La guerre de Noël

292 POINTS.

209 POINTS.

267 POINTS.

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 14
ϟ POINTS : 10
ϟ PSEUDO : FluffyStar
ϟ CREDITS : Pandora.
ϟ AVATAR : Tom Ali.
ϟ SIGNE PARTICULIER : Une marque qu'il cache honteusement sur son cou. Celle de sa lâcheté.
✰ ✰

MessageSujet: Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.   Mer 20 Déc - 23:38

PARFOIS JE LES DESSINE ENCORE.


Il fait frais aujourd'hui. Pas autant qu'à New York ou dans d'autres villes plus au nord, mais ça reste relativement froid pour ceux qui ont l'habitude d'avoir de hautes températures à longueur d'année. Évidemment, il ne neige pas, ce n'est pas dans la ville de Géorgie que l'on trouvera de la neige pour les fêtes de Noël et ce n'est pas ce qui importe Jafar, de toute façon. Il porte une écharpe légère autour du cou encore aujourd'hui, en plus du fond de teint qu'il s'est appliqué pour cacher sa marque au mieux, au cas où il viendrait à perdre sa barrière de tissu. C'est aussi parce que ça devenait trop suspect de le voir toujours avec quelque chose autour de son cou, surtout chez lui. Dehors, Jafar est plus tranquille, il se dit que les étrangers ne connaissent pas sa vie et c'est mieux ainsi.

Il est au centre ville pour commencer un nouveau projet. Parce qu'il est perdu l'adolescent, tellement perdu après sa tentative qu'il est allé voir sur internet comment faire pour tenter de s'en sortir. Il a eu des tonnes de conseils écrits par des inconnus avec lesquels il n'a même pas eu le besoin de rentrer en contact. Le grand saut dans le vide, seul à lire des commentaires pendant des heures entières. Mais ce qui revenait le plus était de se trouver un projet de vie, un but nouveau qui n'avait rien à voir avec tout le reste. Jafar s'est dit qu'il pourrait apprendre à dessiner des architectures, que sa ville en regorgeait de toutes sortes, traditionnelles et modernes, certaines trop audacieuses pour être réellement jolies. Mais c'était un projet et aussi quelque chose de nouveau. Alors il est en ville, un petit calepin -qui n'est pas adapté- dans sa main gauche, un crayon dans la droite à tenter de poser la façade d'un immeuble banale qui se trouve au fond de la rue légèrement passante. Il recule parce qu'il pense ne pas voir assez, il y a cette échoppe qui vend des marrons glacés et autres délices des fêtes qui lui gêne la vue. Il recule encore et forcément ne voit pas la passante qu'il se prend de dos, le fait sursauter et se retourner dans milles excuses alors qu'il n'y a rien de grave. « Pardon, pardon ! Pardon vraiment pardon... » Son petit calepin n'est pas tombé, ni son crayon mais il a du lui marcher sur le pied parce qu'il a senti quelque chose de trop mou pour être le sol, sous sa semelle. Et puis y'a cet enfant qui pleure en fond, il regarde la fillette quelques secondes parce que son bruit lui dérange les oreilles, elle est assise sur le rebord du trottoir mais lui ça ne l'inquiète pas tellement. Il est pas tellement à l'aise avec les enfants et leur fonctionnement et puis il devra bien s'excuser encore une dizaine de fois à la jeune femme avant de penser qu'il n'est plus coupable.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4515-behind-closed-doors-jafar

avatar

PRINCESSE SUCRÉE

ϟ POSTS-ENVOYES : 23
ϟ DEFIS RELEVES : /
ϟ POINTS : 12
ϟ PSEUDO : Tetsu
ϟ CREDITS : (avatar) pandora, (signa) bat'phanie.
ϟ AVATAR : Ayumi Seto
ϟ SIGNE PARTICULIER : Petit papillon noir, sur le mollet gauche.
✰ ✰

MessageSujet: Re: Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.   Jeu 21 Déc - 18:41


Parfois je les dessine encore.
Baby & Jafar

« Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde »
T'avais prévu de rester à la maison toute la journée pour le début de tes vacances, avec une tasse de chocolat en main à continuer ton anime du moment. Vraiment, tu avais envie de rester chez toi, les volets fermés, en mode ermite jusqu'aux fêtes pour pouvoir dépenser toute ton énergie récupérée à tirer les vers du nez à ton frère, privilégiant le fait qu'il venait en plus chez toi pour tout préparer – tu salives déjà sur la bonne dinde traditionnelle qui se préparera dans ton four à toi, surtout que Seth avait un talent particulier pour la cuisine que tu n'avais définitivement pas. Posé devant ton cinquième épisode seulement, ton ventre t'a réclamé du sucre ; alors tu t'es levée, tu as ouvert ton placard, et tu t'es aperçue qu'il n'y avait plus ni chocolat ni paquet de sucettes. Catastrophe. Tu ne survivrais sûrement pas jusqu'aux fêtes comme ça. Tant pis – tu allais devoir sortir. Un soupir, et tu as attrapé veste et bottines, enfonçant ton bonnet bleu favori sur ta tête. Tu éteins ta crèche musicale, figeant le petit Jésus à peine né dans son mouvement, ainsi que les guirlandes lumineuses de ton sapin – t'aimais bien avoir tout d'allumer quand tu étais chez toi, mais tu n'allais pas non plus la laisser quand tu partais, bonjour les factures que tu allais avoir.

Tu déambules désormais dans les rues du centre-ville, te dirigeant vers ton épicerie habituelle, mais ton parcours (oui pour toi c'était un véritable parcours du combattant cette histoire, quelle idée de sortir par un temps pareil, alors qu'il n'y a même pas de neige pour égayer la promenade !) est stoppé par un corps reculant et t'écrasant le pied sans aucun ménagement – et encore, le choc est légèrement retenu par ta bottine. Tu grimaces de douleur en te retirant aussitôt de la source tortionnaire, mais tu n'as même pas le temps de grommeler quelque chose que le pauvre jeune homme se confond en excuses. Tu hausses un sourcil, légèrement perplexe ; sérieux, on dirait qu'il a lancé une bombe nucléaire sans faire exprès. « Woooow calme-toi, respire, on dirait que tu vas me faire une crise cardiaque là ! C'est pas si grave tu sais, ça fait mal sur le coup mais c'est bon, t'as pas fais exprès. Tu vas pas t'évanouir, hein ? T'es tout pâle. » Que tu t'inquiètes, ne comprenant pas pourquoi il paniquait autant pour une simple bousculade. A côté de toi, des pleurs s'élèvent - ou plutôt tu les captes enfin car la petite doit pleurer depuis un bon moment maintenant – et tu te détournes pour découvrir une fillette assise sur le trottoir. « Eh bah, eh bah ! Tant de larmes. Faut pas être triste tu sais, le Père Noël va bientôt passer avec touuus ses cadeaux dans sa grande hotte, ça devrait plutôt te faire sourire non ? » Que tu t'exclames joyeusement. La petite renifle et vient se blottir dans ta jupe, étalant au passage pas mal de morve sur ton joli tissu rouge. Tu grimaces légèrement. « Tes parents sont où, ma jolie ? » Que tu lui demandes, mais elle se contente de secouer la tête toujours dans ta jupe sans rien répondre. « Eh, faut que t'arrêtes de pleurer, sinon t'auras pas de cadeaux dans ton chausson hein... » Un peu embarrassée, tu regardes le jeune homme qui n'a toujours pas bougé – il est toujours pas stoppé sur cette histoire de bousculade, quand même ? « Vous la connaissez ? » Il est jeune, il peut tout de même pas être papa. Quoi que...
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 14
ϟ POINTS : 10
ϟ PSEUDO : FluffyStar
ϟ CREDITS : Pandora.
ϟ AVATAR : Tom Ali.
ϟ SIGNE PARTICULIER : Une marque qu'il cache honteusement sur son cou. Celle de sa lâcheté.
✰ ✰

MessageSujet: Re: Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.   Ven 5 Jan - 0:06

PARFOIS JE LES DESSINE ENCORE.


Il se doute que ce n'est pas la fin du monde mais dans sa tête, c'est déjà une belle tempête qui se profile et qui bouscule un peu tout. Un rien le rend comme ça, complètement nerveux et à fleur de peau. Et c'est totalement contradictoire avec ce qu'il devrait et voudrait être au final. Juste un petit gars encore plus effacé et invisible qu'avant, qu'on voit à peine dans la rue et qui ne marque en rien les esprits et les mémoires visuelles. On pourrait même ignorer sa présence qu'il trouverait que ça serait un des plus beaux compliments qu'on pourrait lui faire. Mais là, il fait du bruit, se fait remarquer et pense même que c'est de sa faute si la petite pleure près d'eux, qu'il a du renverser son cornet de glace ou salir sa poupée tombée dans une flaque d'eau... lui marcher sur son petit pied aussi pouvait être une possibilité.

L'autre fille fait une remarque pertinente. Pas de parents, personne pour venir lui prendre la main ou la prendre dans ses bras et la réconforter. L'enfant ne semble pas avoir envie de rejoindre un des inconnus qui passent encore près d'eux sans trop se soucier de ce qu'il se passe.  « Euhhh non ? » C'est un peu une question parce qu'il ne sait pas trop quoi en penser. En réalité, il fait son petit chemin mental tout seul et après quelques secondes, parvient à se dire que la fillette est peut-être perdue et qu'elle n'a pas la possibilité d'entendre dans des hauts parleurs que ses parents l'attendent à l'accueil, comme dans les centres commerciaux par exemple. Alors ça complique un peu tout et même s'il n'a rien à voir avec la négligence de quelques secondes des géniteurs de la petite, Jafar se sent un peu concerné maintenant qu'il l'a remarquée. « Elle est perdue j'crois. » Un génie, un pur génie. Mais la fille semble mieux s'y prendre avec l'enfant alors il reste un peu en retrait et préfère laisser le côté émotionnelle à quelqu'un qui semble plus à l'aise avec. Il s'approche un peu tout de même et s'abaisse pour être à hauteur de la petite qui chouine encore un peu mais tente de se contenir pour écouter les grandes personnes qui semblent vouloir s'occuper d'elle. « T'as lâché la main de ta maman ? On va la retrouver, on les retrouve toujours les mamans. » Ou alors ils la conduiront au poste de police le plus proche, mais autant ne pas lui faire peur pour le moment. « Moi je m'appelle Jaaaa-... » Il allait dire son vrai prénom mais la gosse doit connaître la référence et lui faire peur c'est peut être pas la solution. « Je m'appelle Aladdin ! » Quel génie. « Et puis elle c'est Mulan... C'est quoi ton prénom à toi. » Il regarde la fille avec insistance pour qu'elle ne le prenne pas mal, mais se donner des prénoms familiers, un peu stéréotypés certes, pouvait aussi rassuer la fillette au visage remplis de larmes et rougi par ses pleurs encore. Elle sourit de même, se doutant que c'est aussi pour jouer. « Moi j'm'appelle Raiponce ! » Les références sont bien acquises en tout cas.

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4515-behind-closed-doors-jafar
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Parfois je les dessine encore. // Baby Inuzuka.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Baby Carrier Storchenwiege
» Diversification Menée par l'Enfant (Baby-led Weaning)
» Rock your baby !!
» combien pr 1 baby sitter ?
» couches moltex lovely baby?

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: city market-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet



NASH CALDWELL
© miserunt
profilmp
SEVEN POPESCU
© miserunt
profilmp
RHOAN STORM
© miserunt
profilmp
FELIX HART
© miserunt
profilmp

OTTO HARD
© miserunt
profilmp
PEADAR BRANNIGAN
© miserunt
profilmp

ANCA POPESCU
© miserunt
profilmp
DAIRE MEALOID
© miserunt
profilmp
TRIXIA MOORE
© miserunt
profilmp
EOIN TAGGART
© miserunt
profilmp