mais une chose de certaine, tu payais aujourd’hui encore pour ton insolence. Tu avais souffert comme jamais mais tu ne regrettais toujours pas. Connard, ramasse ta fierté ! songeais-tu avec le regard noir, bougeant ton sac pour qu’il ne t’appuie plus sur la côte. Un jour, tu lui rendrais la monnaie de sa pièce songeais-tu encore avant de quitter le vestiaire en saluant au passage Tyler resté derrière le bar, bien obligé de se taper le double du travail puisque tu l’abandonnais lâchement sans te soucier de la masse de travail qui l’attendrait. La vie de barman n’était pas difficile mais tenir un bar seul…gloups. Ah non, rien à cirer en fait.
Laissant la porte du bar claquer derrière toi, tu fouillais dans ton sac à la recherche de ton paquet de clopes, glissant l’une d’elle entre tes lèvres. C’était toujours aussi bon que de sentir la fumée âcre envahir ta bouche et te décoller les bronches comme une bonne claque. Tu restais ainsi quelques secondes avant de laisser la fumée s’échapper de tes lèvres à peine ouvertes le regard perdu sur le ciel rosé. Il n’était pas très tard encore mais les réverbères s’étaient déjà allumés dans la rue et par chance, les températures avaient enfin baissé. Parfait.
Sans plus penser à rien, tu te mis en chemin, rejoignant la rue principale de Savannah d’un pas tranquille, profitant simplement de la douceur de la nuit tombante sans te soucier de la voiture qui ralentit progressivement à ta hauteur.


@Crash Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5769-huitieme-meadbhveille-du-monde http://thenotebook.forumactif.org/t5801-meadbh-o-driscoll#146748 En ligne

avatar
crashtration
▹ posts envoyés : 1260
▹ points : 22
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & solosands/vovicus (icones)
▹ avatar : matt gordon
▹ signe particulier : look un peu décalé, tatouages éparpillés, sourirs pondérés et un accent londonien terrible qui vient appuyer un phrasé peu compréhensible.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   Lun 20 Aoû - 13:11


   Ça fait un peu plus d'une semaine maintenant, que Knox m'a ouvert la peau pour que j'obtienne la même cicatrice que lui. Les trois premiers jours furent infernal. La plaie n'arrêtait pas de saigner, je ne pouvais que rester allongé, sans même réussir à dormir à cause de la douleur. Le temps m'avait paru incroyablement long. Ce n'est qu'à partir du quatrième jour que la plaie a cessée de saigner en permanence, tandis que la peau commençait lentement à bouger, toujours poussée par cette envie de se réparer. Le corps humain est fascinant. Et peut-être que j'aurais pris plus le temps d'y penser si ça n'avait pas été aussi douloureux. Aujourd'hui, je ne saigne quasiment plus du tout, sauf si je fais un mouvement trop brusque qui déchire un peu la peau encore trop fine. Mais ça fait deux jours ou j'arrive à aller dehors sans que ma plaie ne se rouvre, c'est plutôt bon signe. Et ça m'arrange, parce que je commence à tourner furieusement en rond là, coincé dans l'appartement. Je vois Knox qui va et vient tranquillement et ça me rend dingue. Il est moins sortit que d'habitude c'est vrai, pour pouvoir s'occuper de moi et passer du temps avec moi - le temps qu'on passe à l'extérieur en principe. Mais ça ne suffit plus.

   J'suis seul ce soir, Knox bosse et je n'arrête pas de ruminer. Je repense à ce que j'avais prévu de faire avant que mes plans soient changés par un coup de couteau volontairement infligé. J'avais prévu de rejoindre Meadbh à la sortie de son boulot - j'avais p't'être un peu stalké, c'est vrai - un soir et de lui proposer de terminer la soirée avec moi. Une sorte de rancard, je crois. Faut dire que j'suis assez nul à ça, j'ai rarement l'occasion d'en avoir, je gâche toujours tout avant. D'ailleurs, techniquement j'avais déjà tout gâché avec elle au vu de notre dernier.. tête à tête, si j'peux appeler ça comme ça. Une chance, elle n'en sait rien. Elle croit toujours que c'est Knox et ce dernier a même confirmé. J'ai jamais compris comment il faisait pour s'en foutre, pour assumer ça. Des trucs qu'en plus, il ne fait même pas. Mais moi, ça m'arrange. Parce que je l'aime bien May et que ça me donne l'occasion d'un nouveau départ avec elle. Faut que j'y aille plus lentement cette fois pour ne pas l'effrayer, pour qu'elle ne s'enfuit pas encore. J'hésite encore un moment, regarde l'heure plusieurs fois. Faut vite que je me décide ou je vais la rater. Je me mordille l'intérieur de la lèvre un instant avant de céder. Je me lève, enfile le premier t-shirt que je trouve et sors de l'appartement. Je referme pas à clé, j'crois qu'on a plus de serrures de toute façon.

