Partagez | .
 

 (Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: (Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?    Mer 9 Aoû - 22:12

Bonsoir Sydney, quel est ton film d'horreur préféré ?
EXORDIUM.
Tu te mis à soupirer une nouvelle fois, tapotant tes doigts sur ta bouche. Tu avais toujours eu ce problème, depuis l’enfance pour faire des choix. Si futile soit-il, tu avais toujours eu du mal à trancher, à prendre parti, ou juste à prendre une décision. Le choix n’est vraiment pas évident ce soir, tu dois choisir entre Halloween et un bon vieil épisode de Saw. Ou peut-être même l’exorciste, mais le vrai, le premier, pas tous ces remakes ne mal jouer que tu as pu voir depuis. « Tu prendrais quoi toi ? », tu relève la tête, observe le jeune bouttoneux qui tient la caisse du loueur de DVD. Il t’observe en mâchant son chewing-gum avec nonchalance. « Tu sais la plupart des gens les télécharge sur le internet maintenant… », tu fronce les sourcils, un peu étonné de sa réaction ou de sa réponse. Ce jeune con n’a-t-il aucune conscience qu’il torpille lui-même son emploi. Merde, que devient l’Amérique. Tu fais finalement ton choix, avance le DVD vers lui. « Je vais prendre celui la finalement », t’attrape ton DVD, ton skate, tu roules sur le trottoir pour traverser la ville, t’arrêter une fois de plus dans cette petite épicerie de Tybee Island. T’aime bien ce coin, tu’as toujours aimé ce quartier, parce qu’il sent meilleur que les autres, parce que quand il fait gris on peut sentir le sel de la mer et entendre les mouettes. T’as toujours eu l’impression d’être en vacances ici, comme si un tel grain de sable et quelques vagues pouvaient changer ton quotidien. Tu’aimerais bien y vivre un de ces quatre.

Tu connais bien l’endroit, tu connais bien l’immeuble et t’y rentre comme si t’était chez toi. C’est un peu le cas, Leo est comme un frère alors c’est comme si tu visiter de la famille. Tu grimpes les quelques étages quatre à quatre, skate et film sous le bras, paquet de M&M’S dans l’autre. Tu sonnes à sa porte, t’impatientant avant qu’il n’ouvre. Peut-être qu’il ne sera pas là, peut-être qu’il ne voudrait pas ouvrir, alors tu plaques ton oreille sur la porte pour essayer d’entendre le moindre signe de vie, le moindre mouvement. La porte s’ouvre. Il est là, bien chez lui, bien vivant. Tu l’accueilles avec ton plus beau sourire, depose un baiser sur sa joue. « J'suis venue voir si t’était encore vivant… Ou si tu savais encore utiliser ton téléphone », tu le taquines un peu alors que tu rentres dans son appartement pour te laisser tomber sur le canapé. Pied sur la table basse tu déposes ton DVD et ton paquet de douceur à côté de toi. T’attrape le DVD, observe Leo un moment. « Tu te rend comptes, le débile boutonneux qui ma louer ça, n’a pas su choisir entre Halloween et Saw… », tu soupires, faussement agacé, « franchement tout le monde sais que Michael Myers est le plus méchant des méchants », tu te redresses enfin, posant des yeux plus doux sur ton ami, t’inquiétant aussi de son état. Tu le trouves un peu fatigué, la mine triste. Il a toujours eu cet air malade Leo, mais là tu trouves qu’il fait moins semblant que d’habitude… « Et toi ? Comment ça va ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Martine trahit ses amis

ϟ POSTS-ENVOYES : 1851
ϟ POINTS : 4
ϟ PSEUDO : fitotime
ϟ CREDITS : dude (avatar) / tumblr (signa, profil) / rilès, depeche mode (texte)
ϟ AVATAR : ben nordberg
✰ ✰

MessageSujet: Re: (Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?    Ven 18 Aoû - 16:59

Ce n’est pas comme si Jeff offre des jours de repos à tour de bras, quand ça arrive, généralement, il faut sauter sur l’occasion, ne surtout pas demander “t’es sûr” et s’enfuir du plateau de tournage aussi vite que possible pour ne pas lui laisser le temps de réfléchir. Ce n’est pas comme ça que ça s’est passé cette fois-ci, quand Leo, les jambes flageolantes, la mine défaite, les yeux rouges et les mains tremblantes à cause de la cocaïne ingérée en surdose ces trois derniers jours a vu son patron arriver devant sa caméra. Dégage, t’es en plein dans l’champ là ! a gueulé Leo sans même se rendre compte de ce qu’il faisait. Jeff l’a regardé par dessus ses lunettes de soleil, les sourcils haussés. Sérieusement ? qu’il a demandé. Leo s’est alors redressé, a poussé un long soupir excédé et s’est passé une main dans les cheveux. [/color=darkcyan]Excuse-moi, mais j’ai du taf.[/color] Jeff a secoué la tête de droite à gauche. Non, fini pour toi, rentre, dors. Ça fait 72 h que j’te vois traîner ici, j’en ai marre. Leo l’a regardé longuement, il n’avait pas la moindre envie de rentrer chez lui. J’vais bien. Mais Jeff le connaît trop bien, depuis le temps. Et il sait lire à travers ses traits tirés et ses pupilles dilatées. J’crois pas non, mais j’en ai rien à carrer. Par contre, quand t’es dans cet état, tu tournes de la merde et ça, ça m’arrange pas. Va dormir, reviens demain.

Il a fini par obéir, Leo, parce que de toute façon, il n’a pas le choix. Il a rangé sa caméra, il est monté sur son skateboard et il a parcouru les 5 bornes qui le séparent de son appartement. Son appartement laissé à l’abandon, dont mêmes ses tortures domestiques ne voulaient plus. Il les a donné à garder à Mamie, parce qu’il n’a pas le temps. Elle l’a regardé avec son air inquiet et puis a accepté bien sûr. Le voilà donc rejoindre son appartement vide et silencieux. Et peu importe les plaid colorés, les coussins bariolés, l’odeur de l’encens et de beuh qui émane des rideaux, il a l’air particulièrement morne, cet appartement ce soir. Ca fait combien de jour qu’il tente de l’éviter ? Eviter la solitude de la nuit, sans pour autant trouver la force de contacter qui que ce soit. Deux jours que son portable n’a plus de batterie et qu’il ne cherche même pas à le recharger. Trois jours qu’il dort part tranche de deux heures entre deux boîtes de matériel sur le plateau de tournage. Deux jours qu’il carbure à la cocaïne, au café, aux croissants plein de beurre, trois jours qu’il dégueule tout l’heure d’après dans les toilettes. Alors, quand il passe la porte d’entrée et la ferme derrière lui, une grande fatigue s’abat sur lui.

Il attrape la pile de courriers qui s’amassent sur le buffet près de l’entrée. En général, la gardienne de l’immeuble, à qui il a confié ses clés, les déposes gentiment ici, elle sait qu’il n’est pas souvent là. La première lettre porte le cachet du laboratoire pharmaceutique dans lequel il a fait la prise de sang, avec cette nana, cette gamine rencontrée à ce festival. Cette gamine qui pourrait être sa soeur. Il attrape l’enveloppe, il est de toute façon trop fatigué pour tilté. Trop fatigué pour ressentir quoi que ce soit. Il l’ouvre avec automatisme, il ne comprend rien à ces chiffres. Y a qu’un mot qui dénote. POSITIF. Les allèles en communs, ou peu importe ce qui défini votre parentalité : c’est positif. Ils ont la moitié de leur ADN en commun. Leo digère l’info sans un bruit. Il vient de se découvrir une famille. 26 ans plus tard, il sait qui est son père. 26 ans plus tard, le voilà grand frère. Il se passe une main sur la tête. Ils s’étaient dit qu’ils s’appelleraient. Leo devait l’appeler quand il aurait les résultats, elle a donné son numéro. Mais rien ne semble logique, là maintenant. Il n’a toujours pas chargé son téléphone portable. Il prend donc le papier avec lui jusqu’au canapé, le pose à ses côtés, et ne le regarde plus jusqu’à allumer son bang pour fumer.

Le toc toc de la porte le sort de son demi sommeil, le voilà qui sursaute sans pour autant se presser, pas sûr que ce soit dans son rêve, ou dans la réalité. Il attend un moment, et puis se décide à se lever. Il met un temps fou à parcourir la distance jusqu’à la porte. Quand il l’ouvre, il tombe face à face avec une oreille, qu’il ne tarde pourtant pas à reconnaître. Un sourire apaisé lui fend le visage. Mad ne débarque jamais au mauvais moment, quelle que soit l’heure. C’est ça la famille, la vraie. Pas celle qui t’apporte sur un plateau à cause d’un test ADN. J'suis venue voir si t’étais encore vivant… Ou si tu savais encore utiliser ton téléphone Leo esquisse un sourire et la laisse s’approcher pour déposer un baiser fraternel sur sa joue. Il l’enlace doucement et répond, sur le ton de la déconne : Pourquoi ça marche comment un téléphone ? Suffit pas de l’arroser et de lui faire prendre le soleil ? Le sourire complice qu’il lui adresse ne camoufle qu’à moitié son air exténué. Mais elle est trop occupée à prendre ses aises et s’installe lourdement sur le canapé, on entend à peine le bruit de feuille froissée sous ses fesses. Mais Leo sait sur quoi elle est assise, il active le pas, et tire le papelard délicatement. Attends, fais-gaffe ! Qu’il demande doucement, sans en dire davantage. Il n’en a pas encore le courage, il n’a plus le courage de rien ce moment, il veut juste anesthésier son esprit de toutes les manières possible. Ne plus avoir une seule place de libre pour la réflexion, arrêter de voir défiler les images de morts dans le coin de son cerveau perverti par Elliot et ses démons.Il pose les résultats du test ADN un peu plus loin sur le canapé, Mad ne s’en occupe de toute façon pas, elle envoie le dvd d’Halloween en se plaignant du type de la location. Tu te rend comptes, le débile boutonneux qui ma louer ça, n’a pas su choisir entre Halloween et Saw… Leo se laisse tomber à côté d’elle, et attrape le dvd pour le regarder longuement, pendant qu’elle encense Michael Myers. Tu sais, y a Netflix sinon. Il plaisante, car il sait bien qu’elle n’aime pas ça. Elle est attaché au petit rituel Mad. Le dvd qu’ils se regardaient ensemble, gamin. La mère de Leo a travaillé dans l’une de ces boutiques de location, et elle en chipait un en douce le vendredi soir, parfois elle prenait le temps de choisir, d’autres fois non et on tombait sur des vraies merdes. J’plaisante va. Assure-t-il en rendant la boîte à Mad. Va l’mettre si tu veux, moi j’suis fatigué. Ordonne-t-il avec son ton de grand frère, les yeux rieurs et un peu suppliants à la fois. C’est vrai qu’il est fatigué. Il se penche en avant et attrape le paquet de M&M’s. Il hésite un moment à l’ouvrir et puis finit par le laisser sur le canapé et attrape plutôt le bang toujours sur sa table basse qu’il se rallume, sans se préoccuper de la présence de Mad. Elle l’a connu depuis toujours, elle a vu Mamie qui fumait autant de pétard de Leo, si ce n’est plus. Elle est habituée. Il en prend une bonne taffe avant de répondre à Mad, elle lui demande comment il va. Elle l’a fait avec son regard perçant, elle s’est redressée sur le canapé. Elle veut parler, vraiment. Le film, ce n’est que pour l’amadouer. J’ai connu mieux. Il sait pas mentir Leo. Enfin si, c’est même son taf. Mais à Mad, il sait pas mentir, jamais. Tout ce qu’il peut faire, c’est essayer de faire passer la pilule, détourner son attention. Pour ça, il lui tend le bang avec un sourire sur les lèvres, il sait qu’elle attend plus que ça. Du coup il soupire et calle sa tête contre l’un de ses coussins ethniques : C’est rieeeen. Des histoires de nanas. Pas d’mensonge : Elliot est une nana, Mads aussi. Il ne sait même pas si ça va passer, Leo il n’a jamais d’histoire de nana. Le couple, il n’y croit pas. Il ne croit qu’aux rencontres, qu’aux gens qui se croisent, au feeling qui passe entre deux êtres. Il enchaîne rapidement pour ne pas lui donner le temps de réfléchir : Et toi ? Pourquoi tu viens te réfugier chez moi cette fois ? Il tend le bang par la même occasion pour lui en faire profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t599-l-homme-libre-est-un-vagabond-leo#8173 http://thenotebook.forumactif.org/t2075-halina-samih-leonard-michael-arthur http://thenotebook.forumactif.org/t648-leonard-river http://thenotebook.forumactif.org/t770-leonard-river-formspring
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: (Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?    Mar 29 Aoû - 19:31

Bonsoir Sydney, quel est ton film d'horreur préféré ?
EXORDIUM.
Tout tes sens étaient en alerte, tout ton corps était en train de te prévenir, tout ton instinct s’était réveillé pour s’agiter, comme une course petite bonhomme dans ton corps, te prévenant que quelques choses ne tourner pas rond chez Leo. C’était peut-être ça l'instinct maternel . Ce truc dont toutes les femmes parlent quand elles attendent un enfant, ce truc qui se réveille et qui font de vous la meilleure mère sur terre. Un genre de sixième sens, un peu comme un super pouvoir. Super Mom, voila une super idée de super héros. T’y pensera. T’appellera peut-être Marvel pour leur proposer, tu pourrais en tirer un bon paquet de fric. Ouais voilà, peut-être que c’est ça qui te met en alerte, l’instinct, ou tout simplement le fait qu’il te manque, le fait que tu n’aies eu aucune nouvelle de sa part depuis plusieurs jours. Ça arrive, c’est comme ça, tu te fais pas de soucis, Leo sera toujours Leo et tu lui en voudras jamais pour ça. Toi aussi t’aime bien disparaitre, même si au bout d’un moment –très court, certes-, les gens que t’aime commencent à te manquer. Et Leo tu l’aimes. Et il te manque. Et tu sais qu’il n'y a pas mieux qu’un film d’horreur et un paquet de M&M’S pour aller voir ce qu’il se passe du coter de Tybee Island.

Tu te fais pas prier, tu te plantes devant sa porte, devant l’appartement que tu connais trop bien. Tu te sens ici comme chez toi, peut-être un peu trop parfois, c’est vrai, tu’es du genre envahissant. Il ne tarde pas à t’ouvrir, à esquisser un doux sourire, te laisser entrer, t’enlaçant au passage alors que tu dépose un baiser sur sa joue, lui annonçant d’emblée la raison de ta venue. « Pourquoi ça marche comment un téléphone ? Ne suffit pas de l’arroser et de lui faire prendre le soleil ? », tu ricanes un peu, hausse les épaules en te dirigeant vers le canapé. « Ouais, un truc comme ça », tu l’imagines bien, ce sale hippie avoir déjà essayé dans sa jeunesse. Et c’est bien un truc que tu’aurais pu faire avec lui, juste pour voir, juste pour essayer, piquer ta curiosité et ton esprit tordu prêt à tout essayer. Tu te laisses tomber sur le canapé, avant qu’il ne te pousse un peu, râlant doucement. « Attends, fais-gaffe ! », tu te soulèves juste assez pour le laisser récupérer son bout de papier. Tu fronce les sourcils, te demandant bien ce que ça peut être. Une facture, une promo pour des pizzas gratuites ? Peut-être même des papiers pour son boulot, qui sait. Il ne s’explique pas plus longtemps se contentant de poser le papier plus loin et de s’asseoir à côté de toi pendant que tu lui tends le DVD, râlant encore sur le vendeur du magasin. « Tu sais, y a Netflix sinon. », tu tourne la tête pour l’observer, plissant les yeux, comme si tu voulais le faire exploser rien que par la force de ton esprit. « J'plaisante va. », tu hoches la tête, satisfaite de l’entendre dire. « Ouais t’as bien raison, je commençais à essayer de te tuer rien qu’avec mon esprit la », un peu comme ces super héros qui avait bercé votre enfance. Il te tend la boîte du DVD, « va l'mettre si tu veux, moi j'suis fatigué. », tu fronces un peu les sourcils, quelque peu déçue de sa réaction. C’est vrai qu’il n'a pas l’air en forme, c’est vrai qu’il a l’air fatigué, mais il n’a pourtant jamais rechigné à partager du bon temps avec toi, surtout devant un bon DVD. Tu lui donnes une petite tape sur l’épaule avant de te lever, « hé oh me lâche pas, j’ai besoin de toi quand Michael poursuit Laurie jusque dans la penderie », tu détestes cette scène, elle te fou toujours les miquettes, même si tu la connais par cœur. Tu lances le DVD, revenant t’asseoir sur le canapé, te redressant pour l’observer avec attention. Il attrape le bang sur la table, l’allumant sans se préoccuper de ta présence, ou du reste. Ce n'est pas grave, tu lui en veux pas, tu le connais trop bien pour savoir que ce n’est pas inhabituel. Et pourtant tu lui demandes quand même comment il va, parce que tu sens quelque chose d’étrange, de bizarre, quelques choses d’inhabituelles. « J’ai connu mieux. », ouais, tu le savais déjà ça, « C'est rien. Des histoires de nanas. », tu fronçais les sourcils encore une fois, en attrapant le bang qu’il te tendait, prenant une grande inspiration avant de le reposer devant vous. « Je dois aller casser des gueules ? », tu fais mine de remonter tes manches, sans le lâcher du regard, recrachant la fumée du coin de tes lèvres. Ne t'aime pas trop l’idée qu’il ait des problèmes avec une fille, t’aime pas trop l’idée qu’une fille puisse lui faire du mal ou le rendre dans cet état. Tu’as du mal à l’accepter. « Qu’est-ce qu'il s’est passé ? », t’imagine déjà l’histoire classique de la pétasse qui piétine son cœur sans aucun remords. Putain. « Et toi ? Pourquoi tu viens te réfugier chez moi cette fois ? », tu sais pas trop non plus, t’es pas sur d’être venue te réfugier, même si tu dois bien l’avouer, tu’avais bien besoin de changer d’air, de sortir un peu de ton appart, de la coloc. Tu hausse les épaules en l’observant. « J'sais pas, tu me manquais, j’avais juste envie de te voir je crois », ce n'est pas totalement faux, par totalement vrai, mais tant qu’il ne t’en dira pas plus sur cette fille, tu tiendras le secret aussi.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: (Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

(Leo) Quel est ton film d'horreur préférée ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Combien de temps survivrais-tu dans un film d'horreur ?
» Quel est ce film?
» Orca
» [Film] Un monde meilleur
» Quel est ton animal préféré ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: MELTING UNDER BLUE SKIES :: version treize-



NASH CALDWELL
© miserunt
profilmp
SEVEN POPESCU
© miserunt
profilmp
RHOAN STORM
© miserunt
profilmp
FELIX HART
© miserunt
profilmp

OTTO HARD
© miserunt
profilmp
PEADAR BRANNIGAN
© miserunt
profilmp

ANCA POPESCU
© miserunt
profilmp
DAIRE MEALOID
© miserunt
profilmp
TRIXIA MOORE
© miserunt
profilmp
WOLFGANG RIVIERA
© miserunt
profilmp