Partagez
 

 à la frontière ; sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Sal King
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 189
▹ points : 44
▹ pseudo : roi peste.
▹ crédits : anesidora.
▹ avatar : wolfhard.
▹ signe particulier : cicatrice cradingue qui démarre de la presque naissance de son cou et s'étale jusqu'à son épaule. reste d'une morsure, déchirure, bavure d'un chien, un bon bâtard dont il a jamais pu comprendre les raisons de cette attaque. toujours fringué de noir.
☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyJeu 26 Juil - 16:51


à la frontière
sidney et sal
https://www.youtube.com/watch?v=10Y6mV53C0o

à chaque fois il redécouvre, à chaque fois c'est comme si quelque chose avait sauté de son horizon pour se mettre ailleurs, à chaque fois c'est une chasse aux détails qui peu à peu se sont interchangés. il sourit vaguement, ses affaires posés dans un coin à attendre patiemment, ni trop chiant ni trop demandant, il déjà calé dans son bec de quoi remplir son estomac - quelques gâteaux volés dans le buffet. dans l'air y'a le parfum de vic qui traîne, un peu de vanille, quelques fruits qu'il saurait reconnaître à chaque fois - si bien que l'odeur de cigarette n'est qu'un lointain souvenir. le silence dans l'appartement ça lui entendre les battements - palpitations de ses organes qui se jouent de lui. il se laisse tomber mollement contre le canapé, sal, en jaugeant son sac plus loin, dans l'envie profonde d'y sortir un bouquin. seulement rien. tête qui se tourne, c'est une pile de dossiers qui attirent son attention, sans doute coupable d'une curiosité maladive, il n'y pense pas sur l'instant, préfère fureter. parmi les photographies il reconnaît sa tante disparue, parmi les phrases qui se glissent il garde disparition, parmi toute l'histoire il n'a que des parcelles qu'il peut enfin mettre ensemble. au sol, face à la table basse, il fait craquer ses omoplates alors que les sourcils se froncent - plongé dans la douleur de la famille kasabian, sal jadis trop jeune pour en comprendre les circonstances, trop jeune pour percuter à quel point c'en était définitif. elle était partie, elle allait revenir - elle ne reviendra pas. il le comprend à mesure, progressivement ça le chope à la gorge comme un étouffement - il revoit sidney et sa face toute minée, sidney qui pleurait un peu distrait, qui se croyait dur mais qui valait à peine mieux qu'une feuille de papier jetée en pleine averse. il se laisse avoir par le récit, par toutes les pistes exploitées qui ne menaient qu'à un mur - qui n'aurait pas pu être éclaté, un autre mur l'aurait attendu retour. sal il a tout qui lui remonte dans l'estomac, un noeud qui se forme à l'allure de ceux qui les pendus portent - distraitement une de ses mains vient mettre quelques bouclettes derrière son oreille.

puis la porte, puis les pas. puis juste sidney qui déboule dans son huis-clos à lui, qui pourrait le foutre dehors s'il le voulait. il bouge pas d'un poil, redresse seulement les épaules, croise son regard - à pas savoir s'il doit s'excuser, ou tout bonnement faire comme si de rien n'était. ni l'un, ni l'autre, il sourit un peu plus qu'à l'accoutumée - ça tire moins en cette journée, sans doute le manque de soleil qui y fait quelque chose.
- salut. il repose les papiers convenablement à plat, il revient reposer son dos contre le canapé, jambes allongées sur le sol. sidney a toujours l'air de débouler d'un autres univers, avec ses grands yeux fatigués qui pourtant continuent d'espérer - genre de grand gamin à qui on a répété chaque jour que le père noël ne cesserait jamais d'exister. il sent ses lippes encore s'étirer - zieute les dossiers, retombe sur lui.
- j'savais pas que tu cherchais encore. 'fin, j'savais rien du tout, au final. il ricane un poil gêné, il a jamais posé la question, il voulait même pas forcer - trop petit, trop tout pour piger que même les êtres aimés peuvent un jour prendre la porte pour la laisser à jamais fermée. frisson désagréable qui se met à parcourir le bas de son dos jusqu'à son échine qui se courbe un peu, il a la peine en compagne silencieuse. il a le mal des larmes anciennes de sidney - celles qui ont creusés des sillons à même sa chair.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sidney Kasabian
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyVen 3 Aoû - 11:47

Y a un sourire placardé sur sa tronche quand il passe la porte de l'appartement. Ses clés tintent dans sa poche, ses pompes tombent sur le sol dans un bruit sourd, sa ceinture et son attirail claquent doucement sur le bois de la commode. Chaussettes qui traînent sur le parquet, son sourire s'agrandit quand il aperçoit Sal. Puis se fane quand il voit le dossier qu'il est en train de lire.