   Je remonte la rue mais très vite, je réalise que ça va être compliqué. Je ne me sens pas en état de marcher autant et à cette allure c'est sûr, je vais la manquer. Merde, je fais quoi putain ? Je regarde autour de moi, réfléchis rapidement. Et puis, mon regard se pose sur une vieille voiture, dans un coin tranquille et pas très bien éclairé - faut dire que plus de la moitié des lampadaires de ce quartier ne fonctionnent même pas. Je vérifie que personne ne me regarde et je fonce vers la voiture. Je retire mon t-shirt et enroule mon poing avec avant de frapper dans la vitre côté conducteur. Je dois m'y reprendre à quatre fois avant d'y arriver vraiment. Faut dire que j'ai du mal à taper vraiment fort à cause de ma blessure, les mouvements me front grincer des dents et je vérifie que je ne saigne pas avant de remettre mon t-shirt. J'ouvre la portière et chasse les bouts de verre tombés à l'intérieur. Puis je m'installe, sors les fils et les mets en contact pour les faire démarrer. C'est notre père qui nous avait appris à piquer une caisse. Les vieilles seulement, ce sont les plus faciles à faire démarrer sans matériel et sans connaissance particulière. Le moteur ronronne et je m'élance enfin. Mais ça me coûte un peu, mes mouvements ne sont pas supers fluides à cause de la douleur qui me lance terriblement. Je serre les dents et prends sur moi, rejoignant la route direction le boulot de May.

   Je suis presque arrivé à destination quand je la reconnais de dos. Montée d'adrénaline. J'inspire et souffle un bon coup - calme toi Crash. Je ralentis la voiture dès que j'arrive à sa hauteur  pour me mettre à son rythme. Je passe un bras par la fenêtre - qui est manquante du coup, vu que je l'ai éclatée - et je l'interpelle. — Hey, May ! Elle se retourne et s'arrête, je fais de même. J'enclenche le frein à main mais je laisse tourner le moteur. — C'Crash. Que je précise, comme personne ne nous différencie jamais. — Hm. J'v'nais t'voir just'ment. L'accent londonien a couper au couteau qui écorche tous mes mots. Je deviens un peu nerveux, pas vraiment habitué à faire ça. Ma langue qui passe sur mes lèvres avant que je reprenne. — T'monte ? J't'emmène que'que part. Je lui souris un peu, pas grand chose, j'suis pas trop du genre à sourire en fait. Mais si ça peut aider à la convaincre. Ça se tend déjà un peu dans mon jean mais je tente d'ignorer cette chaleur qui se diffuse violemment. Je tente de garder mon regard braqué sur son visage, pour ne pas le laisser glisser ailleurs. Vu mon état actuel, ce serait trop risqué. Je sais de quoi je suis capable et je n'ai pas envie de lui faire subir le pire de moi. Pas ce soir en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5683-out-of-control http://thenotebook.forumactif.org/t5779-crash-love

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 968
▹ points : 66
▹ pseudo : imnohuman
▹ crédits : AILAHOZ (ava) ASTRA (sign) VOCIVUS (icons)
▹ avatar : Jena Goldsack
▹ signe particulier : Un joli cul.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: Heu on va s'calmer.
+ contacts:

MessageSujet: Re: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   Mar 21 Aoû - 22:34

