Partagez | .
 

 stalker. (madney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 1993
▹ points : 33
▹ pseudo : marion
▹ crédits : scarface (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : la fatigue dans l'fond des yeux, une allure de faux voyou, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   Dim 27 Mai - 12:58

Il voudrait arrêter le temps, demander à la Terre d'arrêter de tourner pour qu'ils puissent rester comme ça. Juste elle et lui, sans la douleur et les mots durs, sans l'amertume la rancœur les non-dits. Mais il sait que tout ce qu'il peut faire c'est profiter, se ressourcer dans sa douceur en espérant que ça l'aidera à affronter le prochain orage qui éclatera.

Ses muscles se tendent quand la main de Mads glisse sur sa pommette blessée, mais il la laisse faire. Il ralentit ses propres gestes jusqu'à s'arrêter complètement, trop occupé à la regarder. « Est-ce que t'es en danger Sid ? » Il reste figé un instant, luttant contre l'envie de s'enfuir, d'être lâche et de tout abandonner. Il ferme les yeux, inspire, les rouvre. Sa main quitte la joue de Mads pour venir se poser sur la sienne, son visage qui se tourne doucement contre son contact, jusqu'à ce que ses lèvres rencontrent sa paume. Il y dépose un baiser, ses yeux concentrés sur un pan de sa chevelure plutôt que sur ses traits – il veut pas se risquer à croiser son regard. Il veut pas dire non mais il peut pas dire oui. Tout ce qu'il peut faire, c'est tenter d'esquiver. « C'est sous contrôle. » Dents serrées, il relâche sa main et pivote sa tête à nouveau, reprenant sa position initiale. Son bras se tend encore une fois, mais il vise un peu plus bas. Il est prudent mais il n'hésite pas quand il glisse ses doigts contre sa hanche, à l'effleurer doucement, soulevant à peine le tissu pour frôler sa peau.

Il sait qu'il devrait pas.

C'est jouer avec les limites, se torturer tout seul en touchant du bout du doigt ce qu'il n'aura jamais. Il devrait stopper tout contact et mettre fin à cette proximité qu'ils ont toujours eue, établir une distance vitale, se borner à ne rien avoir puisqu'il n'obtiendra jamais tout. Mais il en est incapable. Tout ce qu'elle lui offre c'est un entre-deux au goût d'inachevé et il est assez désespéré pour s'en contenter.

Alors il finit par passer sa main sous son haut, phalanges qui glissent délicatement jusqu'au bas de son dos. Le contact est brûlant sans qu'il sache si ça vient de la peau de Mads ou de la sienne – peut-être les deux. « Je pensais pas ce que j'ai dit tout à l'heure. » Sa voix reste basse, ses gestes lents. Il est doux, prudent. Il ne demande pas plus que ce qu'il est autorisé à avoir, il ne se risque plus à chercher jusqu'où les limites peuvent devenir floues. Il sait qu'il finit toujours par s'y brûler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4424-notes-pour-trop-tard-sid http://thenotebook.forumactif.org/t5016-feroces-intimes#129032 http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian
Mads Levy

avatar
Bip bip
▹ posts envoyés : 1053
▹ points : 29
▹ pseudo : miserunt (mathie)
▹ crédits : moi & tumblr
▹ avatar : mimi elashiry
▹ signe particulier : air mauvais, moue boudeuse, la crinière sauvage qui vient toujours cacher son visage ; tenues provocantes et allure d'allumeuse, pourtant elle n'assume rien et s'indigne lorsqu'on la drague un peu trop.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: dispo.
+ contacts:

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   Dim 27 Mai - 19:44

Il vient poser sa main sur la sienne et doucement sa tête pivote, jusqu'à ce qu'il puisse venir déposer un baiser au creux de sa paume. Et ça embrase son cœur déjà fébrile. Elle ravale un sourire, de peur de paraître un peu stupide. De peur aussi, sûrement, de laisser paraître un peu trop de choses. Elle le laisse faire, se contente de l'observer alors que lui évite son regard l'air de rien. Et ça l'arrange. — C'est sous contrôle. Elle baisse finalement les yeux, pas convaincue. Les traces sur son visage semble lui prouver le contraire. La présence de l'irlandais au motel encore plus. Mais elle n'a pas le courage de le contredire encore. Il a l'air épuisé et pour une fois, elle veut bien lui accorder la pause dont il a besoin. Alors elle se contente de hocher brièvement la tête de bas en haut. Elle veut bien faire semblant de le croire, même si elle a parfaitement conscience qu'il n'est pas dupe. Il la connait trop bien. Il libère sa main et elle en profite pour la retirer, la ramenant contre elle, par sécurité. Parce qu'elle sent qu'elle se fragilise à chaque seconde qui passe. Et elle a pleinement conscience qu'il ne faut pas. Que ça finira encore mal. Qu'elle n'assumera pas, qu'elle ne supportera pas, et que les cris viendront encore ponctuer leur tête à tête. Et ça l'épuise.

Quand Sid dépose ses doigts sur sa hanche, elle a comme un sursaut. Ses muscles qui se contractent sous l'effet de surprise ; et peut-être autre chose. Elle se met à fixer les draps tandis que son rythme cardiaque s'envole. Elle ne bouge plus, alors qu'elle sait qu'elle devrait lui dire d'arrêter. Mais les mots restent coincé dans sa gorge, y a comme un rempart. Ses doigts s'aventurent sous son t-shirt et un léger frisson remonte le long de son dos, lui provoquant la chaire de poule. Quand il vient finalement glisser sa main jusque dans le bas de son dos, c'est toutes ses entrailles qui se nouent. Nuée de papillons qui remontent jusqu'à ses joues pour leur donner une teinte rosée qu'elle tente vainement de dissimuler sous sa tignasse. Y a cette envie qu'il la presse contre lui qui la démange et qu'elle tente de noyer dans ses eaux froides, sans succès. Ce n'est pas comme avant. Ça n'est plus comme avant depuis longtemps, mais elle arrivait encore à se voiler la face. Aujourd'hui, elle n'y arrive plus et ça la fragilise. La colère qui ne suffit plus à la protéger. — Je pensais pas ce que j'ai dit tout à l'heure. Elle se focalise sur sa voix, sur ses mots, pour tenter d'oublier cette main brûlante qui la décontenance. Elle hausse les sourcils, toujours pas convaincue par ce qu'il avance. — Arrête. Si tu l'as dit c'est que y a forcément un peu d'vrai. Elle gâche tout, elle le sait. Y a qu'à voir où ils en sont aujourd'hui pour le comprendre. Elle se replie un peu sur elle-même, comme si autour d'elle tout lui faisait mal. Sa main droite qu'elle tend timidement pour venir attraper entre ses doigts un petit bout du t-shirt de Sid, se mettant à jouer avec nerveusement. Sa voix qui s'affaisse, qui devient murmure étouffé. — De toute façon j'suis lucide. J'sais bien qu'un jour t'en aura marre de moi toi aussi et tu continueras ta vie sans moi. Tu partiras avec une Fiona ou une autre avec un nom stupide aussi. Elle serre les dents et déglutit lentement, parce que c'est étrangement douloureux. Elle ajoute encore plus bas, comme un aveux résigné. — J'espère juste que ça n'arrivera pas trop tôt. Pourtant, une part d'elle sait que ce sera toujours trop tôt. Que ce soit demain ou dans 10 ans, ça ne changera rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1038-paupieres-closes http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement#66603 http://thenotebook.forumactif.org/t1049-mads-levy http://thenotebook.forumactif.org/t1050-mads-levy-formspring

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 1993
▹ points : 33
▹ pseudo : marion
▹ crédits : scarface (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : la fatigue dans l'fond des yeux, une allure de faux voyou, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   Dim 27 Mai - 20:18

Elle le croit pas et il le sait, mais elle fait semblant et ça lui suffit. Pour cette fois il ne demande rien de plus et il est soulagé qu'elle non plus – le calme perdure, plus qu'il ne l'aurait cru. Elle ne le repousse pas quand il glisse une main sous son haut, même s'il la sent se tendre une seconde, même s'il aperçoit la couleur qui vient teindre ses joues avant qu'elle ne se planque derrière sa tignasse. Et comme chaque fois, il sait plus quoi penser. Si c'était pas elle, s'il voyait tous ces signaux chez n'importe quelle autre fille, il penserait qu'il a ses chances, que c'est le moment de tenter quelque chose.

Mais c'est pas n'importe qui, c'est Mads et c'est voué à l'échec. C'est peut-être ce qui lui laisse un goût si amer en bouche.

« Arrête. Si tu l'as dit c'est que y a forcément un peu d'vrai. » Il soupire, ses yeux qui se remettent à la fuir une seconde. Pourtant il se reprend vite, son attention qui revient sur son visage. Il n'a plus envie de jouer à l'autruche. « Peut-être un peu. Mais j'aurais pas dû te parler comme ça, j'suis désolé. » Il ne veut pas mentir, arrondir les angles pour ne pas la blesser. C'est trop tard pour ça de toute façon ; ils sont allés trop loin pour continuer à se voiler la face, pour qu'il se borne à édulcorer la vérité.

L'ombre d'un sourire sur ses lèvres quand elle attrape un pan de son t-shirt pour le serrer entre ses doigts fins, nerveux. Il la quitte pas des yeux. « De toute façon j'suis lucide. J'sais bien qu'un jour t'en auras marre de moi toi aussi et tu continueras ta vie sans moi. Tu partiras avec une Fiona ou une autre avec un nom stupide aussi. » Il fronce les sourcils en continuant de la dévisager, comme s'il cherchait une réponse dans son expression, comme s'il voulait lire entre les lignes qui viennent froisser son front. Elle le perd. Parce qu'elle avance tout et son contraire, tout ce qu'elle lui renvoie est contradictoire et il sait plus sur quel pied danser. Il sait plus ce qu'il peut faire ou non, ce qui est bien ou mal, ce qui leur fera du bien et ce qui le mènera à sa chute. Plus ça va, moins il comprend ce qu'elle attend de lui. « J'espère juste que ça n'arrivera pas trop tôt. » Elle a la voix si basse qu'il est obligé de tendre l'oreille. Sa main toujours calée au creux de ses reins, ses doigts se mettent à courir sur sa peau, dessinant des arabesques délicatement. « Pourquoi ça devrait forcément être sans toi ? » Il s'approche sans vraiment s'en rendre compte, réduisant la distance entre eux sans la faire disparaître pour autant. Toujours quelques centimètres pour les séparer. « On se connaît depuis qu'on est gosses, et j'ai l'intention de toujours te connaître quand tu seras une vieille peau. Même si tu seras la plus chiante de toutes. » Il rit tranquillement, ses phalanges qui couvrent de plus en plus de terrain, qui remontent le long de sa colonne puis redescendent à la lisière de son bas, qui glissent jusqu'à sa hanche puis reviennent effleurer son omoplate. Les barrières qu'il repousse doucement, de plus en plus, mais toujours sans les briser. « J'ferai ma vie, oui. » Et ça reste douloureux de se dire que ça n'sera pas avec elle. « Mais ça veut pas dire qu'on peut plus être amis. » Même s'il a encore du mal à prononcer ce mot-là pour la qualifier. Ça prendra du temps mais il veut y arriver – il veut la garder à ses côtés et si ça doit être seulement en tant qu'ami il s'en contentera, il apprendra, il oubliera. Pourtant il fait tout de travers, à se montrer si proche, si tactile, à prendre tout ce qu'il peut en sachant que ça lui laissera un sale goût d'inachevé. En sachant que plus tard, ses doigts brûleront de l'avoir touchée alors qu'elle ne sera jamais sienne. « Pourquoi tu penses des trucs comme ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4424-notes-pour-trop-tard-sid http://thenotebook.forumactif.org/t5016-feroces-intimes#129032 http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian
Mads Levy

avatar
Bip bip
▹ posts envoyés : 1053
▹ points : 29
▹ pseudo : miserunt (mathie)
▹ crédits : moi & tumblr
▹ avatar : mimi elashiry
▹ signe particulier : air mauvais, moue boudeuse, la crinière sauvage qui vient toujours cacher son visage ; tenues provocantes et allure d'allumeuse, pourtant elle n'assume rien et s'indigne lorsqu'on la drague un peu trop.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: dispo.
+ contacts:

