La guerre de Noël

292 POINTS.

209 POINTS.

267 POINTS.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 dérapages. (jutty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

J'suis pas v'nu ici pour souffrir, okay ?

ϟ POSTS-ENVOYES : 1009
ϟ POINTS : 9
ϟ PSEUDO : gtk/miserunt (mathie)
ϟ CREDITS : hoodwink & tumblr
ϟ AVATAR : jaw
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: dérapages. (jutty)   Dim 14 Jan - 10:50

Allongé sur le bitume, je regarde le ciel et j'ai l'impression de sentir la terre tourner. Je tousse un peu et je finis par me redresser, crache par terre, le sang qui se mêle à ma salive et je m'essuie le visage avec le revers de la manche de mon blouson, le tâchant de sang au passage. Je me relève péniblement, la tête qui va exploser, l'abdomen en feu, les jambes en coton. Ils ne m'ont pas raté les salauds. Quand je tâte mes poches, je constate sans surprise qu'elles sont vides, plus un seul billet dedans. Fait chier. J'inspire, expire, pour m'empêcher de craquer. Ce n'est pas le moment de s'effondrer. Faut que je me reprenne, faut que je trouve de nouveaux partenaires de poker pour me refaire des sous. Et rapidement. Si je ne paye pas les frais médicaux de Michael, ils vont le foutre dehors. Foutu système. Je traîne ma carcasse à travers les rues encore endormies, en direction d'un point de rendez-vous. Là où les clodos qui ne dorment pas la nuit se retrouvent, autour de bidons en feu et de bouteilles d'alcool. Je crois que j'ai bien besoin de ça. Juste quelques gorgées, juste de quoi fatiguer mon cerveau, le mettre au repos, faire taire la douleur qui attaque mes os. Quand j'arrive enfin, l'accueil est chaleureux, réconfortant et ça me fait oublier un peu les problèmes que je traine comme un boulet accroché à ma cheville. Je souris à travers ma gueule cassée et je prends la bouteille qu'on me tend. Personne ne me demande comment j'ai terminé dans cet état, tout le monde s'en fout. Chacun a déjà suffisamment de ses problèmes et ça m'arrange. Ça m'aide à ne pas m'apitoyer sur mon sort ; qui pourrait être bien pire je le sais. Les heures défilent, les bouteilles aussi. Et sans m'en rendre compte, j'ai bu bien plus que prévu. Je finis dans un état lamentable. Je ris comme un vaurien, le regard hagard, injecté de sang à cause des coups reçus, on dirait un fou. Le soleil qui se lève, la ville qui s'éveille. Chacun commence à repartir de son côté et je me résigne à m'en aller aussi. Je vais sûrement aller m'échouer au foyer, même si Michael va gueuler. Tant pis. De toute façon, à cette heure-ci, je ne sais plus où aller. Si je me pointe chez Penelope dans cet état, j'ai trop peur de la décevoir. Peur qu'on s'engueule. Peur qu'elle veuille qu'on parle de tout ça. Et j'veux pas parler. J'veux dormir, je veux m'écrouler.

