Partagez | .
 

 malo | nash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
sans panash
▹ posts envoyés : 2848
▹ points : 1
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : av. morphine, profil we <3
▹ avatar : billy huxley.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

MessageSujet: malo | nash   Lun 4 Déc - 1:59

peut-être bien que tu devrais pas. peut-être bien que c’est qu’une façon de plus de remuer le couteau dans la plaie, de balancer du sel pour l’empêcher de cicatriser. peut-être bien que c’est égoïste, aussi, de se raccrocher désespérément à la voix du dehors, à la voix des vivants. parce qu’ici tout est mort. parce qu’en cage tout s’arrête. le temps n’avance plus, les jours ne se lèvent plus, les gens ne se reconnaissent plus. ce n’est plus qu’une question d’errance, à se regarder dépérir dans l’acier brossé du téléphone en attendant que l’écho de la tonalité cesse de sonner.  en attendant la fin. en attendant que le monde extérieur veuille bien t’aider à t’en échapper où te rappelle à quel point il t’a oublié. parce que si ici le monde a cessé de tourner, dehors, il n’a pas attendu après toi pour filer.
bip… les amis ont ri.
bip… les regrets continuent d’éclore.
bip… l’espoir se meurt.
il n’y a plus que cette mélodie synthétique pour empêcher de l’oublier. le chant de la captivité qu’il fait chaque fois mal à écouter alors que tu en as plus que jamais besoin pour t’empêcher de sombrer. plus que deux avant de voir ta chance de la journée définitivement s’envoler. plus que deux avant de sentir ton palpitant se serrer jusqu’à imploser.
répond, répond, répond…
putain j’ai cru que t’allais jamais décrocher. un soupire qui se veut faussement rieur pour camoufler l’angoisse des dernières secondes.
qu’est-ce que c’est bon d’entendre ta voix, putain.
tu fous quoi qui soit plus important que ton bro ? maladroitement ça joue sur la corde de l’humour pour balayer les songes. comme si vous aviez encore tout le temps d’en rire. comme si un univers entier n’était pas en train de vous séparer. dans ta tête tourne un scénario trop intime pour être dit à voix haute, trop léger pour trouver une place légitime au milieu de ce contexte à chier. une sale habitude qui rappelle comme le reste que tout a changé.
nan, m’dit pas j’ai compris t’inquiète. me rappelle pas à quel point je suis coincé.
un rire s’échappe, un peu plus franc, un peu plus amer aussi. de celui qui voudrait faire croire que rien à changé avant de se souvenir que rien ne sera plus jamais pareil. de celui qui s’achève sur un soupire moins convaincu, moins sûr de lui. celui des regrets d’une époque qui semble soudainement depuis trop longtemps révolue.
bon, ça va dehors ?
parce qu’il n’y a que ça qui compte, que ça qui importe. l’entendre de sa voix pour presque frôler la liberté du bout des doigts. vivre par procuration un bout de rêve devenu inaccessible. dehors. comme si ce fut à l’autre bout du monde. comme si ce fut un univers perdu à des années lumières. le royaume de l’ailleurs qui ne t’attend déjà plus.
je t'en supplie malo, dismoi que rien n’a changé.


Dernière édition par Nash Caldwell le Mar 5 Déc - 0:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4498-you-can-tell-jesus-that-the-bitch-is-back http://thenotebook.forumactif.org/t5300-cri-des-loups http://thenotebook.forumactif.org/t2019-nash-caldwell http://thenotebook.forumactif.org/t2274-nash-caldwell-formspring http://anarchygallery.tumblr.com/

avatar
malokeur
▹ posts envoyés : 350
▹ points : 10
▹ pseudo : élodie/hello (prima luce)
▹ crédits : prima luce (av), sign/ prima luce (gif)
▹ avatar : ken samaras (nekfeu)
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: (0/4)
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Lun 4 Déc - 22:11

Il avait les bras encombrés d’un tas de choses à ne plus savoir où les poser quand la sonnerie de son téléphone portable transperça la poche de son jean, au grand damn de Captain qui se mit à tourner furieusement autour de lui, lui rendant la tâche d’autant plus ardue. « Vous allez recevoir un appel en PCV d'un détenu de la prison de Savannah, acceptez-vous l'appel ? » « Putain oui ducon tu soûles avec cette question » qu’il maugréa entre sa mâchoire contractée, son chien remettant en question son sens de l’équilibre entre ses jambes. « Yep ? » Sa voix, enfin. « Putain j’ai cru que t’allais jamais décrocher. » Cette hypothèse lui avait également traversé l’esprit l'espace de quelques secondes, peut-être bien qu’une bonne étoile souffrait à leur place, de les voir dans cette situation, de voir Nash dans cette situation. « Ouais déso » À peine le temps de souffler ces quelques mots que le molosse lui sauta dessus, comme s’il pouvait reconnaître l’intonation de son autre maître à travers le combiné. « Chut Captain stop ! » Des aboiements éclatèrent au détriment de son autorité, et de la paisibilité de l’immeuble au passage. « Tu fous quoi qui soit plus important que ton bro ? » Des gestes maladroits, une mimique à la fois catégorique et suppliante dans le regard, rien ne semblait calmer le doberman. « Arrête je l’entends pas » Rien ne semblait combler son absence. « Ton chien te passe le bonjour » Ton chien pour apaiser, peut-être pour pallier au manque réciproque. Piédestal bancal en l’absence d’un pilier ancestral, ces dernières semaines leur empire de souffre n’avait plus que le goût du néant. « Nan, m’dit pas j’ai compris t’inquiète. » L’ombre d’amertume qui éclata à travers le téléphone trouva son écho au fond de ses entrailles de ses pensées, là où siégeaient les souvenirs que lui-même avait vécu à la place de Nash. « Tu pourrais éviter de postillonner s’il te plait, ça passe à travers le tél » Je sais mon frère, je sais pour tout. Les jointures blanchies autour du téléphone, les traits épuisés sur le visage, le regard qui ne tenait pas face à celui de Captain, qui s’échappa alors vers le plafond. Il était toujours plus évident d’observer de la moisissure que de faire face aux êtres en peine. Alors que son frère d’armes lui quémandait les nouvelles du dehors, une hésitation se profila dans son souffle. « T’sais la routine .. Le bar a pas encore explosé t’inquiète, ton appart non plus d’ailleurs. L’mien j’sais pas trop, on dirait qu’il attend la rédemption » Ricanement qui s’échappa dont la sincérité s’était voilée d’une rancune imperceptible, de celle qui accompagnait les disparitions que tous deux n’avaient jamais accepté. « Ok j’ai un truc à t’annoncer, j’te préviens d’avance ça va pas te plaire » Ça va te fracasser la conscience, oui.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4499-bullshit-malo http://thenotebook.forumactif.org/t5022-weird-people#129163 http://thenotebook.forumactif.org/t4619-malo-ryjkov

avatar
sans panash
▹ posts envoyés : 2848
▹ points : 1
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : av. morphine, profil we <3
▹ avatar : billy huxley.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Mar 5 Déc - 0:12

