Partagez | .
 

 urgences (intrigue situation 5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 652
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 25
ϟ PSEUDO : fitotime
ϟ CREDITS : tumblr (gif) lola (vava)
ϟ AVATAR : matt hitt
ϟ SIGNE PARTICULIER : fume des menthols
✰ ✰

MessageSujet: urgences (intrigue situation 5)   Lun 9 Oct - 16:14

Comme un lendemain de garde, quand tu passes ta journée à regarder les heures défilées en priant pour ne pas être interrogé pendant les visites, en priant encore pour ne pas avoir un arrêt sur les bras. Et quand on est aux urgences, autant parfois les heures sont très longues, autant c'est le rush le plus complet. Je ne sais pas ce que je préfère aujourd'hui, parce que j'ai tout de même passé toutes la nuit debout à essayer de gérer les douze connards de la salle des urgences. Quand on devient interne, déjà, on se sent puissant. Certes, au premier semestre on a pas encore d'externe sous ses ordres, mais déjà, on peut prescrire des médocs et faire quelque chose sans qu'une infirmière ne vous surveille, le revers de la médaille, c'est que si vous faites une connerie, c'est clairement de votre faute. Votre décision, votre prescription, votre mort sur la conscience. Demandez à Donnie, déjà trois arrêts à son actif. Je vous parle même pas de Tiffany, en chirurgie, qui a vomi au bloc sous la pression de son titulaire. Bref, comme un lendemain de garde, j'attend avec impatience les 18 h 30 pour me tirer le plus loin possible des urgences et plonger dans mon lit (j'ai dû dormi 3 h en fractionné cette nuit). Je suis assis à côté d'une petite patiente de 8 ans à qui je recours le bras. Je vais à deux à l'heure. Elle regarde la télé cathodique qu'on a dans un coin des urgences, et moi je ne fais pas trop attention. Quand soudain, je vois un attroupement se former devant la télé, et cette grosse aide soignante qui a la voix qui porte nous dit à tous de nous taire. J'lève la tête.

Les images donnent froid dans le dos, on voit des flics, des gens qui partent dans tous les sang, et le son un peu trop reconnaissable du tir de pistolet qui assourdit la pièce, il grésille dans les enceintes bas-de-gamme de la télé. Réglement de compte à River Street.

RÉGLEMENT DE COMPTE À RIVER STREET ?

Ni une ni deux, j'arrête ma suture en plein milieu et j'me lève. Attends deux secondes je reviens je dis à la gosse et je scotch mon fil et mon aiguille un peu plus haut sur son bras je me recule de trois mètres et j'envoie un message à notre conversation groupée à la coloc.

Citation :
Y a des fusillades à River Street, que personne ne sorte. Vous allez bien ?

J'appelle Fanny juste après. Répondeur. T'as vu les infos ? je sais pas si t'es au bloc ou pas, dis à un externe de m'envoyer un sms. Première fois que je me sers d'un externe comme larbin, je m'étais juré de pas le faire quand je l'étais. Comme quoi le pouvoir, ça rend dingue. (Regardez House of Cards). Je suis en train d'appeler Andrew quand un titulaire me prend mon téléphone et raccroche. Teague, t'es de garde ce soir ? Je sursaute et me retourne vers lui. Non, j'l'étais hier, j'comptais rentrer chez moi avant que les choses dégénèrent, j'habite vers Riv... Bah maintenant t'es de garde. Et va me finir ces sutures sur cette pauv' gosse bordel ! J'me décompose sur place et suis bien obligé de m'exécuter.

Trois heures plus tard on se croirait en pleine apocalypse. On déborde de patient, les choses empirent dans tout Savannah et je n'ai même pas le temps de décrocher mon téléphone ou même d'envoyer un sms. Dans ma tête y a Fanny qui clignote en rouge. J'ai besoin de savoir où elle est, je fais des calculs alambiqués dans ma tête pour me demander si elle est encore au bloc ou pas, je missionne tous les stagiaires que je vois d'aller me la trouver. Mais rien, nada pas de nouvelle. Personne n'a le temps, tout le monde est en pleine décomposition. Et là, d'un coup, j'me rend compte que c'est exactement pour ces moments que j'ai fais médecine. Je passe en mode automate.

On est avec le chef de la traumato entrain d’essayer de réanimer un type et j’ai l’impression de m’être injecté moi-même une dose d’adré tellement je suis survolté, là les portes battantes des urgences s’ouvrent à la volée et un ambulancier hurle pour attirer notre attention. Mon titulaire se tourne vers moi : Teague, va voir. j’lève la tête, je suis en train de compresser comme un malade une plaie ouverte. Quoi tout seul ? Tu vois quelqu’un d’autre de dispo ? Allez, dépêche, c’est ton patient. j’te rejoins dès que je peux, il a intérêt à être encore en vie. Mes yeux brillent comme un matin de noël.

J’arrive en sautillant vers l’ambulancier et lui demande un topo. Ce n’est que quand il m’annonce ses multiples blessures, que je commence à perdre mes couleurs, je me passe une main dans les cheveux, j’acquiesce et prend son dossier (une feuille en fait) tandis que les ambulianciers l’installe sur un lit libre (Ô Miracle). Ok alors, je suis le docteur Teague, j’vais m’occuper de vous. C’est la première fois que j’le dis comme ça, j’ai une demi-molle qu’on se le dise. Vous pouvez me dire ce qui s’est passé ? Que j’demande tout en prenant ses constantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2637-petit-con-artie http://thenotebook.forumactif.org/t2075-halina-samih-leonard-michael-arthur http://thenotebook.forumactif.org/t2667-arthur-teague http://thenotebook.forumactif.org/t2668-arthur-teague-formspring
 

urgences (intrigue situation 5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la situation économique de la vallée de l'Andelle
» Double changement de situation
» La situation de l'est de la RDC abordée à Luanda
» Sangaris : point de situation du 20 novembre 2014
» Chammal : point de situation du 5 février 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: tybee island :: st. joseph's hospital-


team animation

team speed-dating

team stalkage