Tu n’avais pas fait attention à la voiture survenue dans ton dos mais ce n’était qu’une fois cette dernière calquée sur ton allure que tu y prêtais vraiment attention. Tu n’avais pas réellement l’intention de t’arrêter et te taper la discussion avec le conducteur, puis tu connaissais la musique : c’était le plus souvent un groupe de potes embarqués pour une virée à travers la ville dans la voiture de Papa, ils se pensaient toujours drôles quand ils te glissaient un petit commentaire sur ton cul. Ça où quand ils te proposaient de monter pour faire un tour. A d’autres. T’allais poursuivre sans t’en préoccuper, assez charitable pour laisser le conducteur profiter de la vue de ton déhanché sur les pavés crasseux de la ville, quand il t’interpella. Cet accent, tu commençais à bien le connaître et tu n’avais même pas à tourner la tête pour savoir de qui il s’agissait (Tu avais une chance sur deux de deviner juste). Tu le fis quand même, bien évidemment. A vrai dire, tu t’attendais à tout sauf à ça, là. Dans quel monde un Love t’interpellait en pleine rue ? Non pas que ce n’était pas le genre de la maison (quoique) mais vous n’étiez définitivement pas assez proches pour vous fréquenter avant minuit.
Alors quoi, il était là par hasard et t’avait reconnu à la forme de ton boule ? Bizarrement, tu y croyais moyen alors armée d’un large sourire, tu stoppais ta marche pour t’avancer vers le bord du trottoir, amusée par l’image. Tout le cliché du Johnny, le bras accroché à sa portière, la vieille bagnole toute vibrante à l’arrêt. C’était con mais tu ne résistais pas quand on t’avançait de tels arguments. Imparable. « Salut » fis-tu d’un ton nonchalant, histoire de pas parâtre trop ravie de le voir, t’avais compris la leçon depuis.
Sauf que ce soir, le maître n’était pas l’même que la fois dernière et tu marquais un temps d’hésitation alors qu’il s’annonçait. C’était con mais tu n’avais même pas envisagé que ça puisse être l’autre. Si tes relations avec Knox pouvaient être en dent de scie, avec Crash tu n’en avais pour ainsi dire aucune. C’était pourtant con hein, il n’avait pas l’air mauvais mais des deux, c’est de Knox qu’on se souvenait, c’est Knox qui brillait sur le devant de la scène. C’est lui qui prenait toute la place. Crash, il était son ombre, réplique parfaite mais trop souvent oubliée. C’était exactement l’image qui te vint en tête à ce moment-là. Crash, c’était le second choix, celui qui restait en retrait à observer avec son regard insistant. Malaisant. Plus d’une fois tu avais surpris ton regard sur toi et…Tu ne savais pas trop, il ne t’avait pas inspiré confiance. Mais de là à dire que tu ne voulais même pas lui adresser la parole, il y avait un monde. Tu chassais donc d’un furtif mouvement d’épaule ton hésitation, arquant le bord du sourcil alors qu’il t’annonçait être venu pour te voir. « Waw en quel honneur ? » fis-tu, flattée malgré toi, une main posée sur le rebord de la fenêtre. C’était drôle parce que Crash, tu ne l’avais quasiment jamais entendu parler mais cet accent, ils ne l’avaient pas volé. Le tien n’était pas triste non plus mais ça te plaisait bien, cette sensation de faire partie de la bande des expats. Même s’il était clair que l’Irlande gagnait d’une bonne longueur d’avance sur l’Angleterre mais ça, tu te gardais bien de le dire, ces enfoirés avaient toujours voix double quand ça les arrangeait.
Sa suggestion eut pourtant de quoi chasser de ton esprit les before sympas que vous aviez pu passer à l’appartement, à essayer de grappiller des points sur des détails chauvins bidons pourvu que vous vous accordiez sur la fin, à savoir que les américains étaient de vraies tapettes. Là au moins, vous étiez toujours d’accord et ça vous mettait en condition pour leur montrer qu’ils n’étaient que des blaireaux. « Heu, tu comptes m’emmener où comme ça ? » questionnais-tu, redevenue méfiante malgré son sourire encourageant. Tu ne savais pas trop pourquoi tu freinais tant, peut-être l’intuition ? Il y avait sans doute de ça mais d’un autre côté…tu ne pouvais nier apprécier l’initiative. Ce n’était pas si souvent qu’on venait te voir, toi. Puis Knox n’apprécierait sans doute pas que tu l’envoies chier. D’ailleurs tu n’en avais même pas forcément envie non plus.
Tirant une profonde latte sur ta cigarette, tu jetais cette dernière sous les pneus avant de contourner la voiture et prendre place à ses côtés, soufflant la fumée avant de refermer la portière. Ton regard fut presque aussitot attiré par un truc brillant à tes pieds. Te penchant en avant, tu attrapais l’objet, telle la pie que tu étais, laissant soudain un rire jaillir de ta gorge alors que tu te redressais pour lui montrer un grand éclat de verre. « Je me disais bien que c’était bizarre que vous ayez soudain une voiture ! » tu souris de coin, d’humeur taquine. « mais tu sais qu’il y a quand même des méthodes moins agressives pour ouvrir une bagnole ? » repris-tu en lui désignant la vitre brisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5769-huitieme-meadbhveille-du-monde http://thenotebook.forumactif.org/t5801-meadbh-o-driscoll#146748 En ligne

avatar
crashtration
▹ posts envoyés : 1260
▹ points : 22
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & solosands/vovicus (icones)
▹ avatar : matt gordon
▹ signe particulier : look un peu décalé, tatouages éparpillés, sourirs pondérés et un accent londonien terrible qui vient appuyer un phrasé peu compréhensible.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   Dim 2 Sep - 11:48


   — Waw en quel honneur ? Elle est sur la défensive, ça crève les yeux, j'suis pas con. Mais je peux comprendre, alors je ne m'en formalise pas. Je reste calme, me laisse bercer par le ronronnement du moteur et les vibrations de la voiture. Je hausse un sourcil, conservant un air quelque peu distant. J'ai cette fâcheuse tendance à entretenir un espèce de mystère glauque, j'le sais, on me l'a souvent dit. J'le fais pas exprès, j'ai pris l'habitude de ne pas être sur le devant de la scène alors je m'adapte comme je peux. Faut croire que j'ai encore du boulot. Je finis par hausser les épaules. — Pa'ce que j'en avais envie ? J'ai un peu de mal à croire que je puisse être une exception, à mes yeux c'est logique que May voit défiler toute une ribambelle de prétendants en permanence. C'est presque étonnant qu'elle soit célibataire même. Mais je ne lui donne pas plus de détails, j'suis pas trop du genre à dégueuler des tas de compliments. Elle doit en entendre déjà bien assez et je fais pas trop dans le cliché. Je ne perds pas de temps et l'invite à grimper dans la voiture. Elle esquisse un léger mouvement de recul, c'est discret mais pas suffisamment pour passer inaperçu. Mes lèvres se pincent, à l'image de mon égo froissé. Je vois bien que je ne lui inspire pas confiance, je l'ai remarqué y a un moment déjà et je ne comprends pas pourquoi. On se parle à peine et elle a l'air d'apprécier Knox. Alors, qu'est-ce qui coince avec moi ? — Heu, tu comptes m’emmener où comme ça ? Je m'appuie un peu plus sur le rebord de la fenêtre, ma tête qui se rapproche de la sienne alors que je la détaille longuement, dans un silence que je devine être potentiellement gênant pour elle. J'y mets fin, mais ce n'est pas forcément mieux. — Qu'est-ce y a ? T'peur qu'j'te r'tienne prisonnière quequ'part ? C'est censé être une plaisanterie, mais je n'y mets pas franchement les formes je m'en rends compte. Ça ne va pas aider à la rassurer. Je fais la moue et me mordille un instant l'intérieur de la joue avant de finalement me reculer pour me laisser retomber dans le fond du siège. Je retente un sourire, c'est pas transcendant. — T'peur des fantômes ? Que je demande finalement, essayant d'entretenir un certain mystère histoire d'attiser sa curiosité et de la rendre plus docile et confiante.

   Elle finit par céder, termine brièvement sa cigarette avant de la jeter par terre et de contourner la voiture pour grimper dedans. Je retiens un air satisfait et repars dès qu'elle a fermé la portière. Je me concentre sur la route, cherchant à me souvenir du chemin à emprunter pour aller à notre destination nocturne. C'est là que je l'entends rire. Je jette un coup d’œil rapide dans sa direction, sans comprendre. Jusqu'à ce que je vois le bout de verre qu'elle tient dans sa main. Sourire en coin. — Je me disais bien que c’était bizarre que vous ayez soudain une voiture ! J'échappe un rire léger qui vient se calquer discrètement sur le sien tandis que je hausse les épaules, feintant l'innocence. — Mais tu sais qu’il y a quand même des méthodes moins agressives pour ouvrir une bagnole ? Je reporte mon regard sur la route et viens presser mes lèvres l'une contre l'autre, laissant descendre la commissure de mes lèvres vers le bas. — Ah ouais ? Jamais 'tendu parler pourtant. Je tourne la tête vers elle pendant une brève seconde, petit air taquin sur le visage. — C'qui compte c'l'résultat, nan ? Que je l'interroge alors que je sens qu'elle prend un malin plaisir à devenir ma complice. Mes yeux s'égarent un instant sur ses cuisses mais très vite je les rabats sur la route, pulsion chaude au creux des entrailles. Je me passe légèrement la langue sur les lèvres avant de quitter brusquement la route pour aller me garer le long du trottoir. J'enclenche le frein à main mais laisse le moteur tourner. — Bouge pas, j'reviens. Que j'indique tout en me détachant. Je quitte la voiture pour aller me précipiter dans une petite supérette ouverte 24/24h. J'en ressors trois minutes plus tard avec un pack de bières à la main - j'l'ai pas volé celui-là. Je me réinstalle dans la voiture, non sans grincer un peu des dents à cause de ma blessure qui me lance encore pas mal. L'avantage, c'est que la pulsion d'avant a complètement disparue, chassée par la douleur de ma cicatrisation difficile. Je lui tends le pack pour qu'elle l'attrape. — J'remarqué qu'tu buvais pas mal. C'est pas un reproche, loin de là. J'ai l'habitude de pire avec Knox. Non, c'est juste un geste qui se veut galant, ou quelque chose comme ça. J'sais pas trop comment faut appeler ça, mais l'intention était sympa en tout cas. Je remets ma ceinture et repars. Quelques minutes plus tard, je m'arrête devant le cimetière des confédérés. Le lieu est réputé pour être méga hanté, et rien de très drôle selon les rumeurs. Il est aussi réputé pour être déserté la nuit. Je dois avouer que là, mon intention est peut-être un peu moins louable. La culpabilité se mélange à l'envie et c'est la dernière qui l'emporte. Je me tourne vers May. — T'viens ou t'dégonfle ? Je la provoque gentiment, accompagnant ma phrase d'un petit haussement de sourcils. Je sais déjà qu'elle ne va pas se dégonfler, elle est pas comme ça May. J'l'ai bien compris. C'est peut-être pour ça qu'elle me plait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5683-out-of-control http://thenotebook.forumactif.org/t5779-crash-love

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 968
▹ points : 66
▹ pseudo : imnohuman
▹ crédits : AILAHOZ (ava) ASTRA (sign) VOCIVUS (icons)
▹ avatar : Jena Goldsack
▹ signe particulier : Un joli cul.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: Heu on va s'calmer.
+ contacts:

MessageSujet: Re: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   Dim 9 Sep - 9:37

