Partagez
 

 ma religion me l'interdit (moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ryan Ziegler
au bûcher
▹ posts envoyés : 1068
▹ points : 2
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : (ava) innuendo, (profil) we<3(signa) astra & weheart & marion <3
▹ avatar : lenny müller
▹ signe particulier : propret mais, abîmé. le sourire fendu par une canine qui manque à l’appel et dont l’absence se souligne par le chrome brillant d’une couronne de remplacement. la peau zébrée par ces combats des rues dont il ne s’est jamais lassé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) EmptyMar 5 Sep - 0:07

le calme après l'ouragan. y'a les souffles qui agonisent encore. y'a les draps qui n'en reviennent toujours pas. y'a les éclats de rire qui se meurent dans le soudain silence. y'a le corps qui se prendrait presque des envies d'encore. c'est vrai qu'on ne s'en lasse pas de moïra. à regarder la courbe de ses reins qui s'éclipse sous les draps, t'aurais presque un pincement au coeur. presque. parce que même lorsqu'il faut se dire adieux, ce n'est jamais pour toujours. c'est peut-être même là tout son charme à moïra. toujours là, même quand on ne l'attend plus. sur la route du hasard, elle est toujours quelque part qui t'attend. l'insaisissable que tu sais toujours où trouver comme si à force c'en était devenu inné. au fond d'un bar ou au bout de la nuit, elle est toujours partante pour se laisser happer dans tes filets. sans malaise, sans questions. dans le tumulte des passions vous vous attrapez pour mieux vous délaisser. peut-être bien que tu t'y risqueras à nouveau avant qu'elle parte. juste parce que tu as oublié d'être raisonnable. juste pour contrarier tes sens qui hurlent à la trêve. et, rien que l'idée ça te fait marrer. t'esquisses un léger sourire en délaissant ta reine de la nuit pour attraper ton paquet de blonde échoué par terre dans la débâcle des corps. rien de mieux que la brûlure âpre d'une sèche pour te faire reposer pied par terre. c'est qu'elle a le don pour te faire aller bien haut. comme un fix pur d'héroïne. comme un snif généreux de cocaïne. moïra, c'est comme une drogue, les effets nocifs en moins. même la dépendance ne pose pas le moindre problème quand on sait qu’elle est mille fois plus supportable de ne pas la voir. tu l’aimes bien mais, ça s’arrête là. ça s’arrête à la limite de vos étreintes. parce que dans le fond, tu ne sais rien d’elle, elle ne sait rien de toi. le seul langage que vous vous connaissez, c’est celui de la séduction, des corps en action. le reste n’a jamais eu la moindre espèce d’importance. le reste, ça rendrait ça soudainement beaucoup plus sérieux. et, tu pourrais rester des heures à te pencher sur la question, t’en arriverais toujours à l’unique conclusion que ce n’est pas pour vous. non, vous êtes bien au-dessus de ça. j’ai trop la dalle, c’est abusé. souffle rauque qui s’échappe pareil aux volutes de fumée expirées. c’est sûr que ça creuse et pas qu’un peu. décidé, tu te redresses subitement pour escalader négligemment ta voisine et délaisser l’arène de vos ébats. direction la cuisine, t’extrapoles sur un million de trucs que t’aimerais bien engloutir pour faire taire les grognements farouches de ton estomac. mais, pauvreté exige, tu sais d’avances que rien de ce qui se trouve dans tes placards ne les soulageront. strictement rien. agacé, dépité, tu claques la porte du frigo où tu as au moins pu trouver deux bières oubliées là par hasard. ça sera toujours mieux que rien. ou presque. en abandonnant ton mégot dans le fond d’un cendrier, t’es frappé par la révélation du siècle. si les fonds de tes poches sont vides, tu peux peut-être au moins compter sur ton invitée pour vous délecter. alors, t’enclenche la seconde en attrapant la première pub de bouffe qui te tombe entre les doigts avant de retourner à ses côtés, tout fier de ton idée. pizza, ça te va ? que tu demandes, faussement soucieux de ce qu’elle peut vouloir ou non en jetant un coup d’oeil sur le papier. t’en as trop rêvé pour la laisser te passer sous le nez. au pire, tu pourras t’essayer à lui faire les yeux doux pour la convaincre. pas sûr que ça fonctionne mais, t’auras au moins tenté l’expérience. en attendant, tu te dépêches de retrouver ta place en tendant poliment une bière à moïra avant de partir en quête de ton portable lui aussi lamentablement échoué sur les restants de votre folie passagère. t’en profite pour consulter avec un peu plus d’attention la longue liste de pizza qui s’offrent à toi. si ça ne dépendait que de ta volonté, tu succomberais au luxe de tout demander. juste pour pouvoir goûter à tout sans faire de choix. juste pour sentir ton ventre agoniser d’avoir trop mangé que pas assez. au moins une fois dans ta vie. mais, si t’as vraiment l’intention de manger, ce serait plus judicieux de remettre tes caprices à plus tard. ouais c’est bon, jambon fromage, ça passera bien. conclusion hasardeuse lâchée alors que t’en baves déjà. du porc. du fromage. le duo parfait. bingo. le téléphone en main, tu abandonnes ta bière au pied du lit pour retourner te planquer sous les draps en te collant avec insistance contre les courbes de la beauté sauvage. tu t’en occupes ? c’est mielleux et tout doux. trop pour tes habitudes. bien sûr que tu surjoues avec tes minauderies, tes mains qui se refont curieuses contre sa peau après avoir savamment déposé tout leur matos devant elle mais, t’as vraiment envie de cette pizza. peut-être même plus que d’elle. alors, au cas où elle ne l’aurait pas encore compris, tu les moyens sont bons. parce qu’il n’y a rien, rien du tout qui pourrait t’y faire renoncer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5989-hellboy http://thenotebook.forumactif.org/t6184-beau-diable#154649 http://thenotebook.forumactif.org/t6185-ryan-ziegler http://anarchygallery.tumblr.com/

Moira Benssaïd
accident à chaque feu tricolore
▹ posts envoyés : 588
▹ points : 8
▹ pseudo : zoé
▹ crédits : elodie la queen (ava) & anesidora
▹ avatar : Anna Speckhart
▹ signe particulier : achromate, elle voit le monde en noir et blanc - rescapée de la vague de kidnapping, elle a le bras en écharpe et un reste de PTS qui ressort
☽ ☾

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: Re: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) EmptyJeu 28 Sep - 9:58

Ryan. L’erreur qui se répète, qui devient une habitude, le genre de sucrerie qui ne permet pas de s’en détacher. Ryan encore, Ryan toujours. Parce que c’est facilement, parce que c’est bon, parce que c’est tout simplement ce dont elle a besoin. Exit le drama, les emmerdes qui la plombent, les regards pleins de reproche, de doute, de conneries qui s’enchainent. Parce qu’elle étouffe Moira, dans cette petite ville si loin de ses racines. Ouais elle étouffe, à VTT où la tension est plus que palpable, où le simple fait de penser à Leonard lui donnerait envie de chialer. C’est qu’elle déteste chialer Moira, et le sentiment qu’elle agonise sur les pavés de Savannah, chaque jour qui passe, ça lui coupe l’envie de rester.
Mais Moira n’est pas lâche. Alors Moira se soigne comme elle peut, se soigne entre les bras de lui ou d’elle, de Ryan surtout, parce qu’il est présent, toujours. Il est présent avec le même regard, celui qui lui promet un instant de blanc, juste quelques étincelles à vous en faire vibrer le corps, les os. Ca fait combien de temps déjà ? Drague maladroite au fond d’un bar, chez lui, jamais chez elle. C’est plus facile. Il est seul. Pas elle. Il est simple. Pas elle. Alors elle aspire un peu tout ce qu’elle peut quand elle le rejoint.

Y a le soupire de satisfaction qui s’échappe de ses lèvres, un peu plus et elle jouerait la sentimentale à se blottir contre lui un peu, profiter de sa chaleur avant qu’elle ne s’évapore définitivement. Mais c’est pas Moira et c’est pas Ryan non plus, alors la brune se laisse aller sous les draps, main dans les cheveux elle se contente de sourire comme une gamine. Ca la fait toujours sourire. Toujours. Parce qu’elle aime trop ça, le shot d’endorphine dans tout son corps, ça pulse de partout, le cœur qui se remet à battre plus doucement. Son regard qui se pose sur Ryan, son sourire à lui aussi comme un miroir, et elle ne le quitte pas des yeux quand il attrape ses cigarettes. Peut-être qu’elle pourrait lui en demander une, ou alors trouver le courage d’atteindre son sac pour en sortir un joint piqué dans une des poches de Matthew à midi. j’ai trop la dalle, c’est abusé. Et en echo y a son ventre qui gronde, reflexe de pavlov ou juste coïncidence, elle se met à ricaner avant de rouler sur le ventre pour se rapprocher de Ryan. « Moi aussi, faut croire que tu m’épuise, je le savais que t’étais trop jeune pour moi ». C’est faux, mais Moira a envie de se moquer, de rigoler un peu des convenances ? 2 ans c’est pas grand-chose pourtant. C’est rien du tout même quand on est jeune et conscient.
Juste le temps de planter ses dents délicatement dans le bras de son ami qu’il s’éloigne, l’abandonnant dans les draps, reine d’un instant qui s’étale alors, prend la place, nage presque. Elle aime bien faire sa princesse de temps en temps, arrêter de courir à droite ou à gauche pour se reposer juste un instant. Mais pas trop quand même, suffit d’un peu de solitude et déjà le cerveau qui commence à tourner à plein régime, le sourire qui devient fade, les pensées qui se bousculent. Dis Ryan pourquoi tu me laisse comme ça que ça murmure du bout des lèvres, mots silencieux qui se meurent avant d’avoir pu naitre.
pizza, ça te va ? C’est un flyer qui apparait devant ses yeux, Moira se redresse lentement et attrape le morceau de papier pour observer le tout avant de le tendre de nouveau à Ryan. [color=#ff9966] « Si tu veux, moi j’aime tout » pas difficile pour deux sous, elle ne s’est jamais privée. Faut dire que la bouffe et elle c’est une grande histoire d’amour et que même le gratin raté de pâtes de la cantine de VTT n’arrive pas à la faire reculer. Alors pizza, pourquoi pas, si ça fait plaisir à Ryan, ça lui fera plaisir aussi. Puis déjà elle peut sentir l’odeur, le gras sur des doigts, le fromage qui lui brûle la langue. Parfait. Elle attrape la bière en offrant un petit sourire à Ryan, le laissant observer la liste des pizza un peu plus longtemps pendant qu’elle avale une gorgée, puis deux, pensive. ouais c’est bon, jambon fromage, ça passera bien. Ouais. Ça passera bien. Tout à fait. Ou pas. Y a des choses comme ça qui ne passent pas. Peut être qu’elle n’est pas difficile quand ça touche à la nourriture mis le porc c’est interdit. Jamais. Pas question. C’est pêché. Elle y pense jamais et les autres non plus, l’habitude de ne jamais se poser la question quand les personnes autour d’elle sont juive ou végétarienne. Mais pas Ryan. Et maintenant qu’elle y pense, sans doute qu’ils ont jamais vraiment mangé ensemble. Mais Moira n’a pas le temps de protester que déjà Ryan vient la rejoindre, elle a juste le temps de poser la bière par terre pour ne rien renverser avant d’attraper le téléphone que ui tend le jeune homme pendant que celui se plaque de nouveau contre elle. tu t’en occupes ? Faut pas qu’il lui fasse ça. Si y a bien un truc que Moira aime plus que manger, c’est les autres, c’est les corps, et Ryan risque d’être fort déçu si elle décide de le lancer dans un deuxième round. Sauf que le jeune homme semble bien décidé à l’avoir sa foutue pizza, alors elle soupire, coince une mèche rebelle derrière son oreille avant de se tourner pour lui faire face, téléphone en main. « T’as de la chance que je sois gentille » sourire moqueur, bien sur qu’elle est gentille, y a pas vraiment de malveillance dans son corps, juste assez pour faire d’elle une humaine pas trop dégénérée. « Je gagne quoi en échange ? » elle se fait plus douce, frissonne quand elle sent ses mains sur sa peau, puis s’écarte un peu pour fuir le contact, composant le numéro de téléphone. « Par contre je mets le veto sur le jambon, tu veux pas une quatre fromage plutôt ? » regard douceâtre, elle papillonne des cils, fait l’idiote un instant avant de reprendre son sérieux quand le téléphone commence à sonner. « Fromage ? Ou sinon y a celle au poulet la » qu’elle insiste un peu, avant de lâcher un Allo sonore quand on décroche de l’autre côté du combiné, le regard planté dans celui de Ryan pour qu’il lui confirme la commande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2553-fais-toujours-ce-qui-te-fais-peur-moira#55718 http://thenotebook.forumactif.org/t2639-she-s-justs-non-stop-moira http://thenotebook.forumactif.org/t2640-moira-benssaid

Ryan Ziegler
au bûcher
▹ posts envoyés : 1068
▹ points : 2
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : (ava) innuendo, (profil) we<3(signa) astra & weheart & marion <3
▹ avatar : lenny müller
▹ signe particulier : propret mais, abîmé. le sourire fendu par une canine qui manque à l’appel et dont l’absence se souligne par le chrome brillant d’une couronne de remplacement. la peau zébrée par ces combats des rues dont il ne s’est jamais lassé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: Re: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) EmptyMar 14 Nov - 3:50