Plus un bruit. Son cœur manque un battement, sa gorge se noue, ça bourdonne à ses oreilles et il reste figé. Planté là comme un con, à le fixer.

« Salut. » Il ne répond pas. Mâchoires si crispées qu'il est presque sûr que ses dents vont sauter sous la pression, il observe Sal remettre les papiers en ordre mais c'est trop tard – le chaos s'est installé dans sa cage thoracique. Leurs regards se croisent encore une fois. Celui de Sid fuit, préférant s'échouer sur la pile posée sur la table basse. « J'savais pas que tu cherchais encore. 'Fin, j'savais rien du tout, au final. » Toujours incapable d'émettre le moindre son, il se contente d'aller attraper le dossier doucement, puis s'éloigne pour aller l'abandonner sur un meuble plus loin – le plus loin possible de Sal. Dos à lui, échine courbée, ses mains s'agrippent au rebord du buffet, ses omoplates font des bosses sous son uniforme mal ajusté. Il soupire. Les mots se bousculent dans sa bouche mais aucun ne veut passer la barrière de ses lèvres, aucun n'est assez bien pour répondre ou expliquer, aucun ne lui plaît. Il se demande si c'est eux qui encombrent sa gorge, ou si c'est juste son myocarde qui remonte le long de sa trachée pour abandonner le front. « Désolé. » À croire que c'est la seule chose qui lui vient quand il ne sait pas quoi dire. « J'devrais pas laisser traîner ça n'importe où. » Et surtout, il devrait même pas l'avoir chez lui. Si son père savait, il lui collerait une claque derrière le crâne et l'incendierait d'un simple regard. Mais c'est plus fort que lui – c'est le besoin de réponse qui le taraude depuis des années, la tristesse qui lui tord les tripes trop souvent et les espoirs vains qu'il n'arrive pas à éradiquer. Peut-être qu'un jour quelque chose lui sautera aux yeux, peut-être qu'ils trouveront une piste jamais exploitée, peut-être qu'ils trouveront ce qui lui est arrivé, peut-être qu'ils la trouveront elle. Il peut pas s'empêcher de vouloir y croire même après toutes ces années, même s'il a conscience que c'est aussi stupide que masochiste.

Au fond, il sait qu'il la reverra jamais.

Quand il se tourne vers Sal à nouveau, la peine logée dans ses yeux a des airs de puits sans fond. « T'as faim ? » Puisqu'il sait pas comment lui répondre il préfère changer de sujet, voix douce et posée, sourire usé, à faire comme si tout allait bien. « Je– j'vais cuisiner un truc. » Il n'a même pas entendu si Sal a répondu ou non, trop obnubilé par l'idée de tout faire disparaître, tout balayer comme on lui a si bien appris à le faire. Y a pas meilleur professeur que son père, quand il s'agit de tout enfouir.

Carcasse voûtée comme s'il portait un poids trop lourd, il se détourne et se traîne jusqu'à la cuisine parce que c'est la meilleure échappatoire qu'il ait trouvée. Il se met à ouvrir les placards un à un sans savoir ce qu'il cherche, se rabat sur le frigo et finit par attraper des légumes au hasard, sans tenir compte de l'heure ni de ce que Sal peut bien vouloir. Il lave les courgettes, concentré sur ce qu'il fait et sur l'eau qui coule trop fort. Tout pourvu que ça tienne son esprit occupé, que ça lui donne une excuse pour ne pas affronter Sal. Ce qu'il a vu en croisant son regard est trop douloureux – ça lui est revenu en pleine gueule dans un sale effet miroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

Sal King
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 189
▹ points : 44
▹ pseudo : roi peste.
▹ crédits : anesidora.
▹ avatar : wolfhard.
▹ signe particulier : cicatrice cradingue qui démarre de la presque naissance de son cou et s'étale jusqu'à son épaule. reste d'une morsure, déchirure, bavure d'un chien, un bon bâtard dont il a jamais pu comprendre les raisons de cette attaque. toujours fringué de noir.
☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyDim 19 Aoû - 21:02