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   Mar 29 Mai - 16:18

Peut-être un peu. Mais j'aurais pas dû te parler comme ça, j'suis désolé. Elle se contente de hausser les épaules, sans le regarder. Elle ne veut plus parler de ça, c'est trop désagréable et elle craint de s'énerver à nouveau. De reprendre chacun des mots qu'il a dit, aujourd'hui et l'autre soir devant le club, de les décortiquer, de les lui balancer au visage pour lui faire encore mille reproches. Parce que c'est tellement plus simple de crier que de se dévoiler. Alors elle opte pour une troisième option : se taire. C'est rare, mais le calme qui les enveloppe à cet instant l'aide à rester tranquille. Et peut-être qu'elle se sent un peu trop en confiance justement, avec cette sensation d'être dans une bulle. Une bulle certes fragile, qui menace d'éclater à chacun de leur souffle, parce qu'ils sont en équilibre au-dessus d'un précipice depuis trop de temps. Mais malgré tout, ça l'aide à se délier la langue. Révélation discrète qui lui échappe, comme une confession trop lourde à porter qu'elle ne pouvait plus garder pour elle. Les doigts de Sid contre sa peau qui l'effleure, qui la caresse et qui font vaciller tous ses sens. Une partie d'elle voudrait qu'il arrête cette torture, qu'il retire sa main et s'en aille. L'autre en revanche, voudrait qu'il y mette fin en faisant voler les dernières barrières. Et elle au milieu de ça, elle s'y perd. Peine à garder les idées claires. C'est encore pire quand il s'approche. Son rythme cardiaque qui monte encore d'un cran, ses doigts de plus en plus maladroits autour de son t-shirt, elle fixe avec insistance sa propre main, pour s'empêcher de laisser son regard dériver et se perdre dans le sien. Elle a trop peur de ce qu'elle pourrait y voir et de ce que ça pourrait l'inciter à faire. — Pourquoi ça devrait forcément être sans toi ? Elle serre les dents, la vérité est trop laide pour être dite à voix haute. Ce sera sans elle parce qu'il finira par la chasser. Parce qu'elle ne le laissera jamais être heureux avec une autre fille, c'est viscéral. Elle ne le supporte pas. Alors un jour il fera un choix, elle, ou une autre. Pour l'instant ça a toujours été elle, mais elle a bien compris que le vent est en train de tourner. Y a suffit de voir l'autre soir avec Fiona. Et ce n'était qu'une inconnue. Qu'est-ce que ce sera quand il sera vraiment amoureux ? Il lui en voudra de ne pas pouvoir le laisser être heureux. Et il tirera un trait sur elle. — On se connaît depuis qu'on est gosses, et j'ai l'intention de toujours te connaître quand tu seras une vieille peau. Même si tu seras la plus chiante de toutes. Elle se joint à son rire, pourtant le sien raisonne tristement vide. Elle voudrait que ce soit vrai. Que ça se termine comme ça. Mais elle sait que ce n'est qu'une illusion, et ça la flingue. — J'ferai ma vie, oui. Mais ça veut pas dire qu'on peut plus être amis. Son maigre sourire qui disparait aussitôt et elle relâche son t-shirt. Sa main qui traine un instant sur son torse avant de tomber mollement sur les draps, tout près de lui. Et y a ce sentiment de culpabilité qui l'étreint, alors qu'elle a pleinement conscience qu'elle ne veut pas qu'il fasse sa vie. C'est terriblement égoïste, elle le sait, mais elle n'est pas foutue de se raisonner. — Pourquoi tu penses des trucs comme ça ? Elle hausse les sourcils, pas prête à dévoiler le fond de sa pensée. Elle fait la moue, comme si tout ça n'avait pas d'importance vraiment. — Parce que j'le sais, c'est tout. Tu verras. Elle relève enfin la tête vers lui, plante son regard dans le sien et se recouvre d'une fausse assurance. Elle soulève sa main qui était sur les draps, paume vers le plafond et la tend vers lui, pour l'inciter à taper dedans. — On parie combien ? Elle tente de tourner ça à la dérision, pour se décharger de tout le sérieux du sujet. C'est trop lourd et elle a le cœur trop fragile pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1038-paupieres-closes http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement#66603 http://thenotebook.forumactif.org/t1049-mads-levy http://thenotebook.forumactif.org/t1050-mads-levy-formspring

avatar
Coyote
▹ posts envoyés : 1993
▹ points : 33
▹ pseudo : marion
▹ crédits : scarface (av) + miserunt la kassos (gif)
▹ avatar : micky ayoub
▹ signe particulier : la fatigue dans l'fond des yeux, une allure de faux voyou, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   Mar 29 Mai - 19:00

L'équilibre entre eux est devenu si fragile qu'il a peur de le briser à chaque mot, à chaque geste. Pourtant il flirte avec les limites et il le sait, mais il est plus foutu de s'en empêcher. Sa résistance s'effrite et emporte avec elle toutes les barrières qu'il avait construites pour se protéger, pour ne pas sombrer complètement, pour éviter de tout gâcher. Y a plus rien qui tient la route. Ni ça ni le reste de sa vie – assiégé par un groupe d'irlandais putain plus rien n'a de sens autour de lui.

Plus rien sauf elle, alors qu'elle est impossible à suivre.

Il sent sa nervosité. La façon qu'elle a de s'agripper à son t-shirt maladroitement, son regard qui l'évite soigneusement, son corps qui se tend quand ses doigts frôlent des points sensibles de son dos. Il sait que c'est risqué, que c'est mal, qu'il le regrettera. Mais il arrive plus à s'en soucier. Il ne veut se concentrer que sur elle pour oublier le reste, le poids qui reviendra l'étouffer dès qu'il retournera dehors, à se jeter dans la gueule des loups qui l'ont fait prisonnier. Pour l'instant il ne veut penser à rien d'autre qu'elle et peut-être qu'il y arrive un peu, peut-être qu'il a l'illusion que tout pourrait être facile. Parce qu'elle est douce, elle parle, elle ne lui éclate pas entre les doigts. Il se demande combien de temps il a avant qu'elle ne redevienne une foutue grenade.

« Parce que j'le sais, c'est tout. Tu verras. » Il l'observe, attentif à sa moue, à la façon qu'elle a de faire comme si c'était rien alors qu'il a senti tout ce qui pesait derrière ses mots. L'impression de ne voir qu'un bout de l'iceberg – il sait qu'il finira par se frotter à la partie immergée et elle sera aux premières loges pour le voir couler. « On parie combien ? » Il regarde sa paume tendue, un peu dubitatif. Et puis il se met à sourire, sa main qui reste désespérément campée quelque part le long de sa colonne vertébrale, comme s'il refusait de couper ce contact. « J'ai pas besoin de parier, je sais que j'ai raison. » Il en est persuadé. Même si elle l'use et le tue à petit feu, il est convaincu qu'il pourra jamais se passer d'elle – jamais pour de vrai. Il n'est pas complètement naïf non plus, de la distance y en aura, y en a déjà en dehors de leur bulle hors du temps. Parce qu'il est épuisé, parce qu'il arrive plus à faire face au mur contre lequel se heurtent ses sentiments. Mais même s'il aura besoin de s'éloigner le temps de panser ses plaies, il reviendra. Il imagine pas sa vie autrement.

Et plus il la fixe plus il se perd dans son regard, plus il s'approche sans même le faire exprès – ses cellules appellent les siennes, son corps est attiré comme un aimant. Sa main remonte le long son dos encore et encore, jusqu'à grimper dans sa nuque en emmenant le tissu avec elle. Il se corrige rapidement, redescendant son t-shirt pour qu'elle reste couverte, sa peau qui ne touche plus la sienne. Ça fait comme un grand froid, si froid que ça le brûle et qu'il se sent obligé d'y remédier, ses doigts qui s'approchent de son visage. Il effleure sa joue, l'arête de son nez, retrace la courbure de ses lèvres. Le bout de ses phalanges qui s'arrêtent contre sa bouche, là où il voudrait poser la sienne.

Il n'a plus le droit de dérailler, et il le sait.

Il retire sa main vivement, comme s'il venait de recevoir un électrochoc. Il pivote et se retrouve couché sur le dos, rompant tout contact physique et visuel. Un soupir lui échappe alors qu'il ferme les yeux, paumes qui frottent son visage comme s'il cherchait à se remettre les idées en place. « Désolé. » Parce que plus ça va, plus il a du mal à se contrôler. Prêt à se contenter des miettes qu'elle lui donne, mais il les avale si vite qu'il grignote le reste sans le vouloir. « Peut-être que j'devrais y aller. » Peut-être que c'est à ça qu'ils se résument, maintenant. Quelques instants volés et une distance forcée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4424-notes-pour-trop-tard-sid http://thenotebook.forumactif.org/t5016-feroces-intimes#129032 http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian
❝ Contenu sponsorisé ❞

✰ ✰

MessageSujet: Re: stalker. (madney)   

Revenir en haut Aller en bas
 

stalker. (madney)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: MELTING UNDER BLUE SKIES :: version seize-