Partagez | .
 

 sacrifices transitoires (jake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 6
▹ points : 3
▹ pseudo : charlieMCK
▹ crédits : ibuzoo - ladyfame
▹ avatar : Ezra Miller
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open
+ contacts:

MessageSujet: sacrifices transitoires (jake)   Lun 16 Juil - 20:35

Tu t’rends comptes du fossé, de l’abîme, creusé à la cuillère en argent entre toi et là d’où tu viens. L’abysse entre toi et ta sœur, ta chaire, et ton sang. Tu le savais, ça n’a rien de nouveau, mais quelque part, t’en avais pas pris la pleine conscience. abyssus abyssum invocat. qui danse dans un coin de ta tête mais tu l’ignores. Sans doute que c’est trop tard. T’y as déjà jeté un regard, en bas, du haut de ta tour d’ivoire, il y a quelques années de ça. C’est grâce à cela que tu es là, sinon, non, tu serais pas venu, tu n’aurais pas cherché à savoir, tu n’aurais pas su, tu n’aurais pris conscience de rien. Tu serais resté l’ermite des riches, aberration. Mais t’as jeté un œil en bas, tu t’es penché par la fenêtre et t’as même fait une corde de t’es drap pour t’échapper de ta tour. Le pire c’est que ça, ce truc pourri de conte de fées, de bds, ou de séries b, tu l’as tenté. T’es tombé. tu t’es pété le bras. Encore. Une franche réussite. Alors t’as préféré le plan A comme argent, le plan B comme blé ou C comme corruption pour pouvoir filer en douce, sous couvert des domestiques. T’es un connard de petit riche, tu l’sais, t’en as pris conscience plus que jamais là, tout de suite.

C’est ce même foutu argent qui t’as mené jusqu’ici. Le type que t’as payé pendant deux semaines pour qu’il retrouve la trace de ta frangine. Tu t’dis que si t’as procédé de la sorte, c’est parce que t’as pas le choix, ça t’aide à dormir surement, que tu pouvais t’aventurer tout seul sur Kayton, une fois, deux fois, trois fois, et toutes les fois qu’ils auraient fallu pour que t’arrives à tes fins. Dans ton état, c’est pas raisonnable. Mais peut-être que si t’as procédé comme ça, c’est parce que t’as pas appris à faire autrement que sortir une liasse verte pour régler tes problèmes. Alors c’est la même cette fois encore. T’es un petit con de gosse de riches.

Enfin finalement ‘es là. A te tordre les doigts, espérant quelques part que si tu y vas assez fort, t’arriveras à t’en péter un et ça te donnera une bonne raison de rentrer “à la maison”. Mais t’as pas non plus envie d’encrer à l’indélébile le mot « lâche » dans la liste des tes merveilleuses qualités alors qu’il en orne déjà le coin de la page. T’as la trouille, t’as la trouille, t’as la trouille, comme chaque seconde passée or de ta cage dorée, comme chaque seconde confronté à la vie. T’es tétanisé devant c’t’immeuble délabré, et si tu finis par rentrer dedans, c’est parce que t’as encore plus la trouille des types qui te regardent comme un bout de bifteck. T’as peut-être la peau sur les os, c’est sans doute l’odeur des billets qui reniflent à travers tes poches.

Et puis voilà, t’es là. A inspecter le moindre éclat de verni de la porte en face de toi, les bosses dans les murs, les tâches sur le sol, et chaque centimètres carré qui te hurle que t’as rien à foutre là. Ou alors c’est juste la peur qui danse sur tes nerfs, les préparant à la fuite. Parce que derrière cette putain de porte, y a peut-être ta sœur. Ta foutue sœur dont t’as pris grand soin d’effacer la voix et l’sourire de ta mémoire. Comme tes parents. Parce que tu pouvais plus les voir, et ça faisait trop mal. Alors tu t’es appliqué à les effacer de ta vie, sans jamais t’dire qu’un jour t’allais pouvoir être là. Derrière cette conne de porte, à courir après les morceaux de ce qu’on t’arraché et que t’as déchiqueté. A lever une main et faire résonner les coups contre la porte dans tes phalanges, métacarpes, carpes, radius et ulna jusqu’à ton cœur aussi fragile que ton squelette. Partagé entre l’espoir que Jake ouvre la porte. Et celui que celle-ci reste close.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 60
▹ points : 20
▹ pseudo : bbf
▹ crédits : eriam (avatar)
▹ avatar : alissa salls
☽ ☾

MessageSujet: Re: sacrifices transitoires (jake)   Dim 22 Juil - 15:28

Tu as toujours gardé une photo de ton frère. Même à l'époque où tu le détestais. Même à l'époque où il te manquait. Même à l'époque où maman buvait. Même à l'époque où papa est devenu un fantôme. Même à l'époque où le règne de ta famille s'est transformé en boule de gomme. Tu t'allongeais sur ton lit, les pieds dans le vide et le coeur dans la gorge. Tu mettais la musique qu'il écoutait souvent (c'est ce que disait maman), juste comme ça, en fond, comme pour invoquer sa présence, comme pour sentir son parfum de nouveau. Et tranquillement, en chuchotant, tu lui donnais des nouvelles des parents, de l'école, du chat de la voisine, de ton premier amoureux, de ton premier baiser, que c'était dégueulasse, que tu voulais même plus y penser, que tu recommencerais jamais. Tu lui as raconté la première cigarette, puis le premier joint, et la première fois où ton coeur s'est brisé en milliers de morceaux à cause du petit Jordan, et qu'il avait bien mérité que tu lui casses le nez. Puis, tu t'es perdue, Jake, tu t'es paumée dans la vraie vie, dans la réalité des personnes de chair et de sang, de vices et de rires, de méchanceté, de sourires, qui t'ont portés, qui t'ont lâchés, qui t'ont fait vivre comme tu le méritais. Et la photo est restée coincée dans le fond de ta table de nuit, dans le tiroir maudit, où t'aimais te dire que Castiel dormait, où t'aimais te dire qu'au moins ici, il existait.
Puis, il y eut la haine quand maman a sombré, quand papa est devenu vapeur et qu'ils t'ont tous abandonnée. Le prénom sacré est devenu cancrelat entre les lèvres pourpres de ta génitrice poubelle, dans ses prières, dans son supplice. Son souvenir s'est transformé en spectre, sa voix en disque rayé, son essence en fumée de cigarette. Castiel, Castiel, Castiel, souffrance, injustice, absence. Premier visage du manque, reliquat de l'amour enterré, sanctuaire de la petite fille que t'étais.
Mais Jake, t'es devenue une femme, et pas une des plus belles, ni une des plus sages. T'es devenue une bagarreuse, t'es devenue une amoureuse, t'es devenue une intoxiquée, une paumée, une camée et tu te disais des fois : « Eh, Cass, tu peux voir ça ? Est-ce que t'es fier, est-ce que t'as honte ? Si tu m'avais pas abandonné, ça s'passerait pas comme ça. Si vous étiez pas parti, j'aurai pas mal, j'ferai pas mal, j'casserai pas des os, j'casserai pas des coeurs, j'ferai pas le malheur ». Mais il est pas revenu pour autant, il s'est muré dans son silence de fantôme, de brise, de nuage et des fois, tu te demandes s'il a vraiment existé ou si tu te l'es pas inventé. Ca pourrait expliquer tout le malheur de ton monde, ça t'aiderait à comprendre comment le château a pu s'effondrer, comment Cendrillon a sombré, comment le prince s'est évadé. Tu t'es construit des histoires, tu t'es bercée à l'eau de rose et t'as noyé les souvenirs dans les liquides sacrés, sous les liqueurs bénites pour mettre en terre le cadavre exquis de votre famille décomposée.
Recomposée par les hurlements de Paz, par ses caprices de bébé qui veut pas manger, par ses pleurs tsunamis qui te font paniquer, par la détermination effritée qui le pousse à finir de manger. C'est une guerre amoureuse que vous vous livrez, où la louve ne laisse jamais le petit soldat gagner. T'as les cernes au niveau du nombril, les cheveux en pagaille, la taille trop fine et des bleus sur le corps trace des derniers combats, mais t'as l'âme en paix lorsque bébé arrive enfin à se reposer.
T'es pas sûre de comprendre tout de suite d'où viennent les tapotements qui te tirent de ta demi-sieste. T'es pas sûre qu'on t'appelle, que t'hallucines, qu'on vienne te voir en plein après-midi, dans la chaleur suffocante du Bronx de Savannah. T'es pas sûre mais tu poses Paz dans son lit-nid, imperturbable, vaincu par reine-mère qui vient ouvrir l'antre de sa tanière.
« J'ai pas d'argent et j'ai rien commandé » tu préviens avant même de poser tes yeux sur le visiteur. T'as les tripes qui se serrent instinctivement, le regard vipérin, la main serrée autour de la poignée, pas sûre de vouloir la refermer. C'est le rêve du passé, les neurones qui se reconnectent en mode flash-back, la respiration qui se bloque et la photo du gamin qui se superpose sur le visage presque inconnu, presque disparu. La pellicule de richesse sur son corps le nimbe d'une aura irréelle et t'as l'impression que c'est un ange, et t'as l'impression que t'es le diable. Pour une fois que quelqu'un te fait fermer ta grande gueule, pour une fois que tu dis rien, pour une fois que t'en restes coite ; pour une fois qu'on te coupe la respiration sans coups et sans violence. Tu mets longtemps à articuler un son, tu mets longtemps à comprendre, analyser la situation et t'as l'air stupide, pauvre et stupide quand tu grognes enfin : « merde, qu'est-ce que tu ressembles à maman »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 6
▹ points : 3
▹ pseudo : charlieMCK
▹ crédits : ibuzoo - ladyfame
▹ avatar : Ezra Miller
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open
+ contacts:

MessageSujet: Re: sacrifices transitoires (jake)   Lun 6 Aoû - 11:07

Elle ouvre la porte. Elle ouvre la porte et toi tu réagis pas. L’image de ta sœur toute petite qui te revient avec force en pleine poire, et qu’essaye de se calquer sur celle qui te fait face maintenant. Les mêmes yeux entre deux couleurs, et son nez en trompette. T’avais pas oublié en fait. Ton cerveau essaye de faire des liens entre les traits innocents de celle dont tu te souviens enfin et ceux marqués de celle qu’elle est devenue. Tu comprends pas les liens. La cause de la conséquence. L’histoire qui a creusé de fins sillons sur sa peau et terni le fond de ses pupilles. Enfin si tu sais, c’est les taches sur la moquette et les éclats dans les murs le lien. Les marques de guerres sans armées qui se livrent au quotidien dans ces quartiers. C’est toi, ou plutôt le non-toi, disparu. Envolé quelque part avec des anges qui ont payé leurs ailes quelques millions pour tenter de s’rapprocher du paradis. Mais elle méritait pas ça ta sœur à toi. Elle méritait un sourire et un visage hâlé, marqué d’avoir trop rit au soleil. Elle méritait pas une vie entassée dans ces cages à lapins sordides. Elle méritait peut-être pas non plus que tu reviennes la hanter. « merde, qu'est-ce
que tu ressembles à maman »
C’est elle qui brise le silence, dans une voix qui fait à peine écho à celle qui revient résonner dans un coin de ton crâne. « Ah oui ? » C’est tout c’que tu trouves à répondre. Une putain de question parce que d’elle, de votre génitrice, t’as toujours pas de souvenir. Ni voix, ni odeur, ni visage. Pas de morceau de vie en sa présence. Ni les baisers du soir, ni les cris de séparation. Rien. T’es responsable de c’qui s’est passé, de ton absence trop longue. Injustifiable. Alors t’as pas le droit de te souvenir de ta mère. Surtout qu’à un moment, t’as justement arrêté de l’appeler « maman ».

Tu t’sens de moins en moins légitime à chaque seconde que tu passes sur le pas de cette porte, à lutter pour garder ton regard dans celui de Jake. Pour ne pas baisser les yeux et compter tes doigts, comme un gosse qu’essaye d’oublier et de faire oublier qu’il a fait une bêtise. Trop énorme pour être oubliée. Tu voudrais t’excuser mais tout ça là, ce n’est pas ta faute. Ce n’est pas ta faute si tu es parti. T’as crié toi, pour qu’on te laisse avec ta famille, t’as pleuré aussi. T’as même mordu l’assistante sociale, de ça te t’en souviens, même du goût ferreux de son sang entre tes lèvres. C’est pas ta faute non plus si t’as des gènes en cartons qui t’ont fait pousser des os en verre pour faire voler en éclats votre famille. Ce n’est pas ta faute. Et c’est ce que tu te répètes souvent avec de dormir. Pour pouvoir le faire. Tu voudrais bien t’excuser mais il y a aussi le poids de ton orgueil de petit con qui est trop lourd à soulever. Le monticule de certitudes que tu as créé de toute pièce avec les ans, pour finir par t’assoir dessus, empereur d’un royaume en carton-pâte, sans la féérie de Disneyland. Alors tout ce que t’articules, c’est un « Salut. » S’il y a un truc qui n’a pas complètement été raté dans ton éducation, c’est l’apprentissage des bonnes manières. Tu ne sais même pas si tu le dois aux St John ou aux Black. Tu sais pas non plus si t’es un St John ou un Black. Mais pour l’instant tu n’es pas grand-chose. Mais pas ton ombre. Juste le reflet de ta propre image sur les cornées de la petite sœur que tu as abandonnée, toute seule derrière.

« Je peux entrer ? » Dans la tanière qu’elle a construit au milieu des loups, déjà plus forte à tes yeux que tu ne t’imagines ne jamais l’être. Dans son chez elle est tout ce qu’elle est devenue, sans toi. Elle dit « oui », elle dit « non », dans les deux cas t’en sera soulagé. Un pas en arrière ou en avant, mais la fin de cet immobilisme à peine supportable. Le temps qui s’est arrêté, ne sachant pas s’il doit ralentir ou s’accélérer, parce qu’ils ont trop de trucs à rattraper. Ou à oublier. Selon son choix à elle parce que c’est à elle maintenant de décider, toi tu l’as fait en engageant le privé, en quittant la villa St John ce jour-là, en frappant à sa porte. C’est à elle de décider si elle accepte ta soudaine réapparition, et comment la recevoir. Et tant pis si elle décide de le recevoir en te cassant le nez. Au fond tu sais que tu l’auras bien mérité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 60
▹ points : 20
▹ pseudo : bbf
▹ crédits : eriam (avatar)
▹ avatar : alissa salls
☽ ☾

MessageSujet: Re: sacrifices transitoires (jake)   Aujourd'hui à 12:48

Maman dans ses yeux, maman sur sa bouche, maman sur ses yeux baissés, maman et ses cernes marquées. Le reste tu connais pas, tu te souviens pas et t'es pas sûre de le vouloir, t'es pas sûre de rester droite, t'es pas sûre de pas trembler, là, toute seule, dans cette entrée. Peut-être que t'es trop fatiguée, peut-être que t'en as la respiration un peu coupée, peut-être que c'est trop dur, peut-être même que c'est pas vrai. T'as envie de lui dire que c'était une blague, t'as envie qu'il rigole, qu'il te prenne pour une folle, et qu'il retourne s'amuser dans son univers doré, dans sa planète qui sent bon, qui l'a fait beau, qui l'a fait grand. Tu remarques les détails sans le vouloir, pourtant ; sa stature bancale et cet air maigrichon que vous devez tout les deux à papa (c'est ce que disait Debra). Ces traits fins et enfantins qui vous font ressembler à de vieux ados, à de très jeunes adultes, qui poussent les bar-mans à vous demander (encore) votre carte d'identité pour acheter les liqueurs du bonheur. Mais surtout, surtout, cette étincelle dans le regard, ce crépitement secret, ce feu follet argenté qui s'accroche au tien, qui le surveille de loin. Peut-être bien que tu rêves, peut-être bien que tu songes, peut-être bien qu'il est fantôme et qu'enfin, t'es bonne pour la camisole.

Salut, il te dit. Sa voix, c'est pas vraiment la même ou alors, tout au fond, dans le ton fendillé, dans le soleil éteint de ses cordes vocales abimées. Salut, il te dit et toi, t'es pas sûre d'avoir espéré ça, dans les travers de tes espérances, dans les cauchemars de son absence, dans les rêves de vos retrouvailles. Tu croyais qu'il serait dieu, qu'il serait saint, qu'il t'emmenerait loin de ton appartement enfer, de ton adolescence purgatoire et de tous tes maux de fille unique forcée. Salut, il te dit. Mais toi, t'es pas sûre de savoir quoi lui répondre, t'es pas sûre de vouloir jouer à l'inconnu, t'es pas sûre de pas fondre dans le vide de votre étrangeté, dans l'horreur de vos retrouvailles glacées.

« Salut ? » tu répètes, les poings serrées, la gorge nouée, le ventre à l'envers, les tripes de travers. T'es pas sûre d'avoir la petite voix qu'il a connu, celle qui riait aux éclats quand il était là, tout près de toi. T'es pas sûre d'être la version magnifiée de ce qu'il a laissé, le modèle d'expo de la poupée de cire, de son, de sucre et de tendresse que t'as peut-être jamais été. T'as ce petit rire outré qui chatouille ta gorge, celui qui te prend quand tu te rends compte que t'as plus un rond, que t'as déconné, que Paz a faim et qu'il est nécessaire de ne rien céder. Jake est bien blanche face au miroir de son enfance ; Jake est pâle comme un spectre, Jake n'était pas prête à ce que l'embête.

« Oui » tu réponds. Oui, rentre, s'il te plaît, installe-toi, ne repars jamais. Je te trouverais une place dans le tourbillon de ma vie, dans le bordel que t'as laissé, toi, l'ouragan mêlé de sainteté. On sera serrés mais on sera bien, juste toi et moi, promis, on aura besoin de rien. Et tu pourras me raconter ton voyage, tes nouveaux horizons, tous les trésors que tu as ramassé sur la grande plage de ta nouvelle destinée. Et tu pourras m'amener voir la mer, voir les océans, voir la terre entière quand on aura fini de tout se raconter. Je modifierai les détails pour ne pas te choquer, j'embellirais ma galère de papier pour ne pas abîmer ta sensibilité dorée, pour ne pas te faire fuir, pour ne pas te perdre dans les secondes à venir. Oui, rentre, rentre, s'il te plaît et ne repars jamais.

« Non » Non, va-t-en, pars et ne reviens jamais. Tu te souviens, c'est ce que disait le grand lion à la télé, au petit qui venait d'être abandonné, au lionceau sans défense qui n'a jamais rien demandé. Tu devrais faire comme lui parce que t'as bien réussi la première fois, t'as pas merdé alors recule pas, joue pas au con et barre-toi. Ton souvenir je l'ai effacé, déchiqueté, j'l'ai fait saigner et j'ai adoré ça, j'me suis éclaté à te croire mort, absent et enterré. Non, non, rentre pas, efface toi de là, baisse les yeux et disparais parce que si je te vois, je pourrais pas m'en empêcher ; j'étranglerai notre amour agonisant de mes propres doigts.

« Tu te fous de ma gueule ? » C'est le tourbillon de la fausse extase, les sensations contradictoires, l'horreur cauchemardesque mêlée à l’apothéose vitale, sensorielle, sans égale. Tu te retrouves fille et maman, soeur  orpheline, rires et pleurs, sud et nord, sommeil profond et réveil brutal sans filtres ni protection, sans barrières, sans fond. Tu ressembles à une cocotte minute, à une cinglée, une internée qui flotte entre ses bras et la poignée, entre la rage et la tristesse devant le fantôme de l'époque révolue, de la tristesse disparue.

Alors tu t'enfermes
A double tour
A double ventricule
A double bile
A double sanglot
A doublie vie
Celle où il était là ; bonheur soleil tendresse
Celle où il a disparu ; ignominie lune détresse


« Mot de passe » Si tu te souviens pas c'est que c'est pas toi, si tu te souviens pas t'es même pas mon frère, t'es même pas un souvenir, t'es même pas un fantôme et moi, j'déteste ceux qui ont pas d'âme, ceux qui ont pas de race, ceux qui sont rien du tout et qui débarquent sans prévenir. T'es pas sûre qu'il ait gardé un souvenir de ce jeu là mais toi, ça te revient comme une bombe en pleine face et tes neurones saignent des cascades de nostalgie douloureuse, ton coeur vomit des arc-en-ciel de bonheur trépassé, sous le signe de vos années partagées. T'as l'air d'un vrai bébé, derrière la porte qui vous sépare, dans ton grand jeu de petite fille à aimer. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: sacrifices transitoires (jake)   

Revenir en haut Aller en bas
 

sacrifices transitoires (jake)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ecole Steiner: gros dilemne
» Joyeux anniversaire >> JAKE & SANAA
» Jake McNiece
» Jake @ And nothing else matters
» ~ Cache-toi. Baisse la tête. Fais-toi oublier ~ Jacob - Jake - Burtham.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground :: home sweet home-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.