à la frontière
sidney et sal
https://www.youtube.com/watch?v=10Y6mV53C0o

ça fait des boum et des bang, à poings liés sur le coeur fermé de sidney qui subitement prend une toute autre couleur. y'a tout qui s'enchaîne assez rapidement, comme une répétition qui à force d'avoir été faite, devient un automatisme - comme on apprendrait à un chien de s'assoir ou de donner la patte. il a l'instant qui se suspend, alors que disparaissent les dossiers, le papier qu'on tort de lire, tout comme lui l'a fait, qu'a squatté plus que dans l'intimité - dans le secret. il reste sans bouger un instant, mate la mine penaude de son cousin qui plus ça avance, plus il change de couleur - il est passé du rose au blanc en deux-deux. il inspire profondément, gratte un peu sa nuque avant de mollement se redresser, l'entendre barbouiller quelques mots qui tendent à la bouffe - il cherche la fuite, comme tout à chacun qui veut pas se retrouver face au jugement. mains dans les poches, le pas qui se fait mollasson, il ose sans trop faire attention, entrer dans la zone de danger, caler son épaule dans l'encadrement de la porte, bêtement le regarder.
- désolé sid, j'voulais pas t'mettre dans cet état. il en est jusqu'à s'amuser avec le bout de son haut trop grand à nouveau, la lèvre inférieure mordillée, à se prendre pour un cannibale qui, faute de pouvoir bouffer, se rabat sur sa propre personne. il inspire profondément, il se ramène à côté, penaud, la gueule vaguement baissée. j'peux t'aider à faire quelque chose ?
un temps, il tapote vaguement du pied, sa doc semble si lourde subitement qu'elle est presque galère à relever, il lève un peu la tête, affronte les grands yeux de sidney.
- ou tu peux m'mettre dehors, ça va aussi. j'comprendrais.
parce qu'on a pas idée de laisser un môme foutre le merdier dans les papiers.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sidney Kasabian
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyDim 26 Aoû - 15:40

« Désolé Sid, j'voulais pas t'mettre dans cet état. » Et il essaie de sourire mais ça ressemble à rien – de toute façon il oublie même de lever la tête, sa grimace s'adresse seulement aux courgettes. « Nan t'inquiètes, ça va. » Le mensonge est flagrant. Épaules courbées, menton baissé, il arrive pas à se concentrer sur ce qu'il fait de toute façon. Ça fait deux fois qu'il reprend le même légume et le repose et le reprend. À croire que Sal a foutu les pattes dans un engrenage et maintenant la machine s'enraye, ça pédale dans le vide, ça tourne à l'envers.

Ses doigts tremblent un peu.

La carcasse de son cousin finit par atterrir à ses côtés mais il trouve pas la force de le regarder. Fermant le robinet, il déglutit difficilement. « J'peux t'aider à faire quelque chose ? » Il sait pas quoi lui répondre. Il sait plus s'il parle de la cuisine ou d'autre chose et il arrive plus à réfléchir.

Y a une pointe qui lui troue la poitrine, ça s'enfonce doucement, ça lui vole un peu de son souffle et tout son équilibre. Pendant une seconde il croit entendre son cœur battre et ça va trop vite ou pas assez, il sait pas il sait plus. Au final c'est juste le pied de Sal qui tapote le sol. « Ou tu peux m'mettre dehors, ça va aussi. J'comprendrais. » Cette fois, il lève les yeux. Soupir. « T'as rien fait d'mal. » Il hausse les épaules, passe une main sur l'arrière de son crâne en pivotant. Son bassin s'appuie contre le meuble derrière lui – on dirait presque qu'il a du mal à tenir debout tout seul. « C'est juste que d'habitude j'le range, pour pas que les gens tombent dessus. Et puis Vic y touche pas. » Elle a compris qu'il valait mieux éviter. « Mais j'comprends que t'aies eu envie de lire. C'est ta famille aussi, d'toute façon. » Il peut pas lui en vouloir. Il était trop jeune pour comprendre à l'époque et sûrement que personne a pris la peine de tout lui expliquer ensuite. À sa place, il serait curieux aussi.

Il se force à se reprendre et se remet en mouvement, refusant que Sal puisse le voir mal. Pas là, pas comme ça.

