Partagez | .
 

 bad idea. (crally)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
crashtration
▹ posts envoyés : 1282
▹ points : 22
▹ pseudo : mathie (miserunt)
▹ crédits : moi (avatar) & tumblr (profil) & solosands/vovicus (icones)
▹ avatar : matt gordon
▹ signe particulier : look un peu décalé, tatouages éparpillés, sourirs pondérés et un accent londonien terrible qui vient appuyer un phrasé peu compréhensible.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: bad idea. (crally)   Mer 18 Juil - 17:10


   Ce n'est pas une bonne idée. C'est tout sauf une bonne idée. Mes dents viennent attaquer ma lèvre inférieure alors que j'hésite à tout annuler. Lui renvoyer un message pour lui dire qu'elle ne peut plus venir finalement. Qu'on se verra demain, une autre fois, plus tard. Mais pas ce soir, pas cette nuit, pas dans cette foutue soirée. Qu'est-ce qui m'a pris, je déraille. Je passe ma main sur ma bouche, frotte le bas de mon visage de façon frénétique pendant quelques secondes, tiraillé. Ma raison qui me hurle d'envoyer ce putain de texto d'annulation. Mais mon corps m'en empêche, pas d'accord avec cette décision. Il a des envies de danse lascive, des envies qui me mettent en colère. Je jette mon téléphone sur le canapé et fais les cents pas, passant mes mains sur mon crâne rasé à plusieurs reprises, tentant de faire le vide. Mais très vite, c'est l'ébullition sous mon épiderme et je me retrouve à l'étroit dans mon jean. — Pas maint'nant, p'tain. Que je grogne tout bas, me mettant à tirer sur mon pantalon. Mais y a rien à faire, c'est trop tard. Je finis par foncer dans la salle-de-bain, me fous à poil et me jette sous l'eau glacée de la douche, le front posé contre les carreaux sales. Je retiens un gémissement alors que l'eau me pétrifie, choc thermique qui embrouille mes pensées. Et la pression dans ma tête et dans mon corps redescend progressivement. Je n'arrête l'eau que lorsque je suis totalement calmé. Je sors de la cabine et attrape vite une serviette, ma peau est devenue rouge à cause du froid et  totalement livide aux extrémités, le sang qui a eu du mal à circuler. Je me sèche en me frottant puissamment pour me réchauffer alors que je claque des dents. Calme-toi Crash, ça va aller. Je renfile mes vêtements et retourne au salon. Je récupère mon portable et hésite encore quelques secondes avant de finalement l'enfoncer dans la poche de mon jean noir et de quitter notre appartement, direction le Bloc.

   Une fois sur place, je ne vois plus le temps passer. On s'occupe de tout installer, tout organiser, avant que la soirée ne commence officiellement. Dès 22h, des gens rôdent déjà autour de l'usine, s'agglutinant devant l'entrée en attendant que les portes s'ouvrent. Et une heure plus tard, la soirée commence. L'usine se remplie vite, la musique bat déjà son plein et j'essaye de me vider l'esprit en attendant l'arrivée de Molly. Ça va aller, que je me répète encore. Inlassablement. Avec l'espoir de finir par y croire. Les minutes passent et je sens une certaine nervosité me gagner. Je reste près de Knox, me calquant sur son énergie et ses pensées pour éviter de rentrer à nouveau en éruption. Et puis, le téléphone vibre dans ma poche. C'est Molly, elle m'attend à l'entrée. Je déglutis et reste figé, relisant encore et encore le sms. Je pourrais ne pas y aller. Dire que je n'avais pas vu, que je l'ai cherchée toute la soirée sans la trouver. Mais le temps que les pensées défilent dans ma tête, je me retrouve déjà dehors. Corps révolté qui se fiche de mes états d'âmes et décide d'agir sans l'autorisation de personne. Putain. Je scrute la foule dehors, serre quelques mains au passage à des habitués qui me reconnaissent, ou pensent reconnaitre Knox. C'est du pareil au-même. Sourires brefs, je ne m'attarde pas. Et je la trouve enfin. Le cœur qui part à la dérive et je me fais envahir par des émotions contradictoires. Le sang qui pulse plus fort dans mes veines et qui vient s'éclater contre mes tempes. J'ai l'impression d'être fiévreux, tandis que la culpabilité elle, me glace les muscles et me fait frémir. Barre-toi Crash, elle t'a pas encore vu. Mais je fonce vers elle et agite ma main en l'air pour attirer son attention. Connard. Dès qu'elle me remarque je m'arrête et la laisse venir à moi, lui offrant un maigre sourire, comme d'habitude. Je la salue à une distance raisonnable, redoutant le moindre contact physique. Voulant éviter toutes étincelles qui risquerait de m'embraser et de me faire perdre le contrôle. — Cool qu'tu sois v'nue. Les mots mâchés et l'accent des bas quartiers londoniens, elle devrait être habituée depuis le temps qu'elle m'entend parler. Mais elle ne s'en souvient pas. — J'te fais visiter. Et je m'écarte d'un pas, tendant mon bras devant moi pour l'inciter à passer devant et à rentrer dans le bâtiment en ruines. Mes yeux que je force à rester à une hauteur convenable et mon cerveau que je tente de maitriser pour l'empêche de penser à certaines choses. J'ai réussi à la voir 5 fois sans merder, ce soir c'est la sixième. On est jamais allé aussi loin. J'peux pas échouer, pas maintenant, pas alors qu'une véritable relation est en train de se créer. Les sms de plus en plus réguliers qu'on commence à s'échanger jusqu'à tard le soir. C'est bon signe, non ?

   Mais une fois à l'intérieur, je réalise toute l'ampleur de ma connerie. Avec la musique à fond, on n'entend rien. Je vais être obligé de me coller à elle pour lui parler. Et cette simple idée me refile des sueurs froides. Le front qui perle déjà, je l'essuie d'un revers de la main pendant qu'elle a le dos tourner. Ça va aller, ça va aller, ça va aller. Je deviens nerveux, je sens que tout s'accélère sous ma peau et ça m'angoisse. Je la dépasse et machinalement ma main attrape la sienne pour ne pas la perdre dans la foule. Mais je la relâche aussitôt, comme si je venais de me faire électrocuter. Et c'est tout comme. Tension nerveuse, muscles bandés, nerfs à vifs et l'impression de me carboniser de l'intérieur. J'inspire et expire rapidement, n'ose même pas me retourner, jouant la désinvolture. Comme toujours, je fais celui qui a l'air de s'en foutre. Le mec détaché, un peu inaccessible. Simplement pour mieux camoufler la laideur de mon véritable visage. Je nous ouvre un passage jusqu'à ce qui sert de bar pendant nos soirées. Une fois qu'elle est à ma hauteur, je me penche à son oreille et gueule pour qu'elle m'entende. — T'veux boire un truc ? C' la maison qui offre. Et je me recule aussitôt, réinstaurant une distance de sécurité alors que l'odeur de son parfum commençait déjà à éveiller quelques palpitations désaxées. Faut que je me rende à l'évidence. Ça ne va pas aller du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5683-out-of-control http://thenotebook.forumactif.org/t5779-crash-love
 

bad idea. (crally)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Accès Internet
» There is nothing more contagious than an idea - Faith
» Oral bac italien (URGENT)
» ARIA → This is the worst idea ever, but let's do it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SE DIVERTIR :: version dix-huit-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, multicomptes.
// bazzart, tumblr, faceclaim.