Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 I try ▲ Nael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: I try ▲ Nael   Dim 14 Mai - 20:02

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
Bordel.
Cela faisait à présent quelques temps que certains receleurs étaient partit en direction des quartiers aisés pour subjuguer des demandes de recrutement pour leurs dernières cames, mais le voyage commence à se faire long et les gars ne pouvaient que suivre les derniers échanges qui leurs sont donnés et les ventes se faisait de plus en plus rares au fils des jours. Rien de bien problématique. Rien de bien alarmant pour le moment. Tant que tout semble fonctionner dans l'ordre.
Pour l'instant.

Mais pour cette fois, Nate se porta volontaire pour aller quémander des renseignements auprès des intermédiaires. Parce que Nate, c'était ce gamin qui s'embrouillait rarement avec le reste du monde et qu'on aimait bien la plupart du temps. C'était juste le type qui était ami avec les mauvaises personnes. Celui qu'on aimait bien menacer mais qu'on s'aventurait rarement à toucher. En général, son nom était source de curiosité. Caldwell. C'est un mot qui suscitait beaucoup de chose. Du mépris au respect, de l'indifférence à l'admiration. Mais jamais de l'indifférence. Le risque ? C'est que malheureusement, la fratrie avait des liens avec la moitié de cette foutue ville.

C'est donc en pressant le pas que Nate se rendit vers river street, mais.
Oui, y a toujours un mais.

Quelque chose attira son attention. Un truc vraiment pas commun, quelque chose qui lui semblait anormal. Pourquoi ? Parce que les beaux quartiers étaient exempt de tout détail déplaisant. Il fallait que ce soit beau lisse, une vitrine honorable pour un monde tout à fait respectable. Non, le fait que quelques mendiants trainent de ci de là n'avaient pas grand chose de choquant. Que cette silhouette lui soit aussi familière en revanche.

Car oui, pas la peine de chanter les louanges d'une jolie fille. On ne peut pas dire qu'elle était parfaite - juste attirante. Son physique tapait dans l'oeil et bien entendu ; Nate n'était pas contre le fait de revoir des nouvelles têtes féminines - mignonnes qui plus est. Masculines, il s'en fiche, mais féminines... Surtout qu'elle, au moins, elle n'était ni bridée, ni grande et n'avait pas l'air d'être constamment blasée.
Mais que cette tête là par contre se retrouve à faire la manche.

▬  Jael?

S'il s'agissait bien de leurs squatteuse régulière, alors ouais ; elle ne devait pas être ici. Les choses se font dans les règles et à force, on ne peut pas passer outre. A quel moment avait elle dérapé ? Peut-être avait elle atteint le point de non retour, peut-être même qu'elle est déjà passée par delà cette frontière, celle où on enterrait tout amour de soit pour survivre. Aussi jolie soit-elle. Aussi mignonne pouvait elle paraitre. La vie était une garce qui n'avait ni genre ni considération. Mais rien que le simple fait qu'elle soit aussi "proche" de sa cellule familiale peut être assez chiant. Surtout que les mauvaises nouvelles sont du genre à se faire monnaie courante en ce moment.
Mais il n'avait pas le coeur à faire celui qui n'avait rien vu.
Il n'avait jamais sut.

▬  Qu'est ce que tu fous là putain?

En cet instant précis, il ne le savait pas pourquoi, mais il avait la sensation d'avoir dit une énorme connerie, qui allait engendrer une énorme boulette. Le genre de réplique qui dégoupillait une grenade, renversait la boite de Pandore plutôt que de l'entrouvrir.
Oh shit.
code by bat'phanie


Dernière édition par Nate Caldwell le Lun 15 Mai - 3:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Lun 15 Mai - 0:42

Premier printemps passé les fesses vissées au sol. Premier printemps et l’hiver qui s’espace enfin comme un mauvais souvenir. Enfin. Mauvais souvenir. Tu parles. Des souvenirs mauvais y en a trop, tout le temps, et le plus récent en date colle à ma peau comme des vilaines cicatrices : le nez encore douloureux, les marques d’ongles qui refusent de s’estomper et puis ma peau marbrée qui jaunit salement. J’ai l’impression d’être ces nanas qu’on voit dans les journées, celles qui font les gros titres avec écrit agression sur leur front. Je refuse d’être un titre de journal. Pas encore.
J’ai camouflé du mieux que j’ai pu, fond de teint et poudre, parce que Peter m’a dit que ça serait mieux comme ça, que la violence ça fait peur aux gens et que je récolterais pas un dollars comme ça. Il a raison, du moins je crois. Alors oui j’ai camouflé comme j’ai pu, masque plein de faux semblants pour faire croire au monde que tout va bien, et qu’à part mon ventre qui gronde y a rien d’autre de passionnant dans ma petite vie de mendiante. La blague pas vrai ? Ah s’ils savaient, sans doute qu’ils chialeraient. Moi j’aurais chialé à leur place, des litres et des litres de larmes. Mais pas eux. Les bourgeois qui continuent leur chemin indifféremment à ma main tendue, pas une pièce depuis ce matin, pas un regard non plus. River Street, pas mon quartier, pas mes habitudes, mais je n’ai pas envie de trainer là où je risquerais de croiser ce que je fuis. Pas encore, pas maintenant, j’essaye de guérir d’abord et on verra après. Mais River Street c’est des radins, l’argent ils le gardent bien dans leurs poches pendant que moi je crève de faim. Putain ce que je donnerais pour un burger. Ou un peu de LSD. Les envies sont tenaces et le souvenir de l’hôpital s’estompe déjà. Grace ferait la gueule si elle pouvait lire mes pensées, mais l’addiction ça se carapate pas comme ça, ça s’entretient, comme un petit jardin à l’arrière de ma maison. Putain d’addiction, et les plantes dans mon esprit qui crèvent de soif.
Jael Merde. Mon cœur qui loupe un battement et mon regard qui papillonne vers la source de la voix. Qui ? J’ai fait attention pourtant. Mais c’est pas suffisant. Merde. Encore, encore, et ma respiration qui se fige quand je vois la silhouette de Nate se découper à contre-jour. Non. Nate. Pas Nate. Pourquoi Nate. Putain de blague. Et le sourire de Nora qui me revient à la gueule comme un boomerang. Foutu sourire trop rare qui me manque terriblement mais que j’évite à tout prix ces derniers temps. Puis Nash aussi, les heures volées entre minuit et deux, allongés sur le lit à fumer pour chercher la paix. Nate. Au milieu. Un des deux derniers chainons de la famille Caldwell. Nate et ses rires, et sa voix posée, les discussions banales échangées autour d’un cookie partagé. Qu'est ce que tu fous là putain? Et en un bon je suis debout, mes mains qui viennent chasser la poussière sur mon short avant de se tordre, synonyme de ma gène. Ce que je fous là ? Et toi ? Qu’est-ce que tu fous là j’ai envie de répliquer, mais ça aussi ça meurt dans ma bouche. Alors à la place je reste un peu stupide, cherchant mes mots, un truc intelligent à dire, pendant que je pousse du bout du pied ma pancarte. Comme s’il ne l’avait pas déjà remarqué. « Hey. Nate. Ca fait longtemps » ouais. Longtemps. Avant l’hôpital quoi, avant l’overdose, parce que depuis j’ai pas remis un pied chez eux.  « J’étais juste tranquille, à profiter du soleil, tu sais on prend jamais le temps de profiter du soleil quand il est là, et sans se rendre compte c’est déjà l’hiver et on le regrette ce foutu soleil » putain mais ta gueule Jael. Ta gueule. Je soupire doucement avant de baisser les yeux, incapable d’affronter son regard un peu plus longtemps « C’est pas ce que tu crois ok… » que je murmure finalement, honteuse d’avoir été prise la main dans le sac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Lun 15 Mai - 3:27

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
Mais bien sûr.
Un haussement de sourcil ne fut pas de trop face à sa réponse. Pardon ? Profiter du soleil ? De la douceur de la ville et des effluves de son air pollué peut être ? Pourquoi croirait-il ça ? Avait-il l'air si bête que ça?
Elle aurait pourtant dû l'apprendre depuis le temps Jael.