— ouais déso… chut captain stop !
captain. toujours là, même quand on ne l’attend pas. dans l’ombre jusqu’à revenir s’écraser contre votre réalité pour être sûr de ne jamais se faire oublier.
peut-être que rien n’a changé. ou presque.
— arrête je l’entends pas… ton chien te passe le bonjour.
tu me manques aussi vieux. il te manque quand tu l’entends comme s’il était là sans l’être. quand tu le devines sans le voir. ils te manquent à être en même temps si proche que trop loin. inaccessibles, inatteigniables.
— vous êtes vraiment perdu sans moi…
et moi je crève sans vous. t’aimerais en rire mais, ça reste coincé dans la gorge, comme le million de regrets qui t’étouffent, la vague amertume qui t’étrangle. t’aimerais en rire, juste pour rendre ça plus vrai que ça ne l’est véritablement. ils se débrouillent sans doute mieux sans toi.  c’est évident.
— tu pourrais éviter de postillonner s’il te plait, ça passe à travers le tél.
est-ce que ma peine passe aussi au travers du vide ? est-ce qu’il sent comme tu souffres ? est-ce qu’il devine comme t’es mal ? est-ce qu’il sais comme tu t’en veux ?
— t’sais la routine .. le bar a pas encore explosé t’inquiète, ton appart non plus d’ailleurs. l’mien j’sais pas trop, on dirait qu’il attend la rédemption.
non, rien a changé. les disparus ne sont pas revenus. les vieilles blessures ne se sont pas soignées. les vieilles rancoeurs de ne sont pas volatilisées.
— ouais, comme d’hab…
sauf que t’es pas là pour le voir. t’es pas là pour le vivre avec lui. comme d’habitude, sauf que toi aussi t’es parti. toi aussi t’as rejoint le rang des déserteurs. toi aussi tu l’as abandonné au prix de tes erreurs.
putain malo, je suis désolé.
ok j’ai un truc à t’annoncer, j’te préviens d’avance ça va pas te plaire.
et merde. il a le ton des mauvais jours. il a les mots de mauvaises augures. le chant de la fatalité que t’es prêt à écouter. pour lequel tu ne le seras jamais.
— je savais que t’étais pas doué pour les préli mais t’es obligé de casser l’ambiance comme ça ? balayé par un rire qui n’en a que l’illusion mais, pas la sincérité.
je t’en supplie, épargne moi. t’en peux plus. t’en veux pas.
— quoi t’as fait fuir un gros client, t’as décidé de tringler mads ?
y’a rien que tu puisses faire qui me décevra, vieux frère. qu’est-ce qui pourrait être pire que de se retrouver enfermé là ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4498-you-can-tell-jesus-that-the-bitch-is-back http://thenotebook.forumactif.org/t5300-cri-des-loups http://thenotebook.forumactif.org/t2019-nash-caldwell http://thenotebook.forumactif.org/t2274-nash-caldwell-formspring http://anarchygallery.tumblr.com/

avatar
malokeur
▹ posts envoyés : 350
▹ points : 10
▹ pseudo : élodie/hello (prima luce)
▹ crédits : prima luce (av), sign/ prima luce (gif)
▹ avatar : ken samaras (nekfeu)
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: (0/4)
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Mar 5 Déc - 21:19

Vous êtes vraiment perdu sans moi…
Les regrets qui s’entassaient dans les grésillements de l’appareil, planant entre eux comme le tas difforme de doutes qu’ils n’avaient jamais avoué. Si tu savais mon pote, que sans toi le monde n’a plus la même saveur. L’absence pesante dans la distance, dans les intonations fébriles qui se voulaient légères à contrecœur.
Tu sais c’que c’est, une paire de neurones en moins et on sait plus comment faire cuire des pâtes
La vérité c’était qu’ils ne savaient plus comment fonctionner en harmonie en l’absence d’une pièce importante à la machinerie, que Malo ne savait plus comment avancer sans les dernières fondations de son existence. L’impuissance accablante dans les veines de n’avoir pas su le protéger des quatre murs insipides entre lesquels il était détenu, parce qu’il aurait aimé qu’à défaut d’être lui-même inconscient des vérités malsaines qui s’y prélassaient, son meilleur ami puisse y échapper. Trop de conscience sous l’indifférence feinte, trop de compréhension sous les éclats de rire déraillés.
Ouais, comme d’hab…
C’était comme si les mots affluant au bord des lèvres de l’égaré sans pouvoir être prononcés trouvaient leur écho dans les pensées de celui qui l’avait déjà vécu. Il ne connaissait que trop bien les tourments insatiables des captifs tombés au combat, des souvenirs qui s’étalaient infernalement jusqu’à perdre de leur consistance. Les paroles jamais prononcées qu’on finissait par regretter, l’absence qu’on voudrait excuser. Le mauvais goût du destin, qui avait fait en sorte que les rôles soient échangés, qu’ils deviennent véritablement des égaux de misère comme ils se l’étaient promis quinze ans auparavant la paume de leur main en sang. Si tu t’excuses, je te jure que je trouve un moyen de venir t’arracher la langue.
Je savais que t’étais pas doué pour les préli mais t’es obligé de casser l’ambiance comme ça ?
L’illusion éphémère qui ne prenait pas, certainement parce qu’il semblait comme ressentir au-delà des barrages ce qui rongeait l’autre, ou peut-être parce que lui-même n’était plus qu’un amas de peines. L’âme affalée de devoir lui annoncer l’inconcevable, de mettre les mots sur un affront qui ne le quitterait plus jamais, d’arracher au silence la réalité d’une situation indigeste. Je suis désolé bro, tellement désolé. La vie est une chienne tu l’sais si bien.
Quoi t’as fait fuir un gros client, t’as décidé de tringler Mads ?
Une esquisse sur les lèvres malgré tout, un ricanement échappé d’un cage thoracique comprimée. Il se sentait comme le corbeau de mauvaise augure, de ceux qui annonçaient les mauvaises nouvelles, les mises à mort, même les décès. En un sens, ce n’était qu’une vérité détournée, par son absence elle était devenue comme une disparition supplémentaire à ses yeux, un macchabé de plus dans le placard des rancunes impardonnables.
Nora est partie.
Pas de détour, pas de faux-semblant, que la sincérité aussi froide était-elle entre les lèvres du russe. Malo n’était pas connu pour sa délicatesse, trop marqué par les erreurs les trahisons, trop hanté par les fantômes de ceux qui n’étaient plus là. Il n’avait que de la vérité à dealer, que du poison nécessaire pour affronter une existence de cendres. Putain si tu savais comme je regrette, comme je ne voulais pas.
Je l’ai cherchée partout
Dès sa mise en garde à vue, quelque chose s’était essoufflé chez la jeune Caldwell, quelque chose au fond d’elle avait dérapé. Rapidement sa présence s’était dissoute, et Malo ne l’avait trouvée nulle part, ni dans ses lieux de fréquentation habituels ni dans la ville. Jusqu’à ce qu’il croise le bâtard qu’il n’aurait jamais dû laisser vivre.
J’suis même parti d’Savannah quelques jours pour la ramener par la peau du cul mais elle était … nulle part. Introuvable.
Comme attendant la sentence irrévocable, il guetta dans le silence les miettes du cœur de son frère de sang s’éparpiller sur l’asphalte, et la cavité des abonnés absents ne devenir qu’un gouffre sans fond. Nora avait abandonné son frère à son tour comme s’il s’agissait d’une nécessité s’écoulant dans les veines de leur famille, alors que tous deux ne l’auraient jamais imaginé un jour. J’te jure que j’te laisserais pas crever là-bas.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4499-bullshit-malo http://thenotebook.forumactif.org/t5022-weird-people#129163 http://thenotebook.forumactif.org/t4619-malo-ryjkov

avatar
sans panash
▹ posts envoyés : 2848
▹ points : 1
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : av. morphine, profil we <3
▹ avatar : billy huxley.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Mar 5 Déc - 23:13

tu sais c’que c’est, une paire de neurones en moins et on sait plus comment faire cuire des pâtes.
on sait plus penser. on sait plus comment faire pour aller bien. on sait plus vivre. on ne fait que tenter de survivre. on ne fait que misérablement s’accrocher en attendant de voir le prochain jour se lever avec l’espoir infime de voir le cauchemar s’arrêter. c’est tout qui s’arrête mais, pas lui. c’est tout qui crève, tout qui pourri, sauf les songes. il ne reste que l’espérance anonyme au bout du fil. quelques rires malheureux qui se leurrent pour ne pas fondre en larme. un peu de légèreté dans le néant du monde trop malmené par le sérieux.
fais-moi rire. fais-moi oublier. par pitié.
nora est partie. 
ça ricoche, te frôle à peine avalé dans le grésillement du combiné, dans l’agonie d’un rictus froissé. t’as forcément mal entendu. c’est forcément l’hallucination d’une interférence mal anticipée.
on efface tout et on recommence, ok ?
je l’ai cherchée partout.
c’est toujours aussi froid, toujours aussi dur. toujours aussi irréel. arraché lâchement au coeur de ces angoisses qui pour rien au monde ne devrait se concrétiser. il oserait pas pourtant, tu le sais.
tais-toi putain, déconne pas.
j’suis même parti d’savannah quelques jours pour la ramener par la peau du cul mais elle était … nulle part. introuvable. 
ouais ok. bonne blague et sinon ?
c’est instinctif. revers rieur qui balaie l’horreur en exigeant une autre fin. une fin plus douce, une fin plus tangible. une fin moins douloureuse que l’on aurait pas envie de faire taire à tout prix. peut-être bien qu’il s’est découvert un trait d’humour depuis le temps. peut-être bien qu’il a jamais été aussi sérieux. parce qu’il rigole pas malo. il reste silencieux comme toi, à constater l’horrible vérité qu’il semble avoir déjà acceptée quand toi tu voudrais encore avoir le temps de la refuser.
c’est pas vrai. c’est pas vrai. putain, c’est pas vrai.
tu mens connard.

sérieusement malo…
t’as plus les mots. ce n’est qu’une plainte lancée contre les murs, contre le vide. contre la vie et sa saloperie d’injustice. c’est qu’une prière à tous les lâches. une insulte à tous les traitres. c’est la colère qui se fait aphone, la tristesse qui rend aveugle.
c’est le tintement d’un coeur moribond que l’on vient finir de détruire.
me fais pas ça, t’as pas l’droit ok ?
tu peux pas me faire ça non, pas toi. pas elle non plus. elle l’avait promis en même temps qu’elle te l’avait fait jurer. c’était vous deux, pour toujours. c’était elle et toi. nash et nora, à jamais.
putain, marre toi s’il te plait… marre toi et dis moi que c’est faux...
rigole. crie. pleure. respire. réagit. fais un truc. n’importe quoi mais, efface ça. ou crève-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4498-you-can-tell-jesus-that-the-bitch-is-back http://thenotebook.forumactif.org/t5300-cri-des-loups http://thenotebook.forumactif.org/t2019-nash-caldwell http://thenotebook.forumactif.org/t2274-nash-caldwell-formspring http://anarchygallery.tumblr.com/

avatar
malokeur
▹ posts envoyés : 350
▹ points : 10
▹ pseudo : élodie/hello (prima luce)
▹ crédits : prima luce (av), sign/ prima luce (gif)
▹ avatar : ken samaras (nekfeu)
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: (0/4)
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Mer 6 Déc - 15:30

L’annonce avait percuté la distance comme une condamnation, une mise à mort. Le jugement dernier flottant entre eux à travers les maigres grésillements du combiné, dans l’attente d’une éventuelle alternative, d’un dénouement plus tolérant qu’une lente agonie teintée de l’amertume du désespoir. Il n’avait pas besoin d’être en face de lui pour deviner les chutes de pierres qui s’affaissaient dans le fond de ses prunelles, pour entendre l’espoir se fendre en une multitude de morceaux au fond de son âme.
Ouais ok. Bonne blague et sinon ?
Il s’échoua sur la première surface venue, se passant une main sur le visage dans cette lassitude des laissés pour compte, l’autre caressant inconsciemment la masse animale pelotonnée contre ses jambes dans une plainte silencieuse.
Nash …
J’voudrais tellement te dire que c’est une blague, qu’elle est toujours là. Qu’elle est devant moi et qu’elle se marre comme une gosse, mais qu’tu lui manques quand même. Il aurait tellement aimé lui dire que rien n’avait changé, alors que tout était différent. Malo était tel l’ange de la mort, de celui qui vous annonçait les disparitions, de celui qui n’était jamais parvenu à les en empêcher. Peut-être qu’ils étaient censés laisser faire les choses alors que les combats s’étaient toujours avérés vains, peut-être qu’ils devaient seulement attendre qu’un jour ce soit à leur tour de partir.
Sérieusement Malo …
Paupières closes à attendre douloureusement qu’il assimile l’information, que ses pensées comprennent l’ampleur de l’annonce, de cette putain de disparition qu’il ne pourra jamais accepter.
Me fais pas ça, t’as pas l’droit ok ?
Plainte éperdue suspendue avec le temps, quand les mots n’avaient plus assez de puissance pour être entendus, quand la vie n’était plus assez sale pour balayer les prières comme une poussière dans les cœurs oubliés.
Putain, marre toi s’il te plait … Marre toi et dis-moi que c’est faux …
J’peux pas, vieux frère. Tu l’sais que j’peux pas t’accorder la pénitence. Tu l’sais que si j’le pouvais, j’échangerais ma place avec la sienne, avec la tienne.
J’suis désolé frangin
Futilité misérable que de quémander le pardon alors qu’il venait de lui fracasser l’espoir contre le macadam, à lui entailler l’esprit des regrets qui le consumeront jusqu’à la moelle. Sauf que Malo ne s’excusait pas seulement d’avoir eu le rôle misérable du tortionnaire, mais à la place de celle qui était partie. Il réclamait le pardon pour Nora, pour la famille qu’il n’avait plus, pour les silences qui l’accompagneront d’autant plus à sa sortie de taule, pour les dysfonctionnements de tout son être qui allaient prendre du terrain sur sa conscience.
Dis-moi ce que j’peux faire, n’importe quoi, j’le ferais
Dis-moi de partir et je disparaîtrais, dis-moi d’aller la chercher jusqu’à l’impossible et je le ferais, dis-moi de t’apporter le cœur des lâches et j’te les déposerais sur la table.
J’bouge pas.
Dis-moi de prendre les armes, de répandre le sang et les larmes, tu sais que pour toi j’me suis déjà damné l’âme.
Tu m’entends ? J’suis là. Rentre-toi bien ça dans l’crâne entre tes trois neurones en bataille, personne nous mettra à genoux
La vérité, c’était qu’il y avait longtemps qu’ils avaient cessé d’avancer.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4499-bullshit-malo http://thenotebook.forumactif.org/t5022-weird-people#129163 http://thenotebook.forumactif.org/t4619-malo-ryjkov

avatar
sans panash
▹ posts envoyés : 2848
▹ points : 1
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : av. morphine, profil we <3
▹ avatar : billy huxley.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Mer 6 Déc - 17:43