Je déambule sur le trottoir, une bouteille quasiment vide à la main, je m'arrête devant une vitrine pas encore ouverte et je constate mon allure déplorable. L’œil droit boursouflé, le coquard naissant, le sang séché qui a coulé de mon nez et de ma lèvre fendue. Les fringues de travers, tâchés, légèrement déchirés par endroit, les cheveux en pagaille. On dirait un illuminé. Mais ça me fait rire. Il ne me reste plus que ça je crois ; rire pour ne pas pleurer comme un gamin. Je me remets en marche, et je chantonne gaiement, comme si ça allait pouvoir faire disparaitre tout ce qui me ronge. Je ralentis en passant devant la librairie que je reconnais aussitôt. Ça me fait toujours un petit pincement au cœur quand je passe là. On aurait pas dû mentir, on aurait pas dû laisser Boo filer. On aurait dû la garder près de nous, égoïstement. Parce qu'elle me manque, ou peut-être que c'est Bee qui me manque, j'sais plus trop. Ça se mélange un peu trop dans ma tête. Je m'arrête et viens poser mon front contre la vitre, une marque de buée se dessinant aussitôt sur les carreaux alors que je soupire. Et c'est là que je vois une silhouette à l'intérieur. La sienne. Ça me réveille d'un coup, je me redresse et viens claquer mes mains sur la vitre pour attirer son attention.
BOO !
Ni une ni deux, je me décolle et regagne la porte pour rentrer dans la boutique. Mon entrée est chaotique, je me prends à moitié la porte, je pousse au lieu de tirer, je me prends les pieds dans la petite marche et me raccroche à la poignée pour m'empêcher de m'étaler par terre. Une fois à l'intérieur, je me précipite vers elle, les bras écartés et je me jette sur elle, je l'enlace un peu brusquement, ma bouteille qui vient heurter son dos et mon haleine alcoolisée qui s'écrase sur son visage.
T'es revenue !
Je la serre contre moi, la soulève à moitié du sol avant de la reposer négligemment. Je me recule, me raccroche à ses épaules pour garder mon équilibre et mon regard vitreux se pose sur elle pour la scruter. Mes sourcils qui se froncent à moitié alors que je constate les dégâts sur sa gueule de poupée. Ma main libre qui vient caresser ses blessures.
Merde, comment t'as fait ça ?
Je le relâche, recule d'un pas, commence à partir en arrière et me rattrape in-extremis à une étagère, faisant tomber deux bouquins au passage, sans même remarquer, sans m'en soucier.
Laisse-moi deviner, t'es revenu sans Bee hein ?
Et j'éclate de rire. Je ris à pleines dents, pour cacher la vérité atroce. Pour cacher le chagrin douloureux qui m'enserre le cœur, pour cacher la misère de mon âme, pour cacher la mort, celle qui a foutue nos vies en l'air. Et qui foutra en l'air la sienne aussi quand elle saura. Elle n'est pas belle la vérité, et je commence à comprendre pourquoi Michael a tenté si férocement de la fuir en buvant autant. Je devrais peut-être m'y mettre aussi. J'me suis jamais senti aussi joyeux qu'à cet instant depuis sa mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t860-sadnecessary http://thenotebook.forumactif.org/t2969-le-referencement#66447 http://thenotebook.forumactif.org/t912-junior-healy http://thenotebook.forumactif.org/t913-junior-healy-formspring

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 50
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : Charlie
ϟ CREDITS : It's mine.
ϟ AVATAR : Bethany Struble
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: 3/3 libres
+ contacts:

MessageSujet: Re: dérapages. (jutty)   Dim 14 Jan - 20:20

_ Qu'est-ce que je dois faire maintenant ? Un murmure dans la nuit, une insomnie de plus, et tellement de questions qui restaient sans réponses. J'avais regardé les heures défilées, en priant presque pour que le temps est pitié de moi, et qu'il se décide à passer à une vitesse folle. La journée, j'étais assez occupée pour ravaler mes angoisses, mais la nuit elle revenait me frapper de plein fouet. Remontant un peu plus mon blouson sur moi, je tenais une des lettres de Bee dans mes mains. Et si les garçons avaient raison, si je devais me faire à l'idée de jamais retrouver Bee. Après tout, peut être que c'était ce qu'elle voulait, peut être que finalement, elle avait définitivement tiré un trait sur cette ville, sur les twins... sur moi. Seulement, qu'est-ce que ça ferait de moi, si d'un coup je l'abandonnais, si je décidais d'aller de l'avant. Mon regard avait glissé sur les vieux meubles, cartons et autres babioles qui traînaient dans l'arrière boutique. Heureusement, j'avais pu passé la nuit au chaud. Stan, le proprio, ne savait absolument pas que je restais ici certaines nuits par semaine. Enfin ce n'était pas comme si j'avais réellement le choix. Sans un sou en poche, je pouvais user de ce stratagème les soirs où je faisais la fermeture, et quand c'était à moi d'ouvrir le lendemain matin. Un soupir avait franchi mes lèvres, après tout j'allais réussir à m'en sortir. C'était une question de temps, et j'étais du genre têtue et déterminée, alors c'était pas ce qui allait m'arrêter. J'avais retiré mon blouson avant de m'asseoir dans ce qui avait du ressembler à un fauteuil il y avait quelques années de cela. Enfin, je n'allais pas me plaindre, il était assez confortable, bien plus qu'un simple carton posé à même le sol. En plus de ça, il y avait un minimum de chauffage dans la boutique. Que demander de plus...

Regardant mon reflet dans le miroir, j'avais fait une légère grimace en constatant que mes bleus virés au violet. J'avais posé ma main sous mon œil avant de passer ma langue sur ma lèvre fendue. C'était pas bien méchant, mais je voyais le regard des clients se poser sur moi avec une légère interrogation. Passant de l'eau sur mon visage, j'avais attrapé le peu de maquillage dont je disposais pour atténuer les marques. C'était pas vraiment concluant mais ça ferait bien l'affaire. Retirant mon jeans et t-shirt de la veille, j'avais fouiné dans mon sac à la recherche de vêtements de rechange. À vrai dire, il fallait que je pense à faire un tour à la laverie dans la soirée. J'avais jeté mon sac dans un coin de la pièce avant d'attraper le t-shirt que je venais d'enlever. J'avais fini par attacher mes cheveux dans un chignon désordonné avant de me rendre compte qu'il était temps pour moi d'ouvrir la librairie. Enfilant à la va-vite mes vieilles converses, je jetais un œil à la boutique pour voir si tout était en ordre avant de finalement donner un tour de clé tout en retournant la pancarte qui se trouvait sur la porte. Une nouvelle journée commençait, et j'avais peu d'espoir qu'elle soit différente de la précédente.

Le nez plongé dans un livre, j'avais avalé une gorgée de mon café avant de sursauter légèrement en entendant quelque chose ou quelqu'un tapé dans la vitrine. Fronçant les sourcils, j'avais penché la tête avant de voir... Michael ou Junior ? Visiblement, pas au meilleur de sa forme. J'avais posé ma tasse et mon livre sur le comptoir, avant de le regarder essayer de rentrer. J'avais levé les mains dans un automatisme pour lui faire comprendre de faire attention. J'avais pas eut le temps de lui dire quoi que ce soit que je le voyais fondre sur moi pour me prendre dans ses bras. Maintenant je savais que c'était Junior qui m'avait pris dans ses bras. Car il ne semblait pas encore au courant de mon retour à Savannah, alors que j'avais été rendre visite à Michael. Gênée, je ne savais absolument pas comment me comporter face à un Junior qui n'avait, à priori, pas sucer que de la glace. _ Salut. Un léger sourire sur les lèvres, j'étais tout de même tendue, et mes bras étaient restés le long de mon corps. _ Apparemment oui. J'avais poussé un léger cri en sentant mes pieds se décoller du sol. Posant mes mains sur son blouson, alors que je sentais que mon cœur essayait de faire un petit sprint dès le matin.

Bon il ne faisait plus aucun doute que Junior était complètement saoul. J'avais jeté un œil aux blessures qui se trouvaient sur son visage avant de prendre un air surpris alors qu'il me demandais ce qui m'était arrivée. _ Je pourrais te demander la même chose Junior. Mon regard avait glissé de ses yeux, vers son nez puis ses lèvres. _ Tu devrais soigner ça. Je l'avais vu reculer et perdre l'équilibre avant de faire une grimace en le voyant déjà par terre. Cependant, il s'était rattrapé in-extremis à une étagère. Heureusement, assez solide pour supporter Junior. Jetant un œil à la bouteille qu'il tenait toujours dans sa main, j'avais relevé mon regard sur lui alors qu'il ouvrait à nouveau la bouche avant de partir dans un rire que je ne comprenais absolument pas. _ Comment tu peux en être si sûr ? J'avais croisé les bras sur mon ventre alors que je plissais mes lèvres dans une moue contrariée. Encore une fois, j'avais l'impression que je ne savais pas toute la vérité, que les frères Healy me disaient pas toute la vérité. _ Je suis contente de voir que ça t'amuse. J'avais soufflé ces quelques mots avant de contourner Junior pour aller ramasser les livres qui se trouvaient sur le sol. Les reposant sur l'étagère, j'avais attrapé la bouteille de Junior avant de me retourner vers lui. _ Café ? Je ne lui avais pas laissé le temps de répondre que je me faufilais vers la pièce à l'arrière de la boutique. J'avais jeté le reste de l'alcool dans l'évier avant d'attraper la trousse de secours de Stan. _ Pourquoi avoir bu à ce point ? Je croyais que des deux Healy, c'était Micha qui était le genre à noyer ses problèmes dans l'alcool. Je m'étais retournée prenant appui sur un des meubles alors que je m'inquiétais réellement pour lui, pour eux. J'étais paumée, et ne pouvait pas dire qu'ils me facilitaient les choses, et pourtant au fond, je savais que j'étais tout de même contente de le voir se tenir debout, enfin debout, devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

dérapages. (jutty)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» un homme urine contre les chariots et un autre s’amuse à effectuer des dérapages au frein à main
» Les dérapages de Samy Naceri

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: city market-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet



NASH CALDWELL
© miserunt
profilmp
SEVEN POPESCU
© miserunt
profilmp
RHOAN STORM
© miserunt
profilmp
FELIX HART
© miserunt
profilmp

OTTO HARD
© miserunt
profilmp
PEADAR BRANNIGAN
© miserunt
profilmp

ANCA POPESCU
© miserunt
profilmp
DAIRE MEALOID
© miserunt
profilmp
TRIXIA MOORE
© miserunt
profilmp
EOIN TAGGART
© miserunt
profilmp