Partagez | .
 

 cold rain. (ft. reid)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: cold rain. (ft. reid)   Lun 5 Juin - 23:03


featuring reid cleveland.

je suis fatigué. je sais pas trop depuis combien de temps je suis là. à regarder la pluie qui tombe sans interruption. comme si le ciel ne voulait pas s'arrêter de pleurer ce soir. à fixer les yeux dans le vague cette étendue grise alors que la nuit tombe. ces nuages qui cachent les premières étoiles de cette fin de journée sans saveur. ce paysage triste et sans vie. assis là, sur mon banc, à peine protégé de cette averse sans fin. j'suis trempé. j'ai même pas froid car l'air est lourd. et puis c'est pas bien grave non plus.

y a pas beaucoup de monde dehors. c'est normal. il pleut. les gens aiment pas la pluie. alors qu'est-ce que je fais là moi. à laisser l'eau pénétrer chaque fibre de mes vêtements déjà bien trop imbibés. j'attends. j'suis rarement ici. j'suis jamais au même endroit. et c'est là que mes pas m'ont mené. parce que j'ai besoin de vendre. j'ai pas grand chose sur moi pourtant. mais j'ai bientôt plus d'argent. encore. alors il faut que je rentabilise. que je vende au moins un p'tit peu quoi. et ce temps là, il est parfait. parce que les gros baraqués du quartier, ils aiment pas ça les gouttes d'eau. ça abîme leur brushing totalement ridicule et surfait. ça rend humide leur fringue hors de prix. et puis ils ont compris qu'ils vendent pas ces jours-là. parce que y a pas un chat dehors. pas moi. alors j'attends. parce que y a bien un désespéré ou deux qui va finir par se pointer un jour, non ? pourtant ça fait une éternité que j'suis là, et j'ai croisé personne. à part des silhouettes de gens pressés de rentrer chez eux. la tête rivée sur les pavés, ils me voient pas. j'fais un peu parti du décor maintenant.

je sens même plus l'eau qui perle sur mon visage alors que j'fixe mon reflet dans l'eau trouble d'une flaque à mes pieds. j'y lance d'une main molle le toncar de mon joint terminé depuis un moment dedans. le regarde flotter, prendre l'eau à son tour. je devrais rentrer. ça sera pas pour aujourd'hui. trop de gris. trop de vide. tant pis. mais pour aller où. je peux pas aller chez moi. j'me suis fait mettre dehors hier soir sous une pluie de hurlements et de coups. j'vais attendre un peu. les boîtes c'est pas ouvert à cette heure là. les bars ils sont vides aussi. y aura personne pour assurer ma consommation. j'vais pas y aller si j'peux rien me payer. et puis je.. hm ? j'finis par relever la tête. parce que c'est bien des jambes qui sont dans mon champ de vision. et que j'suis tellement ailleurs que j'ai rien entendu venir. j'l'observe quelques secondes. le temps de comprendre qui j'ai face à moi. parce qu'il fait encore jour mais j'ai toujours un temps de retard. le temps que les informations montent à mon cerveau. « reid ? »  je m'étonne moi-même de la faible intonation de ma voix. j'ai la gorge sèche. j'ai pas vraiment eu l'occasion de parler à qui que ce soit aujourd'hui. j'ai trop fumé aussi.  j'dois faire pitié là, mais c'est pas nouveau. alors je me redresse un peu, j'essaye pas de paraître mieux, je sais pas comment on fait. mais j'enfouis ma main dans mon sweat tout mouillé et j'en sors un petit sachet hermétique. la seule chose sauvée de l'humidité ce soir. la seule chose pas trop misérable et pourtant même ça, ça fait pâle figure à côté de ce que les rois de la street peuvent posséder. parce que c'est pas énorme.. « j'ai pas grand chose aujourd'hui.. tu veux combien ? »  je sais pas trop comment il m'a trouvé. il m'a pas contacté pour me demander où j'étais. pour me dire combien il voulait. et j'crois pas aux coïncidences. mais il est là, pourtant. et reid il vient me voir pour ça. pour autre chose, parfois, aussi. mais généralement, c'est pas pour rien. comme beaucoup. à part pour m'insulter on s'arrête rarement pour me taper la causette sans arrière pensée.


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 331
ϟ POINTS : 9
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Ivan Bubalo
✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   Jeu 15 Juin - 18:27

La pluie... il aime ça la pluie Reid... il trouve cela atrocement poétique. Cliché bien entendu ! Mais pour qu'une chose soit devenu cliché que ça ait été vrai à un moment donné, non ? En tout cas Reid, il aime la pluie... il aime la regarder tomber, le bruit qu'elle fait en frappant le toi du bâtiment, en s'abattant contre les vitres, en s'abattant contre le sol. Il aime son odeur aussi ou du moins... l'odeur qu'elle laisse une fois qu'elle est terminée. Pétrichor, non ? Le mot que l'on donne à cette odeur si particulière. Et puis surtout cela fait du bien, cela rafraîchir les corps, les cœurs, les esprits dans cette époque ou la chaleur ne semble faire que régner. Et ça l'inspire ! Mais Reid n'est pas chez lui et ça le frustre... il est pas chez lui car il n'y avait plus de place chez lui et qu'il avait besoin de travailler des matériaux brutes. Alors il s'est rendu à son école, a occupé un atelier vide et à bosser jusqu'à que cette pluie vienne chanter à ses oreilles, viennent l'appeler tel le chants de sirènes grecques pour lui dire : Dépose tes outils, rentre et sculpte quelque chose à notre gloire là bas. Alors il s'arrête Reid, il s'arrête et il range tout car il n'y résiste pas à ce chant. Il prend ses affaire, prend son parapluie car si il aime jouer les poètes et aime sentir la pluie sur sa peau il n'est pas assez fou pour faire tout le chemin jusqu'à chez lui sous cette averse puis il se jette à l'extérieur.

De là Reid il se transforme en enfant. Il marche bien sûr, mais parfois sautille, tend la main sous la pluie, rit et s'amuse à donner des coups dans les flaques. Il danse un peu aussi, utilisant son parapluie comme un partenaire de danse tout à fait fascinant. En bref il dénote au milieu du décor, il dénote avec sa bonne humeur au milieu de toutes ces personnes à l'allure grise qui foncent et s'effacent. Il ne lui en faut pas beaucoup Reid pour être heureux. Peut être un peu d'orage à la limite ? Histoire de rajouter à ce concert fabuleux. Il refait le gosse, passe sa tête sous l'eau et tend la langue pour goûter la pluie avant de sourire connement et de continuer son chemin, les mèches mouillées et de nouveau protégé par son parapluie.

Seulement, en déambulant dans la rue, en faisant son chemin jusqu'à chez lui avec plein de détour, il tombe face à une image à laquelle il ne s'attendait pas, une image qui l'horrifie autant qu'il la trouve magnifique. Il voit, sur un banc, cette silhouette trempée. Mais il voit surtout, dans cette silhouette, un visage qu'il ne reconnaît que trop bien. Hope, le petit être sans espoir. Que fait-il là dehors ? Trempé jusqu'au os et toute la peine du monde se lisant dans son regard presque vide. Bien sûr Reid sait qu'il fournit, qu'il vend du rêves en permanence et qu'il ferait tout pour un peu d'argent, ce dont parfois Reid se sent coupable car il en profite grassement, mais il ne s'attendait vraiment pas à voir Hope là, dehors, fidèle au poste et avec cet air aussi déchirant qu'un petit chaton abandonné dehors un jour de pluie. Du coup Reid s'arrête, il se rapproche et le regarde avec une envie terrible de le serrer dans ses bras même si il sait qu'il n'a pas le droit. Il veut lui demander plein de choses mais ne sait pas par quoi commencer. Le dealer par contre, lui, semble marcher de manière automatique. Car ce dernier le remarque, le reconnaît et, immédiatement, comme ci le temps était nullement différent à celui d'un autre jour et qu'il n'était pas trempé, lui propose ce qu'il lui a toujours proposé. Reid est abasourdit... il est sérieux là ? « Mais qu'est-ce que tu fais là ? Il pleut à verse ! Tu vas juste finir par te rendre malade petit chat si pas pire. » Le petit chat lui a échappé... il ne lui a jamais donné de surnom avant... pas à voix haute en tout cas mais il avait cette image de petit chat tellement ancré au fond de sa tête. Reid s'étrangle un peu, fait genre de rien et continu « Je veux rien, tu peux ranger ça. Mais tu peux pas rester dehors comme ça. Regarde, t'es encore plus trempé que... bah j'ai pas d'exemple en vrai... Mais t'es trempé quoi. Faut que tu rentres, que tu te mettes dans un endroit sec au moins et que tu te changes. » Tout en parlant Reid il s'approche, il s'approche très prêt mais pour une bonne raison. Il veut mettre Hope sous la protection de son parapluie, au moins le temps de le convaincre d'aller se mettre à l'abri car non, il est hors de question qu'il le laisse là comme ça et non, il ne se contentera pas d'une promesse de rentrer bientôt, il l'accompagnera jusqu'à chez lui si il faut pour s'assurer qu'il ne reste pas dehors et n'attrape pas la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   Dim 18 Juin - 0:00


featuring reid cleveland.

la pluie tombe à n'en plus finir. à avoir trop retenu ses larmes, le ciel pleure sans s'arrêter. il pleure pour tout ceux qui n'y arrivent pas. pour ceux qui souffrent en silence. à la différence que maintenant, je suis un peu protégé de l'eau qui tombe dans mes cheveux, sur ma peau, dans mes vêtements trempés. reid il a eu l'intelligence de prendre un parapluie. moi, j'ai une capuche, et je m'en suis même pas servi. ça n'aurait rien changé. ça fait des heures que je suis là. le résultat aurait été le même. et puis pour quoi au final, j'ai croisé personne. et là, ma seule lumière dans cette journée si grise, c'est reid. reid et ses besoins. reid et son argent.

je l'observe un peu perdu. sa voix me parait si loin. je mets du temps à comprendre ce qu'il me dit. parce que ça a pas de rapport avec ce que j'ai demandé. il me demande ce que je fais là. ben j'attends. j'attends des gens comme lui. ceux qui n'hésiteraient pas à braver orage et tempête pour une dose de bonheur éphémère. celui qui dure un temps. celui qui permet de fuir l'espace d'un instant cette réalité sordide. ce triste monde. je cligne des yeux au surnom qui lui échappe. le fixe sans le voir. parce que c'est irréel. ça colle pas. c'est pas moi. mais je dis rien. je me contente de hausser les épaules. je suis pas trop du genre à me soucier des conséquences quand je fais quelque chose. alors tomber malade. c'est abstrait. c'est pas grave. c'est pas important. ça arrive. souvent. une fois de plus ou de moins. « je voulais juste vendre un peu.. » que je finis enfin  par lui répondre doucement. car ça, c'est important. ça permet de vivre. de survivre. mais ça pas fonctionné comme je l'espérais aujourd'hui.

j'ouvre la bouche et la referme quand il dit qu'il veut rien. j'y crois pas. il a l'air plus préoccupé par le fait que j'ai un peu d'eau sur moi que par la réelle signification de sa venue ici. parce que c'est pour ça qu'il est là non ? pour acheter ? parce que sinon, je sers à quoi moi, s'il veut pas de tout ça. j'le fixe alors qu'il se rapproche encore un peu de moi. ma voix s'étrangle dans ma gorge, et j'finis par murmurer presque désespérément. « tu.. t'en veux pas ? tu veux autre chose.. ? » parce que c'est pas grave s'il veut pas de quoi fumer. j'ai toujours mon corps à offrir. ça rapporte un peu plus, et ça j'l'ai tout le temps avec moi. et j'ai de la chance quand c'est reid. parce que reid il est beau. reid il est plus attentionné que les autres avec moi. j'ai moins l'impression de faire la pute quand c'est lui.

finalement je fais non de la tête. parce que non, je rentrerai pas. j'ai nul part où aller. j'me suis fait mettre dehors hier, je pourrai pas retenter de franchir le seuil de ma maison avant au moins demain. alors j'attends. sous la pluie, mais j'attends. parce que je sais déjà quel schéma va emprunter la soirée. j'vais finir dans un bar pas très fréquentable, rencontrer des gens douteux qui veulent bien de moi, me détruire le crane en leur compagnie et surement finir chez eux avec un peu de chance. alors non. je bougerais pas maintenant. car c'était trop tôt pour ça.  alors j'esquive maladroitement. « je rentrerai.. plus tard. » cette nuit. demain. chez un inconnu. chez moi. j'en sais rien.

et puis dans la façon dont il me regarde. dont il me parle, que j'me rends compte que peut être il veut vraiment rien. rien du tout aujourd'hui. et qu'il est pas là pour ça. mais j'comprends pas pourquoi il est devant moi alors. je finis par baisser la tête, les yeux fixés sur le bout de plastique entre mes mains. les gouttes qui perlent au bout de mes cheveux atterrissant dessus . « mais alors.. pourquoi t'es là.. si tu veux rien..  » que je parviens à murmurer alors que je sens ma gorge se serrer. car je trouve pas d'explication. ça a pas de sens. on est pas amis lui et moi. on se rend service mutuellement. mais c'est tout. j'lui donne ce qu'il veut, et il me paye en échange. tout le monde y trouve son compte. mais y a rien de plus. alors pourquoi est-ce qu'il agit comme quelqu'un qui se préoccupe un peu de mon cas.. je suis tombé si bas dans le pitoyable pour que même mes clients tentent de me relever ?

♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 331
ϟ POINTS : 9
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Ivan Bubalo
✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   Jeu 29 Juin - 16:59

Il lui brisait le cœur Hope, il lui brisait le cœur avec son air triste, perdu et trempé. Mais surtout il lui brisait le cœur avec ses paroles. Vendre un peu ? Était-ce donc si important ? Il avait envie de lui hurler que cela n'en valait pas la peine mais il se doutait que les choses n'étaient pas aussi simples. Alors à la place il voulait le prendre dans ses bras, lui donner tous son argent, tout faire pour le rendre heureux. Seulement... était-ce le genre de chose qu'il pouvait faire avec son dealer ? Dealer avec lequel il avait déjà été intime certes mais... il n'était pas certain d'avoir réellement le droit de se montrer si affectif avec lui et pourtant c'était plus fort que lui, cela le touchait. Alors tant pis, Reid franchirait sans doute cette ligne que personne ne franchit normalement avec son dealer mais il se refusait catégoriquement à détourner les yeux et à le laisser là sous la pluie, condamné à une mort plus certaine que ce que lui même avait. Seulement pour le moment... aucun son ne sortait de sa bouche, encore bien trop secoué par la détresse de son camarade et surtout par son cœur qui se serrait alors que  l'asiatique ne semblait pas pouvoir envisagé qu'il soit venu pour autre chose que sa drogue ou son corps. Reid s'en mordit la lèvre, d'un coup rattrapé par sa culpabilité d'abuser de la condition de prostitué de certains afin de combler sa solitude. Il le faisait déjà avec River, il avait suivit le même schéma avec Hope et même si il faisait son possible pour que tout se passe au mieux ça n'en restait pas moins odieux.

« Hope... » Rien de plus ne parvint à sortir. En vrai Reid, lui qui était heureux comme jamais, enivré par le chant de la pluie, avait à présent envie de pleurer au rythme de cette dernière. Mais c'était déjà tellement compliqué d'expliquer à son dealer, un aussi particulier que Hope, que l'on s'inquiétait pour lui, alors que penserait-il si jamais Reid se mettait à fondre en larmes ? Au final il resta silencieux... se sentant con comme jamais de ne pas trouver quoi dire ni quoi répondre. Quoi faire surtout pour le forcer à rentrer maintenant jusqu'à ce qu'il finisse par lui poser cette question. Pourquoi il était là ? Cela eut l'effet d'un électrochoc, le faisant reprendre de la constance et lui donnant la force de répondre « Car je m'inquiète idiot ! Je ne suis pas venu exprès, c'est le chemin pour rentrer chez moi. Puis je t'ai vu là, tout seul sous la pluie, trempé jusqu'aux os. Comment j'aurais pu passer mon chemins ?! » à quel genre d'individus Hope avait-il été habitué ? Reid trouvait cela totalement effarant. Aucune âme sensé ne pouvait le laisser ainsi dans sa détresse ! Seulement... il était vrai que ce monde était totalement insensé. Il n'empêche que lui il n'était pas du genre à baisser les yeux. Mais il savait aussi pertinemment que Hope refuserait de bouger, qu'il refuserait de le suivre aussi sous prétexte que quelqu'un avait pitié de lui. En tout cas c'est ce qu'il se disait vu qu'il était capable de s'infliger ça à lui même juste pour vendre. Alors il allait l'aider à vendre... après tout Hope lui avait donné la solution lui même dans un sens.

« Allez viens. Je prend ce que tu as déjà et je te paye pour autre chose. Je vais t'amener à la maison. » Il se doutait que ce n'était pas plus discret comme façon de faire, qu'il y avait, dans ses paroles, dans sa façon de le dire, tout ce qu'il fallait pour comprendre qu'il ne faisait que ça pour lui tendre la main. Mais il ne comptait pas lui laisser la possibilité de décliner son offre alors presque aussitôt il rajouta « De l'argent c'est de l'argent, non ? La façon dont je m'en sert t'importe peu tant que je m'en sert. Tu n'as donc aucune raison de refuser. Allez viens s'il te plaît et abrite toi sous le parapluie avec moi. » Il lui tendit alors la main, se pinçant la lèvre en espérant que cela fonctionnerait. Il avait tellement envie de le serrer dans ses bras son pauvre petit chat, de lui dire que tout irait pour le mieux maintenant mais encore une fois il savait que ce serait déplacé, même si dans un sens c'était déjà déplacé de coucher avec lui contre de l'argent alors merde... il pouvait bien se montrer affectueux, non ? Tant pis si ça ne se faisait pas lui le ferait, il en avait rien à foutre des codes, surtout dans ce genre de situations alors ce n'était pas le moment de commencer à s'en inquiéter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   Sam 8 Juil - 19:46


featuring reid cleveland.

Hope.. je finis par relever la tête vers lui à l’entente de mon prénom. Ce prénom qui colle pas avec mon être. La contradiction même. Le non sens incarné. L’espoir envolé qui n’a jamais existé. Je l’ai jamais trouvé. Je l’ai jamais cherché non plus. Et je l’observe. C’est fou ce qu’on peut lire sur un visage. Sur son visage. Une avalanche d’émotions qui déferlent comme un torrent. Des émotions que je comprends pas. De la pitié peut être. Mais ça, c’est habituel. Quand c’est pas de la haine ou du dégoût dans le regard des autres. Elles sont là, elles se voient dans ses yeux. Ses yeux qui vivent, qui ressentent. On est tellement différent lui et moi. Ça fait bien longtemps que ça m’est pas arrivé. De réellement ressentir un truc. Un quelque chose qui te rend vivant. Qui te fait sentir humain. Qui te fait combler ce gouffre béant dans l’âme. Ce vide intersidéral. Mais c’est pas bien grave au fond. Car ça change pas grand-chose, c’est même mieux comme ça. On souffre moins. On s’habitue. On encaisse.

Moi qui ne crois pas aux coïncidences, il faut croire que je me suis trompée. Ça existe, parfois. Il me cherchait pas. il m’est tombé dessus. Y a pas grand monde dans les rues ce soir. A part le doux son de la pluie, c’est le silence qui m’a tenu compagnie toute l’après-midi. Pourtant il aurait pu le passer son chemin, s’il voulait rien. Il me doit rien. Et j’ai pas besoin de pitié non plus. C’est un soir parmi tant d’autres. Du temps à tuer. Une journée de plus dans cette misère. il s’inquiète. je peux pas m’empêcher d’esquisser un sourire, léger, minime, inexistant. Moqueur. C’est tellement irréel. Qui s'inquiéterait d’un inconnu à qui on achète de quoi rêver, de quoi s’évader l’espace d’un instant, l’espace d’une soirée. J’suis juste une ombre parmi tant d’autres. Si j’suis pas là, d’autres me remplaceront. Reid, il est beaucoup trop humain. Trop gentil. Trop empathique. Mais s’il tombe dans ce piège là avec moi, il s'en sortira jamais. Car je m’en sortirai jamais. Le cercle sans fin de la déchéance. De la chute dans les abîmes. On dit que j’ai touché le fond, que j’creuse encore, toujours plus. J’suis rien, et lui il est un peu quelqu’un. Et même si je me fous totalement du sort des autres autant que du mien, il a pas besoin de ça. De sombrer avec moi. Il le mérite pas, je pense. « tu devrais pas pourtant. C’est que de l’eau. » oui j’ai froid. Mais j’ai tout le temps froid. J’ai froid dans l’âme. Et puis j’irai dans un bar oublié cette après-midi sans intérêt et j’finirai par me réchauffer le corps un petit peu.

Et puis il change d’avis en un souffle irréfléchi. Comme le vent prendrait une autre direction sans prévenir vous emportant sur son passage. Je l’observe encore un peu. Cherche à comprendre l’incompréhensible. C’est fou ce qu’il est expressif reid. Ça le rend beau. Mais j’suis pas idiot non plus. J’sais qu’il fait ça pour pas me laisser dehors, seul sur ce vieux trottoir miteux comme on abandonnerait un animal dont on ne veut plus. Il avait envie de lui dire qu’il était pas obligé. Qu’il avait pas besoin de se forcer par pitié. Mais il en eut pas le temps. Et c’est pas plus mal au fond. Car même si c’est un peu profiter de lui, j’en ai besoin de son argent, j’en ai besoin de sa chaleur. Et si il prend le package complet c'est parfait. Parce que même si j’lui fais croire le contraire, j’préfère être chez lui qu’ici. En quelques minutes j’avais réussi à trouver ce que j’ai attendu toute une journée. Parce que c’est bien ce qu’il veut non ? Et que ça soit lui rendait la chose moins sale. Même si j’me donne, j’me sens moins utilisé. Un peu voulu, un peu désiré. Pas que pour mon corps. J’comprends pas pourquoi car j’ai rien à donner. Y a rien à trouver chez moi. J’ai rien à offrir à part du vide. Mais il a raison sur deux points, de l’argent c’est de l’argent. Peu importe comment j’le gagne, j’en ai besoin. Ca me permets de survivre et de tout détruire par la même occasion. Et j’comptais pas refuser. C’est le seul client que j’ai croisé de ma journée, j’peux pas le laisser s’envoler. Reid il est là comme un sauveur. J’sais pas si il a juste pitié ou s’il fait tout ça avec sincérité, je m’en fiche d’ailleurs, le résultat est le même. Mais c’est un de mes préférés. Il me fait oublier la misère du monde l’espace de quelques heures.

Mes yeux rougis par la fatigue, défoncés par les joints enchaînés dans la journée se posent sur sa main tendue. Un appel à se relever. Un espoir de fin de soirée. Je hoche la tête doucement. Lentement je finis relever ma main pour prendre la sienne. Me relever. Elle est chaude sa main. Ça brûle contre ma peau glacée comme un électrochoc. Reid et moi c’est un peu le jour et la nuit. Une boule d’émotions explosives, de la chaleur, un soleil en ce jour pluvieux. Je sais pas ce qu’il fait à vouloir d’un type comme moi alors qu’il pourrait avoir bien mieux. Mais ça me va bien aussi, j’en profite. Echange de bons procédés à durée indéterminée. Je sens plus l’eau qui me tombe dessus hormis celles qui dégringolent de mes mèches de cheveux pour terminer leur course sur mon visage, à l’abri sous son parapluie. « tiens, j’ai que trente aujourd’hui.. » que j'murmure en lui tends le petit sachet hermétique. Trente balles. Quel dealer de bas étage. La p’tite frappe de la rue. Comme si j’allais aller bien loin avec ça. Mais j’ai pas réussi à avoir plus, car j’avais pas l’argent pour non plus. « on va chez toi alors.. ? » j’vais pouvoir compenser autrement. C’est c’que j’fais toujours quand la drogue ça marche pas bien. J’compense avec le plaisir charnel. Ça marche mieux. Ça gagne plus. Y a même des fois où j’me dis faudrait que j’fasse que ça. Ça serait plus rentable. moins pénible. plus sale. plus dégradant. plus méprisable.


♡ ♡ ♡
MACFLY
Revenir en haut Aller en bas

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 331
ϟ POINTS : 9
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Ivan Bubalo
✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   Mer 19 Juil - 0:04

Il a rarement ressentit ça Reid, il a rarement ressentit une telle douleur, une telle détresse, une telle peine en regardant quelqu'un. Pourtant Hope, le si joli et gentil Hope... il est la personnification même du désespoir. Et cela lui brise le cœur au blond bouteille... alors qu'il sait bien qu'il ne devrait pas ! Après tout, dans l'idée, Hope n'est sensé être que son dealer. Mais ce n'est pas le cas, ça n'a jamais été le cas. Des dealers, de vrais dealers, il y en a plein d'autre, avec plus de stock et de meilleur qualité. Et puis Hope... Hope il a partagé son intimité... contre paiement certes mais de là il n'a plus jamais été juste son dealer à ses yeux. Car c'est absurde, car c'est hypocrite de la part de Reid de dire qu'il tient à ceux qu'il paye car il n'a pas les couilles de vraiment faire la cour à quelqu'un de peur de la douleur qu'il peut leur infliger... c'est immonde de sa part car le danger qu'il représente c'est à eux qu'il l'impose et pourtant... pourtant il y tiens énormément à ces personnes, à ces seules personnes qu'il laisse l'approcher et, par conséquent, il tient à Hope. Alors non, il était tout à fait hors de question pour lui de le laisser ainsi, seul sous la pluie dans le risque d'attraper la mort. Mais il le voyait bien Reid, il le voyait bien que ses arguments ne servaient à rien. Alors il a fait la seule chose qu'il savait marcher, il a payé, pour tout et surtout pour le mettre à l'abri.

Car bien sûr Reid n'avait pas du tout l'intention de renflouer son stock, il lui en restait et il n'avait besoin de plus. Il n'a pas non plus envie de le toucher. Enfin... en vrai il pourrait passer des journées entières à caresser sa peau, à effleurer ses lèvres avec les siennes, à sentir la chaleur de son corps contre le siens. Mais il ne lui a pas proposé cet arrangement pour ça, non, il ne veut pas abuser de sa personne comme il le fait habituellement, il veut juste lui offrir un refuge, une boisson chaude et surtout beaucoup de réconfort. Et cela commence par une main tendue, une que son camarade prend fort heureusement tandis que Reid le serre contre lui, souhaitant le réchauffant et se fichant bien que cela le trempe totalement car dans l'immédiat cela n'a pas la moindre importance. Dans le même temps Reid attrape le sachet, sachet qu'il glisse rapidement dans l'escarcelle qui pend à l'avant de son kilt. « Je te paye à la maison, histoire qu'il soit sec contrairement à tes poches. Et du coup oui on y va, on y sera mieux, au chaud tout ça. » Il lui sourit, il lui sourit en espérant provoquer un sourire chez l'asiatique même si il se doute que cela n'arrivera pas. Et lentement il commence à marcher, tenant fermement Hope dans son bras libre comme si il avait peur qu'il éclate tel un ballon a eau et disparaisse dans la pluie transformée en micro torrent au sol.

Cela ne prend pas longtemps en soit... une dizaine de minutes pas plus car Reid a peut être un peu enclenché le pas de course. Il voulait juste... il voulait juste que son ami soit à l'abri rapidement. Laissant Hope entrer un peu en avant après lui avoir ouvert, il ferme la grande porte de cet immense bâtiment, ancienne caserne de pompier qu'il a transformé avec les années en véritable appartement d'artistes, bien que de nombreux recoins soient presque encore à l'état de ruine, les rénovations étant toujours en cours mais les zones à vivre étant plus que respectables. Aucun de ses colocataires n'est présent d'ailleurs, c'est rare mais cela l'arrange bien pour le coup. « Je vais te trouver une serviette et des vêtements secs. Bon malheureusement, vu ton gabarit... cela risque d'être assez large pour toi. Mais bon, ce sera toujours mieux que rien. Je vais aussi faire en sorte de te trouver un vrai pantalon, j'imagine que tout le monde n'est pas forcément fan de kilt comme moi. » Il sourit d'un air amusé. Il tente de faire la conversation surtout car il a peur... peur de laisser le silence s'installer. « Fais comme chez toi en attendant. » et sur ce il s'éclipse, il fait vite, allant dans sa chambre afin de lui trouver quelques vêtements et faisant un détour par la salle de bain afin de lui trouver quelques serviettes car il a peur qu'une seule ne soit pas assez. Et il revient avec sa petite pile, petite pile qu'il lui tend « Tiens, je pense que ça ça devrait être mieux. Si t'as besoin de... enfin d'intimité... sait-on jamais... hésites pas. Il y a plein de pièces vides. Juste... reste pas dans ces fringues mouillées. » Il plonge alors la main dans son petit sac car il n'a pas oublié, il n'a pas oublié ce qu'il lui a promis et il ne veut pas lui donner l'impression que tout cela n'était qu'un piège. Bien qu'en soit il s'agissait bien d'un subterfuge il n'empêche qu'il compte le payer car il sait à quel point il en a besoin « J'ai... deux-cents... ça devrait suffire, non ? » il sait que Hope prend pour moins que ça normalement. Et il sait qu'il aimerait lui donner beaucoup plus. Mais en attendant c'est tout ce qu'il a sur lui dans l'immédiat et il ne compte pas lui laisser l'opportunité de refuser pour demander moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: cold rain. (ft. reid)   

Revenir en haut Aller en bas
 

cold rain. (ft. reid)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: MELTING UNDER BLUE SKIES :: version douze-


team animation

team speed-dating

team stalkage