Tu ne t’attendais vraiment pas à ça. A ce que Crash ait envie de te voir, toi. Qu’il fasse même le déplacement jusqu’à ton boulot pour ça. D’ailleurs, tu ne savais même pas qu’il était au courant pour la Sirène, tu te demandais d’ailleurs bien comment il avait su. De Knox ? ça t’étonnerait que son frère se soit souvenu du moindre détail de ta vie, lui tout ce qui l’intéressait, c’était ses raves et ses moments de folie. Y’avait rien d’autre dans sa tête, il ne se préoccupait pas des histoires des autres, tu l’avais bien compris alors ouais, ça ne venait pas de lui. De Seven peut-être ? Lui était du genre à tout savoir parce qu’il y avait un Popescu à chaque coin de rue mais là encore, tu doutais que ce genre d’éléments l’intéresse. Alors oui, t’étais surprise, il y avait de quoi mais tu ne posais pas de questions, te contentant de laisser ta surprise moduler ton visage et redessiner tes traits. Sa réponse, en écho à celle que Knox t’avait faite quelques temps plus tôt eut de quoi te faire ricaner. « P’tain pourquoi je demande aussi » souris-tu, pas vexée par la réponse laconique. Au fond, y avait-il meilleure réponse que ça ? Il avait envie de te voir et ça te suffisait comme explication, c’était mieux que ce que tu pouvais espérer en fin de compte. Alors c’était pour ça qu’il te regardait toujours avec ce drôle d’air dans le regard ? Etait-il simplement trop timide pour venir te parler normalement ? Tu ne savais pas trop, il avait pas l’air timide les fois où il pelotait des gonzesses lors des Londoniennes mais en même temps, tout le monde y faisait n’importe quoi. Bref, Crash, tu ne savais pas grand-chose de lui finalement et tu ne lui avais jamais accordé beaucoup d’intérêt, trop obnubilée par son frère qui te berçait de sa folie pure. Ce soir était peut-être l’occasion de rencontrer l’autre facette du duo infernal. Tu ne lui avais jamais laissé la moindre chance, c’était peut-être le moment ? Tu restais malgré tout méfiante, plantée devant sa voiture alors qu’il te regardait un long moment sans rien dire. Ça avait quelque chose de bizarre, ce silence. Comme si vous vous regardiez pour la première fois. Et c’était terriblement troublant de voir ce visage pourtant connu attendre quelque chose de toi, peut-être même espérer que tu cèdes, comme tu avais pu attendre quelque chose de l’autre. « J’sais pas, c’est le genre de la maison ? » questionnais-tu, un petit sourire au bord des lèvres. Alors non May, ce n’est pas ça le genre de la maison mais ça, tu le saurais plus tard. Pourrais-te souffler ta conscience mais cette dernière, tu ne l’avais pas croisée depuis un bail alors devant sa moue et sa tentative de te sourire, bien que cela ressemblait davantage à une grimace, tu cédais. « J’ai peur de rien, qu’est-ce que tu racontes ! » affirmais-tu en contournant la voiture. Tu t’avançais un peu beaucoup ainsi mais qu’importe, tu n’y croyais pas aux fantômes alors que les vivants, eux…
Prenant place sur le siège passager, tu n’étais pas encore attachée qu’il redémarra sans que tu ne te soucies du chemin qu’il prenait. T’étais joueuse, tu laissais les autres décider à ta place et tu t’en accommodais plutôt bien. Malgré les apparences, tu n’étais pas bien compliquée et encore moins difficile à vivre. Ton intérêt fut pourtant rapidement attiré vers les éclats de verre qui en disaient long sur la manière dont il avait eu la voiture et toi, ça te faisait rire. T’étais pas du genre à te soucier des conséquences. Ta remarque lui tira une moue innocente et ça te fit sourire. « Je te monterai alors parce qu’en hiver, c’est pas pratique ta méthode à toi » annonçais-tu, te doutant bien que tu n’avais pas grand-chose à lui apprendre en réalité mais ça te satisfaisait de savoir que tu connaissais un sujet. Cal et toi aviez suffisamment arpenté les routes du pays pour savoir emprunter des voitures sans faire de casse. Tu ouvrais, il démarrait. Facile. Continuant ton exploration, tu ouvris la boîte à gants alors qu’il se garait devant une supérette, te demandant de pas bouger. Ok Ok t’avais pas l’intention de le faire, replongeant dans ton exploration, à la découverte des affaires du propriétaire de la voiture. Crash revint presque aussitôt, te posant un pack de bière sur les genoux d’une petite remarque qui te fit arquer un sourcil. Il te traitait d’alcoolique là ? Tu ne savais pas bien comme l’interpréter alors dans le doute, tu ne dis-rien, posant simplement une main sur ce dernier pour qu’il ne s’agite pas avant de lui montrer ce que t’avais trouvé : « Regarde, ces cons ont laissé la carte-grise dans la boite à gants ! » souris-tu. T’étais peut-être pas la plus au courant des magouilles mais tu savais qu’avec la carte-grise en main, il y avait moyen de tirer quelque chose de la voiture. Reposant cette dernière là où tu l’avais trouvée, tu te reconcentrais sur la route, te contentant de l’observer du coin de l’œil.
Crash était concentré mais la route n’était pas longue, bientôt il tourna pour s’arrêter devant un cimetière. Putain. Il t’avait emmenée dans un foutu cimetière ? Il était sérieux là ? D’abord Caïn qui te prédisait ta perte puis Isaac qui te racontait sa passion pour les lieux abandonnés et maintenant Crash qui t’emmenait carrément voir les morts ? C’était quoi leur problème ? T’humectant les lèvres, tu tentais de chasser ta moue de ton visage alors qu’il te provoquait. « Tss » sifflais-tu en l’imitant, sortant de la voiture non sans prendre avec toi un éclat de verre. C’était un réflexe maintenant, de garder à portée de main un argument pour ponctuer tes refus. Discrètement, tu le glissais dans ta poche arrière avant de le rejoindre. « Alors, c’est quoi ton plan diabolique ? Chasser l’fantôme où m’tuer dans un coin sombre ? Que je me prépare psychologiquement. » fis-tu en l’observant, un sourire ironique au coin de l’œil, il te cherchait ? Tu savais provoquer aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5769-huitieme-meadbhveille-du-monde http://thenotebook.forumactif.org/t5801-meadbh-o-driscoll#146748 En ligne
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh   

Revenir en haut Aller en bas
 

On pourrait presque croire qu'ils sont de Maysh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» minerva - croire en sois c'est déjà presque réussir.
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» Vos poêles, elles sont en quoi?
» Les microbes sont parmi nous !!!!!!
» En Haiti les fillettes sont exploitées : pétitions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.