Moi aussi, faut croire que tu m’épuise, je le savais que t’étais trop jeune pour moi. t’en aurais bien rigolé avec elle encore longtemps. comme ça simplement. sans plus te soucier de rien d’autre, en laissant filer le temps. en la laissant indéfiniment te dévorer du bout des dents. parce que c’est ça que t’aimes aussi chez moïra, la simplicité de vos instants partagés entre rires et désir. pas de complexité, pas de jugements. aucune difficulté. y’a plus rien qui compte à part vous. juste vous mis à nu de ceux que vous êtes le jour. de vos peines, de vos joies, de vos choix. sans frontières saufs celles de vos limites qui ne changeront pas. t’as plus besoin de faire semblant, t’as plus besoin de t’acharner. quand elle passe les frontières de tes nuits, c’est le répit entre deux guerres assuré. quand elle revient s’écraser contre le quotidien de ta vie, semer le chaos devient soudainement moins attirant que d’aimer. aimer pour une ou deux heures avant d’oublier. aimer momentanément avant de recommencer à tout gâcher. c’est juste l’intervalle qui laisse sa chance à l’oubli. un quart d’heure de folie où tu peux prétendes à jouer les repentis. puis ça revient naturellement. chacun retrouve sa place et les amants d’un temps ne redeviennent que des amis. des amis qui se cherchent, se provoquent, se défient. qui se délaissent aussi. mais, ça fait jamais bien mal quand on imagine la fois d’après. quand on se souvient que même sans le chercher on finit toujours par se retrouver. quand tu te souviens que même sans l’attendre, elle finit toujours par te rattraper. Si tu veux, moi j’aime tout. ça tu l’as compris et ça ne concerne pas que la bouffe à ton avis. un sourire taquin qui s’esquisse au coin des lèvres, tu te félicites intérieurement d’y avoir pensé. une fois le choix fait, reste plus qu’à la convaincre de faire don de sa générosité. t’y mets les formes en jouant sur la corde sensible de ses faiblesses. parce que ça, tu les connais. si un million de mystères n’ont pas encore pu percer entre vous, l’accord des corps n’en est plus un. celui-là même qui vous conduit toujours à échouer ici sans qu’elle ne prenne même la peine de résister. comme elle ne résiste pas à tes supplications muettes sans qu’il te faille batailler. trop facile. T’as de la chance que je sois gentille. jackpot. dans le fond, t’en as jamais douté. moïra, c’est un peu l’entité contraire qui vient rééquilibrer tout ce qu’il y a de mauvais en toi. parfois, t’aimerais même croire qu’elle l’annihile un peu mais, seulement quand elle est là. une fois que la porte se referme sur vos ébats, elle redevient celle qu’elle veut et toi le skinhead malheureux. pas que t’aies besoin de prétendre être un autre avec elle, juste que t’as jamais eu besoin de composer avec. vrai que tu ne lui aies jamais caché, vrai aussi que la question ne s’est jamais posée. depuis le temps, si ce détail l’inquiétait, elle en aurait forcément parlé. peut-être même qu’autant de temps ne se serait pas écoulé. Je gagne quoi en échange ? un instant tu fais mine de réfléchir, juste pour faire durer le plaisir. t’as pas vraiment besoin de lui dire, alors tu joues les muets en baissant les yeux sur les draps et ce qu’ils cachent de toi. tu l’sais très bien… sourire en coin qui joue les parfaits innocents. c’est environs trente minutes et une tonne de possibilités qui s’offrent à vous si mademoiselle le veux bien. ou pas. parce qu’elle s’isole un peu plus loin alors qu’elle se décide enfin à composer le numéro de ta délivrance. t’abandonnes les provocations pour récupérer ta bière quand tout