Partagez
 

 Paint it black.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Barbra Marshall
Barbie Cœur de Pétasse
▹ posts envoyés : 696
▹ points : 24
▹ pseudo : bangkok.
▹ crédits : neon cathedral ; vocivus ; afanen.
▹ avatar : Sahara Ray.
▹ signe particulier : Les tatouages qui marquent sa peau, l'air superficiel pour mieux berner ses proies.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

Paint it black. Empty
MessageSujet: Paint it black.   Paint it black. EmptyVen 8 Déc - 20:44

Maman.
Elle répond pas, Barbra. Elle peut bien l'appeler autant qu'elle le voudra, elle répondra pas.
Puis il y a un message sur son répondeur, elle sans doute. Mais elle peut pas l'écouter, elle sait pas trop ce qu'elle veut et elle veut pas savoir. Ou peut-être que si, un peu quand même, qu'elle est intriguée. Sauf qu'elle a pas le courage. Alors elle en boit, du courage. Elle enchaîne les verres de vodka, seule, triste. Elle a l'air bien pathétique la Barbie, trop faible pour affronter ses démons, trop faible pour effacer sans écouter. Elle est loin des grands airs qu'elle prend habituellement, loin des éclats de rire trop bruyants et des sourires enjôleurs. Il y a ses cheveux en bataille, ce sweat trop grand pour elle qui traîne sur ses épaules. Tout ça à cause d'un foutu message qu'elle a même pas écouté. Elle se déteste à ce moment là, la gamine. Et elle est bien contente que personne soit là pour la voir comme ça, pour se foutre d'elle. Finalement, dernière gorgée de vodka. Elle se lève, la terre tourne trop vite, elle se rattrape à son lit. Merde, peut-être qu'elle a trop bu. Ou peut-être pas assez. Ses mains tremblent alors qu'elle s'empare du portable. Elle allume, met le haut parleur.
« Barbra ? C'est maman. Jsais que ça fait longtemps que.. euh qu'on a parlé mais bon c'est ton anniversaire mon bébé. Alors.. euh.. joyeux anniversaire ma chérie. Tsais que j't'aime et tout. Même si j'te ldis jamais, mais t'es grande et tout alors.. ben voilà. Jsuis fière de toi. »
Et plus rien. Le silence. Trop lourd, trop suffocant. Et Barbie qui le brise, qui hurle, qui renverse tout ce qu'il y a sur sa table de chevet, son portable avec. La rage qui l'empoigne et la prend aux tripes, qui veut pas la lâcher. Enfin, ses doigts fébriles qui composent le numéro qu'elle connaît encore par cœur. Son cœur qui bat la chamade alors qu'elle veut tout casser, tout briser, comme sa mère a tant su briser son cœur encore et encore.
Personne répond – sans doute qu'elle cuve l'alcool que Barbra pouvait presque sentir à travers le téléphone – et elle tombe sur le répondeur. Il y a les mots qui débordent et elle peut plus les retenir, faut que ça sorte, peut-être que ça la soulagera ou que ça la tuera, elle est prête à prendre ce risque, Barbie, sans la moindre hésitation.
« Ouais, Maman. Merci, mais c'est pas mon putain d'anniversaire. J'suis née en février. » Silence, respiration qu'elle reprend, rage qu'elle tente de contenir malgré tout.
« Et tu peux bien aller te faire foutre, maman. Tu peux aller te faire foutre avec tes mots, tes mots qui veulent rien dire, tes mots qui sont creux comme toi. » C'est le mascara qui vient salir ses joues, sa respiration qui devient plus haletante alors qu'elle tente de contrôler ses larmes.
« Tu m'aimes pas, putain, tu m'as jamais aimé, sinon t'aurais pas laissé tout ça arrivé, sinon t'aurais été là, maman, t'aurais pris soin de moi, parce que putain, J'AVAIS BESOIN DE TOI. » Barbie qui hurle, qui hurle tout ce qu'elle a jamais su dire, parce que c'est tellement plus facile quand elle a pas sa mère devant les yeux. « POURQUOI TU M'APPELLES ? ARRÊTE MAMAN, ARRÊTE DE TOUT POURRIR COMME CA! » Parce qu'elle essaye la gamine, elle essaye de toute son âme de plus penser à tout ça, de vivre ou de survivre sans jamais savoir vers lequel des deux elle penche, mais elle peut pas y arriver, pas quand son passé refait surface et ramène toute la merde avec lui. Et c'est toute sa rage, vicieuse, qui se déverse, tout son cœur qui se met à nu pour la première fois.
« J'te déteste. » Aime-moi.
« J'ai plus besoin de toi. » Viens et sauve-moi.
« Ne m'appelle-plus jamais. » M'abandonne pas, pas encore une fois.
« Tu peux crever, j'en ai rien à foutre de toi et de ta sale gueule. » Ou peut-être que si, que je t'aime encore, fais quelque chose maman, prouve-moi que tu tiens à moi.
Barbra qui s'effondre contre son lit, qui serre la mâchoire, qui serre les poings et qui sait plus quoi faire.
Et finalement, Barbra, trop lâche pour qu'on entende ce qu'elle pense, Barbra trop faible pour se livrer et se délivrer.
Message effacé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Paint it black.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: Freestyle-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES