Partagez | .
 

 flashback | back to you (mazanca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
petit poney
▹ posts envoyés : 1894
▹ points : 33
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : mad sounds (avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

MessageSujet: flashback | back to you (mazanca)   Lun 13 Aoû - 15:02

Désolé on ne peut pas vous garder, liasse billets fourrés dans sa main, alors qu’on lui claque la porte à la figure, elle n’arrive même plus à avoir l’air étonné. C’est toujours pareil, le même cirque, les mêmes échecs. On a trouvé quelqu’un de plus compétent et d’autres excuses à la con qui fait qu’elle se retrouve de nouveau sans rien pour gagner de l’argent. Ca lui pèse dans la poitrine Anca, la nuit déjà tombée et l’envie de continuer à se perdre dans Savannah plutôt que de rentrer, devoir tout raconter à son père surement déjà bourré. T’es qu’un échec que ça sort de ses lèvres, pas de mots doux, trop rarement, Anca qui essuie une larme rebelle qui coule sur sa joue avant de soupirer.
Y a rien qui va. Rien. Rien. L’impression de ne plus savoir vraiment où aller, comment avancer. 21 ans, à peine majeur et déjà trop de galère. Elle voudrait savoir comment il font les autres, les vrais. Ceux qui arrivent à enchainer deux jours sans trébucher.
Ses pas qui la mènent instinctivement devant un immeuble trop familier, le code qui change pas, qui changera surement jamais, alors qu’elle se faufile jusqu’au dernier étage, pousse la porte vers le toit, laisse le vent effleurer son visage. Une vieille habitude qui reste encrée dans la peau comme un mauvais tatouage, celle de venir ici alors qu’il n’est plus là depuis des années, se perdre un instant allongée sur le béton, les mains sous la tête, le regard rivé vers le ciel étoilé.
Pourtant aujourd’hui c’est comme un retour incontrôlé dans le passé. Aujourd’hui elle est pas seule sur le toit de l’immeuble. Aujourd’hui y en a eu un qui a eu la même idée qu’elle.  « Je pensais pas »  la voix qui casse le silence, alors qu’elle se rapproche doucement. Elle devrait pas pas Anca, elle le sait, y a rien de bon dans tout ça. « Je pensais pas que tu serais toujours là » à la même place, comme des années avant, comme lorsqu’ils étaient encore trop  jeunes, presque intact, avant le reste, la chute, les larmes, le sang. Son sang renversé partout dans la salle de bain. « Ca fait combien de temps » essayer de faire la paix, alors qu’elle le dévisage, surement un an ou plus, qu’elle n’a pas posé ses yeux sur lui, sur sa peau, son regard. Il a changé. Elle aussi surement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre En ligne

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 28
▹ points : 16
▹ pseudo : EYLIKA
▹ crédits : CHAMPAGNE MAMI
▹ avatar : JORDAN MATHESON
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: yeeeees
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Mar 14 Aoû - 23:21

juché au plus près des étoiles, tu t'es isolé pour peindre ces toiles. dans ta tête, graver dans tes pensées, ces immeubles éclairés. ces habitants qui se laissent porter par la vie, sans se douter un instant, que là-haut, un type leur imagine un lendemain pour oublier le sien. ici, ton point de chute, ton point d'observation. sans parachute, tu pourrais t'élancer et trépasser. ne plus revenir sur cette terre, que plus jamais ton coeur ne te serre. c'était ici. dernier étage de ce building presque désaffecté. votre toit, celui qui a abrité tous vos secrets, partagés, chuchotés, perdus dans la nuit et confondus avec vos rêves. oubliés au petit matin, lorsque le soleil se levait. que vous vous assoupissiez, main dans la main, imbriqués dans un fauteuil bancal et bariolé. ici, que la plupart de vos souvenirs sont nés, et que t'essaies d'entretenir pour continuer de rêver. mais surtout, comprendre, pourquoi, tout cela a pris fin. qu'est-ce qui a changé, qu'est-ce qui n'a pas marché. parce que même si t'aimerais penser que t'étais heureux, elle ne l'était pas. faut croire que t'étais pas si bon, qu'en fait t'étais qu'un sale con. elle avait surement mille raisons de mériter mieux que toi. de prétendre à plus haut, plus fort, plus puissant, que ce qu'il y avait entre vous. que lorsqu'elle te regardait, ses yeux ne brillaient pas autant que les étoiles qui vous surplombaient.
je pensais pas, voix reconnaissable entre toutes qui te ramène sur terre sans prévenir. tu n'oses pas te retourner, la voix s'étant évanouie dans l'obscurité. tu penses un instant que ton imagination te joue des tours. que tes souvenirs étaient trop vifs pour ne rester que dans ta tête, qu'il fallait que ton esprit la matérialise pour te torturer. mais non. je pensais pas que tu serais toujours là. où voudrais-elle que tu sois ? ta place c'était là, avec elle, dans tes bras. t'as toujours été sur ce toit, avec les étoiles et le vent qui pourchassaient tes démons, tes peurs et tes ennuis. et ses pleurs, qui se tarissaient sous ce même ciel, des années lumières de cet instant, dont tu n'aurais jamais osé rêver, ou alors qu'une fois passé de l'autre côté. ça fait combien de temps. qu'elle te demande, ta poupée. cassée, brisée, sous tes poings, sous tes cris, sous ton regard. sous ton jugement et ton manque de valeur, sous votre flamme et son ardeur. trop longtemps. que les larmes ont cessé de couler, que les horreurs vous ont séparées. que vos derniers mots se sont éteints, que vos peurs se sont étreintes. tu ne devrais pas être ici. parce que t'es là. et parce que t'as pas changé. parce qu'au lieu de lui céder la place, tu la pries de s'en aller. parce que vous êtes comme la lune et le soleil, vous avez beau vous aimer, vous êtes trop différents pour co-exister.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5850-not-enough

avatar
petit poney
▹ posts envoyés : 1894
▹ points : 33
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : mad sounds (avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Sam 18 Aoû - 0:58

Il est là Mazéo. Bien là. Vraiment. Il est là et surement que si elle tendait la main elle pourrait effleurer sa peau du bout de ses doigts, comme pour s’assurer qu’il n’est pas un reste d’illusion, de souvenirs ma placés qui ressortent au plus mauvais moment. Le destin a le chic de choisir le timing, quand y a plus que du vide dans un cœur fatigué, c’est lui qui revient se placer sur son chemin. Bam souviens toi Anca. La silhouette qui se découpe dans la nuit étoilée, sa voix. Bon sang. Sa voix. trop longtemps. Elle aurait jamais pu oublier. Et son estomac qui se sert un peu plus. Oui. Trop longtemps. Ou peut être pas assez. Peut être qu’il est encore temps de partir, de tourner le dos à Mazéo, de fuir un peu trop vite ce passé qui ne cesse de la rattraper.
Et pourtant elle est là. Encore. A combler le vide, se rapprocher un peu plus pour mieux le dévisager, étudier les traits altérés par le temps. Au final il est toujours le même, un peu plus brut dans sa façon d’être, surement qu’elle aussi, elle doit avoir perdu un truc, des rondeurs de l’enfance, pour laisser place à l’adulte. Si seulement on pouvait revenir en arrière.
tu ne devrais pas être ici. Ca la fait sourire. D’eux deux paradoxalement il presque trop souvent été la voix de la raison. « Pourquoi pas ? Il t’appartient pas ce toit » alors qu’elle cherche son regard, montrer qu’elle n’est pas là pour se battre, pas là pour hurler, pour crier, pour pleurer. Elle veut juste souffler, juste ce soir, essayer de tirer un trait sur le bordel ambiant dans sa tête, dans sa vie. « Y a que là qu’on peut respirer vraiment » alors qu’elle tourne un peu sur elle, la tête rejeté en arrière, pour regarder les étoiles. « Tu te souviens ? De la première fois qu’on est tombé là-dessus ? » comme un léger rire qui la traverse, ça pousse un instant les nuages, soulage le poids sur ses épaules. Ils n’ont pas été que mauvais tous les deux. Non. Pas que mauvais. Au fond y a eu quand même beaucoup de bon. Sur une année de relation c’est pas si mal. Nostalgique, ça la renvoie quelques temps en arrière, le cœur qui se serre un peu, mélange amer dans la bouche. « Parfois j’aimerais juste… » silence. Elle s’arrête. Range ses mots. Hésite. « Comprendre pourquoi tout foire comme ça. » comme maintenant avec son travail, avec la vie, Seven qui refuse de lui parler et puis Drazen qui a tout abimé. Oui. Elle voudrait savoir Anca, essayer de comprendre pourquoi, pour arrêter de se foirer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre En ligne