d’un coup elle se décide à tout chambouler. Par contre je mets le veto sur le jambon, tu veux pas une quatre fromage plutôt ? maladroitement, tu t’étrangles en recrachant la moitié de ta gorgée à côté. allez s’teu plait ! c’est un hoquet suppliant qui s’échappe en même temps que du bout des yeux t’essayes de la convaincre de céder en faisant volontairement abstraction ses oeillades peu convaincantes. c’est quoi le problème avec le jambon ? Fromage ? Ou sinon y a celle au poulet la. elle ne t’entend pas, ne te vois pas. tu la soupçonnes même de le faire exprès. c’est pas une suggestion qu’elle t’intime, c’est l’abdication qu’elle t’impose. c’est ça ou rien. y’a son regard qui s’accroche au tien comme si t’avais encore ton mot à dire. comme si elle attendait après toi. mais c’est pas vrai, hein moïra ? vous êtes chiants avec votre génération d’bobo végétariens, jesaispasquoi, grands sauveurs de l’univers… un soupire dépité qui s’échappe, quand tu te renfrognes dans ton coin comme un gosse privé de son goûter. elle lâchera pas, puis de toute façon t’entends déjà qu’on lui répond au bout du téléphone. alors, tu balances négligemment la main en l’air après t’être débarrassé de ta bouteille, en signe de capitulation. qu’elle fasse ce qu’elle veut, le choix tu ne l’as pas vraiment. peut-être que c’est puérile de se braquer pour une simple question de jambon mais, y’a rien d’aussi bon. faudrait qu’elle revoit juste ses goûts pour prétendre un instant à être parfaite. peut-être bien la question s’est jamais posée mais, pour une première fois tu n’imaginais pas te faire coincer comme ça. dans le fond c’est pas grave. t’as la certitude de manger à l’oeil et autre chose qu’un misérable bout de pain rassis. t’as pas de quoi râler indéfiniment, ni bouder comme un petit con capricieux d’adolescent. mais, ne serait-ce que pour la forme, t’as pas l’intention de laisser ça passer. alors, t’attends qu’elle termine, impatient. juste pour tirer ça au clair. juste pour être sûr que la prochaine fois, sera toi qui choisira. à peine la commande achevée, le téléphone raccroché, que tu retournes te brûler contre elle pour amorcer ta revanche. comme si un misérable morceau de couenne ça allait te tuer. tu dis pas non quand c’est moi le porc. c’est un savant mélange entre les reproches et le défi qui fuse dans ton regard quand l’une de tes mains s’essaye vulgairement à un hélicobite au cas où elle n’aurait pas saisis. c’est sûr qu’elle dit jamais non pour ce genre de caprices. à force d’esquiver je vais finir par avoir l’impression d’me taper la petite fille d’rabbi jacob. que t’insistes en te marrant pour le douteux de la blague qui fera probablement rire que toi. puis, lassé de ta démonstration, tu te décides à l’attraper entre tes bras et la ramener contre toi et l’étreinte sans lui laisser la moindre possibilité de protester. vous chavirez, roulez dans les draps, jusqu’à ce qu’elle se retrouve enfin sous toi. heureusement c’est pas l’cas. à peine cette conclusion lâchée, tes lèvres fondent sur les siennes, le besoin farouche de l’embêter, de la narguer, jusqu’à ce que l’heure de manger viennent tout arrêter. t’en profite pour faire taire les sujets qui pourraient fâcher et peut-être tout gâcher. t’as même pas besoin d’y penser. ça serait tellement bête si c’était vrai que tu serais le plus abruti des cons de ne l’avoir jamais deviné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5989-hellboy http://thenotebook.forumactif.org/t6184-beau-diable#154649 http://thenotebook.forumactif.org/t6185-ryan-ziegler http://anarchygallery.tumblr.com/