Qu'ici les loups sont rois et règnent par le vice: l'or noir, le luxe suprême, le stupre, la luxure, la terreur comme la douleur. Survivre dans leurs milieux, c'est comme grandir dans un Colisée. Il y a ceux qui survivent en trempant dans le pire, rois des enfers plutôt qu'esclaves du paradis. Ceux qui règnent en écrasant les plus faibles, qui prennent tout et ne laisse rien. Parce qu'un roi ne partage pas, parce qu'un roi exige et domine avant d'offrir. Et ces rois ci, ces rois aux rictus moqueurs et aux flingues causeurs n'avait de cléments que l'attention qu'ils portaient aux pouliches qui passaient dans leurs lits. Réveillez vous du mauvais côté de la barrière, et vous serez esclaves des rois. Soyez tendre à tout instant, et vous deviendrez esclaves d'esclaves. Apprenez à faire la distinction entre un roi et un chien, et vous éviterez de devenir la pute du premier beau parleur venu. Nate n'avait nullement la prétention de s'élever en roi.
Mais il n'était certainement pas esclave.

Mais sous les yeux du jeune homme, il y avait cette fille qui semblait s'être perdue quelque part en elle même.  Et c'était presque un murmure sous ses paupières, pourquoi t'as fais ça Jael? Etait-ce si dur de demander de l'aide? Si difficile de dire que plus rien n'allait? Il eut soudain cette pensée fugitive pour sa soeur, pour son frère, sur ce qu'elle lui demanderait certainement, sur ce qu'il devrait promettre et qu'il n'avait pas envie de promettre aussi. Regard las posé sur la brune, en un air dubitatif où les mots, ceux qui courraient sous son crâne et transpiraient très certainement de son visage, n'avaient même pas besoin d'être dit. Elle avait construit trop de mensonge et de silence de la pointe de ses lèvres pour que lui importe encore ce qui courrait sur sa langue. Alors au fond de son regard ne reste que cette étincelle de calme songeur, entre agacement et résignation, qui chuchote à son oreille le temps d'une seconde qui se suspend. On avait tous nos problèmes.  On ne les gérait simplement pas de la même manière, et jamais il ne se permettrait de juger ça. On ne blâme pas quelqu'un qui essaie de s'en tirer. Aussi désespéré sa solution peut-elle paraître.

▬  Si tu veux qu'on s'entende encore épargnes moi ce genre de mensonges ma grande. J'aime pas qu'on me prenne pour un con.

Ah, Jael.
Les cheveux blonds des poupées de porcelaines, les yeux gris digne de la grisaille parisienne, elle avait pourtant le minois des princesses des contes de fées, ce rien d'innocent qui attirait inévitablement un prince charmant. Pourtant Jael, elle avait aussi ces marques sur le corps qui ne mentent jamais, ces tâches sur la peau qu'il avait apprit à distinguer sans jamais s'y pencher. Parce qu'elle craignait les gens la môme, elle craignait le monde et ses violences, elle se protégeait derrière ces fausses bravades et ses espoirs. La fierté, c'est une des dernières choses qui lui restaient. La fierté, elle avait dû faire de son mieux pour la préserver. Alors au fond, il la comprenait. Au fond, elle lui ferait presque de la peine. Mais si Jael méritait qu'on l'aide, elle ne méritait pas qu'on la prenne en pitié. Alors il ne put que soupirer et jeter un regard à la montre accroché à son poignet. Pas moyen d'arriver au rendez vous à temps, il serait contraint de dire aux gars de se démmerder.
Et merde, fais chié.

▬  Enfin bref,  j'suis pas là pour te faire la moral ou quoi que ce soit. T'as pas faim déjà?

Tant qu'à faire, pourquoi ne pas en profiter?
Profiter du fais que ce soit lui, plutôt que n'importe quel autre, pour faire une pause. Parce que Nate, c'était  aussi ce mec qui avait toujours été là pour écouter, même s'il ne participait jamais. Nate qui en savait bien plus qu'il ne le devrait.
Nate qui aujourd'hui semblait décider à ne pas te lâcher.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Lun 15 Mai - 14:46

Il est pas dupe Nate. Je le vois dans son regard, la façon dont il plisse les yeux, imperceptiblement. Il est pas dupe du tout, l’habitude sans doute de voir la misère quand on essaye de la cacher, faut dire que les Caldwell ils en connaissent un rayon quand il s’agit de galère. Tant pis, j’aurais essayé pourtant, ramasser les derniers restes de ma dignité, continuer à m’entourer dans mon tissu de mensonge. Parce que c’est plus simple de faire semblant que tout va pour le mieux, que je suis vraiment là pour profiter de ce putain de soleil et non pour tenter de gagner de quoi ne pas me faire insulter ce soir quand je rentrerais les mains vides probablement. Si tu veux qu'on s'entende encore épargnes moi ce genre de mensonges ma grande. J'aime pas qu'on me prenne pour un con. Clairement non. Il n’est pas dupe. Et ça me fait vriller l’estomac parce que j’ai peur. J’ai peur qu’il me tourne le dos et qu’il m’abandonne. J’ai peur qu’il se casse et que ça soit terminé de nos discussions sans conséquences qui me permettent de respirer. Pars pas. Je retiens ma main, me faisant violence de ne pas attraper sa manche. Non. Je ne supplierais pas. J’en ai assez je crois. « Pardon… » Que je murmure quand même, parce que je veux qu’il sache que c’est tout le contraire. « Jamais j’te prendrais pour un con Nate » et finalement j’ose le dévisager. Il est différent en plein jour, hors de la bulle de leur appartement à Historic District. Plus âgé, plus vrai aussi. Une chose que je n’avais jamais vraiment remarqué avant. Je crois que c’est la première fois qu’on se croise tête à tête, sans Nora ou Nash dans les parages. Et c’est différent. Il est beau Nate. Trait commun aux Caldwell, maudit soit cette famille. Il est beau Nate et jme sens soudain gamine face à lui, trop petite, souris face à un géant.
Enfin bref, j'suis pas là pour te faire la moral ou quoi que ce soit. T'as pas faim déjà? Oh. Non ? Pas de morale ? Je le regarde un instant, songeuse, cherchant où se cache le piège. Ils sont trop nombreux à essayer de me faire la morale en ce moment, Grace la première. Parait qu’elle s’inquiète pour ma santé. Puis y a Peter. Putain. Alors au fond je suis soulagée qu’il ne soit pas là pour me dire pour la énième fois combien je suis en train de gâcher ma vie à faire la manche sur le pavé, que je serais mieux sur les bancs de l’école à étudier. J’ai pas besoin de ça. J’ai plus besoin de ça. Puis y a la deuxième partie de sa phrase, mon ventre qui gronde en écho à sa question. Je sens le rouge me monter aux joues, parce que j’ai honte que Nate me voit dans cet état là, c’est de pire en pire. Manquerait plus que je me mette à faire une crise de panique devant lui et on atteindrait les sommets. « Plus de mensonges t’as dit… » J’hésite, tangue sur un pied puis sur l’autre. « J’ai tout le temps faim Nate. Mais bon ça c’est pas nouveau pour nous » toi, moi, la misère au bout des doigts. Je sais qu’il doit déjà manger plus que moi, mais je sais aussi que ma phrase doit faire écho à des souvenirs. Nora m’a un peu raconté, parfois. « S’il te plait, Nora et Nash sont pas au courant et j’aimerais que ça le reste comme ça. » que je finis par murmurer doucement, cédant au besoin de tirer sur sa manche, comme pour me prouver qu’il est bien là. Je sais plus ces derniers temps. [color=cornflowerblue] « Je veux pas qu’ils s’inquiètent pour moi. » les yeux dans les yeux, j’essaye de chasser la boule qui se forme dans ma gorge, parce qu’il n’y a rien de pire que l’inquiétude des gens que j’aime le plus au monde. C’est trop douloureux. « Toi aussi, faut pas que tu t’inquiète ok ? » même si c’est un peu présomptueux d’imaginer qu’il puisse s’inquiéter pour moi, alors qu’au fond on ne se connait pas tant que ça. Mais je préfère. Je sais que moi je m’inquièterais, si j’étais à sa place. Et mes doigts collés au tissus de sa manche, le sourire triste qui oscille sur mes lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Lun 15 Mai - 16:43

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
Mal tombé.
Depuis peu, cette sensation même d'avoir affaire à  des  situations un peu plus loufoques les unes que les autres ne faisait que prendre de l'ampleur et au final ; il allait finir par se croire dans un asile de fous. Pourtant, des millions de scénarios se présentent dès qu’il y pense, parce qu’on peut toujours recommencer, on peut sauver les meubles même si la maison brûle, donc, l'opinion populaire voudrait qu'on ait toujours le choix... Qu'elle belle connerie ça aussi. Qui était-on pour dire à l'autre comment il devait agir? Nate. Il se passe une main dans les cheveux. Parfois il lui semblerait qu’il n’ait fait que cela, que se passer une main dans les cheveux, sourire tout au plus, et qu’en rouvrant les yeux le monde avait changé d'axe, avec de nouvelles règles, de nouvelles lois, entre le moment et l’éternel, et il ne sait même pas comment. Comment on en est arrivé là. Comment l'humanité elle même pouvait se réduire à ça. Il faut que le liquide passe entre ses neurones. Comment en est-on arrivé là ? A-t-on lentement cessé de faire l’amour pour commencer à se faire la guerre ? Nate qui ne savait même plus s'il voyait clair ou simplement de travers. Tout s’est-il passé de façon liée, mêlée, n’y a-t-il entre eux que le monde ou ses absences ? Comment en est-on arrivé là.
Il ne peut pas même inventer les réponses.

Jael.
Ce n'est pas vraiment une supplique pour acheter  sa compassion. Plutôt une concession. Il détourne le regard, un instant, et il se pince l'arrête du nez, passe ses doigts sur son arcade sourcilière, s'allume une cigarette qu'il se coince entre les lèvres. Ses phalanges glissent un instant puis se suspendent, à quelques centimètres des mèches blondes, blonds d'été ou blond printanier, il ne s'y était jamais réellement attarder. Et jamais il ne se serait aventuré à les toucher. Elle avait peur des hommes Jael et il n'était pas assez salaud pour faire le mec qui ne comprenait rien.

▬  C'est tes histoires Jael, si tu ne leurs en parle pas je ne dirai rien.

C'est soupiré, presque arraché, cette promesse offerte dans un nuage de fumé. J’ai tout le temps faim Nate. Mais bon ça c’est pas nouveau pour nous. Et ça résonnait dans son esprit. Ca cognait, ça dansait dans la grisaille des pupilles aux allures chagrines. Ca brillait fort, se poussait presque. Parce que ce nous, c'était les gens comme eux. Ceux qui n'étaient personne pour le reste du monde, ceux qu'on oubliait la plupart du temps et ne sollicitait que pour les documentaires à la con. Des statistiques perdus dans un océan de chiffre. Un foutu nombre, un simple numéro. Un monde où Jael n'était qu'un chiffre. Une pauvre de plus, une malchanceuse de plus, une défavorisé de plus. A quoi bon s'en soucier franchement? On en crèverait pas, d'une énième gamine qui se pique au coin d'une ruelle.

▬ T'es grande Jael, au fond d'toi tu sais ce qui est une solution et ce qui ne l'est pas. Si tu fais ça c'est que ça te semble acceptable ou favorable, quelque chose dans ce genre là. Alors pourquoi moi je m'inquiéterai pour toi si toi même tu ne le fais pas?

Il avait peut être le ton trop dur. Il avait peut être pas les bons mots pour ces choses là. Nate, peut être bien qu'il avait perdu son habilité avec la langue de l'oncle Sam, peut être aussi qu'il avait pas envie de faire d'effort ce jour là. Nate, peut être bien que la savoir là l'emmerderait plus qu'il ne se l'avouait. Elle méritait pas ça la naine. Elle méritait pas de rester là à quémander quelques pièces pendant que le trois quart de ces connards l'ignoraient. Elle méritait pas de se sentir honteuse parce qu'une connaissance la croisait alors qu'elle tentait de se payer de quoi manger demain. Jael, elle avait ce visage poupin qu'on collait sur les couvertures de magazines, sur les pages instagrams... et puis merde qu'en savait-il?

▬ Enfin bref, je dois avoir de quoi nous payer une pizza. Et au cas où tu te poserais la question, non, t'as pas le choix.

Un haussement de sourcil caractéristique.
Au fond, Nate il l'aidait à sa façon, comme d'ordinaire et l'air de rien. Avec un soupçon de franchise. Alors qu'il se tenait là sa cigarette entre les lèvres, à attendre qu'elle se décide à lui dire de se mêler de ses affaires ou qu'elle le suive.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Jeu 18 Mai - 23:06

C'est tes histoires Jael, si tu ne leurs en parle pas je ne dirai rien. Et la cigarette qu’il allume comme si de rien était. Il est comme ça Nate, toujours en surface, ce demi sourire sur le visage et la présence rassurante. C’est pas comme Nash. Pas comme Nora. Entre les deux, un équilibre. Je frissonne légèrement quand je le vois lever la main vers moi, hésitant un instant sans me toucher finalement. Merci. Je cherche un instant le courage de le dire à voix haute, le souffle assez fort pour pouvoir formuler le mot. « Merci » Merci de ne pas me brusquer, merci de me laisser me démerder avec mes histoires. Beaucoup trop auraient foncé sans me demander mon avis. Mais pas Nate. Et ça me touche plus que je ne le pensais. « Merci Nate » que je reprends un peu plus fort, un peu plus vif.
Je regarde sa cigarette avec envie, fouillant dans mes poches pour ne trouver qu’un reste de joint entamé qui retourne à sa position. Tant pis, de toute façon vaut mieux que j’arrête, paraitrait que c’est mauvais pour la santé. A la place j’essaye de me concentrer sur autre chose que cette foutue cigarette, les yeux rivés sur ses baskets pendant qu’il me demande si j’ai faim. Bien sur que j’ai faim. Et je répond sans vraiment de mensonge cette fois ci, parce que je sais que lui comme moi on comprend ce que c’est de sauter un voir deux repas, ce que c’est aussi de fouiller les poches pour ramasser les moindres centimes, même ceux qui ont glissés dans la doublure. Pour ça peut être que j’aime autant les Caldwell, c’est qu’au final je me sens proche d’eux, une famille cassée par la vie mais qui reste plus ou moins unie dans l’adversité. Et c’est ça que j’ai retrouvé chez les Lost Boys. Une famille. Avec Ariel, avec River, avec Brennyn ou encore Merle. Surtout avec Merle. Et puis Peter un peu. Père-frère, il oscille, la limite est fine. Bref. J’oublis un instant Nate et me perd dans mes pensées, le regard qui bloque et la respiration aussi. C’est de pire en pire ces derniers temps, depuis Seven, et peut être même avant.
T'es grande Jael, au fond d'toi tu sais ce qui est une solution et ce qui ne l'est pas. Si tu fais ça c'est que ça te semble acceptable ou favorable, quelque chose dans ce genre là. Alors pourquoi moi je m'inquiéterai pour toi si toi même tu ne le fais pas? C’est les mots de Nate encore une fois qui me ramènent sur terre et mon regard qui se focalise sur le visage du jeune homme. Est-ce que je m’inquiète pour moi ? Je ne sais pas. J’ai du mal à évaluer le danger dernièrement. Des situations anodines se transforment en enfer tandis que d’autres deviennent des histoires à garder au fond de son cœur. J’hoche doucement la tête avant de soupirer : « Tu parles vraiment plus que Nora tu sais » c’est vrai. « Et que Nash aussi » et le sourire qui s’étale doucement sur mes lèvres, montrant que malgré son ton dur je ne prends pas à cœur ses mots. «Et t’es bien un des rare à me dire ça, à pas me faire la morale sur le bien et le mal. » J’aime ça, le fait qu’il me parle de cette façon. Je me sens grande, presque adulte quand il pose son regard sur moi. Ça me fait plaisir aussi de savoir qu’il ne s’inquiète pas pour moi, qu’au moins avec lui je peux avoir l’esprit tranquille et ne pas être bouffée par les remord quand je m’observe dans la glace le matin, pour essayer de camoufler les bleus qui peines à s’effacer sur ma peau. Je ne lâche pas sa manche. Je serre même un peu plus, comme pour me rattraper à lui. Si on m’avait dit qu’après ces derniers jours j’accepterais encore d’être aussi proche d’un homme, j’aurais rigolé. Mais Nate c’est différent, y a pas cette sensation de malaise quand il me regard, y a pas ce tiraillement dans mon ventre quand il s’approche. Y a juste mon cœur qui bat un peu plus vite parce qu’il apprend à l’aimer en dehors des moments volés chez lui à discuter.
Enfin bref, je dois avoir de quoi nous payer une pizza. Et au cas où tu te poserais la question, non, t'as pas le choix. Oh. Rien qu’au mot pizza, mon ventre se remet à gargouiller et je sens le rouge revenir. Pathétique vraiment. Tant pis. Il ne me jugera pas je pense. J’espère. A mon tour de fouiller dans mes poches et de lui tendre quelques pièces, trois dollars et des centimes grapillés dans le porte monnaire de Tinks quand il avait le dos tourné. «Et moi je peux nous offrir un bouteille de soda. Ou d’eau. Ou de ce que tu veux. » Je m’arrête un instant pensive avant de reprendre, un petit sourire moqueur sur les lèvres « et au cas où tu te poserais la question, non, t’as pas le choix » que je l’imite avant de rigoler. Et déjà dans ma tête y a les impératifs qui se bouscule, et timidement je viens passer mon bras sous le sien, me rapprochant de lui pour montrer à Nate que je n’ai pas envie de le lacher.
« Au fait tu fais quoi dans ce quartier ? » la question me vient d’un coup, quand je réalise que j’avais choisit River Street exprès pour ne pas croiser les personnes comme lui, et pourtant le voilà à côté de moi. Je suis intriguée, foutue curiosité, parce que c’est pas vraiment notre milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Ven 19 Mai - 16:14

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
Il avait parfois l'impression d'enfiler un costume qui ne lui allait pas.
Il y avait ce regard qu'elle posait sur lui et plus encore, il y avait cette lumière résiduelle qui envahissait peu à peu ses traits, une joie encore timide, un soulagement blottit au creux des pupilles, une aspiration entre les lèvres au plus simple des plaisirs - il n'aurait pas dû pouvoir faire naitre cette expression sur ce visage là Nate. Il n'avait pourtant pas été bien loin, avec son flegme inébranlable, avec ce sourire qu'il baladait toujours au coin des lèvres - réfléchissait-il encore ce qui sommeillait en lui, ce sourire? Alors les doigts timides vinrent agripper sa manche et si le geste le surprit, il n'en fit rien - c'était une marque de confiance, une marque d'une proximité qui sans doute n'avait pas lieu d'être. Nate, il n'était que ce type qui passait dans sa vie sans jamais laisser de marque. Ce grand brun au cookie qui lui souriait comme il le faisait pour la voisine d'en face, comme il le faisait pour le sans-abris au bas de l'immeuble et qui le ferait sans doute à chaque personne qui aurait un mot pour lui. Nate, il était cette comète qui traversait son hémisphère pour une heure, une minute, ou tout un après midi peut être. Un môme qui attendait simplement la vague, celle qui viendrait chatouiller ses mollets, qui lui tirerait le rictus de joie ou de peine, il ne savait pas. Une vague de son âme qui remplirait les creux à l'intérieur de lui, qui le ferait se sentir plus solide, plus stable. Celle qui donnerait un sens aux injonctions qu'il avait entendu toute sa vie. Celle qui pourrait lui indiquer ce qu'était un homme, ce qu'était un adulte. Celle qui lui murmurait au creux de l'oreille "t'es un mec bien Nate, alors laisses couler, laisse toi emporter. Par la vague".  Est ce qu'elle faisait seulement bien Jael? De se retenir à un type qui ne régnait sur rien si ce n'est un château de sable.

▬ Je ne vois pas pourquoi je te ferai la morale sur le bien ou le mal, j'serai bien incapable de te dire ce qui l'est et ce qui ne l'est pas.

Et puis avances garçon.
Perds ton regard dans le labyrinthe des ruelles, laisses la glisser son bras contre le tiens, ralentis le pas pour l'empêcher de trébucher, et ne cherche pas le pourquoi du comment, à savoir pourquoi t'es là soudainement, ce que tu fais, ce que tu ne fais pas; avances simplement, après tout c'est trop tard maintenant. T'es pas quelqu'un de bien Nate mais t'es pas mauvais non plus. Effaces de ta mémoire ce que tu sais mais qui ne te regardes pas, son regard sur ta cigarette, ces bleus sur sa peau, ce qu'elle a et ce qu'elle n'a pas. Qu'elle n'aura peut être jamais. Parce que hey Nate, tu ne la connais pas cette douleur là, hein? Perdus dans tes attentions égoïstes, dans tes incohérences qui te bouffent l'esprit,  hein Nate, tu ne la connais pas cette angoisse là, cette envie d'hurler, sans que personne ne l'entende, la bulle de solitude opacifié qui enfle à l'intérieur jusqu'à prendre toute la place, jusqu'à sembler présente même lorsque l'on ne l'est pas. Toi t'es pas seul, t'as ta famille, des frangins et une frangine, t'es gonflé Nate, tu t'en fous bien que le monde crame autour de toi, qu'il implose, qu'il s'étiole, tu t'en moques, tu le verrais même pas, tu aimes quelque chose qu'eux ne verront et n'atteindront jamais, tu protèges tout ce que la vie t'a donné et qui compte réellement, mais au final t'y arrives même pas, tout se brise autour de toi, tu souris face au restant, face aux cendres, t'es qu'un gamin, un Cain qui aurait voulut être un Abel, un frère qui tient la faucille qui crève la chaire, péché par omission, péché de l'inaction. T'es qu'un géant aux genoux d'argile, une statut de sel, qui fond, qui s'éboule, écrasant tout sur son passage. Au final tu ne peux sans doute pas aider grand monde. Il n'est qu'un pilier en carton quand il soutient Jael, quand il lui apporte ce simulacre de réconfort.  Il n'y avait peut être que ça de vrai dans ce bras passé autour du sien, la certitude que c'était éphémères. Un instant suspendu dans la sphère dans leur existence.

▬ C'est qu'elle prend la confiance la naine.

Oui Jael, elle ne manquait soudainement pas de culot mais ça le faisait rire bien plus que ça ne l'ennuyait. Nate était si habitué à une Jael sur la défensive. Elle avait prononcé ces mots sans même craindre sa réaction, il sourit en coin en levant les yeux au ciel. Manquerait plus qu'elle devienne sarcastique et il aurait tout gagné.

▬ Et à trois dollars on va bien trouver un menu avec une grande pizza et une bouteille de soda.

Nate, il poussa la porte de la première pizzeria venue avant de tourner son visage vers elle, haussant un sourcil surprit face à sa question. Et bah tient. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle relève ce genre de détail, ni même qu'elle ait l'audace de lui poser directement la question.

▬ Je venais voir un gars pour dépanner un pote. Apparemment il habite dans le coin.

D'un geste, il vint écraser sa cigarette sous sa semelle et la balança à la poubelle sans plus s'y attarder, désignant le menu du menton sans grande attention. Une manière comme une autre de signifier que la discussion était close et qu'il préférait parler d'autre chose. Toute vérité n'était pas bonne à entendre, et moins la jeune fille trempait dans ce genre de magouille, mieux elle se portait. Jael avait bien assez de galère avant de s'enfoncer dans celles qui n'étaient pas les siennes.

▬ Y'en a une qui te tente?

Et puis, s'intéresser à son estomac devenait bien vite beaucoup plus intéressant. Y avait-il plus appréciable que le goût si caractéristique du fromage fondu se mêlant à la sauce tomate sur une fine couche de patte? Sans doute que oui, et très certainement qu'il s'en foutait. La bouffe chez Nate était quelque chose de sacré, à force on finissait par s'y habituer.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Ven 26 Mai - 0:53

C’est différent aujourd’hui. Ouais. C’est différent Nate et moi. Peut-être parce que je commence à comprendre la vraie valeur des choses, peut-être aussi parce que j’ai envie de ça, d’arrêter de courir, de me cacher face à la proximité. Je commence à comprendre ce que sont les relations et que Nate n’est sans doute pas un danger pour moi. Sans doute. Je me dis que Nate ne me plaquera pas contre le sol, ne posera pas ses doigts partout sur moi et qu’il ne finira pas par me fracasser les os avec ses poings. Je me dis que Nate ne peut pas, qu’il a cette aura terriblement rassurante qui me donne envie de m’approcher de lui, timidement. Parce que Nate me fait penser à Nora et que Nora c’est cette boule de chaleur au fond de moi. Je ne vois pas pourquoi je te ferai la morale sur le bien ou le mal, j'serai bien incapable de te dire ce qui l'est et ce qui ne l'est pas. Je le dévisage un instant parce que ses paroles me parlent, parce que c’est pareil pour moi et qu’il y a trop de fois ou je ne saurais dire ce qui est bien ou ce qui est mal dans nos actions, et c’est pourquoi j’évite de trop juger. « Et t’as bien raison. Enfin je veux dire je fais pareil, y a toujours ce flou dans lequel je suis qui fais que j’ai du mal à décider si c’est bien ou mal. Je pense que tant qu’on a des raisons valables… » Comme par exemple ramener de l’argent pour manger, pour que Peter arrête de râler, pour pas crever de faim, pour avoir la putain de dose pour le lendemain. Je sais pas. Je sais plus. J’ai plus envie en ce moment de faire ma part. Peut-être même que j’en aurais bientôt plus besoin. Parce que j’ai vu son appart à Alijah, immense, tout en haut d’une tour et on voit la ville. Jm’y suis sentie reine l’espace d’un instant, avant de me rappeler que ce serait vivre avec lui, le père qui m’avait abandonné dix ans plus tôt.
Alors je panique un peu, ptêtre que je me rattrape à Nate pour plus y penser, à ses phrases, à oser lui répondre en rigolant sous cape parce que pour une fois j’ai pas envie de me cacher sous la table quand il vient me parler. C'est qu'elle prend la confiance la naine. « Hey ! je suis grande ok ? » Non. Mens pas Jael, t’es minuscule. Mais c’est pas grave, aujourd’hui j’ai envie de rigoler, j’ai envie de répondre, j’ai envie de voir ce que ça ferait si pour une fois j’agissais normalement. « C’est pas ma faute si j’ai des mauvais gênes, toi t’as vu avec tes frères et Nora…. Vous êtes tous immenses » que je reprends en marmonnant. Pourtant je sais pas vraiment parce que dans mes souvenirs ma mère était géante et mon père trop absent.
Et à trois dollars on va bien trouver un menu avec une grande pizza et une bouteille de soda. A l’évocation de la nourriture je commence déjà à saliver. « On est les rois du monde avec ça dis moi » et je le pense vraiment, parce que depuis que j’habite avec les Lost Boys j’ai pris l’habitude de savourer les vrais repas comme ça. Une pizza à deux ? D’habitude c’est une pizza à six et on est déjà contents. Je regarde Nate et le suit quand il choisit une pizzeria dans la rue. Pendant ce temps je lui pose enfin la question qui me traine dans la tête depuis un petit moment. Que fait-il là exactement hein ? Je venais voir un gars pour dépanner un pote. Apparemment il habite dans le coin. Le sujet est clos apparemment et je le regarde un instant, dubitative. Je sais qu’il ne me dit pas tout, j’ai appris à voir quand on élude une grande partie pour dire la vérité sans mentir réellement. Je m’apprête à répondre quand il me devance et me demande de choisir dans le menue. La concentration volatile, je perds mes mots et me concentre sur les choix proposés, le ventre grondant en imaginant la pâte croustillante entre mes dents.
« Une Regina ? Jambon, olives, tomates et fromages ? tout ce qu’il faut non ? » et puis surtout faut que ça reste dans nos moyens. Mais à ce stade là même la moins chère m’irait tout à fait, histoire de me remplir l’estomac. « Je te laisse le choix de la boisson, comme ça c’est équitable » que je lui propose en lui faisant un petit clin d’œil. « Merci Nate. Tu sais. Pour la pizza, pour la discussion, pour être là. » je ferme les yeux, m’adossant au mur du restaurant comme pour me retenir de chuter. « C’est difficile en ce moment, et je crois que j’avais besoin de quelque chose comme ça » Je me sens drôlement honnête aujourd’hui, ça change de tous les jours, de mes mensonges en chaine. Je crois que depuis que j’ai parlé avec Merle j’ai moins envie de faire semblant et plus envie de profiter des choses vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Mar 30 Mai - 14:58

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
La gamine avait sourit. Parce que cette fois ci, c'était différent. C'était ses bras enroulés autour du sien, par une confiance insolente à laquelle il ne captait rien. Pourquoi Jael. Pourquoi maintenant? Pourquoi pas jamais? Est ce vraiment à ce type là que tu veux faire confiance? Celui qui ne t'as jamais rien ouvert, enfant secret, enfant mystère. Pourquoi Jael, est ce vraiment ce bout de gamin rouillé par la vie que t'as envie de croire? Cet homme méli-mélo, sans pile ni face, trop lisse, trop comme ça? Nate. Il avait choisit ses errances, les matins qui se ressemblaient, les vies qui se déliaient, les corps qui s'entrechoquaient. Il avait choisit son chemin à travers la vie. Il avait choisit l'incertitude et les roulettes russes, ces je t'aime glissés à l'arrière des fenêtres embués, ces j'te déteste sur le brûlant de leur peau écorché. Il avait choisit l'espoir insufflé à même les poumons, Nate, l'espoir des "je t'aime" qui apaise les "j'te hais". Colosse au pied d'argile, mirage chatoyant jeté au bord du Nil. Nate, il n'était pas aussi solide qu'on pouvait le décrire. Mais ça, il ne fallait pas le dire. Ces pensées là, il les gardait pour lui. La vie, elle devait être belle entre ses lèvres. La vie elle devait être douce. Elle devait se muer en nuance contre le tendre de ses mots, s'arrondir sous la pointe de ses verbes jusqu'à fondre sous le roulis de sa syntaxe. Nate avait toujours été d'un naturel optimiste, c'était un fait encré à même ses rétines, la lumière finissait toujours pas reluire, peu importe l'endroit, peu importe avec qui, simple fatalité, quoi qu'il arrive. Alors en cet instant, il se contentait d'un simple sourire, sourire en coin, sourire malin. Il regardait la demoiselle, debout tout contre lui, qui l'avait vu renaitre au fond de ses pupilles elle aussi, la lumière. Cette situation était pourtant anodine,  juste un grand con et une chouette nana fourré ensemble à ne pas savoir qui prenait quoi. Ce cadre là, si calme et si tranquille, auraient put laisser croire que le grand con connaissait la nana depuis longtemps... Pourtant Jael, il ne la connaissait pas, pas vraiment. Jael, c'était cette silhouette qui tournait autour de Nora ou de Nash. A chaque rencontre, il n'avait jamais prit la peine d'essayer de la cerner et c'était toute cette part de mystère qui venait lui sauter au visage. Jael, elle n'était pas aussi simple que d'autres auraient put le supposer. Jael, sans doute avait elle encore beaucoup à offrir.

▬ C'est ça, mets ta taille sur le dos de tes gênes la naine.

Enfoiré.
Un sourire canaille fleurit sur la courbe de ses lèvres, foutu grand con.
Puis il vint perdre son regard sur la carte des pizzas. Sujet neutre. Sujet sans risque, sujet qui ne fâche pas et qui n'implique rien qu'il pourrait regretter plus tard. Allez Jael, contentes toi de ça, après tout on est les rois du monde avec une pizza. Si le ton de la demoiselle était teinté de ce rien de curieux qui l'aurait sans doute fait rire en de toute autre circonstance, il préférait éviter ce sujet ci et couper court  à toute tentative d'en apprendre d'avantage sur sa présence ici. Y'avait bien plus important que sa bande et leur magouille, y'avait plus important que les aspects les moins reluisant de son existence.  Après tout, il ne se l'était jamais caché Nate, qu'il n'était pas quelqu'un de bien. Et c'était peut être même pire que ça. Parce qu'il donnait l'illusion de l'être, il peignait le tableau du gendre parfait. Nate, on pouvait le supposer bon chrétien, bon samaritain, ami serviable, pote acceptable. Et qu'importe qu'il n'aille jamais s'user le cul sur les bancs d'une église, qu'importe qu'il ait arrêté l'école dès qu'il en avait entr'aperçut la possibilité. Il était facile de s'en laisser convaincre, ce type là, encore pétrit de ce vain enthousiasme, encore soucieux  des chiots qu'on abandonnait de ci de là aux quatre coin de la ville, était forcément bon, là, tout au fond. Alors peut être aussi qu'il l'était, quelqu'un de bien. Peut être qu'il avait simplement oublié de le voir lui. Peut être qu'il avait simplement fait certains mauvais choix à certains moments de sa vie.

▬ Va pour une Régina dans c'cas.

Et peut-être, peut-être que ce visage tourner vers celui de Jael était le visage de celui qui ne vous abandonnerait jamais. Alors peut être - peut être que c'est elle qui avait raison Jael. Que le monde semblerait moins grand s'ils s'accrochaient l'un à l'autre. Que cette main qui glissaient sur ses mèches blondes ne la blesserait jamais. Parce qu'il souriait en l'observant Nate, il souriait en la regardant comme si pour la première fois il la voyait vraiment. Elle, Jael. Pas la pote de Nora, pas la pote de Nash, juste Jael. Jael et sa vie qui parfois part de travers, Jael et ses solutions qui certains jours ne valent rien. Jael jolie qui a le droit de faire des erreurs et d'avoir peur. Parce que toutes ces petites choses, c'était humain. Parce que ces moindres bourdes du quotidien, il en faisait aujourd'hui et en ferait demain.

▬ De rien Jael.

Il était si facile après tout, de juste être là, entre une bouteille de soda et une part de pizza. Si facile de se tourner vers ce type derrière son comptoir pour commander un grand coca et leur Régina. Parce que ça, c'était normal. Parce que ça, c'était ce que devrait faire tous les jeunes de leur âge. Manger pour le plaisir, boire pour le plaisir, rire par envie, sourire par désir. A quel moment avait-il cessé d'être des gosses encore heureux? Quand chaque geste, chaque action de leur quotidien s'était mué vers une recherche de la satisfaction d'un besoin? A boire pour oublier, fumer pour avoir l'illusion planer, baiser pour sentir le coeur battre plus fort, les entrailles se tordre, à se prouver que putain ouais, on est encore vivant? A quel moment. A quel moment avait on cessé de s'émouvoir d'une main passé dans une chevelure brune avec la grâce des gestes inconscient? A quel moment. A quel moment toutes ces petites choses avaient commencés à devenir insignifiante.

▬ Tu sais, tu pourrais peut être un jour dépassé le mètre soixante si tu faisais du basket.

Il sourit à nouveau en se posant à une table près de la grande baie vitrée. Vitrine entre eux et le monde, entre l'éternel et l'instant. Nate, il lui accordait ça, l'éternité d'un instant. Ca semblait plutôt honnête.

▬ Un jour peut être, on pourra voir ce que tu vaux avec un ballon entre les mains.

Ses mots un rien provoquant, cet orgueil naïf et vain, qui glisse contre les peaux, ricoche contre les chairs. Parce que tu vas pas chuter Jael, t'ira pas t'éclater contre les dalles de pierre, ton sourire éclaté juste à ses pieds. Pour l'instant, tout du moins.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Sam 10 Juin - 18:03

C'est ça, mets ta taille sur le dos de tes gênes la naine. Pourtant si. C’est de leur faute. A eux deux. A cette mauvaise combinaison, à ces mauvais parents qui font que je suis là aujourd’hui, à marcher sans aucun doute sur les traces de ma mère. Jamais jamais jm’étais promis pourtant. Mais me voilà, à penser le plus souvent à la prochaine dose plutôt qu’à la part de pizza que j’aimerais manger. Sauf aujourd’hui. Rien qu’aujourd’hui. Parce qu’aujourd’hui y a Nate et ses blagues, Nate et sa chaleur qui me donne un peu l’impression d’être à la maison. J’aime quand il sourit comme ça, ça me donne envie de sourire en retour, de sourire jusqu’à en avoir des crampes. Sourire, juste sourire, plutôt que de chialer les fesses gelées sur le pavé. « remarque j’ai pas finis ma croissance. Moi. Si ça se trouve je te dépasse dans quelques jours » je fais pas gaffe à ce que je dis, je fais pas gaffe parce que j’en ai pas envie, de me cacher derrière cette pseudo identité que Peter a créé pour moi. Aujourd’hui je suis juste Jael, dix-sept ans, gamine qui s’amuse avec les plus grands pour passer le temps.
On finit par choisir notre pizza. Du moins je choisis et Nate me donne son accord. Va pour une Régina dans c'cas. C’est tellement simple. Terriblement même. Et je voudrais que tout soit comme ça, comme choisir une pizza quand on a quelques dollars en poche. Pas beaucoup de choix, mais au final on finit heureux et le ventre remplis. Je m’adosse au mur, le cœur soudain lourd, histoire de pas chuter et je remercie Nate. Vraiment. De rien Jael. Et je sais que c’est sincère. Il a cette aura Nate, quelque chose de latent caché sous des masses de sourires et de douceur, de je m’en-foutisme permanent. Je suis pas stupide. Beaucoup trop de gens le pensent. Mais je ne suis pas stupide. Juste différente. Mais je vois les choses, ptêtre parce que j’ai appris à observer les autres. Et Nate je peux deviner les contours mais pas l’intérieur. C’est flou, terriblement flou.
Je le regarde commander notre pizza, alignant les quelques dollars de participation pêchés dans le fond de mes poches pour nos offrir la boisson. Je me sens grande tout d’un coup, je participe. Et même si c’est que quelques pièces c’est déjà un énorme trésor pour moi. Et je sais que Nate comprend. Tu sais, tu pourrais peut être un jour dépasser le mètre soixante si tu faisais du basket.
Je le regarde un instant, lui et sa tronche de sale gosse, de mauvais garçon. Il a ce sourire qui doit faire tomber les filles, ce sourire qu’on voudrait garder pour l’éternité. Je le suis vers la table qu’il choisit, m’installe en face de lui. Un jour peut être, on pourra voir ce que tu vaux avec un ballon entre les mains. A mon tour de sourire, moqueuse, narquoise. Il ne me connait pas. Je ne le connais pas non plus d’ailleurs, que les bribes qu’on a bien voulu s’échanger ou que j’ai écouté en étant chez lui. « Fais gaffe Nate. Tu pourrais être surpris. » j’attrape la bouteille et nous sert la boisson dans nos verres avant de reprendre. « Je pourrais être la championne de mon école au basket tu sais ? Tu y a pensé ça ? » Léger clin d’œil je fais tourner la bouteille entre mes mains avant de la reposer sur la table. Je bluff. Totalement. Le basket j’en ai jamais fait. Trop petite, trop maladroite. Moi c’était plutôt équitation, et ça me fait penser à ma jument, à quel point elle me manque. Mais les temps changent. Et de maladroite je suis devenue potable ; Presque discrète. Agile. A force de courir partout, de me faufiler entre les doigts, entre les bras de ceux qui veulent me retenir. Je suis devenue comme mon rat. Minuscule, discrète, insaisissable. Alors peut être qu’aujourd’hui le basket serait un sport pour moi. « Tu sais t’as pas besoin de me tenir à l’écart Nate. Je sais pour votre bar. T’étais là pour le travail pas vrai ? » que je reprend finalement. Pour lui montrer qu’il a pas à me traiter comme une gosse. Je suis grande maintenant. J’ai pas eu/blockquote> le choix que de grandir d’un coup. « J’habite avec Sil, enfin. Habitais. Il est parti maintenant. Mais je connais votre truc. » je prend une gorgée du soda, les yeux rivés sur la vitre, sur la vie qui se déroule en face de nous, dehors, sans même se soucier de Nate ou de moi. Egoïste vie, qui ne s’arrête pas pour nous attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 98
ϟ POINTS : 6
ϟ PSEUDO : meteorites.
ϟ CREDITS : Unknow (a) Bat'phanie (sign)
ϟ AVATAR : Joe collier
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: Disponible.
+ contacts:

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Mar 20 Juin - 22:21

Ensuite, elle m'expliqua pourquoi un tigre est doré et noir. Il a deux faces. La face dorée bondit avec son cœur féroce. Par ruse, la face noire se tient immobile, dissimulant son or entre les arbres, voyant sans être vue, attendant patiemment qu'il se passe quelque chose.

We bare our souls and tell our most appalling secrets.
Nate, il lève un regard pensif sur le visage de la gamine. Gamine pas si petite, pas si fine, pas si naïve qu'il l'aurait crut en d'autre lieu et en de tout autre circonstance. Il soupire, et incline son menton lorsque le serveur vient leur apporter deux verres pleins de glaçons et en saisit directement un pour le poser sur le plat de sa langue.  L'iceberg heurte ses dents blanches, tintinnabules, alors qu'il le fait rouler dans sa bouche. Qu'importe la brise et autres rafraîchissements saisonniers, Nate fait craquer la glace sous ses dents, songeur, avec l'idée que piquer une tête sur le retour serait une pulsion toute aussi riche, laisse l'eau gelée glissée le long de son œsophage.

La tête incliné, il souriait, comme d'ordinaire, observant la débâcle d'argumentaire qui jaillissait des lèvres de Jael tel un millions de promesse que oui, quoi qu'il lui dise, quoi qu'il avoue, tout irait bien. Qu'elle n'était pas si frêle la Jael. Qu'elle avait les épaules solides sous sa peau de lait. Il aurait fallut que la jeune femme embrasse une carrière de journaliste, de telles exaltations passionnées trouveraient certainement écho quelque part à l'abri derrière un poste de télé, barrière silencieuse entre elle et le monde  - un écran de fumé derrière lequel elle pourrait librement plaider en restant protéger. La rue, il ne pensait pas qu'elle était faite pour ça. La rue, il craignait qu'elle dévore son âme, qu'elle la prenne toute entière et la fasse disparaitre Jael. La rue pouvait être une amie fidèle, une de celle qui anesthésiait votre confiance à coup de bonheur et d'échappatoires, à coup d'errance providentiel. La rue après tout, avait engendré la plupart d'entre vous.
Le troisième des Caldwell devait bien lui reconnaitre ça, Jael était forte sous ce joli minois.

▬ Tu pourrais ouais. Mais j'aime pas les "il s'pourrait bien que". Si t'es championne de basket tu te contentera de me mettre minable sur un terrain.

Il sourit en coin en ébouriffant d'une main ses boucle brunes, croquant dans son glaçon sans trop y penser, tapotant la table du bout des doigts. Il régnait une moiteur estivale, un de ces caprices d'étés qui sans être étouffant, faisait doucement naître des perles salés sur sa nuque et le dessus de sa lèvre.  Un temps inespéré pour la saison qui vous renvoyait en enfance. Qui vous poussait à privilégier les cocktails empli de cubes glacés au café brûlant. Un de ceux qui lui rappelait des après midi passé à la piscine municipal, à se pousser dans l'eau, à boire la tasse. Un souvenir tellement tangible, si vivace, qu'il aurait put le temps d'un instant, avoir l'impression de sentir la fraicheur de l'eau sur le grain de sa peau. Et peut être même qu'il aurait put en glisser un mot à la naine. D'ce jour là, du fait qu'il aimerait bien y retourner un jour, dans cette fameuse piscine municipale. Peut être qu'il l'y emmènerait, si elle est sage. Ce serait une idée. Et que s'il le gagne cet hypothétique match de basket, en fait elle aura juste pas le choix. Comme pour la pizza. Mais y'a soudainement le regard trop sérieux qui accroche ses iris aux teintes de miels. Y'a cet air qui lui répète encore "j'suis pas une gosse Nate". Et il le sait bien Nate. Il le sait, mais ça ne changeait rien. Y'avait juste des merdes qu'il n'avait envie de partager avec personne. Des choses qui ne franchissaient jamais la barrière de ses lèvres, qui survivaient juste dans un coin de sa tête.

▬ Non, j'étais pas là pour notre bar. Ca a même rien à voir.

Ses mots teintés de demi-vérités, ce rien de presque sec qui glissa dans son ton sans qu'il ne cherche à le réprimer, sans qu'il ne fasse mine de s'en détacher, jurait avec la spontanéité avec laquelle il lui remplit son verre, avec la manière dont il la regardait. Il n'y avait pas de colère dans ces grands yeux clairs, il n'y avait pas de brûlure, pas de rejet comme parfois en irradiait les iris de ses tiers. Y'avait juste cet avertissement muet. Juste cette barrière qu'il érigeait entre lui et le monde comme un réflexe, comme un vieux manteau qu'il aurait trop souvent prit l'habitude d'enfiler. Des airs de vieux loups qui lui allaient pas, de ceux qui s'isolent, de ceux qui ne veulent pas de l'attention des autres.

▬ Mais j'ai pas envie de parler de ça. C'est pas le genre de truc que tu devrais savoir

C'est pas le genre d'histoire qu'il ne s'aventurerait pas à conter juste là, aux sus de tous. Avec ce mec derrière son comptoir qui pianote sur son portable, avec le monde qui tourne et tourne mais qui surtout ne s'arrête pas. C'est pas le genre de truc qu'il raconterait tout court Nate. Ses potes, leurs magouilles, les services qu'il rendait, cette merde dans laquelle il posait parfois un pied sans jamais clairement y tremper planait au dessus de sa tête avec la force d'un couperet. C'est risqué, c'est ce que sa raison parfois lui chuchotait. C'est aussi sur ça qu'il fermait les yeux à chaque fois qu'un d'eux l'appelait lorsqu'il était dans une merde. Ils avaient grandit ensemble après tout, ils avaient étés là lorsque les choses n'allaient pas pour lui, lorsqu'il avait pas une thune pour se nourrir, lorsque son vieux frère avait finit par mourir à l'hôpital. Alors changer de quartier pour parler à un fournisseur n'était pas un grand prix à payer. Il pouvait bien faire ça. Il leur devait bien ça.

▬ J'te prend pas pour une gosse. Même si j'avoue que dans ma tête je t'appel encore gamine ou la naine.

Y'a la pizza qui est posé entre eux, avec un bonne appétit lâché sans grande conviction alors que le serveur tourne les talons. Et y'a son regard qui reste accroché au sien, ce regard qui effleure ce tout sans vraiment faire mine d'y toucher.

▬ Mais j'ai juste pas envie d'en parler. C'est pas contre toi.

Ni plus ni moins. Et puis sourit, comme d'habitude, comme toujours le grand con. Qui se coupe une part de pizza avant de l'engloutir à grandes bouchées, grimaçant sous la brûlure du morceau encore chaud qui lui enflamme les papilles.
code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3209-anyway-nate http://thenotebook.forumactif.org/t3212-all-i-do-is-win-maybe http://thenotebook.forumactif.org/t3220-nate-caldwell

avatar

Jurassic Park

ϟ POSTS-ENVOYES : 878
ϟ POINTS : 47
ϟ PSEUDO : zoé (baalsamine)
ϟ CREDITS : anarchy (ava) & bat'phanie (sign) & bonnie (icon) & alexia (bannières)
ϟ AVATAR : Nastassia Lindes
ϟ SIGNE PARTICULIER : orpheline paumée, ancienne petite princesse de la mafia.
✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   Dim 9 Juil - 14:19

Parfois j’aimerais que tout soit aussi simple que cet après midi. Qu’il n’y ai plus de larmes, plus de peur ou de stress, juste des rires et l’estomac qui se rempli. J’aimerais tellement que ça soit si simple, emmener Merle ou bien Bren, les mains qui se mélangent et le sourire permanent. Y aurait plus de Peter ou de Tinks, plus de Jedediah ou de Tobias, plus d’histoire d’overdose, de coups portés, de Seven et ses doigts, ses lèvres, ses dents. Ouais, ça serait facile si la vie pouvait se décider avec un match de basket et autres bêtises. Mais c’est pas comme ça, c’est jamais comme ça. Malheureusement. Pourtant rien qu’aujourd’hui je fais semblant d’y croire, je baisse mes barrières face à Nate, devient cette gamine que j’aurais du être si on m’avait pas arraché à la Suisse, cette gamine qui traine dans les pattes de Max au pensionnat, qui fume tranquillement les pieds dans le vide en attendant le cours d’Allemand. Je regrette souvent, les journées passées allongée sur le toit de l’école, le soleil et les montagnes. Ouais ; Je regrette souvent. Mais faut avancer, bouger, aller vers l’avant. Tu pourrais ouais. Mais j'aime pas les "il s'pourrait bien que". Si t'es championne de basket tu te contentera de me mettre minable sur un terrain. Et Nate qui me ramène sur terre, loin de mes pensées vagabondes. Il me provoque Nate. Il me met au défi, et ça me fait rire, je fais dans bulles dans mon soda en secouant ma tête. Sans doute que je dois avoir le rouge aux joues, parce qu’il explique clairement qu’il n’achète pas ce que je lui vend. Il a raison le Caldwell, comme ses frères et sa sœur il est trop terre à terre pour croire aux conneries que je brode à longueur de journée.   « Mettre minable un Caldwell. Je crois que c’est le but de beaucoup de gens sur cette planète »  que je réplique avant de boire une gorgée, les bulles dans la gorge qui m’arrachent un hoquet incontrôlé.   « Mais c’est pas le mien. » non. J’aime trop les Caldwell pour ça, meilleure famille après celle des LB, je voudrais parfois me glisser dans leur arbre généalogique pour me faire adopter. Comme ça Nora serait ma sœur et Nash et Nate mes frères. Pis on me taperait pas comme ça. Le nom qui sert de réputation, à faire trembler les gens, et aucun bleu sur mes joues pour mettre un peu de couleur dans ma vie.
Parlons en des Caldwell et de leurs manigances. Je suis pas aveugle, je suis pas stupide, combien de fois j’ai trimballé des trucs du Smoking Dog jusqu’à la planque pour Peter. C’est comme ça que je suis tombé sur eux, sur les Caldwell. Via Peter et via Sil. Sil. Et je grincerais presque des dents en pensant à lui, à son regard haineux et à la colère qui le ronge. Mais passons. Tout ça pour dire que j’ai cette envie stupide que Nate arrête de me considérer comme une gosse, la porcelaine elle s’est brisée et j’ai pas besoin de papier bulle pour protéger les restes de mes fragments. J’ai plus dix-sept ans depuis longtemps, du moins dans ma tête apparemment. Non, j'étais pas là pour notre bar. Ca a même rien à voir. Il est un peu sec Nate. Mais je lui en tiens pas rigueur. Je me contente de m’enfoncer un peu dans mon siège, les lèvres closes pour l’écouter parler. Ma curiosité me jouera des tours, ptêtre que je l’ai vexé, ptêtre qu’il avait pas envie que je parle de ça. C’était peut être un secret ou autre chose. Je sais pas. Mais j'ai pas envie de parler de ça. C'est pas le genre de truc que tu devrais savoir La c’est plus fort que moi, y a le rire nerveux qui s’envole quand il me dit que c’est pas pour moi. Qu’est-ce que je devrais pas savoir ? Qu’ils vendent des armes ? Que peut être il a un autre business en dehors du Smoking Dog ? Parfois je me dis que je suis pire qu’eux, dans leur petit bar. Parfois jme dis que j’ai des kilos de poudre dans mon sac quand je cours d’un bout à l’autre de la ville, quand je donne mon bras pour qu’on y enfonce des aiguilles, réclamant à en pleurer la dose quotidienne de poudre de fée. Il sait pas. Ils savent pas. Y a pas grand monde qui sait parce que je cache, parce que je fais semblant. Parce que je suis devenue terriblement douée à maquiller la vérité. Un peu comme les coups de Seven sur lesquels j’ai étalé du fond de teint, cacher les griffures et les ecchymoses violacées.    « Pardon Nate. Je voulais pas t’embêter »  que je murmure néanmoins, camouflant le rire qui m’a échappé dans une gorgée coupable de soda. C’est vrai au fond, je voulais pas l’embêter. Je détesterais qu’il me demande ce que je faisais là. Alors pourquoi je lui rend la pareille ? Je sais pas. Parfois je me comprends pas.
J'te prend pas pour une gosse. Même si j'avoue que dans ma tête je t'appel encore gamine ou la naine. C’est plus léger tout d’un coup et je laisse mon sourire revenir, ça détend mes joues, mes nerfs. Gamine. Comme beaucoup trop de gens ici. Je suis le bébé du quartier d’après trop de gens, d’après Merle quand il me fout devant la télé pour démêler mes cheveux ou bien me filer à manger. Mais parfois j’aimerais grandir. Devenir plus indépendante, plus forte, ptêtre que ça me protègerais.   « Hey. Je suis pas une naine. On a déjà parlé de ça l’asperge » je m’offusque, je fais semblant d’être outrée, me recule un peu quand le serveur arrive pour poser la pizza. C’est plus fort que moi, mon regard dévie vers le plat, abandonnant Nate, j’ai le ventre qui gronde quand l’odeur de la pâte dorée arrive à mes narines. Bon sang ce que j’ai faim.
Mais j'ai juste pas envie d'en parler. C'est pas contre toi. Non bien sur. Ca je peux comprendre. Je l’imite quand il se coupe une part de pizza, posant la mienne dans mon assiette histoire de la faire refroidir un peu.   « T’en fais pas, on en parle pas. Promis. Pardon encore une fois Nate, j’ai un peu tendance à fourrer mon nez là où il faut pas, on me l’a déjà dit trop de fois »  ou fait comprendre. Merci Tinks, merci Seven. Pourquoi est-ce qu’on en revient toujours à lui hein. Ca m’énerve, ça me rend folle, j’ai envie d’hurler parce qu’il s’impose à moi encore une fois, jusque dans mes pensées. Alors je croque dans ma part, ferme les yeux un instant pour profiter du fromage et de la sauce tomate qui se mélangent. Bon sang.    « Putain ce que ça fait du bien » que je murmure entre deux bouchées, concentrée sur la nourriture et en quelques secondes j’ai fini ma part. Alors sans attendre je m’en coupe une nouvelle, patientant un peu plus cette fois ci, essayant de contrôler ma faim. Alors en attendant je relève la tête pour regarder Nate.   « Je suis plus une gosse Nate. Non. J’aimerais bien parfois, tu sais, retourner en arrière, quand la seule chose pour laquelle on se préoccupait c’était une foutue barbe à papa » je fais tinter les glaçons dans mon verre, la voix qui se craquelle un peu.    « t’aimerais pas remonter le temps Nate ? Laisser toutes les merdes de maintenant ici et juste, partir ? » moi j’aimerais tellement. Terriblement. Complètement.  Ah si seulement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1812-macadam-princess http://thenotebook.forumactif.org/t1847-like-toy-soldier-jael http://thenotebook.forumactif.org/t1827-jael-feliciano
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: I try ▲ Nael   

Revenir en haut Aller en bas
 

I try ▲ Nael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: river street-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
• ACCUEIL
• BAZZART.
• TOP-SITE.
• faceclaim
• TUMBLR.
• S'INTEGRER
• LES DéFIS
• LES éQUIPES
• ANIMATIONS
• SPEED DATING RPS









VIENS DECOUVRIR LES SCENARIOS/PRE-LIENS DE :
BOO MILESCASSY PIERCE
SOAN BARLOWSAUL MAURIS
AMBRE MARSHALLJAELYN BLACK

Tweets by wab_rpg