— j’suis désolé frangin.  
moi aussi, si tu savais
désolé de réaliser. désolé de ne pas avoir été celui qu’il aurait fallu que tu sois. désolé d’avoir tout gâché. désolé d’avoir échoué. désolé de n’être qu’un raté. désolé d’être fatigué tout ça. désolé de pas avoir la force de l’excuser. désolé d’être incapable d’effacer tout ça, de changer tout ça.
désolé qu’il n’y ait que les pertes pour nous rassembler.
— dis-moi ce que j’peux faire, n’importe quoi, j’le ferais. 
tais-toi, je veux plus t’entendre. la vérité c’est que tu ne sais même plus ce qu’il en mesure, ou pas, de faire. tu ne sais plus ce qui pourrait encore être changé, ce qui pourrait encore être rattrapé, pardonné, oublié. tu ne sais plus ce qu’il faudrait pour réparer la blessure trop de fois réouverte par les départs, les fuites, les abandons. pourtant, ce matin encore elle semblait sur la voie de la guérison jusqu’à ce que la gangrène reprenne dans l’échappée de son prénom. ce n’est pas que nora qui s’en va, c’est l’anéantissement d’une partie de toi.
— j’bouge pas. 
répète le jusqu’à t’en user la langue. promet le. jure le. saigne le ou je n’y survivrais pas. t’es déjà mort. t’es déjà disparu. le coeur en débris, l’âme en miettes. il ne reste plus rien, que le courant d’air des fuyards. le silence des lâches. la douleur des parjures. rien, que l’échec atroce et l’absence insoutenable. ce vide incertain qui enserre la poitrine, étouffe, paralyse. peut-être que si tu ne bouges pas, peut-être que si tu ne dis rien, il disparaitra ?
c’est qu’un cauchemar, réveille toi.
— tu m’entends ? J’suis là. rentre-toi bien ça dans l’crâne entre tes trois neurones en bataille, personne nous mettra à genoux.
si sa voix rappelle à la conscience, empêche de chavirer, de craquer, elle maintient aussi l’enfer réalité. elle confirme ce que tu sais déjà, ce que tu n’acceptes pas. elle se fait traitre, menteuse, affreuse. on est déjà à genoux. elle ne rassure pas, n’apaise pas. elle torture, ronge, creuse, ravage, achève.
je ne t’entend plus, je suis déjà trop loin pour ça.
— nan t’es pas là…
c’est froid, dur et distant. souffle usé qui retient avec peine les digues qui menacent de céder.
je sais que t’es là vieux frère mais il ne devrait pas y avoir que toi.
— t’es pas là et c’est trop tard pour ça.
pour ça. pour le combiné qui glisse des doigts jusqu’à menacer de se raccrocher. pour nora, papa et maman. pour tous les autres qui ne sont plus, pour tous ceux qui n’ont jamais été. pour malo qui est là, sans l’être. trop loin, trop incertain. pour ce qu’il ne pourra jamais changer, pour ce qu’il ne trouvera jamais la force de rattraper. pour l’injustice de la vie, la fatalité et ses conneries. pour le courage qui est parti aussi, pour l’espoir qu’on a bafoué. c’est trop tard pour regretter.
un instant de battement, dans le silence perturbé de la captivité. tu peux pas laisser ça en suspend, faire comme-ci, repartir et avancer. tu peux pas, pas comme ça. pas sans lui.  
rattrape-le, parle-lui, pardonne-lui.
— j’peux pas malo, je vais pas y arriver, j’suis désolé…
avec ou sans toi, je pourrais jamais m’en tirer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4498-you-can-tell-jesus-that-the-bitch-is-back http://thenotebook.forumactif.org/t5300-cri-des-loups http://thenotebook.forumactif.org/t2019-nash-caldwell http://thenotebook.forumactif.org/t2274-nash-caldwell-formspring http://anarchygallery.tumblr.com/

avatar
malokeur
▹ posts envoyés : 350
▹ points : 10
▹ pseudo : élodie/hello (prima luce)
▹ crédits : prima luce (av), sign/ prima luce (gif)
▹ avatar : ken samaras (nekfeu)
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: (0/4)
+ contacts:

MessageSujet: Re: malo | nash   Lun 22 Jan - 21:50

Cœurs poussières dans le tombeau des oubliés. Pantins désarticulés contre le macadam comme des âmes en peine en attente de la potence. De cette latence incertaine dans les secondes misères qui s’articulaient péniblement dans un espace trop vaste, pourtant suffocant.
Nan t’es pas là …
Touché, coulé.
Svoloch’.

T’es pas là et c’est trop tard pour ça.
C’était l’asphyxie dans la distance, dans cette incapacité à panser les plaies, dans cette nécessité d’accabler cette chienne de vie de tous les maux de leur planète fantôme. De l’écraser sous le poids de la culpabilité, de la rendre minable à la hauteur de son acharnement. C’était aussi la démangeaison sous l’épiderme, au bout des doigts, de celle de secouer Nash. De le faire taire, d’effacer les traces d’une lassitude usée dans ses mots. Il pouvait tout encaisser pour lui, mais sa détresse lui fendait la conscience en une multitude de débris.
Arrête, c’est des conneries
Après tout, n’avait-ce jamais été Nash et Malo contre tout le reste ? Contre les autres, contre le monde, contre les déserteurs et les absents, contre les fantômes aussi. Ils étaient mômes, mais ils l’avaient juré. On ne pouvait pas revenir sur une promesse comme ça, pas même après autant d’années écoulées dans les éraflures et les déchirures. Ils avaient chuté ensemble, et ils continueraient ainsi jusqu’à ce qu'une énième défaite ne soit de trop, de celle qui les fera cesser d’errer. Mais l’un d’eux ne pouvait abdiquer sans l’autre.
J’peux pas Malo, je vais pas y arriver, j’suis désolé …
J’t’ai dit d’arrêter.
La remarque se faisait certainement plus brutale qu’il ne l’aurait voulu, mais tous avaient toujours été familiers de son accent des rues, de ses intonations épaisses qui en avaient tressaillir plus d’un.
Il y a quatre ans …
Une hésitation suspendue dans les souvenirs d’outre-tombe, jusque dans le timbre de la voix l’espace d’une seconde qui aurait pu n’être qu’un mirage.
J’étais à ta place. J’ai jamais pu lui dire au revoir.
Seulement quand elle était déjà six pieds sous terre.
Tu m’as rappelé que j’avais une famille
Qu’elle commençait et se terminait avec lui, peu importait ceux qui se trouvaient dans leur champ gravitationnel.
Toi aussi, t’en as encore une.
Au-delà de ses amitiés éclatées, de ce qui avait implosé avec Sidney il y avait bien trop longtemps déjà, il avait toujours Mads. Anca, Seven, à défaut de l’ensemble des Popescu. Même la marmaille Ryjkov pour ce qu’elle valait, et surtout Malo – sans oublier leur fidèle Captain. Tous, ils étaient sa famille. Pas dans le sang, pas de celle qu’ils ne pourront jamais remplacer complètement, mais ils avaient grandi tous ensemble. Des tas de cendres éparpillées par l’infortune, qui avaient néanmoins le mérite de savoir se défendre contre le béton trop souvent avalé.
Tu sais mon vieux, t’as pas fini d’te prendre la foudre avec Mads
Ricanement moqueur à la commissure des lèvres alors que ses doigts se crispaient autour du portable, et que ses entrailles se bataillaient entre la conscience et la déraison à vouloir l’assommer d’injonctions.
T’as aussi une putain d’garde alternée à assurer, Captain m’a déjà ravagé tout l’appart
Il compte sur toi.
Je compte sur toi.
Alors t’as pas intérêt d’nous décevoir.

« T’as pas le choix. » que lui hurlèrent silencieusement ses prunelles sombres, dans la contemplation du néant et de l’absurdité. Si, t’as le choix. Celui d’partir ou celui d’tenir bon pour rentrer au bercail.

Dis-moi vieux frère, est-ce que tu m’abandonnerais toi aussi ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t4499-bullshit-malo http://thenotebook.forumactif.org/t5022-weird-people#129163 http://thenotebook.forumactif.org/t4619-malo-ryjkov
Contenu sponsorisé

☽ ☾

MessageSujet: Re: malo | nash   

Revenir en haut Aller en bas
 

malo | nash

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Divers écoles de spécialité] École des Pilotes de la Flotte à St Malo 35
» Escale à St Malo
» Saint Malo (35)
» Donne trilogie "Ces messieurs de St Malo" de Bernard Simiot
» St Malo sous la tempête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SE DIVERTIR :: version seize-
// accueil, invités, bottin.
// animation, stalkage, rps.
// métiers, liens, multicomptes.
// bazzart, tumblr, faceclaim.