Moira Benssaïd
accident à chaque feu tricolore
▹ posts envoyés : 588
▹ points : 8
▹ pseudo : zoé
▹ crédits : elodie la queen (ava) & anesidora
▹ avatar : Anna Speckhart
▹ signe particulier : achromate, elle voit le monde en noir et blanc - rescapée de la vague de kidnapping, elle a le bras en écharpe et un reste de PTS qui ressort
☽ ☾

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: Re: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) EmptySam 16 Déc - 11:49

C’est que du jeu entre eux deux, des rires beaucoup trop, s’évader un instant dans leur bulle avant de retourner chacun de leur côté. Définition même d’une relation pour Moira, pas d’attaches sentimentales, pas de connerie qui finit par tout faire foirer. Merci Ryan de resté éloigné et elle sait qu’il pense la même. Pour ça que ça marche si bien entre eux finalement. Ca et l’alchimie notable qui se dégage quand ils dansent ensemble. tu l’sais très bien… Mauvaise graine, elle suit son regard vers les draps. Aucune subtilité. Non. Aucune vraiment. Tant pis. Ca la fait marrer comme ça aussi, et son sourire qui grandit parce qu’elle sait qu’il n’a rien d’angélique malgré son air qu’il tente de conserver. « Vraiment je le sais très bien ? » joueuse, encore, encore, comme un chat avec sa souris, elle est féline Moira dans sa façon de s’étirer, prête pour recommencer.
Mais la bouffe c’est essentiel, alors elle fuit le contact, redevient sérieuse quand elle attrape le téléphone, commençant à négocier le choix de la pizza. Après tout c’est elle qui paye ici ? Non ? C’est comme en voiture driver picks the music. allez s’teu plait ! Sauf que Ryan ne l’entend pas de cette oreille. Mais elle non plus ; deux têtes de mules sont dans un même lit, l’une a le porte-monnaie, l’autre supplie. vous êtes chiants avec votre génération d’bobo végétariens, jesaispasquoi, grands sauveurs de l’univers… Le rire qui la traverse quand elle l’entend râler alors qu’une voix lui répond de l’autre côté de l’appareil. Rapidement elle passe la commande, deux pizzas au lieu d’une comme pour se faire pardonner, mais pas une trace de jambon dans la recette. Le regard rivé sur Ryan elle voit bien qu’il capitule et elle rayonne. Elle adore gagner. Surtout quand c’est contre un homme. Question d’honneur, de principe, de trucs à la con qui lui restent de l’armée. Et quand elle raccroche elle vient le chercher, donnant une légère tape sur son épaule en rigolant. « Votre génération ? Sauver l’univers ? Tu te souviens où je bosse ?» Rire mauvais, c’est pas à VTT qu’elle sauvera l’univers, encore moins à VTT qu’elle décidera de devenir végétarienne. Mais c’est con, l’explication veut pas sortir, sans doute que ça lui parait tellement naturel ou juste totalement déplacé. Alors elle se moque, rigole encore, fais l’idiote en reposant le téléphone sur la table de chevet. « Allez boude paaaas » et Moira se fait plus insistante, les doigts qui viennent se ficher dans ses côtes comme pour le titiller, le chatouiller. Et sans doute que ça marche, où juste l’esprit de vengeance quand il vient se coller à elle, son rire qui se meurt dans sa gorge parce qu’elle est juste incapable de résister à ça. A lui. Encore. Toujours. Parfois elle maudit son corps trop facile à convaincre. Puis les choses deviennent plus intéressantes et ça lui passe. comme si un misérable morceau de couenne ça allait te tuer. tu dis pas non quand c’est moi le porc. ça lui échappe le rire de gamine, gloussement incontrôlé quand il se met à tenter un magnifique hélicobite. Le truc c’est que le rire s’arrête bien vite. D’un coup. Quand il continue sur sa lancée, sa blague un peu vaseuse qui dérape tout d’un coup. à force d’esquiver je vais finir par avoir l’impression d’me taper la petite fille d’rabbi jacob. les mots qui repassent en boucle, et soudain ça revient en arrière, ça remonte à ses paroles, Moira qui le dévisage le corps soudain complètement refroidit. Et voilà Ryan qui l’attrape et elle qui se laisse faire, qui ne lutte pas quand il la fait tourner avec lui et qu’elle se retrouve plaquée contre le matelas. heureusement c’est pas l’cas. Nouveau choc. Heureusement que c’est pas l’cas. Heureusement ? « Ryan je… » sauf qu’il ne lui laisse pas le temps de répondre quand il l’embrasse, l’esprit qui divague un instant alors qu’elle se détend un instant, se perd de nouveau contre lui parce que c’est plus facile. Plus simple. Vraiment ? Le truc c’est que ça continue de tourner dans sa tête, encore, encore, les mots, les allusions et puis ça fait un peu comme des pièces de puzzle qui s’assemblent. C’est pas possible pas vrai ? Si ? Non ? Non. Allez Moira, fait comme avant, ferme les yeux ça sera plus simple. Rigole, l’humour ça marche toujours pas vrai ? Et c’est à son tour de faire jouer de sa force, pas vraiment importante, mais juste de quoi inciter Ryan à se laisser faire quand elle prend la place au-dessus de lui, à califourchon avant de venir placer ses mains dans les siennes pour imiter un simulacre d’immobilisation. « Et si c’était le cas » elle se baisse un peu, peau contre peau elle l’embrasse sur le torse, chacun de ses tatouages avant de remonter, y a son collier qui vient tinter contre sa poitrine, étoile de David dorée qu’on lui a offert à sa bat-mitzvah. « Ca serait vraiment un drame ? T’es allergique aux filles de Jacob » et non pas Rabbi Jacob d’ailleurs, qu’elle murmure, petit sourire amusé quand elle le regarde de haut. « Pourtant t’as pas l’air si dérangé nan ? » qu’elle vient murmurer contre sa peau avant de recommencer à l’embrasser. Voilà. C’est dit. On tourne la page maintenant ? Histoire de revenir aux choses vraiment importantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2553-fais-toujours-ce-qui-te-fais-peur-moira#55718 http://thenotebook.forumactif.org/t2639-she-s-justs-non-stop-moira http://thenotebook.forumactif.org/t2640-moira-benssaid