Pendant qu'il s'attaque aux aubergines, il pointe du doigt les courgettes et les pommes de terre. « Tu peux te laver les mains et éplucher ça s'te plaît ? » Ça sera toujours plus facile qu'éplucher le dossier de la disparue. Et tête baissée sur ses doigts qui s'affairent à nouveau, il prend une inspiration, cherchant du courage là où il n'y en a pas. « Si t'as des questions, tu peux. » Il sait même pas s'il est prêt à les encaisser ou non, mais il veut pas mettre Sal face à un mur. C'est ce que son père a fait avec lui et ça n'a fait qu'aiguiser un peu plus ses angoisses ses interrogations ses failles, tout ce qui a fragilisé son équilibre y a des années. Si Sal veut des réponses, il préfère les lui donner que le laisser ressasser ce qu'il a pu lire. Peut-être qu'il projette trop de choses sur lui. Peut-être que c'est un peu pour se tester, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

Sal King
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 189
▹ points : 44
▹ pseudo : roi peste.
▹ crédits : anesidora.
▹ avatar : wolfhard.
▹ signe particulier : cicatrice cradingue qui démarre de la presque naissance de son cou et s'étale jusqu'à son épaule. reste d'une morsure, déchirure, bavure d'un chien, un bon bâtard dont il a jamais pu comprendre les raisons de cette attaque. toujours fringué de noir.
☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyVen 31 Aoû - 11:08


à la frontière
sidney et sal
https://www.youtube.com/watch?v=10Y6mV53C0o

sans doute qu'il a envie de se cacher, de se mettre derrière une plante verte, se faire passer lui-même pour les feuilles dans le fond du pot. sans doute qu'il se sent profondément con, un poil trop curieux, façon alice qui tombe dans son terrier mais qui cette fois-ci, regrette amèrement sa décision dès le départ. il baisse un peu la tête, il pourrait s'en prendre une qu'il dirait rien - il pourrait accepter la punition, sal, de se prendre pour un adulte alors qu'il vaut pas plus qu'un chiard de dix centimètres, et ce, malgré sa trop grande taille pour son âge. il racle le fond de sa gorge - c'est qu'il a pas envie de perdre sidney au passage, c'est qu'il a pas envie que le cousin retourne sa veste, lui dise qu'il veut plus qu'il pose son cul plat chez lui. il a le temps de se faire quinze films catastrophes en quelques secondes à peine, puis enfin il l'ouvre, il le rassure tant bien que mal - même si sal, il est trop concentré sur ce qu'il fait, de peur qu'il se coupe un doigt. il hoche la tête sous les ordres, le fait sans broncher se bouger. il se lave les mains, chope l'éplucheur, les légumes, toujours à côté de son aîné - il se tait l'espace d'un moment. si y'a des questions, elles sont toutes parties. si y'a des questions, elles sont toutes muettes - et à dire vrai, il est même pas sûr lui-même d'en avoir des pertinentes. il veut pas être un inspecteur, un fouteur de merde qui l'aidera dans sa quête, parce qu'il y connaît rien, parce qu'il est aussi doué pour trouver les gens que ses lunettes sur le haut de sa tête.
- j'sais pas... faudrait pas qu'il ait fait tout ça pour rien, qu'il se retrouve démunie puis se marre en disant que tout ça c'était par envie de lecture. il pousse un léger soupir, commence à martyriser le légume. j'suis pas très doué pour ces choses-là. on m'le reproche souvent en cours d'ailleurs. pas doué tout court, il en mord sa lèvre inférieure, arrache quelques peaux mortes, se fait un peu morfler histoire de se rappeler qu'à force de trop jouer au con, il se prendra toujours un sacré poteau. non pas qu'il pensait faire bien, il pensait faire tout court - sans penser au mal. il finit le premier, entame le deuxième. y'a que les bruits de la cuisine qui ponctuent les mélodies entre les murs - en général y'a de quoi se bidonner pourtant.

- toi, comment tu t'sens ?
oeillade de biais, de travers, à l'envers, il se dit que y'a chez les mères toujours une culpabilité grandissante, celle de jamais en faire assez - ou d'avoir tellement loupé le coche que plus rien est rattrapable. alors quand sa tante s'en est allée bras-dessus bras-dessous, y'a eu plus que le silence de tombe de mère king pour montrer sa tristesse - lui il a été que la goutte d'eau, le jour de l'incident. à croire qu'elle revoit perpétuellement sa plaie ouverte, et le fantôme de sa soeur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sidney Kasabian
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyLun 10 Sep - 9:53

« J'sais pas... » Il prend garde à n'pas lever la tête, prunelles rivées sur ce qu'il fait comme si ça pouvait effacer les images gravées derrière sa rétine – le sourire de sa mère la dernière fois qu'il l'a vue et puis ses traits déformés par ses crises et puis ses larmes ses cris et puis putain il veut plus penser à tout ça. « J'suis pas très doué pour ces choses-là. On m'le reproche souvent en cours d'ailleurs. » Ça lui arrache un semblant de rire, quelque chose qui se meurt dans un souffle et s'oublie aussi vite que c'est venu. « Bof, parfois c'est pas plus mal de pas être doué pour certaines choses. » Dans l'fond peut-être qu'il est soulagé que Sal n'ait pas de questions à poser. Soulagé et un peu déçu aussi, parce qu'il pourra pas s'entraîner à garder la face, il pourra pas voir s'il arrive à rester droit et solide comme son père.

C'est sûrement pour le mieux.

Terminant de couper les aubergines, il attrape un deuxième économe et vient se poster près de Sal, silencieux. Il l'aide dans sa besogne, visage toujours baissé, sourcils froncés, concentré. On entend rien d'autre que le bruit de la lame contre les légumes, la peau qui glisse et s'arrache doucement. Sid essaie de se focaliser dessus pour étouffer le silence qui s'est établi jusque dans sa cage thoracique. Y a comme un froid glacial logé entre ses côtes.

« Toi, comment tu t'sens ? » Il se fige une seconde, sentant le regard de son cousin dévier dans sa direction. Immobile, il se borne à fixer le plan de travail, déglutissant difficilement. Et puis il hausse les épaules. « J'vais bien. » À l'écouter il va toujours bien, même quand tout se délite entre ses doigts, même quand dans sa tête y a plus rien qui va. Sûrement que le monde pourrait s'écrouler et qu'il trouverait toujours le moyen de dire : j'vais bien. « Tu sais, c'est vieux tout ça. » C'est pas pour autant que c'est moins douloureux, mais il essaie quand même de lui faire croire que si. « Parfois je jette juste un œil sur le dossier, pour voir si on a pas loupé un truc ou j'sais pas... » Il soupire. « T'imagines pas l'nombre d'affaires sans suite qu'on a. » Quand il récupère les documents sur sa mère et qu'il voit tout le reste, ça lui fait toujours un pincement au cœur. Il pense à ces gens comme lui, restés sans réponse, plongés dans l'ignorance.

Ça l'accapare tellement qu'il regarde plus ce qu'il fait, l'économe dérape et la pointe vient lui entailler le pouce. « Merde. » Son doigt glissé entre ses lèvres pour empêcher le sang de couler, il a même pas le courage d'aller chercher un pansement. Il préfère attraper un morceau d'essuie-tout et l'enrouler autour de son pouce sommairement, avant de lâcher un énième soupir. Ses pieds le traînent jusqu'au frigo. Il se sort une bière et la décapsule rapidement, en avalant une grosse lampée comme si ça pouvait tout anesthésier de l'intérieur, avant de se tourner vers le môme à nouveau. « J't'en proposerais bien une, mais t'as pas l'âge. » Sourire en coin de lèvres. Ça sonne faux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

Sal King
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 189
▹ points : 44
▹ pseudo : roi peste.
▹ crédits : anesidora.
▹ avatar : wolfhard.
▹ signe particulier : cicatrice cradingue qui démarre de la presque naissance de son cou et s'étale jusqu'à son épaule. reste d'une morsure, déchirure, bavure d'un chien, un bon bâtard dont il a jamais pu comprendre les raisons de cette attaque. toujours fringué de noir.
☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyMar 18 Sep - 21:01


à la frontière
sidney et sal
https://www.youtube.com/watch?v=10Y6mV53C0o

y'a la douleur qui le transperce un peu, façon pointe d'épée qui vient doucement percer la première couche de peau. il aime pas le voir comme ça sid - parce que y'a pas pire que sa tronche défaite, quand il sourit c'est mieux, c'est plus doux aussi. y'a chez lui comme un partage constant de ce qui pique, de ce qui déplaît, en épluchant les légumes y se dit qu'il aurait mieux fait de rester à sa place - ou peut-être qu'il a bien fait de se mêler de ce qui collait sous la godasse. maintenant qu'il a enlevé la boule de chewing-gum séchée, ce sera plus facile d'avancer - il se rassure comme il peut. il écoute d'une oreille attentive, il retient comme il peut, se dit qu'au final il lui en veut pas trop et que ça se terminera ni dans les larmes, ni dans le sang. il sourit en coin de lèvres, sans trop faire le fier parce que y'a pas de quoi faire - inspiration profonde, il enchaîne son taff sans trop chercher, jusqu'à ce que sid se fasse mal, de quoi imbiber un vieux bout de sopalin. haussement de sourcils, il lui ferait bien les premiers soins - mais la vérité c'est qu'il y connaît rien, il sait seulement les basiques du baiser magique et du sparadrap aux coeurs néons. puis y'a une bière entre ses doigts, elle est bien fraîche, elle a bonne gueule, elle lui donne presque envie. il roule des yeux, se marre à moitié en silence.
- si papa savait, j'pense qu'il m'en claquerait une. 'fin quoique, même pas sûr. pas sûr qu'il réagisse, pas sûr qu'il se rende compte, démissionnaire, il a laissé à la porte son job de père, préfère se la jouer infirmière inquiète qui marche toujours sur du verre. il sait plus comment faire - il a plus le courage de dire à son fils de se tenir droit. r'marque si tu veux bien m'en filer une, j'vais pas cracher d'ssus. haussement d'épaules, il se mordille le bout de la langue. il espère pas se prendre de vent - non pas qu'il ait vu pire, sal, il s'est jamais bouffé de cuite, il essaie juste de s'acoquiner, de se la jouer, de faire grand alors qu'il l'est que de taille.
- 'tout cas... j'peux pas savoir, mais j'comprends. j'crois. enfin - il babille un peu, termine de maltraiter les légumes, puis pose ses mains sur le rebord du plan de travail. j'te sortirais bien, genre, une boule de cristal pour m'la jouer madame irma et t'enl'ver tout ça, répondre à tes questions. mais d'jà une boule de cristal ça coûte la blinde, puis j'suis pas spécialement crédible en bohémienne. il le regarde à nouveau, essaie de refiler un peu de réconfort sans tendre les bras - il ose jamais faire le premier pas. il est désolé, il le dira pas. parce que sid doit être désolé aussi, parce qu'ils sont tous désolé en ce bas monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sidney Kasabian
Coyote
▹ posts envoyés : 2611
▹ points : 52
▹ pseudo : marion
▹ crédits : lunar (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : allure de zonard et pieds qui traînent, trop de couches de tissu pour couvrir ses épaules voûtées, l'air toujours un peu usé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptySam 22 Sep - 12:17

« Si papa savait, j'pense qu'il m'en claquerait une. 'Fin quoique, même pas sûr. » Il pince doucement les lèvres et hoche le menton, mais il se tait. Y a rien à dire de toute façon, c'est que le reflet d'un tableau qui s'est terni avec le temps, sûrement écorché comme le cou de Sal. Parfois il se demande si les King ont vraiment repris leur souffle, ou s'ils font juste semblant. « R'marque si tu veux bien m'en filer une, j'vais pas cracher d'ssus. » Sourcil arqué, sourire qui tire sur le coin de sa bouche, il l'observe un instant en levant un peu le menton. À croire qu'il le jauge et l'analyse, qu'il fait tout un tas de calculs pour peser le pour le contre et l'entre-deux. Il met pas longtemps à prendre sa décision. Deuxième bière sortie du frigo, il la décapsule et la pose sur le plan de travail, pas loin de son cousin. « Je décline toute responsabilité si tu t'laisses tenter par une bière qui traîne par hasard dans la cuisine. » Haussement d'épaules, sourire complice – il a presque oublié pourquoi il était venu se réfugier là.

C'est Sal qui le lui rappelle. « 'Tout cas... J'peux pas savoir, mais j'comprends. J'crois. Enfin - j'te sortirais bien, genre, une boule de cristal pour m'la jouer madame Irma et t'enl'ver tout ça, répondre à tes questions. Mais d'jà une boule de cristal ça coûte la blinde, puis j'suis pas spécialement crédible en bohémienne. » Ses yeux le fixent une seconde et puis il baisse la tête, un rire qui filtre dans un souffle. Il sait ce que Sal essaie de faire et même si c'est bancal ça le touche, c'est tout en maladresse, en hésitations qui guident leurs mots et leurs gestes depuis que Sid est rentré. Il avale une dose de courage liquide pour finir de tout effacer ; ou en tous cas, de tout camoufler. Quand il revient vers lui, ses traits sont plus apaisés même si son regard reste éteint. « Dommage, tu ferais une Esméralda parfaite. » Il ricane à moitié, une main qui vient s'aventurer dans la tignasse de Sal pour y foutre un peu plus de bordel qu'il n'y en a déjà.

Et puis il ôte le sopalin de son doigt meurtri, contemple les légumes épluchés, coupés, tous les morceaux éparpillés. Il a plus le courage de les rassembler.

Il finit par soupirer en ramassant les couteaux pour les abandonner dans l'évier, avant de lever les yeux sur le môme. « Finalement c'est p't'être pas le bon jour pour cuisiner. Pizza ? » Il se tourne vers lui, hésite une seconde, et puis reprend. « Tu peux crécher là s'tu veux. » À nouveau, il hausse les épaules d'un air faussement désinvolte. La vérité c'est qu'il l'est pas tant que ça – il sait pas à quelle heure Vic rentrera et il a juste pas envie d'être seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5760-perdu-d-avance-sidney http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147125 http://thenotebook.forumactif.org/t5833-sidney-kasabian

Sal King
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 189
▹ points : 44
▹ pseudo : roi peste.
▹ crédits : anesidora.
▹ avatar : wolfhard.
▹ signe particulier : cicatrice cradingue qui démarre de la presque naissance de son cou et s'étale jusqu'à son épaule. reste d'une morsure, déchirure, bavure d'un chien, un bon bâtard dont il a jamais pu comprendre les raisons de cette attaque. toujours fringué de noir.
☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney EmptyDim 14 Oct - 19:53


à la frontière
sidney et sal
https://www.youtube.com/watch?v=10Y6mV53C0o

y'a bien que sid qui le regarde pas autrement, y'a bien que sid qu'est capable de se dire qu'un ado ça fait de la merde aussi, que ça a pas besoin d'être couvé, jeté dans un linceul et pleuré jusqu'à pas d'heures. y'a bien que sid pour juste hausser mollement les épaules, tourner la tête et le laisser faire avec la bière - il se fait pas prier sal, pas plus longtemps, parce que c'est pas la première fois, ce sera pas la dernière et que de toute manière, y fait partie de ces crétins qui tiennent qu'une gorgée - deux quand ça reste optimiste. lèvre inférieure qu'il mordille, il inspire profondément, l'ouvre et y pose le bout de ses lippes - ça fait du bien sans trop savoir pourquoi. sans doute qu'il se sent un poil plus grand sal, sans doute qu'il se sent un poil plus légitime aussi. sourire qui grandit à mesure, l'est content de voir qu'il sera pas jeté aux ordures ce soir, l'est content de voir qu'il lui en veut pas des masses - puis que rien changera aussi. il lui dira pas qu'il y croit, qu'il se doute qu'il la retrouvera un jour sa mère, que ça ira mieux dans sa tête - parce que de toute façon il y croit pas en grand-chose, que même dieu il lui accorde pas le bénéfice du doute, que même lui dans la glace il a du mal aussi. y croit en sid - juste pas aux autres. tignasse en bordel qui fait que s'empirer - il essaie même pas de la remettre en place. bras étirés qui menacent toujours un peu plus de taper dans le plafond, il fourre ses mains finalement dans les poches de son jean.
- deal, et deal.
toutes les raisons sont bonnes pour squatter, pour profiter, regarder un vieux film d'horreur, parler d'affaires compliquées ou juste raconter des vannes qui font pas de vieux os. y'a tout qui paraît plus simple entre ces murs, limpide, sans besoin de tout mettre sous une cloche de verre, sans faire attention à comment ils se prononcent les mots - sans faire gaffe aux alentours qui craignent au possible. la vie paraît pas meilleure - juste un peu plus douce. il bouffera à s'en péter le bide, il rira à s'en claquer les cordes vocales, il s'endormira à pas d'heure - puis il pleurera au moment du réveil, laissera derrière lui la porte se refermer. reprendra la ligne classique - l'emmerdante, la basique. en attendant y se dit que demain c'est trop loin - en attendant il s'accroche aux sourires kasabian.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

☽ ☾

à la frontière ; sidney Empty
MessageSujet: Re: à la frontière ; sidney   à la frontière ; sidney Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

à la frontière ; sidney

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: version dix-neuf-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES