Partagez | .
 

 trapped. (sidax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
panini groupie
▹ posts envoyés : 2220
▹ points : 15
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & bonnie/skate vibes (icones)
▹ avatar : sid ellisdon
▹ signe particulier : les mains toujours écorchées, l'air sombre, il zone et ne donne pas envie d'être approché.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: 5/6.
+ contacts:

MessageSujet: trapped. (sidax)   Lun 13 Aoû - 1:42

Il n'est pas censé travailler ce soir. Ellis a dit que ça suffisait, qu'il faisait trop de dégâts ces derniers temps et qu'il devait ralentir le rythme. S'occuper de sa situation personnelle au lieu de se réfugier dans le boulot et de prendre trop de risques inutiles. La police est en alerte depuis les kidnappings, encore plus depuis l’enchaînement des agressions des dernières semaines. Et Elis fait profil bas, évite d'attirer l'attention sur lui. Mais Jax n'arrive pas à suivre le mouvement. Ingérable, il ne sait plus quoi faire de sa douleur, de son chagrin, et déverse tout dans les coups qu'il distribue. Au point de se montrer imprudent. Alors non, il ne devait pas travailler ce soir. Mais ça fait bientôt une semaine qu'Ellis le tient éloigner des affaires et ça le rend dingue. Il tourne en rond, comme un fauve habitué à être enfermé en cage et qui viendrait de retrouver une liberté dont il ne sait pas quoi faire. Il a besoin de sa routine, besoin d'avoir un programme, de savoir qu'il n'a pas le temps de se poser, de penser, de cogiter. Il veut rentrer tard, fuir la maison, être épuisé et s'écrouler sur le lit sans qu'Halina ne lui pose de questions. Il veut se fatiguer, pour recommencer à dormir. Parce qu'il va craquer à force de garder les yeux ouverts chaque nuit. Le sommeil s'est fait la malle, ses démons l'ont fait fuir avant de prendre sa place. Cauchemars éveillés et angoisses qui le mettent en sueur, toutes les nuits sans exception. Y a trop d'images dans sa tête. Des souvenirs qui se mélangent et qui font mal. Salem et Hagar. Et il ne peut pas s'empêcher de s'en vouloir, il aurait dû voir leurs descentes. Il aurait dû réagir avant. Les sauver de tout ça. Il aurait dû être là. Mais il n'a rien fait. Quand il s'est décidé à intervenir il était déjà trop tard. Et comme si ça ne suffisait pas, s'accumule à ça les souvenirs de tout le cirque. Le souvenir du cadavre laissé par Zyki. Le souvenir de la police, des cris, des lumières, des arrestations, des militants activistes. Et tout ça l'empêche de dormir. Alors ce soir, il désobéit. Il quitte le lit, laisse Halina qui dort plus ou moins, elle aussi secouée par des songes difficiles. Il se rhabille et file de la maison. Il s'arrête juste un instant pour prendre le temps de flatter l'encolure de Panini qui le dévisage, intriguée. Petite bête intelligente qui souffre de l'ambiance autour d'elle. Il l'a trouve particulièrement éteinte depuis qu'ils sont ici. Sûrement la délaisse-t-il un peu trop. Son cœur qui se serre à cette pensée mais il ne s'éternise pas. La chaleur de sa chèvre et son souffle délicat ne suffit plus à l'apaiser comme autrefois. Il a besoin de violence. Il ne veut pas de réconfort. Il veut un exutoire.

Et c'est comme ça qu'il se retrouve à traverser la moitié de la ville pour retourner chez un gars qu'il avait déjà amoché il y a deux semaines de ça. Il sait de source sûre que le gars n'a toujours pas payé malgré son dernier avertissement. Il se persuade que c'est une bonne raison pour débarquer chez lui au beau milieu de la nuit même si personne ne le lui a demandé. Une bonne excuse pour cogner et donner satisfaction au malin dans sa tête. Et tout s'enchaîne très vite. Sans qu'il ne s'en rende compte, il se retrouve devant la porte du gars et tape dessus comme un forcené. Et dès que l'a porte s'entrouvre il pousse violemment dessus, faisant tomber l'homme au passage. Il claque la porte derrière lui et se jette sur le type. Il ne dit pas un mot, ne se présente pas, ne réclame rien. Et une partie de lui s'éteint, désapprouvant viscéralement cet accès injustifié de rage, laissant le devant de la scène à ses plus bas instincts. Et dans la pénombre de l'appartement se déroule un véritable carnage. Les coups qui pleuvent à moitié à l'aveuglette, Jax qui en récolte un paquet au passage. La bouche en sang qui colore ses dents, le liquide épais qui roule ensuite sur sa nuque, sur ses fringues. Mais il finit par reprendre le dessus au moment où il sort son couteau, lame autrefois immaculée, aujourd'hui salie par les coups de folie de son propriétaire. Et il le plante sauvagement dans le bras du gars, le punaisant au mur du salon. L'homme qui hurle, immobilisé. La douleur si vivace lui fait perdre ses moyens, il ne cherche plus à se défendre, alors il bégaie, il supplie. — Enlève le... S'te plaît, putain, enlève le. La voix chevrotante Jax recule de deux pas, montée d'angoisse qui lui noue les tripes et l'air vint à lui manquer. Il se plie en deux, déstabilisé par les sanglots du mec qui semble souffrir le martyr. Il pose son pouce et son index autour de l'arrête de son nez, continuant de se maculer encore plus le visage de sang. Il tente de reprendre son souffle, de remettre ses idées en place. Plusieurs minutes s'écoulent avant qu'il ne se reprenne enfin en main. Il déglutit et s'approche, ses yeux qui fuient ceux du gars malgré l'obscurité. Et au moment où sa main se pose sur le manche de son poignard, la porte s'ouvre en grand et la lumière s'allume. Il retire la lame d'un coup sec et l'homme s'écroule au sol en lâchant un grognement de soulagement. Jax pivote aussitôt, fait tournoyer le couteau entre ses doigts avec une habilité évidente, pour le tenir de façon à pouvoir l'envoyer rapidement sur l'intrus si besoin. Mais l'arme reste sagement logée entre ses doigts lorsqu'il reconnaît l'homme. Et le costume ridicule qu'il porte. Celui de la police. Jax se fige, colère froide qu'il contient tant bien que mal sous un masque rigide et impassible. Et il le toise en silence, son regard qui dévie derrière Sidney, s'attendant à voir surgir Jo d'une seconde à l'autre. Mais rien. Juste lui et le flic. Jax détourne son regard pour observer la pièce. On dirait qu'une tornade est passée dedans. Sans parler des éclaboussures de sang qui sont venues tâcher le sol, les murs et les meubles. Il inspire un grand coup, contrarié. Il ne sait pas comment il va pouvoir se sortir de cette situation merdique. Mais une chose est sûre : Sid ne repartira pas avec lui. Pas vivant en tout cas. Il n'a toujours pas bougé d'un millimètre lorsqu'il prend enfin la parole. Sa voix est étrangement calme, posée. Dans une maîtrise totale, comme si la situation était d'une banalité affligeante. — Tu devrais refermer la porte avant qu'un voisin voit ça. Ses doigts bougent légèrement autour du manche, avant de resserrer leur prise un peu plus fermement. Comme pour signifier à Sid de ne pas s'approcher au risque de provoquer une catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t201-troublemaker http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement http://thenotebook.forumactif.org/t219-jax-roses http://thenotebook.forumactif.org/t762-jax-roses-formspring http://miserunt.tumblr.com/
 

trapped. (sidax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sweet love, trapped in your love....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground :: home sweet home-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.