Partagez | .
 

 noyade (drazen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
⊹ life can hurt
▹ posts envoyés : 92
▹ points : 18
▹ pseudo : melie
▹ crédits : morrigan (av) frimelda (code signa) imnohuman (aesthetic)
▹ avatar : barrueco le beau
▹ signe particulier : tatoué - gueule de gentil mais vrai filou
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: ready
+ contacts:

MessageSujet: noyade (drazen)   Jeu 12 Juil - 23:00

L’effet d’une bombe, ça a la don de lui massacrer le crâne. Et quoi de mieux pour se massacrer encore plus le crâne ? Aller boire. Vite, très vite. Cela faisait deux jours que Cal se tournait et retournait dans son lit, laissant son cerveau dans un libre-service de pensées obsessionnelles. ça lui pourrissait la vie. C’était quoi cette histoire de merde encore ? Dans quoi s’était-il fourré ? Il était pourtant persuadé d’avoir fait attention, sa mémoire lui faisait-elle défaut ? Marchant dans la pénombre de Savannah, il ressassait sans cesses les vieilles rancoeurs et les non-dits. Il oubliait le reste. Adieu les beaux souvenirs et la perspective d’avenir, bonjour les angoisses et la noirceur de son esprit. Ce soir, il n’avait pas envie de sortir pour se faire un peu de bifton, il avait dit à May qu’il devait rejoindre son collègue du Starbuck Coffee pour boire un coup. En réalité, il y allait seul, accompagné seulement de sa carcasse et de son ombre - qui lui semblait déjà trop lourde. Mais merde, où avait-il pu foirer ? Comment faisait-il pour être aussi con ? Laisse tomber mon vieux, elle bluffe, c’est seulement pour te faire chier ou t’escroquer de l’argent, elle est bonne qu’à ça se répétait-il incessamment, fatiguant son esprit déjà trop bousillé. Le bar se profile très rapidement et son pas s’accélère. Ce soir, il va sortir les billets pour oublier. Demain ça ira. Ce n’est pas ce qu’on dit, d’ailleurs ? Que demain est un autre jour ? Que tout s’arrange un jour ? S’il faut, il sera tellement ivre mort qu’il finira par faire le bon numéro du loto et qu’il deviendra aussi riche de Rockefeller (il exagère à peine). Il entre dans l’antre du bulldog, se permet de saluer un voisin et de s’assoir au bar pour commander ce qui sera sa boisson favorite de cette nuit : un whisky. Sang d’irlandais oblige, Cal assumait et portait ses origines très fièrement. Il en but peut-être deux ou trois, trop rapidement, sans voir le temps passer et sans se rendre compte qu’il se saoulait trop vite la gueule. Il n’eut pas de pensées pour le barman du soir (qui lui était familier, il faut dire). Non, ce soir, il se mettait la mine et qu’importe s’il finit par dormir dans une poubelle - encore faut-il pouvoir entrer dans la poubelle. Il continua de commander, il se surprit même de se prendre un shot de vodka, mais décidément son désir se portait vers ce bon whisky bien servi. Finalement, tenant son énième verre dans la main, admirant la belle couleur ambrée, il ne put s’empêcher de sourire bêtement et d’intercepter le barman qui allait trouver la nuit longue « P’tain t’sais quoi, la vie est vr-raiment pourrie parfois. Tu crois au karma, man ? » demanda-t-il, soudainement sérieux « Peut-être que mon père a tellement prié fort que finalement il a ressuscité une forme de Dieu pour me punir, c’possible t’penses? » Il peinait à aligner correctement ses phrases, mais ce n’était pas encore catastrophique. Son esprit était encore à peu près lucide. Il eut une pensée pour Jake et il ne sut s’il était furieux ou si la sensation de bien-être signifiait un espoir de réconciliation, une possibilité de reconstruction. « Les femmes, ce sont vraiment de belles garces » conclut-il, comme pour contrer cette douce pensée de son esprit. Il but une autre gorgée du whisky puis déposa ses yeux sur le barman « Mec franchement faut qu’on nous instaure un code, à nous les mecs, genre… Alerte rouge, elle va t’entuber elle, la pilule c’est des conneries, fous toi une putain de capote et fais pas le con. » il marque une pause « Ch’ais pas comment ça peut s’faire mais j’suis sur que ça peut s’faire »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5775-no-idea-cal http://thenotebook.forumactif.org/t5880-les-felures-laissent-passer-la-lumiere-cal http://thenotebook.forumactif.org/t5797-cal-o-driscoll

avatar
Drazibus
▹ posts envoyés : 76
▹ points : 8
▹ pseudo : saturday.
▹ crédits : ava.bleu amer. ps.baalsamine
▹ avatar : dylan rieder.
▹ signe particulier : frère de l'ombre.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: free.
+ contacts:

MessageSujet: Re: noyade (drazen)   Jeu 2 Aoû - 15:58

noyade
juillet 2018 › smoking dogs



Les soirées au smoking dog s'éternisent jusqu'à la nuit. Jusqu'à la fermeture officielle des bars. Ensuite, ça se continue au sous-sol, pour les sauvages privilégiés qui veulent se saigner. Drazen se contente de tenir le bar jusqu'au moment où on ne requiert plus ses services. Ses autres occupations sont de nature invisibles. Ombre naturelle, il sait tout ce qui se trame dans cette ville, pas que ça ne l'intéresse vraiment. C'est une mauvaise habitude, une façon d'assurer ses arrières. On est jamais assez prudent. Après la débâcle de New York, vaut mieux en savoir trop que pas assez. Ses informations sont bien utiles aux dogs qui préfèrent conduire leur business dans l'ombre sans l'attention des autorités.

Chaque soir, de différentes âmes viennent s'échouer contre le bar immaculé du serbe. Sa propreté maniaque n'est plus à prouver. Jamais on ne trouvera un cheveux dans un cocktail ou on boiras d'un verre dont la propreté est douteuse. Que le client achète une bière de fond de baril avec des petites coupures ou un double de leur whiskey le plus cher, il recevra le même service poli et impersonnel. Les gens parlent beaucoup trop après quelques verres, il n'y a aucun défi à leur extirper les secrets honteux qu'ils tentent de noyer. Un grand brun à la mine de journée difficile se pose seul au bar. Drazen se contente de lui servir ce qu'il demande, automate.  

Le type continue de boire, parfois des mélanges qui ne sont conseillés. Le serbe se contente d'astiquer les verres encore fumants sortis du lave-vaisselle. Sauf que le gars, ça se voit qu'il va bientôt déborder des mots qu'il retient. Qui de mieux pour se vider l'âme qu'un inconnu sans visage qui a le bon rôle de remplir son verre. « P’tain t’sais quoi, la vie est vr-raiment pourrie parfois. Tu crois au karma, man ? » demande le gars. Drazen hoche un peut la tête, dans un signe qui peut vouloir dire ce que veut entendre le brun. En vérité, Drazen n'y croit pas. Si le karma existait, il aurait une existence bien plus misérable. Aucun des dogs ne serait aussi confortable d'exister librement si une force invisible tentait de leur rendre tout le mal causé, toute la violence propagée. « Peut-être que mon père a tellement prié fort que finalement il a ressuscité une forme de Dieu pour me punir, c’possible t’penses? » Drazen hausse un sourcil, dubitatif. Son silence veut clairement dire qu'il en doute et que son père est probablement qu'un tas d'os où ils ont eu le malheur de l'enterrer. Les histoires de fantômes et de puissances supérieures, il n'y croit pas. Ce qu'on ne voit pas n'existe pas, comme Drazen, la plupart du temps. C'est une vie de solitude, mais ça lui convient. « Les femmes, ce sont vraiment de belles garces » ajoute le gars, comme s'il y avait une suite logique dans ses idées. Il converse évidemment avec lui-même plus qu'avec le barman, reflet transparent de qui il veut qu'il soit. « Mec franchement faut qu’on nous instaure un code, à nous les mecs, genre… Alerte rouge, elle va t’entuber elle, la pilule c’est des conneries, fous toi une putain de capote et fais pas le con. » continue le type. Drazen hausse un peu les épaules, décelant un gamin dans cette histoire, né ou à naître, c'est pas important. Il ne faut jamais faire confiance aux autres, a très tôt appris le barman. Si quelqu'un dit ce que t'as envie d'entendre, il y a de fortes chances que ça soit des mensonges. Il ne faut se fier qu'à soi-même, la contraception n'est pas une exception. « Ch’ais pas comment ça peut s’faire mais j’suis sur que ça peut s’faire » Drazen devrait se taire et le laisser continuer, mais, il se prends de pitié pour le pauvre type et tente de rediriger la conversation vers quelque chose de plus heureux. Si le père est un enfoiré décédé et que la fille est une folle malhonnête de première, bah la seule autre piste est évidente. " uhm, alors, t'as un kid quelque part ? " qu'il demande, remplissant le verre du type, sur la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

noyade (drazen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Piscines et autres points d'eau : une noyade est vite arrivé
» La noyade ne ressemble pas à la noyade...
» Noyade à Yport - OLINGUE FRIBOULET
» Vendée : un policier sauve un homme suicidaire de la noyade !
» Recensements Dieppe Fécamp - FRIBOULET LECANU OLINGUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: l'underground :: the smoking dog-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, parrainage.
// bazzart, tumblr, faceclaim.