Ryan Ziegler
au bûcher
▹ posts envoyés : 1068
▹ points : 2
▹ pseudo : anarchy.
▹ crédits : (ava) innuendo, (profil) we<3(signa) astra & weheart & marion <3
▹ avatar : lenny müller
▹ signe particulier : propret mais, abîmé. le sourire fendu par une canine qui manque à l’appel et dont l’absence se souligne par le chrome brillant d’une couronne de remplacement. la peau zébrée par ces combats des rues dont il ne s’est jamais lassé.
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: full
+ contacts:

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: Re: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) EmptyJeu 24 Mai - 16:09

vraiment je le sais très bien ? elle sait oui. bien sûr qu’elle sait. elle a toujours su, n’en a jamais douté. pour ça qu’elle se permet d’en rire. pour ça, aussi, qu’elle se permet de narguer un peu plus en soulevant la question. pour ça qu’elle s’amuse sur le même ton que toi de jouer des fausses subtilités. c’est surtout pour ça qu’elle est là, à partager allègrement cette si légère complicité. c’est pour ça qu’elle se risque à s’éloigner, pour pouvoir mieux revenir. c’est pour ça qu’elle n’hésite pas à te contrarier, sachant très bien qu’avec elle tu ne peux jamais trop longtemps jouer les rancuniers. ce n’est que par esprit de contrariété que tu protestes. pour une fois avoir l’ascendant sur elle et pouvoir savourer un semblant de victoire. pour l’après que vous vous êtes silencieusement juré, qui s’avère toujours plus exquis quand il a le goût du conflit. cette fois encore, comme jamais avec moïra, il n’aura pas le goût du jambon. alors oui, tu râles, te renfrognes, protestes sourdement puisqu’elle ne veut pas écouter, parce que c’est elle qui décide et c’est toi qui doit t’incliner. pour cette fois. juste cette fois. promis, juré qu’elle ne te refera pas ce coup là. t’es prêt à la faire regretter ou du moins à la harceler faute de radoter au sujet de cette pizza qu’elle te doit. peut-être qu’un jour elle finira par craquer. ce jour là, c’est toi qui triomphera et comme elle, c’est toi en rira. votre génération ? sauver l’univers ? tu te souviens où je bosse ? t’esquives le contact de sa main sur ton épaule, préférant continuer de jouer les vexés. si moïra est têtue, tu l’es tout autant, voire plus. ça serait trop simple de l’excuser aussi facilement. bien sûr elle marque un point. sans tout savoir d’elle, t’es au moins pas assez con pour croire toi-même aux foutaises que tu viens de balancer. il n’y a rien dans ce portrait qui se rapproche de moïra. toutes ces conneries, elle n’y crois pas autant que toi. ça aurait seulement était plus simple de tout justifier comme ça. pour percer le mystère moïra. allez boude paaaas. en plus d’être têtue, t’as oublié qu’elle pouvait aussi se montrer persuasive. sa petite taquinerie dans les côtes t’arrache un rire en même temps qu’un juron. je boude pas. non. presque pas. pas assez pour rester muet trop longtemps. pas assez pour l’ignorer et gâcher indéfiniment cet instant. pas assez pour ne pas revenir lourdement à la charge en oubliant mesurer tes mots et de laisser de côté l’humour douteux de celui que tu es en réalité. celui que tu as toujours été en dehors de ces moments passés à ses côtés. pas celui que tu caches. celui que tu nies, pour le temps d’un moment n’être qu’un parmi tant d’autres, sans étiquette effrayante, repoussante. celui qui tout d’un coup la rend silencieuse. celui qui en une fraction de seconde obscurci son sourire, éteint sa flamme. celui dans les bras duquel elle se laisse chavirer en disparaissant. au contact duquel moïra devient défaillante. comme si imperceptiblement, tu avais cassé quelque chose. involontairement, brisé le plus important. ryan je… tais toi moïra. du bout de tes lèvres tu cherches à tout effacer. à tout réparer. à tout pardonner. les mots idiots, les mots mauvais, s’échappent toujours plus facilement que les bons. sans savoir pourquoi tu l’as froissée, tu comprends que c’est arrivé, pas la peine de l’entendre. pas la peine qu’elle ne renchérisse sur d’autres vérités que vous pourriez regretter. pardon moïra. peut-être que ça fonctionne mais, elle reste silencieuse, imposant seulement de reprendre le dessus comme par habitude. docilement, tu t’exécutes, craignant de tiédir un peu plus cet instant si tu osais t’opposer. tu te laisses aller, tu la laisses décider. tu la laisses t’enchaîner si pour elle ça veut dire qu’elle a déjà oublié. et si c’était le cas. non. non, t’écoutes pas. tu veux pas écouter. tu n’écoutes plus et la caresse de sa bouche qui incendie ta peau ne t’y aide plus. engoncé dans ton déni tu refuses, esquissant un sourire tant pour l’idée que pour le spectacle de la voir te dévorer de ses baisers. ça serait vraiment un drame ? t’es allergique aux filles de jacob. en seule réponse tu gémis, amusé, contre cette douce torture qui s’arrête. contre l’évidence qu’elle soulève. contre la vérité qui serait trop moche à prononcer. trop horrible à confirmer. contre le piège qui tendrement se referme. pourtant t’as pas l’air si dérangé nan ? si. ça reste coincé au fond des tripes. ça reste nié alors qu’elle recommence à t’embrasser. ça reste en suspend dans ta cervelle tiraillée entre le corps et la raison. et qu’est-ce que tu sais de moi dans le fond ? que sais-tu d’elle ? elle ne connait de toi qu’un semblant. tu ne connais d’elle que ce qu’il te semblait important. important pour n’être que des amants occasionnels. des inconnus du bout de la nuit qui ne se reconnaissent que lorsqu’ils s’ennuis.une et un qui ne s’assemblent que lorsqu’ils en ont envie. à tes yeux, moïra n’a pas d’âge, ni de religion. elle n’a ni origines, ni nom. elle est la même étrangère que celui que tu es pour elle. libertine anonyme qui n’a pas besoin de plus pour être, à tes yeux. et si c’était le cas ? ça changerait tout. ça gâcherait tout. cette possibilité te torture l’âme, suffisamment pour sacrifier la douce perspective de laisser le sujet s’envoler entre vos corps entrelacés. prestement, tu te soustrais au lien de ses mains pour attraper son visage et clôturer son baiser. ça serait un drame si finalement je l’étais ? dérangé. le regard contrarié, tu sonde le sien. qu’est-ce qu’elle penserait de toi si elle savait ? est-ce qu’au moins se soucierais encore de toi si elle apprenait ? est-ce que, le temps venu des révélation, elle saurait te le pardonner ? putain moïra, tu trouves pas que j’ai la gueule de l’emploi ? il y a ce rire nerveux qui t’échappe, comme pour un peu refuser l’inévitable. c’est écrit partout sur toi. dans les zébrure pâles, vieilles cicatrices, qui parsèment ta peau. dans l’encre vieillissante qui grisaille ton âme. au fond de tes yeux fatigués d’en avoir trop vu, dans tes discours épuisés d’en avoir trop entendus. c’est ici et là, partout autour de toi. elle l’a toujours su, sans jamais le voir. t’as déjà vu un skinhead pas allergique aux youpins toi ? la nervosité de ton rire se mue en amertume. en prononçant cette évidence à voix haute pour la première fois, tu rends concret le jusqu’ici abstrait. tu nommes l'innommable et ouvres une brèche entre vous. bref, la question ne se pose pas, n'est-ce pas ? c'est catégorique, fermé à toutes autres possibilités. tu n'attends pas la réponse qui écarterait timidement le doute, tu attends la confirmation qui balayerait ce que tu crains d'entendre. tu attends de l'entendre te dire que tu as raison, que tu ne t'es pas trompé. tu attends d'avoir la certitude que ton radar à feuj ne t'a pas lâché. tu attends que cette hypothèse ne soit qu'un sujet de conversation parmi tant d'autres. à l'image de vos goûts en matière de pizza, à l'image du temps qu'il fait dehors. ombrageux, tout comme vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t5989-hellboy http://thenotebook.forumactif.org/t6184-beau-diable#154649 http://thenotebook.forumactif.org/t6185-ryan-ziegler http://anarchygallery.tumblr.com/
Contenu sponsorisé

☽ ☾

ma religion me l'interdit (moïra) Empty
MessageSujet: Re: ma religion me l'interdit (moïra)   ma religion me l'interdit (moïra) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

ma religion me l'interdit (moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Interdit -16 ans
» Les administrateurs ont interdit l'inscription ?
» [13*12] L'amour interdit 08/10/2016
» Questions sur la Religion Catholique
» Base de données du refuge huguenot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: version dix-sept-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES