Partagez | .
 

 how I needed you (lenads)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 169
▹ points : 9
▹ pseudo : bangkok, Laura.
▹ crédits : lolitaes ; solosands ; anesidora.
▹ avatar : ira chernova.
▹ signe particulier : ses tatouages et sa cicatrice au bas du ventre, vestige d'un avenir meilleur.
☽ ☾

MessageSujet: how I needed you (lenads)   Sam 28 Juil - 14:38

La porte du vestiaire claque violemment, bruit sec qui raisonne dans la salle trop petite et trop pleine de gens qu’elle voudrait éviter. Sa colère semble suinter de tous ses pores, suffisamment pour tenir ses collègues à distance en tout cas. Elle voit bien les regards inquiets et intrigués lancés en sa direction mais elle les ignore, Lena. Elle les ignore parce qu’il y a toute cette rage qui s’accumule, cette rage et cette peur qui se mélangent pour faire d’elle une bombe à retardement qui explosera au moindre coup de vent. Elle les ignore parce qu’elle sait bien qu’ils y peuvent rien, que c’est pas de leur faute si elle est comme ça et qu’elle a pas envie d’abimer les rapports (relativement) cordiaux qu’elle a avec certains d’entre eux. Une fois son sac rempli, elle s’empresse de sortir de la pièce, n’adressant pas un seul mot à l’équipe venu prendre le relais. La russe sort du bâtiment, soleil qui se lève à peine et air frais qui ne font rien pour arranger son humeur. C’est l’agitation qui a pris le dessus sur la peur, finalement, depuis qu’elle a décidé de faire quelque chose. Parce qu’elle peut plus rester à attendre, Lena, attendre que quelqu’un attrape son agresseur, attendre qu’il recommence avec une autre, attendre, la peur dans le ventre, sans jamais savoir ce qu’il va se passer. Ça lui ressemble pas, elle a jamais été de celles qui laissent les choses se passer sans rien faire, de celles qui subissent sans répondre. Alors elle a décidé de le retrouver, Lena, même si elle sait pas encore bien ce qu’elle fera quand ça sera le cas. Elle pourrait bien le tuer, mais elle sait même pas si elle en aurait le cran – sans omettre les risques éventuels de se faire arrêter après, le risque trop grand de se retrouver une nouvelle fois enfermée. Elle prendra pas le risque de prévenir Malo non plus, parce qu’elle sait que trop bien ce qu’il lui réserverait, et la peur que lui se retrouve à nouveau éloigné d’elle, d’eux, est plus grande que tout le reste encore – la priver d’un des siens sera ce qui la mènera à sa perte à n’en pas douter. Elle veut mêler personne à ça, parce que ça voudrait dire qu’elle devra en parler, exposer haut et fort ses blessures encore à vif et elle est pas prête pour ça.

Elle est pas prête et pourtant, c’est chez Mads que ses pas la portent. Mads, parce qu’elle a besoin d’une personne de confiance, de quelqu’un qui ira pas répéter à son frère ce qu’elle veut, ce qu’elle cherche. Non pas qu’elle compte tout raconter à Mads, mais elle a besoin de quelqu’un qui la conseillera, qui l’aiguillera, parce qu’elle sait tout bonnement pas comment agir. Quand elle arrive, Lena entre sans hésiter, les lieux qu’elle connait aussi bien que sa propre maison pour y avoir bien trop souvent traîné, refuge loin des siens quand tout devient trop oppressant. Elle frappe et entre aussitôt dans le bureau, impatience qui l’empêche d’attendre plus longtemps. « Hey Mads, je.. » Sauf qu’elle dit plus rien quand elle voit Mads, Mads qui est abimée, Mads qui a visiblement été agressée. C’est une autre forme de colère qui naît en elle, le genre qui lui donne envie de tout retourner jusqu’à retrouver le responsable – parce qu’on s’en prend pas aux siens, jamais. Elle lâche son sac, fait quelques pas, inquiétude qui se lit sur son visage. « Putain mais qu’est-ce qui t’es arrivé ? » Elle en oublie la raison de sa présence parce qu’elle voit plus rien à part ses blessures, parce qu’elle veut un responsable – et parce que ce sera toujours les autres avant elles, leurs problèmes qui lui importent plus que les siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Bip bip
▹ posts envoyés : 1203
▹ points : 16
▹ pseudo : miserunt (mathie)
▹ crédits : flightless bird (avatar) moi (gif) & tumblr (profil)
▹ avatar : mimi elashiry
▹ signe particulier : air mauvais, moue boudeuse, la crinière sauvage qui vient toujours cacher son visage ; tenues provocantes et allure d'allumeuse, pourtant elle n'assume rien et s'indigne lorsqu'on la drague un peu trop.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: dispo.
+ contacts:

MessageSujet: Re: how I needed you (lenads)   Lun 13 Aoû - 2:09

Elle est assise au bureau depuis plus d'une heure. Mais elle ne fait rien. Elle fixe le vide devant elle, complètement absente. A l'ouest. Quand le téléphone sonne, elle se contente de baisser lentement la tête vers le combiné pour l'observer. Regarder les petites lumières qui dansent sur le poste. Celle qui indique que c'est un appel extérieur et l'autre qui la prévient qu'elle a plusieurs messages vocaux non écoutés. Elle ne les écoutera pas, elle s'en fout. Et quand le silence revient, elle se remet à fixer devant elle. Inerte. Elle n'aurait peut-être pas dû foutre un des tranquillisants de sa mère dans son propre thé. Parce qu'elle se sent vaporeuse, lente, son corps est en engourdis mais pas son esprit et ça a quelque chose de terrifiant. Parce qu'elle a pleinement conscience d'être complètement incapable de se défendre si quelqu'un la surprend à ce moment précis. Au fond, est-ce que ça changerait vraiment quelque chose ? Cette nuit terrible lui a montré que même en pleine possession de son corps elle ne faisait pas le poids. Et d'un coup, malgré sa léthargie puissante, elle se met à trembler de la tête aux pieds. Comme un long spasme terrifiant. Sueur froide qui lui glace le dos. Elle a l'impression d'être en nage, le souffle légèrement coupé. Elle attend que les tremblements s'en aillent pour décider de se lever. Faire quelques pas, remettre de l'eau dans sa bouteille, s'éponger le front. Mais ses gestes sont lents et maladroits et en attrapant sa bouteille elle fait tomber sa tasse au sol. Cette dernière qui s'éclate sur le carrelage dans un bruit sec. Mads s'immobilise, les bras ballants et fixe les morceaux de porcelaine par terre. Sans réagir. Elle reste comme ça de longues secondes, stoïque, incapable de traiter l'information. Sa tête est déjà trop pleine. Remplie d'images angoissantes qui l'épuisent. Et finalement, elle se met à chouiner, exaspérée d'avoir cassée sa tasse. Réaction inadaptée qui ne fait que témoigner de son état de fatigue émotionnelle. Elle finit par se reprendre et marche jusqu'à la petite pièce à l'arrière. Elle fait tourner l'eau du robinet et rempli sa bouteille d'eau. Pendant ce temps là, elle s'observe avec lassitude dans le miroir. Ses quelques larmes ont tracé des sillons dans son fond de teint et ça lui redonne envie de pleurer. Mais l'eau qui coule sur ses mains la tire de ses pensées, elle baisse les yeux et constate que sa bouteille déborde complètement. Elle la retire et coupe l'eau, avant de la poser plus loin. Puis, elle attrape des mouchoirs et essuie ses mains puis son visage. Elle jette le tout à la poubelle, inspire un grand coup, reprend sa bouteille et retourne s'assoir au bureau. Et elle se remet à fixer le vide. Absente.

   Quelques coups à la porte du bureau, son cœur qui dégringole dans sa poitrine alors qu'elle tourne lentement la tête vers la silhouette qui s'engouffre comme une tempête dans la pièce. Elle se crispe, nerveuse. Et même le visage familier de Lena ne l'aide pas à se détendre. Bien au contraire. La panique qui grimpe d'un cran à chaque fois qu'un proche franchit les portes et découvre son état. Plus ils seront nombreux à savoir, plus les choses risquent de mal tourner. Elle ne pourra pas cacher la vérité indéfiniment, elle le sait. — Hey Mads, je.. Ça y est, elle a vu. Le maquillage qui ne sert qu'à minimiser les choses, mais les traces sont trop voyantes ; sa paupière gonflée et sa lèvre fendue sont immanquables. Elle détourne son regard d'elle, comme pour la dissuader de se lancer sur ce terrain. Mais c'est peine perdue. Lena reste Lena. Amie dévouée, amie inquiète. — Putain mais qu’est-ce qui t’es arrivé ? Et voilà les questions qui commencent. Mads grimace et échappe sans s'en rendre compte un léger gémissement plaintif, agacée. Sans la regarder, elle agite lentement - trop - sa main dans les airs comme pour minimiser les choses. — Rien. Deux junkies se sont battus j'ai voulu les séparer... Parce que Sid répondait pas... Au téléphone. Phrase d'une langueur infernale, elle peine à trouver ses mots. Peut-être qu'elle aurait dû se faire du café et le couper à la RedBull. Elle passe sa main sur son front, elle se sent comme fiévreuse, tout en sachant que ce n'est qu'un effet dû au stress qui la ronge. — J'ai plein d'boulot Lena. Pause. — Si tu veux rien d'particulier, on discutera plus tard. Ou jamais. C'est bien aussi. Ouais, ça lui plait bien comme option. Elles ne parlent jamais et personne ne meurt. Encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1038-paupieres-closes http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement#66603 http://thenotebook.forumactif.org/t1049-mads-levy http://thenotebook.forumactif.org/t1050-mads-levy-formspring
 

how I needed you (lenads)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: les alentours :: old soul motel-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.