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 28
▹ points : 16
▹ pseudo : EYLIKA
▹ crédits : CHAMPAGNE MAMI
▹ avatar : JORDAN MATHESON
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: yeeeees
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Jeu 23 Aoû - 21:43


t’as jamais cessé d’y penser, à elle, à vous, à ses rires qui t’enchantaient, à ses pleurs qui te détruisaient et à ses cris qui se noyaient dans les tiens. quand bien même tu la repoussais de tes pensées, elle revenait sans cesse te hanter, se frayait un chemin et torturait tes rêves jusqu’au lever du soleil. comme l’ombre qui se cachait au fond de ton cœur, abritait tous vos malheurs, elle prend forme, elle prend vie, elle apparaît dans l’obscurité, devenue lumière la nuit.
pourquoi pas ? il t’appartient pas ce toit. qu’elle te lance, d’une façon que tu aurais autrefois perçue comme un défi. mais ce soir, c’est comme si ta poupée revendiquait sa place sur ce toit, son droit d’en admirer les étoiles à tes côtés. comme avant. tu as raison, viens. dis-tu doucement en tapotant la place à côté de toi. en souvenir du bon temps, en souvenir de l’époque où tu étais encore le voleur de son cœur et le chasseur de ses peurs. et qu’elle détenait la clef, la clef qu’elle comptait utiliser pour t’enfermer. tu te souviens de la panique lorsque tu as senti qu’elle prenait le pouvoir au fur et à mesure que tes sentiments grandissaient, lorsqu’elle a commencé à te demander plus d’engagement alors que cela ne faisait pas parti de tes plans. y a que là qu’on peut respirer vraiment sous l’infinité tu te sens tellement petit, tu te demandes comment tu pourrais faire la différence pour prouver ton existence. tu te souviens ? de la première fois qu’on est tombé là-dessus ? c’était par hasard. c’était lors d’une soirée d’exploration, la jeunesse florissante et l’envie d’aventures grandissantes. c’était la curiosité qui vous guidait, l’envie d’intimité qui a vous a portée, d’étages en étages, jusqu’au sommet de l’univers, au plus près des étoiles. t’aurais presque pu y déposer une échelle, pour emmener anca sur la lune et lui prouver que rien ne pouvait vous arrêter. sauf la peur. mais a deux, vous n’étiez pas censés avoir peur. oui. on y est restés toute la nuit, et on est revenus les suivantes jusqu’à... la fin. ton départ et les fissures de vos cœurs. ton départ et l’apogée de ses pleurs. au fond j’aimerais juste.. tu retiens ton souffle et tu ne t’en rends même pas compte. la preuve que t’es encore prêt à crever pour elle, un mot et ton coeur s’arrête. comprendre pourquoi tout foire comme ca. elle a toujours pas compris, ta princesse, que ce sera toujours ainsi. elle. toi. mais pas de vous, ni de nous, toujours des cris, parce que vous êtes maudits et que ce n’est pas le sort que la vie vous a choisi. parce que nous deux ce n’était pas écrit. et on s’entête à vouloir faire marcher quelque chose qui n’était pas censé exister. c’est dur. à la seconde où cela sort de ta bouche tu voudrais retirer tes derniers mots, ne pas laisser cette conversation se terminer dans un souffle d'espoirs envolés. tu laisses un lourd silence s'installer entre vous, et tu t'en veux de faire souffrir encore ta belle après tout ce que tu lui as fait traverser. alors tu te confesses, à coeur ouvert et à souffle coupé. comme un murmure qui vole entre vous, tu n'es pas certain que cela sorte vraiment de toi, que ce soit ta voix qui puisse prononcer des mots tels que ceux-ci je t'aimais, comme un fou, tu sais. mais je ne suis pas celui qui t'étais destiné, jamais j'aurais pu te rendre heureuse anca, jamais autant que je l'aurais souhaité en tout cas. aveu de faiblesse, synonyme de prouesse. t'espères que la nuit va emporter ces paroles au loin, ne pas remuer les blessures encore vives que tu as déjà causées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5850-not-enough

avatar
petit poney
▹ posts envoyés : 1894
▹ points : 33
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : mad sounds (avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Ven 31 Aoû - 12:43

tu as raison, viens. Comme une invitation, un appel, du bout de la main. Instinctivement elle se rapproche, comble le vide, c’est mécanique, ancré dans son cerveau. Viens. Tous les deux, toujours tous les deux, des heures durant, juste un secret. Y a les mots qui fusent un peu trop vites, alors qu’elle se laisse bercer par l’ambiance silencieuse, feutrée. Les mots qu’elle retient pourtant toujours trop bien, mais pas cette fois, à croire qu’il a toujours ce foutu pouvoir sur elle, celui de la faire parler. oui. on y est restés toute la nuit, et on est revenus les suivantes jusqu’à... Pointe d’amertume dans la voix, elle frissonne un peu, secoue la tête. Jusqu’à ce qu’il parte, jusqu’à ce qu’elle craque. Comme un élastique sur lequel on a trop tiré, exploser. parce que nous deux ce n’était pas écrit. et on s’entête à vouloir faire marcher quelque chose qui n’était pas censé exister. Il continue avec les vérités, celles qu’on ne veut pas entendre, celle qu’on ne veut pas accepter. Elle secoue la tête Anca, soudain un peu trop emplie de mélancolie, comme l’envie de tourner les talons, que ça sert à rien de remuer encore une fois le couteau dans la plaie après toutes ces années. Elle voudrait tourner les talons mais pourtant elle ne le fait pas, elle reste là, silencieuse, à l’écouter parler. Elle ne fuira pas cette fois. je t'aimais, comme un fou, tu sais. mais je ne suis pas celui qui t'étais destiné, jamais j'aurais pu te rendre heureuse anca, jamais autant que je l'aurais souhaité en tout cas. Ah. C’est comme ça. Une vague explication, pour toutes ces questions qui l’ont hantées pendant ces dernières années. « T’as pas le droit de dire ça Mazéo » qu’elle murmure tout bas avant de soupirer. Non. Il n’a pas le droit de présenter ça comme ça. Conclure sur toutes ces larmes et ces cris avec un j’aurais jamais pu ou une connerie du genre. « T’en sais rien, de ce qui m’est destiné » [/color] même elle, elle n’a jamais su, brouillard perpétuel, avenir flou. « Que t’aurais jamais pu me rendre heureuse » malheureuse ça oui il l’a rendu trop de fois, à chialer sur des infidélités criantes, à se recroqueviller après des hurlements ravageurs. Pourtant y avait pas que ça, y a jamais eu que ça, y a toujours eu tellement plus. « Tu me rendais heureuse tout le temps, chaque seconde, à chaque fois. » elle avoue tout, même si c’est pas compliqué, suffit de la connaitre un peu pour savoir ce qui crame dans son cœur. « Y avait pas que du laid, tu peux pas le nier ça. T’as pas le droit. J’étais heureuse et je t’interdis de m’enlever ça » elle ne hausse pas la voix, juste étale le tout comme une évidence. Parce que ça l’est. C’est son évidence à elle, et qu’importe ce que disent les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre En ligne

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 28
▹ points : 16
▹ pseudo : EYLIKA
▹ crédits : CHAMPAGNE MAMI
▹ avatar : JORDAN MATHESON
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: yeeeees
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Lun 3 Sep - 21:54


elle se rapproche, ta poupée, sa chaleur est à peine palpable mais tu la sens, tout près. vos deux corps réunis sur ce toit qui vous a toujours connu, sous ce ciel qui vous observe et alors que les passants en bas ne se doutent rien dans la rue. qu'ici, là-haut, se déroule ceci. elle et toi, après tout ce temps, on en sourirait si ce n'était pas triste à en pleurer. qu'après tout ce mal la vie vous réunisse encore une fois, comme si c'était pas assez, comme si c'était un jeu et que la barre du sadisme n'était pas assez remplie. t'as pas le droit de dire ça Mazéo, elle secoue la tête, refuse d'entendre ta vérité. t’en sais rien, de ce qui m’est destiné. pas toi, pas toi, pas toi, c'est tout. c'est la seule évidence, c'est la seule chose dont tu es sûr, sur laquelle tu parierais ta vie si ça pouvait la sauver. que t’aurais jamais pu me rendre heureuse. elle ne l'était pas, elle ne pouvait pas l'être. qu'importe ce qu'elle dise, ce qu'elle en pense, elle n'a jamais connu le bonheur, n'aurait donc jamais pu le reconnaitre. surement pas avec ton visage, surement pas sous tes coups ou tes injures qui la faisaient frémir contre un mur. tu me rendais heureuse tout le temps, chaque seconde, à chaque fois. y avait pas que du laid, tu peux pas le nier ça. T’as pas le droit. J’étais heureuse et je t’interdis de m’enlever ça. à ton tour de secouer la tête, de nier ce qui sort d'entre ses lèvres. y'a rien de vrai, sinon vous seriez encore ensemble aujourd'hui. sinon rien n'aurait pu vous séparer, pas même le vent, la tempête, les ouragans et l'ananas sur les pizzas. les bleus sur ton corps anca, c'était pas une façon d'aimer ça. tu pouvais pas pleurer et être heureuse en même temps. et je pouvais pas te respectais et baiser d'autres en même temps. aïe, coup dur pour ta princesse. mais au moins maintenant tu le sais, là où t'as merdé. tu pourrais citer toutes les erreurs que t'as commises mais tu serais bien incapable de ne pas les reproduire. parce que c'est toi. parce que c'est elle. parce que c'est un cycle que vous ne pourrez jamais briser. mais dans un élan désespéré et plein d'espoir en même temps, tu tends le bras par dessus ses épaules, pour accueillir sa tête contre ton coeur. tu sais qu'il y a trop de choses là dedans qui tourbillonnent et font leur vie, ça doit peser sacrément lourd à porter chaque jour. alors s'il faut quelqu'un pour l'aider à soulever ses pensées et l'alléger de ses sombres idées, t'aimerais bien te porter volontaire. mais putain maze, qu'est-ce qui t'a pris ? qu'est-ce que t'étais ? qu'est-ce que t'as fait ? pour laisser filer ta anca, pour la laisser s'envoler, glisser entre tes doigts. où t'étais quand sur la terre ses larmes s'écrasaient ? qu'est-ce que tu foutais avec tes doigts à peinturlurer sa peau d'un violet coupable et torturé ? à quel moment t'as cru que ta place était dans un lit différent du sien ? que toutes ces tchoins valaient plus qu'une anca dans tes bras ? qu'est-ce qui va pas chez toi ? je suis désolé. d'être toi, d'être avec elle. de ta queue qui a fait le tour du monde, de tes phalanges qui l'ont redessinée, de tes paroles indélébiles qui l'ont poussée à essayer de se suicider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5850-not-enough

avatar
petit poney
▹ posts envoyés : 1894
▹ points : 33
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : mad sounds (avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Sam 8 Sep - 21:02

les bleus sur ton corps anca, c'était pas une façon d'aimer ça. tu pouvais pas pleurer et être heureuse en même temps. et je pouvais pas te respectais et baiser d'autres en même temps. Y a un truc qui vrille quelque part dans sa gorge, dans son cœur, une douleur qu’elle pensait éteinte, après tous ces mois de thérapie. Pourtant c’est la première fois qu’il admet ses erreurs à vive voix. Première fois qu’il lui avoue l’avoir trompé et puis tout le reste, les coups, les larmes, la tristesse. « T’es injuste » qu’elle murmure tout bas alors qu’il se rapproche un peu plus, quand il l’attire contre lui y a les gestes qui reviennent, les muscles qui se souviennent. Elle vient poser sa tête contre sa poitrine, ferme les yeux, se laisse transporter un peu plus loin avant, quand tout allait bien, les premiers mois, les premières fois. je suis désolé. Dernière page qui se tourne, elle ne pensait pas avoir besoin de ces mots, de ces excuses, et pourtant les entendre dans la bouche de Mazéo ça referme la dernière plaie, enlève un poids. Parait qu’elle pardonne trop facilement, trop douce, trop gentille, elle contrebalance avec sa famille trop rancunière. « Je t’en veux plus depuis longtemps tu sais » comme un pâle sourire qui s’étale sur son visage, y a une tranquillité qui l’enveloppe, au loin y a son cerveau qui hurle un peu, pas assez fort, qui lui dit de se tirer, mais le cœur qui prend le dessus. Comme toujours. Trop fort. « J’ai eu le temps d’y penser tu sais » elle se décale un peu pour lui faire face, pour le regarder le dévisager. Il n’a pas changé, pas vraiment, juste les années qui ont posé quelques bleus supplémentaire sur son palpitant déjà bien assez torturé. Elle le voit, elle l’a toujours vu, il n’a jamais réussi à le lui cacher. « A tout ça, à nous. A tout le reste. Alors crois moi quand je te dis que t’es injuste » y a la main qui vient se poser contre sa joue, elle secoue doucement la tête. « Parfois je me demande ce que ça aurait donné si on était resté ensemble » le rire qui lui échappe alors qu’elle continue de le regarder. « P’têtre qu’on aurait trouvé un équilibre. P’têtre qu’on se serait juste planté. » qui sait. Ils ne sauront jamais. Alors elle laisse le silence s’installer, profite de la chaleur diffuse de sa peau sous sa paume, ça apaise le reste, les tourments, les tristesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre En ligne

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 28
▹ points : 16
▹ pseudo : EYLIKA
▹ crédits : CHAMPAGNE MAMI
▹ avatar : JORDAN MATHESON
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: yeeeees
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Sam 8 Sep - 22:37


à quoi bon faire entrer des gens dans ta vie, en sachant qu'un jour ils deviendront de simples inconnus à tes yeux ? à quoi bon laisser une porte ouverte vers ton coeur, et prendre le risque qu'ils partent sans dire au revoir ? comment fait-on pour oublier quelqu'un, qui a entremêlé sa vie à la tienne pendant des années ? est-ce vraiment nécessaire de s'ouvrir et souffrir, quand on peut simplement ne compter que sur soi ? que faire quand la solitude devient un choix, quelque chose que l'on désire plutôt que l'on redoute ? c'était ta décision, après ton départ, après anca. celle de ne plus blesser, celle de ne plus aimer. laisser ton coeur vide, pour ne pas que les intrus se sentent étouffés entre ses murs, pour que les meubles ne les cognent pas sans faire exprès, et pour qu'on ne s'y sente pas suffisamment chez soi pour y rester et s'installer. t'es injuste. mais anca, qui a dit que la vie était juste ? qui a dit que t'étais né du paradis et pas tombé en enfer ? qu'il y avait quelqu'un d'assez puissant pour assurer un équilibre ici bas entre le bien et le mal ? que tous ces gens qui crèvent de faim trouvent justice lorsqu'ils épient les porsche carrera qui tournent dans le coin ? je t'en veux plus depuis longtemps tu sais. dit-elle en posant sa tête contre toi. ton coeur bat, s'emballe, si fort, il n'y a vraiment que pour elle qu'il se bat autant pour vivre. c'est peut-être pour ça que je ne te mérite pas. anca, toujours trop douce, trop gentille, trop pour toi. t'avais sans cesse l'impression d'abuser d'elle, la peur de la briser et c'est ce qui est arrivé. j’ai eu le temps d’y penser tu sais. à tout ça, à nous. à tout le reste. alors crois moi quand je te dis que t’es injuste. qui d'autre à part elle pourrait te pardonner ? qui d'autre pourrait bien encore te toucher ? après tout ce que t'as fait, tu te sens béni qu'elle veuille bien encore te parler. tu sais bien que je ne suis pas d'accord, tu essaies de m'enlever les torts que j'essaie d'assumer, laisse moi être le méchant dans l'histoire, car ça ne peut vraiment pas être toi. ta voix se fait un peu plus dur, pour qu'elle comprenne que tu es sérieux, que cette fois tu as compris, qu'il était temps de grandir. prendre tes responsabilités, ne pas te soustraire aux conséquences de tes actes. regarder les blessures. ne pas tourner le regard. parfois je me demande ce que ça aurait donné si on était resté ensemble. p’têtre qu’on aurait trouvé un équilibre. p’têtre qu’on se serait juste planté. non, anca. il vaut mieux pas que vous vous aventuriez sur ce chemin, celui des regrets et des "et si". y a rien de bon à en tirer, l'histoire a été écrite, pourquoi vouloir la changer. tu attrapes doucement sa tête avec tes deux mains, approche tes lèvres de son front, dépose un baiser en chuchotant p'têtre qu'on se serait détruits, parce qu'on s'aimait trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5850-not-enough

avatar
petit poney
▹ posts envoyés : 1894
▹ points : 33
▹ pseudo : zoé (baalsamine)
▹ crédits : mad sounds (avatar) & sial(sign)
▹ avatar : Taylor Lashae
▹ signe particulier : cicatrices sur tout le corps qu'elle tente maladroitement de cacher, souvenirs d'épisodes de folie désespérée. Une voix douce, des doigts de fées, une chaleur humaine parfois trop brulante. Syndrome du Saint Bernard qui colle au coeur.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: bookée
+ contacts:

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   Mer 12 Sep - 13:53

Elle a l’impression que le temps s’est arrêté. Une bulle, faille temporelle, juste lui et elle sur un toit paumé dans une ville perdue. C’est juste lui et elle, la sincérité, ptêtre la première fois depuis leur rencontre qu’ils se disent la vérité. Et c’est étrange. c'est peut-être pour ça que je ne te mérite pas. Non. Surement qu’il ne la mérite pas. C’est ce que son père lui dit à longueur de journée, que personne ne la méritera jamais assez, qu’elle se casse trop les os pour quelques miettes d’attention en retour, que ça la tuera un jour. Preuve sur ses bras, sur son ventre, sur ses cuisses. Trainées blanches, cicatrices, évacuer la douleur intérieure. Pourtant Anca n’est pas d’accord. Elle a sa propre vision. Elle l’a toujours eu. L’impression que le monde entier veut lui dicter ses choix quand elle a envie de hurler le contraire. Tu me mérites qu’elle murmure du bout de ses lèvres, silencieuse, il ne le verra pas, il ne l’entendra pas. Mais ça se perd dans l’air.
tu sais bien que je ne suis pas d'accord, tu essaies de m'enlever les torts que j'essaie d'assumer, laisse moi être le méchant dans l'histoire, car ça ne peut vraiment pas être toi. Y a un changement dans sa voix, même après tout ce temps elle arrive à les repérer. Soupire, elle secoue la tête, voudrait lui montrer l’étendue de ses pensées pour qu’il comprenne. Elle a toujours été bien trop mauvaise pour parler. « Ou alors y a juste pas de méchant. Ni de gentils » continuer de le toucher, sentir la chaleur de sa peau, sentir sa vie, l’illusion bien trop réelle. « On est humain Mazéo. On est pas parfait. » ça elle le sait que trop bien, à vouloir atteindre la perfection, ne réussir qu’à chuter un peu plus. Ca laisse un gout d’amertume dans la bouche, sur la langue. Elle voudrait s’en débarrasser mais c’est comme ça. Vie merdique. Vie pourrie. Y a les mots qui lui manquent, elle sait pas vraiment comment expliquer. Il lui vole le reste quand il se rapproche, mains sur ses joues, quand il vient l’embrasser un peu trop doucement sur son front. Ca fait déraper un truc, son cœur qui serre trop fort, comme avant. Y a jamais eu personne d’autre pour lui faire aussi mal, aussi fort, qu’elle aime autant. Paradoxe. Terrible paradoxe. p'têtre qu'on se serait détruits, parce qu'on s'aimait trop. Surement oui. Surement. Il a raison, encore une fois, comme trop souvent.
« Ah donc tu m’aimais trop » ravaler le reste pour plaquer un sourire moqueur sur le visage alors qu’elle rigole un peu. Il lui aura fallut tout ce temps pour lui arracher la vérité. Trop prêt, toujours trop prêt, elle se fait violence pour ne pas combler le vide, juste le face à face, les quelques centimètres qui les séparent qui sont bien trop peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5716-dans-la-nuit-anca http://thenotebook.forumactif.org/t5013-taches-d-encre En ligne
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: flashback | back to you (mazanca)   

Revenir en haut Aller en bas
 

flashback | back to you (mazanca)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Premium Kit Sigma are back !
» back to mac après dépotage
» *RESOLU* fdt fix fluid sans bouchon -> back to mac ?
» Le come-back de Johnny
» Back to MAC: pas en Belgique?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.