Partagez | .
 

 trapped. (sidax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
halina 4ver, je ne t'oublierai jamais
▹ posts envoyés : 2383
▹ points : 29
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & bonnie/skate vibes (icones)
▹ avatar : sid ellisdon
▹ signe particulier : les mains toujours écorchées, l'air sombre, il zone et ne donne pas envie d'être approché.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: 5/6.
+ contacts:

MessageSujet: trapped. (sidax)   Lun 13 Aoû - 1:42

Il n'est pas censé travailler ce soir. Ellis a dit que ça suffisait, qu'il faisait trop de dégâts ces derniers temps et qu'il devait ralentir le rythme. S'occuper de sa situation personnelle au lieu de se réfugier dans le boulot et de prendre trop de risques inutiles. La police est en alerte depuis les kidnappings, encore plus depuis l’enchaînement des agressions des dernières semaines. Et Elis fait profil bas, évite d'attirer l'attention sur lui. Mais Jax n'arrive pas à suivre le mouvement. Ingérable, il ne sait plus quoi faire de sa douleur, de son chagrin, et déverse tout dans les coups qu'il distribue. Au point de se montrer imprudent. Alors non, il ne devait pas travailler ce soir. Mais ça fait bientôt une semaine qu'Ellis le tient éloigner des affaires et ça le rend dingue. Il tourne en rond, comme un fauve habitué à être enfermé en cage et qui viendrait de retrouver une liberté dont il ne sait pas quoi faire. Il a besoin de sa routine, besoin d'avoir un programme, de savoir qu'il n'a pas le temps de se poser, de penser, de cogiter. Il veut rentrer tard, fuir la maison, être épuisé et s'écrouler sur le lit sans qu'Halina ne lui pose de questions. Il veut se fatiguer, pour recommencer à dormir. Parce qu'il va craquer à force de garder les yeux ouverts chaque nuit. Le sommeil s'est fait la malle, ses démons l'ont fait fuir avant de prendre sa place. Cauchemars éveillés et angoisses qui le mettent en sueur, toutes les nuits sans exception. Y a trop d'images dans sa tête. Des souvenirs qui se mélangent et qui font mal. Salem et Hagar. Et il ne peut pas s'empêcher de s'en vouloir, il aurait dû voir leurs descentes. Il aurait dû réagir avant. Les sauver de tout ça. Il aurait dû être là. Mais il n'a rien fait. Quand il s'est décidé à intervenir il était déjà trop tard. Et comme si ça ne suffisait pas, s'accumule à ça les souvenirs de tout le cirque. Le souvenir du cadavre laissé par Zyki. Le souvenir de la police, des cris, des lumières, des arrestations, des militants activistes. Et tout ça l'empêche de dormir. Alors ce soir, il désobéit. Il quitte le lit, laisse Halina qui dort plus ou moins, elle aussi secouée par des songes difficiles. Il se rhabille et file de la maison. Il s'arrête juste un instant pour prendre le temps de flatter l'encolure de Panini qui le dévisage, intriguée. Petite bête intelligente qui souffre de l'ambiance autour d'elle. Il l'a trouve particulièrement éteinte depuis qu'ils sont ici. Sûrement la délaisse-t-il un peu trop. Son cœur qui se serre à cette pensée mais il ne s'éternise pas. La chaleur de sa chèvre et son souffle délicat ne suffit plus à l'apaiser comme autrefois. Il a besoin de violence. Il ne veut pas de réconfort. Il veut un exutoire.

Et c'est comme ça qu'il se retrouve à traverser la moitié de la ville pour retourner chez un gars qu'il avait déjà amoché il y a deux semaines de ça. Il sait de source sûre que le gars n'a toujours pas payé malgré son dernier avertissement. Il se persuade que c'est une bonne raison pour débarquer chez lui au beau milieu de la nuit même si personne ne le lui a demandé. Une bonne excuse pour cogner et donner satisfaction au malin dans sa tête. Et tout s'enchaîne très vite. Sans qu'il ne s'en rende compte, il se retrouve devant la porte du gars et tape dessus comme un forcené. Et dès que l'a porte s'entrouvre il pousse violemment dessus, faisant tomber l'homme au passage. Il claque la porte derrière lui et se jette sur le type. Il ne dit pas un mot, ne se présente pas, ne réclame rien. Et une partie de lui s'éteint, désapprouvant viscéralement cet accès injustifié de rage, laissant le devant de la scène à ses plus bas instincts. Et dans la pénombre de l'appartement se déroule un véritable carnage. Les coups qui pleuvent à moitié à l'aveuglette, Jax qui en récolte un paquet au passage. La bouche en sang qui colore ses dents, le liquide épais qui roule ensuite sur sa nuque, sur ses fringues. Mais il finit par reprendre le dessus au moment où il sort son couteau, lame autrefois immaculée, aujourd'hui salie par les coups de folie de son propriétaire. Et il le plante sauvagement dans le bras du gars, le punaisant au mur du salon. L'homme qui hurle, immobilisé. La douleur si vivace lui fait perdre ses moyens, il ne cherche plus à se défendre, alors il bégaie, il supplie. — Enlève le... S'te plaît, putain, enlève le. La voix chevrotante Jax recule de deux pas, montée d'angoisse qui lui noue les tripes et l'air vint à lui manquer. Il se plie en deux, déstabilisé par les sanglots du mec qui semble souffrir le martyr. Il pose son pouce et son index autour de l'arrête de son nez, continuant de se maculer encore plus le visage de sang. Il tente de reprendre son souffle, de remettre ses idées en place. Plusieurs minutes s'écoulent avant qu'il ne se reprenne enfin en main. Il déglutit et s'approche, ses yeux qui fuient ceux du gars malgré l'obscurité. Et au moment où sa main se pose sur le manche de son poignard, la porte s'ouvre en grand et la lumière s'allume. Il retire la lame d'un coup sec et l'homme s'écroule au sol en lâchant un grognement de soulagement. Jax pivote aussitôt, fait tournoyer le couteau entre ses doigts avec une habilité évidente, pour le tenir de façon à pouvoir l'envoyer rapidement sur l'intrus si besoin. Mais l'arme reste sagement logée entre ses doigts lorsqu'il reconnaît l'homme. Et le costume ridicule qu'il porte. Celui de la police. Jax se fige, colère froide qu'il contient tant bien que mal sous un masque rigide et impassible. Et il le toise en silence, son regard qui dévie derrière Sidney, s'attendant à voir surgir Jo d'une seconde à l'autre. Mais rien. Juste lui et le flic. Jax détourne son regard pour observer la pièce. On dirait qu'une tornade est passée dedans. Sans parler des éclaboussures de sang qui sont venues tâcher le sol, les murs et les meubles. Il inspire un grand coup, contrarié. Il ne sait pas comment il va pouvoir se sortir de cette situation merdique. Mais une chose est sûre : Sid ne repartira pas avec lui. Pas vivant en tout cas. Il n'a toujours pas bougé d'un millimètre lorsqu'il prend enfin la parole. Sa voix est étrangement calme, posée. Dans une maîtrise totale, comme si la situation était d'une banalité affligeante. — Tu devrais refermer la porte avant qu'un voisin voit ça. Ses doigts bougent légèrement autour du manche, avant de resserrer leur prise un peu plus fermement. Comme pour signifier à Sid de ne pas s'approcher au risque de provoquer une catastrophe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t201-troublemaker http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement http://thenotebook.forumactif.org/t219-jax-roses http://thenotebook.forumactif.org/t762-jax-roses-formspring http://miserunt.tumblr.com/

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Dim 19 Aoû - 13:16

Il n'aime pas patrouiller seul si tard le soir. Les rues sont quasiment vides, il n'y a que du bitume à perte de vue et la lumière des lampadaires qui glisse sur le pare-brise. Rien d'autre que le silence dans l'habitacle, entrecoupé par les grésillements sporadiques de la radio. Ses pensées prennent trop de place. Ça tourne et ça tourne et il ne peut rien y faire. Il voudrait que Jo soit là pour qu'il puisse lui raconter des choses qui ne l'intéressent pas, jusqu'à ce qu'elle lui souffle de la fermer. Il voudrait mettre un peu de musique, monter le son assez fort pour étouffer les maux de sa cervelle et se rendre sourd. Mais Jo est restée au poste avec un type qu'elle a arrêté et il n'y a pas d'autoradio ; la seule chose qui trouble le silence est le bruit du moteur. C'est dans sa tête que c'est la cacophonie, les idées qui se succèdent et marinent et pourrissent à l'intérieur de lui, prenant racine dans toutes les crevasses que le temps a creusé. Ses doigts s'agitent nerveusement sur le volant et brûlent d'envie de rouler un joint, mais il peut pas. Pas en service. Quand il avale sa salive, il a l'impression d'avoir la gorge en papier de verre et il voudrait vider un bar pour s'anesthésier, mais il peut pas. Pas en service. Tout ce qu'il peut faire, c'est tourner en rond dans Savannah comme les pensées le font dans sa boîte crânienne. À en devenir fou.

Il sursaute quand une voix intervient entre les crépitements sur la fréquence. Elle annonce du tapage nocturne et des signes indiquant une altercation à domicile, dans l'underground. Là où il est. Sans hésiter, il attrape la radio pour signaler qu'il est dans la zone et disponible pour s'y rendre. On lui donne l'adresse. Il fonce.

Arrivé à destination, il se gare rapidement et est accueilli par une petite vieille en robe de chambre, sur le palier de la maison d'à côté. « C'est moi qu'ai appelé. On a pas idée d'faire un boucan pareil à cette heure, franchement ! » Elle glisse une cigarette entre ses lèvres ridées, l'allume en regardant Sid par-dessus les verres de ses lunettes. Il n'a pas le temps de répondre ni de s'éloigner, elle enchaîne. « Hésitez pas à l'embarquer, il apporte que des problèmes ce type. Sa junkie de copine fait que brailler tout l'temps, vous imaginez, vous ? J'vous jure, chaque fois c'est pareil, on croirait qu'ils s'entretuent. P't'être que c'est fait, j'entends plus rien d'puis tout à l'heure. » Il tourne la tête vers la bicoque usée, fronce un peu les sourcils en voyant qu'il n'y a pas de lumière. « Eh bien ? Vous attendez p't'être que j'vous tienne la main pour y aller ? » Ça lui arrache un petit sourire alors qu'elle le fixe avec insistance, lui laissant enfin l'occasion de participer à la conversation – qui ressemblait plutôt à un monologue, finalement. « Je vais m'en occuper, vous en faites pas. Bonne fin de nuit. » Il hoche le menton et s'avance enfin vers la baraque, tendant l'oreille à chaque pas qu'il fait. Il ne voit pas de mouvement à cause de la pénombre qui règne à l'intérieur, mais il finit par entendre ce qui ressemble à des sanglots étouffés, et les mots de la vieille résonnent encore à ses oreilles. Il ne frappe qu'une fois avant d'ouvrir la porte brusquement, tâtonnant quelques secondes pour trouver l'interrupteur. « Police– » Le spectacle qui l'accueille lui coupe la chique. Ses yeux s'agrandissent en tombant sur la silhouette qui lui fait face et le couteau qu'il voit pointé dans sa direction, prêt à être lancé. Derrière la pellicule de sang, il reconnaît les traits de Jax et se crispe, le détaillant de haut en bas avant de scanner rapidement la pièce. Les meubles fracassés, les objets qui ont volé, l'hémoglobine qui a fait des taches un peu partout. Son regard finit par tomber sur la carcasse gémissant au sol – la victime de Jax. Ça lui glace le sang.

Il a la gorge sèche et du plomb dans le bide.

« Tu devrais refermer la porte avant qu'un voisin voit ça. » Sa voix paraît si calme que c'en est dérangeant, et Sid prend une seconde pour évaluer ses mots ainsi que la situation. Malgré le ton posé, ça ressemble à une menace déguisée, comme la promesse de le découper en morceaux une fois la porte fermée. Il observe Jax, son couteau, ses phalanges qui se resserrent sur le manche. Sa propre main plane près de l'arme à sa ceinture, mais il sait qu'il n'aurait pas le temps de dégainer assez vite. Jax est lanceur de couteaux – il n'a aucune chance.

Il finit par lever les mains devant lui en signe de paix, avant de chercher la porte du bout des doigts, sans jamais le quitter des yeux. Il la referme derrière lui, toujours face à Jax, lui montrant ses paumes à nouveau. « Fais pas de connerie. » Y a aucune émotion dans sa voix, mais il a beau tenter d'avoir l'air assuré, il ne l'est pas du tout. Ses yeux le trahissent, sa façon de déglutir aussi. « Tu peux ranger ton couteau, s'il te plaît ? » Ses mains finissent par retomber contre ses cuisses doucement alors qu'il se redresse un peu, gardant son sang froid malgré la crainte qui lui cisaille les entrailles. « Y a que moi. » Jo n'est pas là, et il donnerait tout pour la faire apparaître d'un claquement de doigts. Il sait qu'elle côtoie Jax et qu'elle aurait su comment agir. Mais pas lui. La dernière fois qu'il lui a fait face, toutes ses tentatives d'établir une communication se sont soldées par un échec. Faut croire que le karma aime le coller dans des situations impossibles.

« On peut discuter. » Il voudrait aller près du type qui a l'air de souffrir le martyr, mais il a peur que Jax en profite pour se barrer en courant. Alors il reste planté devant la porte, ses yeux qui le lâchent une seconde pour se poser sur l'autre. « Appuyez sur votre blessure. J'vais appeler les secours. » Un grommellement lui répond mais il n'y comprend rien, et il porte rapidement son attention sur Jax à nouveau. « Tu peux commencer par m'expliquer ce qu'il se passe ? » Il essaie de gagner du temps, faisant un pas vers lui, prudent. Il peut pas se risquer à y aller au frontal et il le sait, alors il tente autre chose, affichant un calme olympien, cherchant à ne pas le brusquer. C'est qu'une façade. La vérité c'est qu'il a l'impression qu'au moindre faux pas, Jax n'hésitera pas à le planter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

avatar
halina 4ver, je ne t'oublierai jamais
▹ posts envoyés : 2383
▹ points : 29
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & bonnie/skate vibes (icones)
▹ avatar : sid ellisdon
▹ signe particulier : les mains toujours écorchées, l'air sombre, il zone et ne donne pas envie d'être approché.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: 5/6.
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Jeu 23 Aoû - 9:43

Le malaise de Sidney est palpable, mais Jax reste indifférent. Il se contente de le fixer, de l'analyser pour savoir quelle sera la meilleure méthode pour le mettre hors course sans faire de dégâts supplémentaires - Jo lui en voudrait. Il le regarde lever les mains devant lui et c'est plutôt une bonne chose, ça maintient le calme de Jax à un niveau convenable. C'est encore mieux quand il vient fermer la porte, l'abritant alors du regard d'éventuels témoins gênants. Ça ne lui ait encore jamais arrivé et il préfère que ça reste ainsi, il ne sait pas ce qu'il serait amené à devoir faire dans le cas contraire. — Fais pas de connerie. Il hausse un peu les épaules. — J'en ai pas l'intention. Qu'il répond tranquillement. Sous-entendu, il n'en fera pas si on ne le contrarie pas. Et ce soir particulièrement, il n'est pas d'humeur à supporter la contrariété. — Tu peux ranger ton couteau, s'il te plaît ? Y a que moi. La main de Jax qui serre plus fort le couteau en guise de refus. — Justement. Sans la présence de Jo, rien ne lui garantit que Sidney le laissera partir sans l'arrêter ou sans chercher à l'incriminer plus tard. Donc non, il ne lâchera pas le couteau. Il est sa seule chance d'une échappatoire face à Sidney. Et il voit bien que ça lui donne un certain pouvoir sur lui. Sidney n'est pas tranquille face à lui. Stressé malgré le calme qu'il tente d'afficher. Jax le sent, ça inonde la pièce. C'est le même genre de sensation que lorsqu'il était sur scène, prêt à envoyer les couteaux autour d'Halina et que la foule retenait son souffle, craignant une catastrophe. Et ça l'enhardit, ça le fait se sentir encore plus fort. Presque invincible. Cette sensation lui manque et il comprend alors pourquoi il a plongé si profondément dans les affaires d'Ellis. Parce que ça lui provoque une sensation équivalente. Le pouvoir, la peur, la crainte. Ce n'est pas la même, elle est moins belle, moins enivrante. Elle est pleine de sang et de cris. Mais il s'en contente, il n'a rien trouvé de mieux. Comme un drogué qui se rabattrait sur de la poudre coupée à de la merde parce que son dealeur ne lui fournit plus sa came habituelle. — On peut discuter. Pour toute réponse, Jax garde le silence. Mutin. Comme il sait si bien le faire. Jax ne discute pas, surtout pas dans pareil moment. Il se contente d'observer Sidney, continue de réfléchir pour essayer de trouver le meilleur moyen de sortir d'ici sans rien risquer. Les prunelles du policier lui échappe un instant, alors qu'il se met à parler à l'homme à terre - il l'avait presque oublié. — Appuyez sur votre blessure. J'vais appeler les secours. Une légère pulsion le traverse, il fait un mouvement en avant. Trois fois rien, ses pieds ne décollent même pas du sol, c'est juste pour attirer son attention sur lui. Pour lui montrer que sa phrase vient de le contrarier et qu'il lui a fait perdre un peu de sa patience - la jauge sera vite vide. — Personne ne sera appelé tant que j'serais dans cette pièce. C'est grogné tout bas, mais parfaitement audible. Ses prunelles claires vrillées sur Sidney, prédateur qui ne lâche pas sa proie du regard un seul instant. Prêt à bondir à la moindre occasion. Sidney fait un pas dans sa direction et ça le tend, son apparence calme s'effrite encore un peu plus. Le bras qui tient son couteau qui se plie légèrement, comme avant une impulsion. Il est prêt à lancer si Sidney réduit encore la distance. — Tu peux commencer par m'expliquer ce qu'il se passe ? Non, il ne peut pas. Mais il devine que Jo n'a rien dit de ce qu'elle savait sur ses activités illicites et ça l'arrange. Il sait qu'elle a compris depuis longtemps, elle n'est pas stupide. C'est un bon flic et une fine observatrice. Mais elle fait celle qui ne voit rien et elle reste à l'écart de ça. Et ça le rassure de voir qu'elle a gardé cette information pour elle. Jax finit par faire quelques pas sur la droite, comme s'il suivait la courbure d'un cercle, se rapprochant légèrement de la porte. — J'vais te dire ce qu'il va se passer. Si tu veux l'sauver avant qu'il se vide de son sang, tu vas gentiment me laisser partir. Et tu vas oublier ce que t'as vu. J'suis jamais venu ici. Sans lâcher le flic du regard, il hausse un peu la voix pour s'adresser à l'homme qui gémit plus loin. — J'suis jamais venu, pas vrai ? Et entre deux sanglots douloureux, l'homme confirme faiblement, contraint. Il sait comment fonctionne ce milieu, ce n'est pas la première fois qu'il emprunte de l'argent à Ellis. S'il vend Jax à la police, ils lui feront cracher sa thune avant de le buter salement. Jax penche légèrement la tête sur le côté et hausse les sourcils, l'air de dire : on est d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t201-troublemaker http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement http://thenotebook.forumactif.org/t219-jax-roses http://thenotebook.forumactif.org/t762-jax-roses-formspring http://miserunt.tumblr.com/

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Dim 2 Sep - 15:14

« J'en ai pas l'intention. » Il comprend le message caché derrière ces quelques mots. Il en a pas l'intention, tant qu'on ne l'y pousse pas. Et au vu de la tension qui règne dans l'air, une étincelle suffirait à tout faire basculer. Sid marche sur un fil tranchant et il le sait. Ses mots sont choisis soigneusement, il reste calme, poli, respectueux. Regard rivé dans celui de Jax, immobile, bras ballants pour se donner l'air aussi inoffensif que possible. Si le fauve le perçoit comme une menace, c'est certainement la jugulaire qu'il visera. Il aurait voulu que Jo soit là pour désamorcer la bombe. Jax aussi. « Justement. » Mais elle est au poste et il n'y a que lui alors ils devront faire avec. Ou ne pas faire, à en juger par le silence qui l'accueille quand il propose de discuter. Il s'y attendait un peu mais ça l'empêche pas d'être déçu, son stress qui monte d'un cran quand il perçoit un mouvement alors qu'il regardait la victime. Il tourne la tête vers Jax vivement, les bras qui se lèvent par réflexe, prêts à encaisser un choc qui ne vient finalement pas. « Personne ne sera appelé tant que j'serais dans cette pièce. » Il se tait. Parce qu'il ne peut pas accepter, mais il veut pas non plus prendre le risque de contrarier. Ne reste plus que le silence et ils sont là, à se fixer en chiens de faïence, l'atmosphère chargée d'électricité.

Au moment où il fait un pas en avant, il a l'impression que tout va disjoncter.

Il voit les muscles de Jax se bander un peu plus, son bras qui semble prendre de l'élan. Ça suffit à le figer sur place. Crispé de la tête aux pieds, il le jauge du regard, comme s'il cherchait à s'assurer qu'il ne va pas passer à l'action. L'en dissuader sans avoir à prononcer un seul mot.

Jax esquisse quelques pas sur la droite, il comprend, il recule. Presque collé à la porte, barrage humain qui refuse de se décaler même en le voyant entamer la courbe d'un cercle. « J'vais te dire ce qu'il va se passer. Si tu veux l'sauver avant qu'il se vide de son sang, tu vas gentiment me laisser partir. Et tu vas oublier ce que t'as vu. J'suis jamais venu ici. » Il serre les dents, serre les poings. « J'suis jamais venu, pas vrai ? » L'autre type répond par l'affirmative entre deux plaintes, mais Sid garde le silence. Il ne le quitte pas des yeux, devenu statue de cire alors que le regard de Jax se fait inquisiteur.

Il cédera pas.

« Je peux pas te laisser partir comme ça, et tu le sais. » Et même si son stress est palpable, visible au fond d'ses yeux, il garde un contrôle parfait de sa voix et ses gestes. Immobile, le ton calme et posé. Pourtant il a des fourmis au bout des doigts et une enclume au creux du bide. « S'il se vide de son sang, ça sera plus une simple agression. Ça sera un homicide. » Et cette simple pensée suffit à lui nouer la gorge – il veut pas que ce type lui crève entre les doigts, peu importe ce qu'il a pu faire. Et même s'il ne connaît pas Jax, il ose croire qu'il n'est pas ce genre d'homme. Pas un meurtrier. Sinon Jo ne traînerait pas avec lui, pas vrai ? « T'aurais peut-être préféré Jo mais elle est pas là, alors t'as pas le choix. Je compte pas t'enfoncer, d'accord ? Mais faut que t'y mettes du tien si tu veux que j'puisse t'aider. » Il sait même pas pourquoi il essaie ; Jax a pas l'air de vouloir prendre la main qu'il tend. Il a même pas l'air de l'apprécier, et jusqu'ici il n'a jamais rien pu tirer de lui. Rien d'autre que des silences et des œillades menaçantes. Pourtant il fait de son mieux, encore une fois. Peut-être la dernière. « Donc je repose ma question : qu'est-ce qui se passe ? » Il a besoin que Jax parle pour mieux comprendre la situation, pour jauger s'il peut l'aider ou non, et jusqu'à quel point il est prêt à le faire. S'il lui donne le bénéfice du doute, c'est seulement grâce à sa relation avec Jo. Parce qu'avec ce que Jax lui montre, tout porte à croire qu'il n'est qu'un malade en quête d'hémoglobine. Sûrement pour ça que la pression dans ses tempes cause un bourdonnement à ses oreilles. L'appréhension lui tord les boyaux, peu importe combien il tente de faire bonne figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

avatar
halina 4ver, je ne t'oublierai jamais
▹ posts envoyés : 2383
▹ points : 29
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & bonnie/skate vibes (icones)
▹ avatar : sid ellisdon
▹ signe particulier : les mains toujours écorchées, l'air sombre, il zone et ne donne pas envie d'être approché.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: 5/6.
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Lun 10 Sep - 9:51

Sidney recule et vient se coller à la porte lorsque Jax tente de se décaler pour se rapprocher de celle-ci. Il s'arrête et bombe le torse dans une inspiration contrariée. Il le dévisage longuement et pendant une seconde, il hésite à bondir. Oublier le calme et le contrôle, devenir bête sauvage, le forcer à le laisser s'en aller et tant pis si le sang gicle encore. Pendant une seconde ses yeux brillent d'un éclat douteux, témoin de l'agressivité qui le traverse. Et puis tout s'en va. Semblant de raison qui reprend le dessus. Attaquer ceux qui ne lui ont rien fait ce n'est pas son truc. Ça ne l'a jamais été, malgré ce qu'on a pu raconter sur lui à cause de son air patibulaire. Il souffle discrètement, calme l'ébullition dans ses veines et détend légèrement ses muscles. Il sait aussi que Jo ne lui pardonnerait pas un tel écart. Pas sur un policier et surtout pas sur Sidney. A cet instant aucun des deux ne se doute de la chance qu'il a que Jo soit une connaissance commune. Sinon un carnage aurait déjà probablement eu lieu. Et une seconde victime serait venue s'ajouter à la première. Quant à savoir qui ça aurait été de Jax ou Sidney, aucun moyen de le savoir. C'est mieux comme ça. — Je peux pas te laisser partir comme ça, et tu le sais. Il le sait, mais il ne l'accepte pas. Son cœur qui bat au rythme de la révolte, dégoût prononcé pour l'autorité, pour ceux qui imposent des règles aux autres. Jax n'a jamais reconnu leur légitimité. Il n'appartient pas à leur monde malgré qu'il soit devenu un sédentaire. Il ne se soumettra jamais à leurs lois. Esprit libre qu'on ne peut pas enchainer ; qu'ils essayent pour voir. Il pince les lèvres dans un mouvement de désaccord mais ne bronche pas. — S'il se vide de son sang, ça sera plus une simple agression. Ça sera un homicide. Il fronce les sourcils, les muscles qui se tendent dans sa nuque. Son regard qui dévie de Sidney une seconde à peine, le temps de jeter un coup d’œil à l'homme à terre qui serre son bras tant bien que mal tandis que le sang continue de s'échapper. Il relève les yeux vers le jeune policier et y a comme une lueur trouble dans ses yeux. Sid a mis le doigt sur quelque chose. Jax n'a rien d'un meurtrier. Il ne supporterait pas d'avoir une deuxième mort sur la conscience, la première le hante encore malgré les années passées. Et ce n'était qu'un malheureux accident. Là, ce serait différent. Il n'a pas planté par erreur une lame dans son bras. Il déglutit, nerveux, tandis que ses pensées s'affolent dans sa tête, le déstabilisant quelque peu. —  T'aurais peut-être préféré Jo mais elle est pas là, alors t'as pas le choix. Je compte pas t'enfoncer, d'accord ? Mais faut que t'y mettes du tien si tu veux que j'puisse t'aider. Il se renfrogne, à nouveau méfiant. Les lèvres légèrement retroussées en signe de mépris, il n'a pas confiance. — Et pourquoi tu voudrais m'aider ? Qu'il grogne tout bas. Juste à cause de Jo ? Parce qu'il craint qu'elle lui en veuille sinon ? Mais ça lui semble un peu maigre comme raison. Il y a cette histoire d'honneur, de loyauté envers le métier choisi et les valeurs embrassées. Il serait prêt à tout rejeter juste pour ne pas contrarier sa coéquipière ? Il sait que Jo peut être redoutable, mais si Sid est prêt à cracher sur tout ça juste par peur d'une partenaire, il s'est peut-être trompé de boulot. Ses doigts se font et se défont autour du manche du poignard, mouvements irréguliers et nerveux, signe qu'il est toujours prêt à le balancer si les choses tournent mal. — Donc je repose ma question : qu'est-ce qui se passe ? Mais Jax reste silencieux dans un premier temps, tiraillé par les décisions à prendre. La respiration qui s'est sensiblement accélérée, il peine à faire la part des choses, encore sous l'effet de l'adrénaline. Il humecte brièvement ses lèvres avant de soupirer un peu bruyamment, résigné. Il finit par faire un mouvement de tête vers le mec au sol, sans quitter Sidney des yeux pour autant. — Ok, empêche-le de crever. Mais n'appelle personne. Pas tant qu'il sera encore là, c'est trop risqué pour lui il le sait. Et s'il veut éviter à ce crétin de mourir, il veut encore plus s'éviter une arrestation. Ce serait catastrophique. Il recommence à zieuter la porte avec envie mais il craint que ça ne se retourne contre lui s'il s'en va maintenant. S'il se barre, Sidney n'aura probablement aucun scrupule à le balancer et il en sait suffisamment pour le retrouver et le faire condamner. Et ça le contrarie de se savoir a la merci d'un putain de flic. Alors il décide de jouer le jeu, pour voir où ça le mène. Pour voir ce que Sidney est prêt à faire. Il reprend, parlant rapidement à cause de son état émotionnel. — Je bosse pour quelqu'un. Il doit quelque chose à mon patron et il ne l'a pas. J'ai fait ce que j'avais à faire. Il n'en dit pas plus, ne donne aucun détail. Mais l'explication est suffisamment limpide pour que Sid comprenne très bien de quoi il s'agit. Il n'est pas fier de ce qu'il fait, malgré l'addiction qu'il a développé pour ces éclats de violences. Bien sûr qu'il préfèrerait être sur la piste, lumineux sous les spots, sans une once de goutte de sang sur lui. Et cette pensée lui inflige un pincement terrible au coeur alors qu'il réalise à nouveau qu'il a tout perdu. Qu'il n'y a plus rien de cette vie parfaite. Son regard qui se voile d'une tristesse mal dissimulée. Mais ça ne dure pas, il chasse tout ça, reprend son masque implacable. — Tu dois savoir qu'il n'y a plus de cirque. Bien sûr qu'il sait, ce sont les siens qui sont venus les arrêter, tout emporter. Ruiner des dizaines et des dizaines de vies. La rage grimpe en flèche alors qu'il repense à cette nuit-là. L'envie de venger les siens lui saisit la gorge pendant quelques instants. Ce serait rapide, y aurait pas de témoins. Et peut-être qu'il devrait retrouver tous les flics qui ont arrêté les siens, les faire regretter un par un. Il ferme les yeux une seconde à peine et se reprend. — J'dois faire vivre les miens, ok ? Les épaules qui s'affaissent très légèrement sous tout le poids de ses responsabilités. L'air grave et sérieux. Halina et Ninel ont besoin de lui, il doit être à la hauteur. Il doit leur assurer un toit sur la tête et de la nourriture dans l'assiette. Il doit gérer, tout gérer. Pas le droit de merder. Pas le droit de se faire arrêter et de se faire expulser. Pas le droit de les abandonner. Et pour ça, il est prêt à tuer. Tant pis pour sa conscience, il se démerdera avec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t201-troublemaker http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement http://thenotebook.forumactif.org/t219-jax-roses http://thenotebook.forumactif.org/t762-jax-roses-formspring http://miserunt.tumblr.com/

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Lun 24 Sep - 10:45

Y a une lueur dans les yeux de Jax. Quelque chose qui lui redonne espoir quand il lui signale que le type pourrait mourir, quelque chose qui lui fait croire qu'il a percé à travers la première couche de son armure. Il retient son souffle un instant, ses yeux dans les siens, cherchant à l'encourager en silence. Il attend – un mot, un geste, le moindre signe de rédemption. Mais rien ne vient et tous ses espoirs se cassent la gueule. Il soupire, résigné. L'impression qu'il a beau dire qu'il veut l'aider, la situation restera bloquée. « Et pourquoi tu voudrais m'aider ? » Son visage s'éclaire une seconde, parce que Jax répond enfin, parce que malgré la méfiance et l'animosité qui émanent de lui, il ferme pas totalement la porte. Ou en tous cas, pas pour l'instant. « On se connaît peut-être pas, mais j'connais Jo. Si elle accepte de te côtoyer, c'est qu'tu dois pas être un mauvais gars. » Sûrement qu'il fait juste les mauvais choix. À ses yeux ça mérite une main tendue, une seconde chance ; il pense que c'est une solution plus efficace que la prison, quand il s'agit de quelqu'un qui s'est égaré et qui sait plus comment faire marche arrière. Il veut croire que c'est son cas, que c'est pour ça qu'il compte Jo parmi ses proches. Il veut lui laisser le bénéfice du doute parce qu'il n'enfoncera pas quelqu'un qui le mérite pas. Faut juste que Jax lui prouve qu'il en vaut la peine.

Sa question reste sans réponse une fois de plus, et à la frustration se mêle l'irritation, légère mais présente. Jusqu'à ce que Jax lui donne enfin quelque chose. « Ok, empêche-le de crever. Mais n'appelle personne. » Il esquisse un mouvement, s'arrête. Œillade en coin dans sa direction. Il a peur qu'il en profite pour se tirer et disparaître dans la nuit, mais il n'arrivera à rien en restant plaqué devant la porte – Jax risque de percevoir ça comme un affront, et surtout, le type se videra de son sang. S'il veut gagner sa confiance, faut qu'il lui en donne un peu aussi, il le sait. Alors il finit par quitter sa place, d'un pas hésitant d'abord, ses yeux qui dévient dans la direction de Jax. Avant de finalement se hâter près de la victime qui continue de geindre, le faisant s'allonger. Il regarde autour de lui, repère un t-shirt abandonné dans un coin et l'attrape rapidement pour en faire un garrot autour de son bras. Ses doigts sont pleins de sang quand il vient prendre son pouls, pour s'assurer qu'il n'est pas trop lent. Il se met à lui parler tout bas, l'incitant à répondre, cherchant à le garder conscient à tout prix. Il sursaute presque quand la voix de Jax résonne à nouveau derrière lui. « Je bosse pour quelqu'un. Il doit quelque chose à mon patron et il ne l'a pas. J'ai fait ce que j'avais à faire. » Pivotant dans sa direction, il ne le quitte pas des yeux en demandant au type de chantonner, pour le garder éveillé pendant qu'il détourne son attention sur l'autre. Il garde le silence un instant. Il comprend de quoi il s'agit même s'il n'a pas les détails, et il se demande si Jo est au courant. « Est-c'que t'as une porte de sortie ? » Il voudrait lui dire de tout quitter, lui promettre que Jo et lui peuvent l'aider à trouver un boulot légal, mais il sait que c'est pas aussi simple que ça. Et de toute façon, c'est pas le genre de patron qu'on peut lâcher juste parce qu'on l'a décidé un beau matin.

« Tu dois savoir qu'il n'y a plus de cirque. » Ses lèvres se pincent alors qu'il hoche doucement le menton, détournant les yeux une seconde. Bien sûr qu'il sait. Il faisait pas partie du groupe qui a fait une descente chez eux, mais il les a vus alignés sur les sièges du commissariat, il a eu un aperçu de l'ampleur des dégâts. Et il peut pas s'empêcher de voir ça comme une circonstance atténuante. « J'dois faire vivre les miens, ok ? » Du coin de l'œil, il voit ses épaules qui s'affaissent presque imperceptiblement, son masque d'acier toujours en place. Ça pèse sûrement trois tonnes sur sa carcasse.

Son attention de nouveau concentrée sur le type, c'est pourtant à Jax qu'il s'adresse quand il reprend. « Je comprends. » Autant qu'il peut – il imagine tout ce qu'il doit assumer, et la rage qui le consume probablement maintenant que les siens ont été emportés, éclatés, enfermés. « Mais tu peux pas continuer comme ça. J'sais pas combien de personnes t'as sous ta responsabilité, mais si tu pars en taule, tu leur seras plus d'aucune aide. » Ses yeux viennent enfin se fixer dans les siens, son oreille tendue vers le type qui marmonne à côté de lui, sa main pressée sur la plaie bandée. « Et continuer à faire ça, » d'un mouvement de menton, il désigne vaguement la victime, « c'est pas en option. Tu comprends ? » Il est prêt à l'aider c'est vrai, mais pas si ça veut dire qu'il continuera à agresser des gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

avatar
halina 4ver, je ne t'oublierai jamais
▹ posts envoyés : 2383
▹ points : 29
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & bonnie/skate vibes (icones)
▹ avatar : sid ellisdon
▹ signe particulier : les mains toujours écorchées, l'air sombre, il zone et ne donne pas envie d'être approché.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: 5/6.
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Ven 19 Oct - 20:53

On se connaît peut-être pas, mais j'connais Jo. Si elle accepte de te côtoyer, c'est qu'tu dois pas être un mauvais gars. Il esquisse un mouvement de repli, n'appréciant pas la formulation de sa phrase. Peut-être aussi parce qu'il doute de lui-même. Il a toujours cru qu'en effet il n'était pas le méchant de l'histoire. Qu'il était quelqu'un de bien. Aujourd'hui il n'est plus sûr de rien. Et surtout pas de lui-même. De toutes ces choses qui sévissent en lui et qu'il ne soupçonnait même pas. Il n'aurait jamais cru un jour pouvoir utiliser ses couteaux de cette façon. Les salir du sang d'inconnu alors qu'ils étaient fait pour s'enfoncer dans le bois tendre tout en frôlant la peau laiteuse d'Halina. Il ne sait plus à quel moment les choses ont commencé à si mal tourner. Mais il a l'impression aujourd'hui qu'il ne pourra plus jamais faire marche arrière. Comme s'il avait cassé quelque chose en lui et que rien ne pourrait réparer ça. Mais il tente malgré tout de limiter les dégâts en autorisant Sidney à aller s'occuper du blessé pour éviter qu'il crève. Les choses s'accélèrent dans sa tête et quand Sid finit par enfin s'éloigner de la porte pour aller prêt du mec par terre, l'envie est bien là. Elle lui prend les tripes, tout son corps qui lui hurle de prendre la fuite. De saisir cette occasion. Est-ce que Sidney oserait lui tirer une balle dans le dos ? Il essaye de se convaincre que non, mais l'interrogation persiste. Pendant un instant, son corps a complètement pivoté vers la porte. Il est prêt à détaler, le souffle rapide. Mais le flic sait trop de choses sur lui. Et s'il se met en tête de le retrouver, il pourra y arriver. Cette idée le contrarie, si fort que tout son corps se tend. Fuir maintenant c'est prendre le risque de faire remonter les flics jusqu'à Halina et Ninel. Et il ne peut pas faire ça. Si quelqu'un tombe ce sera lui, uniquement lui. Halina saura se débrouiller sans lui. Elle prendra Ninel sous son aile et elles iront rejoindre les Kida. Alors il se résigne, abandonne l'idée à contre-cœur et reprend la parole. Sid se tourne vers lui et l'observe, tout en demandant à celui qui agonise de chantonner. Et sa voix faible s'exécute, comme un bruit de fond auquel on ne prête pas attention. — Est-c'que t'as une porte de sortie ? Ses yeux s'agitent un peu, signe que ça tourne rapidement dans sa tête. Il inspire avant de souffler bruyamment, contrarié. Il n'a pas franchement envie de parler de tout ça avec ce mec. Avec ce flic. — Non, c'pas le genre de taf qu'on quitte comme ça. Y a pas de rupture de contrat, de démission. Il s'est engagé auprès d'Ellis, il a bien conscience d'être pris au piège maintenant. Il s'est voilà la face, il a cru à sa liberté, l'argent et le sang lui ont brûlé les doigts. Mais aujourd'hui il réalise qu'il a juste été stupide. Aveuglé par son envie de tout gérer. Au final, il ne gère plus rien. Il ne fait que s'enliser un peu plus à chaque mouvement. Il essaye de se justifier tant bien que mal, sa langue qui se charge de venin lorsqu'il évoque la descente au cirque. L'envie de vengeance qui lui titille les doigts. Ils s'agitent autour du manche du couteau. Ce serait si facile d'obtenir réparation. Sid est seul, y a pas de témoins. A part le mec déjà en train de crever. Son regard s'assombrit une seconde alors que l'hésitation se fait de plus en plus forte. Mais quand Sidney reprend la parole, ça le coupe dans l'élan de ses pensées et il se détend légèrement. — Je comprends. Jax ne réagit pas, mais le mépris suinte par tous ses pores. Non, il ne comprend pas. C'est un putain de flic, ils ne comprennent jamais le mal qu'ils font. Persuadés que parce que la loi est de leur côté ils font les bonnes choses. Mais on ne gère pas des gens avec quelques lignes écrites sur des vieux papiers. Y a rien d'humain là-dedans. — Mais tu peux pas continuer comme ça. J'sais pas combien de personnes t'as sous ta responsabilité, mais si tu pars en taule, tu leur seras plus d'aucune aide. Et continuer à faire ça, c'est pas en option. Tu comprends ? C'est plus fort que lui. Jax échappe un rire nerveux, chargé de dégoût. Il vient humecter ses lèvres tandis qu'il secoue la tête de gauche à droite. Il commence à redevenir nerveux et à s'agiter. L'impatience lui brûle les veines. — Pourtant quand c'est vous qui agressez les gens, ça vous pose pas d'problèmes. Vous, les flics. Sa voix devient dure et sèche. Presque agressive même. — Ton uniforme ne représente rien pour moi. J'veux pas d'ton aide. J'veux pas de l'aide de ceux qui ont fait du mal aux miens. Il serre les dents, le cœur qui bat de plus en plus fort sous l'effet de l'énervement. Il commence à se décaler pour se rapprocher lentement de la porte. — J'trouverai jamais rien d'légal dans votre pays et tu le sais bien. Personne au cirque n'a de papiers, il doit le savoir. Légalement Jax n'existe pas, nulle part, dans aucun pays. Et il y tient à cette liberté. Il ne supporte pas l'idée qu'un papier puisse déterminer qui il est, d'où il vient et quels sont ses droits. — Tout c'que j'peux te proposer c'est de me laisser partir et te promettre qu'on se recroisera jamais. Il marque une pause. — Sinon je partirai de force. Le couteau qui se mouve dans sa main, signe qu'il est prêt à s'en servir et qu'il n'hésitera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t201-troublemaker http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement http://thenotebook.forumactif.org/t219-jax-roses http://thenotebook.forumactif.org/t762-jax-roses-formspring http://miserunt.tumblr.com/

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   Dim 4 Nov - 14:26

« Non, c'pas le genre de taf qu'on quitte comme ça. » Il s'y attendait. Ça l'empêche pas de serrer les dents en hochant doucement le menton, signe qu'il a conscience que Jax est sûrement pieds et poings liés. Et il n'a aucun moyen de l'aider. Mais dans le fond, il est même pas sûr que Jax ait envie d'être aidé – ou en tous cas pas par lui, ça il l'a compris. « Et si tu pouvais, tu l'ferais ? » Sa voix est posée, son regard prudent mais intense. Comme s'il tentait de le sonder, lire à travers le masque, chercher une réponse à ses interrogations. Jax est coincé, c'est un fait. Mais il veut savoir s'il se complaît finalement dans la situation – dans le sang – ou s'il aimerait s'en sortir. Savoir s'il y a encore quelque chose à sauver, même s'il n'est probablement pas celui qu'il faut pour ça.

Il tourne la tête un instant, vérifie que le type est toujours avec eux, lui intime de marmonner encore et encore et encore. Tout pourvu qu'il reste conscient. Mais il sent la tension qui revient, qui émane de Jax et le pousse à reprendre la parole rapidement. Quand il lève les yeux vers lui, il est frappé par son mépris. Pourtant il continue, toujours calme et composé, le ton plat, pondéré. Toutes ses craintes ravalées ; il a beau garder son sang froid, il a toujours peur que Jax bondisse sur lui au moindre mot de travers. Et le rire nerveux qui lui répond n'a rien de rassurant. « Pourtant quand c'est vous qui agressez les gens, ça vous pose pas d'problèmes. » Il ouvre la bouche, se ravise, soupire simplement. Il pourrait dire on est pas tous comme ça mais c'est la pire des excuses et il le sait – c'est se dédouaner égoïstement, sans accorder d'importance aux débordements qui sont bien réels. Alors il se tait. « Ton uniforme ne représente rien pour moi. J'veux pas d'ton aide. J'veux pas de l'aide de ceux qui ont fait du mal aux miens. » Son agressivité plane dans l'air, lourde, imposante. Il voit ses muscles qui se tendent, son calme bancal qui semble s'envoler miette par miette. Jax est devenu fragile comme une bombe. Et il a tellement peur de le faire exploser qu'il préfère garder le silence pour l'instant. « J'trouverai jamais rien d'légal dans votre pays et tu le sais bien. » Il n'a pas de papiers, Sid le sait. Et les démarches pour les obtenir sont longues, éprouvantes, trop souvent soldées par un échec. De toute façon, il est pas sûr que Jax ait envie d'être fiché. S'il doit revenir sur le droit chemin, ce n'sera pas forcément dans la légalité absolue, ça se devine sans mal. « Mais tu peux trouver un job qui fera de mal à personne. Tu peux travailler au black, trouver un patron peu regardant qui posera pas trop de questions. C'est pas ce qui manque. » Des clandestins y en a d'autres, et Sid est de ceux qui croient qu'on peut toujours trouver une solution. « Que tu sois pas totalement clean c'est une chose, mais saigner des gens c'en est une autre. » Il peut fermer les yeux sur la première option, pas sur la seconde.

Jax s'est rapproché – visant sûrement la sortie. Pas beaucoup, mais déjà trop à son goût. Il est tendu de la tête aux pieds.

« Tout c'que j'peux te proposer c'est de me laisser partir et te promettre qu'on se recroisera jamais. Sinon je partirai de force. » Son regard est attiré par l'éclat de la lame, les phalanges de Jax qui semblent se crisper sur le manche. Il n'a aucune envie de le pousser à l'utiliser. « Du calme. » Il se redresse lentement, mains tendues devant lui, paumes en avant – maculées par le sang du gars en train d'agoniser. Toujours appliqué à ne pas brusquer Jax, ne pas lui donner l'impression qu'il peut devenir un danger quel qu'il soit. « Ça sert à rien de me menacer. Quand j'ai dit que j'comptais pas t'enfoncer, j'étais sérieux. D'accord ? » Le problème c'est qu'il ne voit aucune issue. Jax se laissera jamais emmener au poste de son plein gré, et de toute façon, l'arrêter reviendrait à le condamner. Pas de papiers, une agression au couteau : s'il finit en cellule, y a de grandes chances qu'il puisse plus en sortir. Sid veut lui laisser une chance, mais le seul moyen de le faire, c'est de le laisser partir. Et ça lui coûte plus qu'il ne voudrait l'admettre. « Je vais t'aider pour cette fois. » Il a les dents serrées, les traits tirés. Comme s'il le regrettait avant même de l'avoir fait. « Mais y en aura pas d'autre, si tu continues ça. » La désapprobation est palpable dans sa voix, mais il se doute que Jax s'en contrefout certainement.

Il est résigné quand il s'approche de lui, grignotant les mètres pas à pas, prudemment. Il s'arrête à une distance respectable, se tenant bien droit devant lui, ses yeux dans les siens. « J'espère que tu sais c'que tu fais. » Il espère surtout qu'il réalise la portée de ses actes, et combien la route continuera de s'assombrir s'il ne fait pas demi-tour. Il marque une pause, inspire longuement. « Passe par derrière pendant que j'appelle les secours. » On risque d'encore le prendre pour un incapable, mais c'est devenu si habituel que ça l'atteint plus vraiment. Il n'est pas sûr de faire la bonne chose – parce que la victime est toujours à terre, parce que Jax avait l'air prêt à le planter lui aussi, parce qu'il risque de continuer sur le chemin de la violence. Mais il veut lui tendre la main, au moins une fois. Peut-être qu'il lui donne trop de circonstances atténuantes, à cause de ce qui est arrivé au cirque, des gens que Jax semble avoir à sa charge, de tous les problèmes qu'il a sûrement à gérer. Peut-être qu'il lui laisse trop le bénéfice du doute, en se basant sur l'instinct de Jo – parce qu'il reste convaincu qu'elle traînerait pas avec un connard sans foi ni loi. Il veut faire un pas vers lui, lui laisser une chance de peut-être rectifier le tir. Alors lentement et sans le quitter des yeux, il saisit sa radio, signale sa position et demande à ce qu'on envoie une ambulance. Il tient sa parole ; il demandait des explications pour l'aider, il les a eues, alors il s'exécute et fait un geste pour lui. Juste cette fois. La prochaine, il l'arrêtera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: trapped. (sidax)   

Revenir en haut Aller en bas
 

trapped. (sidax)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sweet love, trapped in your love....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground :: home sweet home-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, multicomptes.
// bazzart, tumblr, faceclaim.