Partagez | .
 

 Rocknrolla _ (Seven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar
Invité
☽ ☾

MessageSujet: Rocknrolla _ (Seven)   Ven 13 Juil - 23:39

Rocknrolla

« Merci. »
J’empoche mon dernier gros pourboire déposé par des allemands avec un sourire où fleurissent les fossettes. Ils m’ont absolument dégueulassé leur table, mais les vingt-cinq dollars le compensent largement.
Le chef de rang me fait signe du pouce : le service est terminé. J’vais pouvoir m’allumer la première clope de la soirée. Alors je m’dépêche de débarrasser les assiettes, verres et plateaux, jette mon tablier sur le comptoir et ramasse l’enveloppe de cash laissée à mon nom.
J’me suis faite tuyauter par Polly pour trouver des extras où m’faire un peu de blé – yeux larmoyants à l’appui. En ce moment j’suis pas assidue au Rock, et du coup j’ai moins d’heures de boulot. Donc moins de salaire et de tips. Donc du mal à payer mon loyer. Au moins quand Finn raquait sa part j’avais pas à m’en faire.
Bref, comme j’veux vraiment pas atterrir dans l’coin de Keyton - où traverser la zone toute seule en pleine nuit pour rentrer chez moi m’fait vraiment chier - j’ai plutôt intérêt à me bouger.

Je me presse dans la nuit en troublant les halos sales que projettent les lampadaires sur le trottoir. J’y croise de petits groupes de touristes chuchotant qui sont remorqués par des guides arborant jabots et dentelles, ou en train de déclamer théâtralement les péripéties surnaturelles d’une place quelconque. Les ghost tours qui animent Savannah sont une véritable manne financière pour les locaux. Et plus vous en faites, plus vous y gagnez.
A force de déambuler j’ai terminé ma cigarette. Et bien qu’il soit déjà minuit passé j’ai absolument aucune envie de me pieuter. C’est l’problème quand j’finis tard : j’suis toute pimpante. J’veux décompresser, discuter ou observer, peu importe, mais en tout cas avoir des interactions sociales où j’occupe le rôle de la cliente désinvolte.
Alors je guette. Un spot cool, une ambiance décontractée, une carte de bières sympa…
Et c’est là où une enseigne au néon vert affublée d’un trèfle me fait de l’œil. Kevin Barry’s Irish. Le rade occupe l’intégralité d’un rez-de-chaussée d’immeuble et m’paraît tout à fait faire l’affaire. Par cette chaleur la terrasse reste relativement vide, uniquement prise d’assaut par les fumeurs armés de leur pinte. Ça m’dit vaguement quelque chose ; on a déjà dû s’y échouer avec les kids, certainement bourrés comme des rats. Un sourire me perce les lèvres et j’me décide à m’y aventurer.

A l’intérieur tout est tamisé, et le bruit des conversations bourdonne furieusement sous le plafond bas. Je dédaigne le premier bar en entendant d’la musique dans la pièce attenante, deux fois plus large. Ici c’est blindé – certainement parce c’est le seul bar ouvert jusqu’à trois heures en semaine.
J’pige pas tout d’suite la présence d’une minuscule scène, jusqu’à ce qu’un type – le genre gangster couvert de tatouages, la peau sombre et les bagues luisantes – y grimpe et commence à mugir du Whitney Houston.
C’te gag.
La lueur amusée dans mon regard redouble : j’adore les karaokés. Surtout quand la majorité du public est ivre morte et que personne s’y prend au sérieux. Immédiatement, j’vais m’inscrire auprès du tôlier pour être la prochaine sur la liste. Je sélectionne une vieille chanson de Nina Simone, totalement vintage et sur laquelle j’vais pas manquer de louper dix accords en massacrant le tempo. J’passe après un dénommé Dino et une Isabella, c’qui me laisse juste le temps de descendre une bière pour me détendre.
Le barman me fait glisser une mousse que j’tends dans sa direction.
« Sláinte ! »

Ça fait dix minutes que j’suis en place quand un indien minuscule – que je surplombe d’une bonne tête – vient m’aborder. Il me glisse un « cocaïne ? » à peine articulé au creux de l’oreille. J’hoche sobrement la tête et le suit jusqu’aux toilettes. Après avoir soigneusement verrouillé la porte, il me trace une ligne généreuse que je respire aussitôt. L’amertume de la came me picote discrètement le nez et m’envoie une décharge neuronale. Elle est bonne.
« Pas mal. J’prends un gramme. »
« 70. »

J’hausse un sourcil hautain.
« Tu déconnes là, c’est pas du diamant. J’t’en donne 50 et j’t’en reprends un dans la soirée. »
Il ouvre la bouche pour protester mais acquiesce quand j’affiche ostensiblement la pochette remplie de billets craquants.
« Deal. »

Lorsque je ressors c’est mon nom qui s’affiche sur l’écran au-dessus de la scène. J’embarque mon verre, attrape le micro et me fous en plein devant des yeux curieux. La ritournelle démarre et je commence les première vocalises en essayant de les ajuster le mieux possible. C’qui, très honnêtement, n’est absolument pas un franc succès.
Le public commence par ricaner, mais très vite l’intégralité de la salle me rejoint sur le refrain en tapant dans ses mains. Mon mini short et l’énergie dont je fais preuve ont mis tout l’monde de bonne humeur.
J’finalise les dernières notes quand une dégaine me saute aux yeux. Juste là, dos à moi, en train de commander au comptoir.
Bordel. De merde.
On peut pas faire un pas dans cette ville sans tomber sur une raclure de yobbo.
Les applaudissements me surprennent presque tant j’suis concentrée à le fixer en espérant de toutes mes tripes qu’il se retourne pas. J’me dépêche de quitter les spots en acceptant à la volée une nouvelle tournée d’un grand type efflanqué portant la moustache. En remerciement de ma prestation, dit-il.
J’me rassois hautainement à l’autre bout du zinc. Foi d’irlandaise,  c’est pas sa sale gueule tatouée qui va me faire mettre les voiles.


Revenir en haut Aller en bas

avatar
il est gay
▹ posts envoyés : 5420
▹ points : 58
▹ pseudo : marion
▹ crédits : miserunt 666 (av+gif)
▹ avatar : sasha trautvein
▹ signe particulier : dents en vrac et sourire pété, yeux cernés, le nez qui saigne trop souvent et les mains toujours déglinguées.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: #nolimit oskour
+ contacts:

MessageSujet: Re: Rocknrolla _ (Seven)   Mar 24 Juil - 14:36

« Dégage ou j'appelle les flics. » Un rire détraqué lui répond et il met dix secondes à comprendre que ça vient de lui. Dix de plus pour réussir à se relever, ses os qui craquent et le goût du sang qui tapisse son palais. Il le sent qui coule de son nez – comme trop souvent – et s'infiltre entre ses lèvres qui s'étirent trop grand. Il nargue. Parce que du coin de l'œil, il voit que son adversaire s'est remis sur ses pieds lui aussi, et qu'il est prêt à charger. Mais deux types le retiennent et tout ce qu'il peut faire c'est grogner alors que Seven le défie du regard. Son sourire est écarlate quand il crache dans sa direction. « CASSE-TOI J'TE DIS ! » Il se tourne vers la fille qui lui pointe la porte, ricane quand elle esquisse un mouvement de recul alors qu'il se penche dans sa direction. « Gueule pas. J'm'en vais, t'inquiètes. » Il avance à reculons doucement, bras écartés sur les côtés comme s'il était le roi du monde. Il a avalé assez de pilules multicolores pour se sentir invincible et avoir envie de foutre le feu au monde entier. Pourtant c'est lui qui flambe, les veines en ébullition et un brasier dans le fond des yeux. « T'façon elle est à chier votre soirée. » S'il a déclenché une bagarre futile, c'est juste pour ça. Juste parce qu'il s'ennuyait.

Ou peut-être parce qu'il sait rien faire d'autre que ça.

Sa carcasse tangue sous la lueur des lampadaires, et malgré l'heure avancée les rues ne sont toujours pas désertes. Il renifle, grimace, attrape le bas de son t-shirt pour essuyer son nez et sa bouche négligemment, le blanc qui se pare de rouge indélébile. La sueur colle le tissu contre son dos et il a beau suffoquer, il trouve rien de mieux à faire que se sortir une clope. Point rougeoyant entre ses lèvres, il navigue sans regarder où il fout les pieds, pupilles dilatées et jointures éclatées. Il a l'air tout droit sorti de la décharge.

Une devanture finit par attirer son regard – peut-être à cause de la musique qui filtre au milieu des conversations, peut-être juste parce que c'est le premier bar ouvert qui croise sa route. Cigarette à peine commencée et déjà abandonnée. Il prend pas la peine de l'écraser, il entre.

Peu d'attention accordée à ce qui l'entoure, il se contente de suivre la musique et ricane quand il capte qu'il est tombé dans une salle de karaoké. La scène, l'écran, la petite silhouette qui écorche les paroles de Nina Simone. Il regarde pas vraiment, avance d'un pas traînant jusqu'au comptoir pour s'y appuyer de tout son poids. À croire qu'il a du mal à tenir debout – c'est un peu le cas. Il commande deux shots de vodka, oublie d'être poli, se tourne vers la scène pour voir la fin du spectacle. Juste à temps pour se dire que la poupée désarticulée est familière, et éclater de rire quand il la reconnaît enfin. Les applaudissements retentissent mais il a un train de retard quand il glisse ses doigts dans sa bouche pour siffler de toutes ses forces. Ça lui attire quelques œillades perplexes mais il n'y prête pas attention, trop occupé à demander deux autres shots alors qu'il n'a pas descendu les premiers. Une fois les quatre verres servis, il lâche un billet froissé et attrape le tout pour changer de place.

Direction : Eanna.

Il s'installe sur le tabouret à côté du sien et étale ses consommations devant lui, lippes étirées dans un rictus moqueur. Il peut pas s'empêcher d'ouvrir les hostilités directement. « J'me disais bien qu'ça sonnait comme une truie qu'on éventre. » Un shot avalé cul sec, il fait claquer le verre sur le bois et le pousse du bout des doigts pour l'éloigner. Ses yeux glissent sur l'irlandaise de haut en bas puis de bas en haut, la scannent ouvertement dans un mépris palpable, une arrogance insupportable. Il ricane, comme si sa simple existence suffisait à lui donner envie de rire. « C'est ta voix qu'a fait fuir l'reste des farfadets ? » Il descend un deuxième verre, le fait claquer, l'éloigne. Sa bouche qui s'ouvre en grand alors qu'il feint retrouver la mémoire d'un coup. « Ah nooon c'est vrai qu'y en a deux en taule, j'oublie tout l'temps. » Son rire est aussi agréable que des ongles qui raclent un tableau. Il observe son visage, son teint terne et ses yeux cernés, pupilles plus éclatées que les siennes. S'il a l'air d'une épave, elle est pas franchement mieux. Peut-être même qu'elle est pire et que c'est ce qui le fait jubiler. « Les autres ont suivi ou c'est juste que plus personne veut voir ta gueule ? » Troisième shot, sa gorge est en feu, sa tête commence à tourner et le verre claque. Son regard ne la quitte pas alors qu'il se met à jouer avec le quatrième, comme il cherche à le faire avec elle. Comme le ferait un prédateur avec sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5742-la-haine-seven http://thenotebook.forumactif.org/t5832-feroces-intimes#147124 http://thenotebook.forumactif.org/t5830-seven-popescu
 

Rocknrolla _ (Seven)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SE DIVERTIR :: version dix-huit-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, multicomptes.
// bazzart, tumblr, faceclaim.