Partagez | .
 

 GROUPE 1 | la cabine du capitaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 411
ϟ POINTS : 0
ϟ PSEUDO : the royal queen
ϟ CREDITS : © wild rose (avatar) & tumblr (gifs)
ϟ AVATAR : nobody
✰ ✰

MessageSujet: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Dim 7 Mai - 11:44


La cabine du capitaine
izia sampson, asher bloomberg, zyki kida, river albarn, nadja weiss

Bien vite, un groupe de leader s’est formé autour de l’entrée barricadée de la cabine. On entend du mouvement, on appelle le Capitaine, mais aucune réponse. S’en suit alors une succession de tentatives pour défoncer la porte ou entrer en contact avec les kidnappeurs qui vont toutes échouer et faire perdre leur sang froid à nos protagonistes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://wearebroken-forum.tumblr.com/

avatar

Fausse Bonne Idée

ϟ POSTS-ENVOYES : 860
ϟ POINTS : 58
ϟ PSEUDO : Unserious/Agnès
ϟ CREDITS : tumblr, bazzart / avatar : Schizophrenic
ϟ AVATAR : Ben Barnes
ϟ SIGNE PARTICULIER : un accent de liverpool, un tatouage "bad" au creux du coude, et une chevalière à l'index gauche.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Mer 10 Mai - 9:10

Y a un truc qui tourne pas rond. Déformation professionnelle, sûrement. Mais y a un truc qui déconne, y a un fond de suspicion dans l’air, y a un poil de peur aussi, un frisson qui passe dans la foule. Y a un truc sous leurs pieds qui fait un bruit pas totalement normal, pendant une demie seconde, y a un mouvement de panique. Quelque chose de bizarre retient l’attention du flic, et ça l’emmerde de ne pas réussir à mettre le doigt dessus. Déformation professionnelle, je vous dis. Il avait pas envie d’aller à cette soirée, et il commence à penser qu’il aurait dû se fier à son instinct. Elle fait chier, Lena. Elle l’entraîne toujours dans des plans à deux balles, des trucs merdiques. Et là, ils sont sur un putain de bateau. Merde. « Je reviens », il souffle dans l’oreille de son amie, avant de quitter la salle de réception. Il précise pas la raison de son départ, pas envie de l’inquiéter pour rien. Il a peut-être trop vu Titanic, Asher, craint trop les croisières en bateau, sans qu’il y ait de motif raisonnable à cette appréhension. C’est un ressenti, c’est son bide, ses tripes qui lui disent que quelque chose déconne, qu’y a un bug dans la matrice. Il n’est pas de service ce soir, pourtant, et pour être honnête, il aurait bien profité de la soirée pour se reposer. On s’refait pas, malgré tout, y a son revolver qui lui chatouille les côtes, bien planqué dans le revers de son blouson. Il sait pas si c’est une bonne idée de l’avoir pris, même si c’est les Etats-Unis, même si tout le monde se balade avec son pétard. Il sait pas si c’est une bonne idée de l’avoir pris parce que c’est un huis clos, parce qu’il veut pas faire quelque chose de regrettable, parce qu’y a des gens qu’il aime ici ce soir et qu’il aimerait éviter de se sentir acculé au point de presser la détente. Il y pense pas longtemps, parce qu’il trace son chemin vers la cabine du capitaine, automatiquement, plus pour se rassurer qu’autre chose. Il lui dira sûrement qu’il n’y a rien, que le soubresaut était dû à une vague un peu plus grosse que les autres qui avait titillé la coque.
Y a pas que lui qui tique, d’ailleurs. Il est suivi par un petit groupe. C’est peut-être mieux, il n’a jamais aimé être en première ligne. On sait jamais ce qu’il peut se passer, qui ils peuvent croiser. Sauf qu’il n’y a personne quand ils arrivent à la porte. Il ne croit pas aux signes, Asher, ne croit pas au calme avant la tempête, mais y a sa main qui se pose automatiquement sur le flingue. Déformation professionnelle, encore. L’aptitude à capter quand une situation va devenir merdique. Il pose son oreille à la porte de la cabine, peine à entendre quelque chose. « Y a quelqu’un ? » Question qui ne trouve pas de réponse. La porte est fermée, et même s’il tente d’appuyer sur la poignée, de la faire bouger un peu, elle cille pas. Il tape le flanc de son poing contre le bois, une fois, deux fois, trois fois. « Capitaine ». C’est pas une question, pas une interjection, c’est un truc entre les deux, une exclamation maladroite. Il ne cède pas facilement à la panique, Asher. Il en faut beaucoup pour lui faire griller un câble, beaucoup pour faire pulser le sang trop vite dans ses veines. Il ne cède pas facilement à la panique mais, l’espace d’un court instant, y a son cœur qui se soulève, s’accélère, y a sa bouche qui s’assèche et la peur qui s’immisce dans son système nerveux. Derrière la porte, maintenant, y a du mouvement. C’est pas nettement perceptible mais ça s’entend, comme une rumeur, un frisson, comme un feulement dans le calme qui retenait précédemment son attention. Il se tourne vers les autres, pas certain de savoir quoi faire, pas sûr non plus qu’user de la force ou se montrer sous son image de policier va arranger les choses. Il a besoin d’un autre avis, et c’est automatiquement qu’il regarde River, comme si le gamin pouvait avoir une idée sur la façon dont ils devraient procéder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2899-lord-i-have-wounds-only-you-can-mend-ash http://thenotebook.forumactif.org/t2909-on-risque-de-pleurer-un-peu-si-l-on-s-est-laisse-apprivoiser-asher http://thenotebook.forumactif.org/t2995-asher-bloomberg
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Mer 10 Mai - 17:05



pour izia, le choix a été vite fait. entre une soirée organisée en l’honneur de la ville, et une passée vautrée sur le canapé, elle a pas hésité longtemps. l’appel de la fête, ça vient à elle comme une évidence. trop attirée par le bruit et les effluves alcoolisés. alors elle est montée sur ce bateau en solitaire, bien décidée à rentrer accompagnée. par n’importe qui, peu importe. après tout, rien de mieux qu’ce genre d’évènement pour sociabiliser. blouson sur ces épaules, cigarette entre les lèvres, y a son assurance qui transparaît trop. de celle qu’on remarque trop. elle est bruyante surtout. elle fait tout pour qu’on l’entende, elle parle beaucoup, rigole fort, enchaîne les conversations avec des inconnus comme elle enchaîne les verres au bar. avec pour objectif absurde de n’pas voir la soirée défiler. et la vérité, c’est qu’elle regrette pas d’être venue. ça change de ses soirées habituelles, celles où elle a l’habitude de partager un pétard avec une dizaine de lycéens. c’est pas qu’elle les apprécie pas, mais elle se les tape quand même à longueur de journée, alors c’est toujours mieux de pouvoir s’en débarrasser. et ici, c'est un nouvel air, grisant, revigorant, qu'elle respire avec plaisir. et contrairement à là-bas, ici, c'est éclectique, bariolé, coloré. elle s'en fout un peu d'être le pâle reflet d'une jeunesse délurée. ce soir, elle se dit que tout est permis parce qu'elle est est pas venue pour se poser des limites. on peut même se demander à quand remonte la dernière fois que ça lui est arrivé.

et malgré l'alcool qui lui monte à la tête, elle est assez consciente pour trouver que ça balance un peu trop sous ses pieds. elle sait pas si c'est dans son crâne que ça s'bouscule ou si c'est une agitation générale. elle confond un peu tout, izia. c'est elle ou le bateau qui part à la dérive ? et elle voit la pièce qui se vide rapidement.  y a sa curiosité qui l'oblige à suivre le mouvement. et sans comprendre comment, elle se dirige vers la cabine du capitaine, là où quelques personnes sont entassées devant la porte. elle joue un peu des coudes pour mieux se faufiler dans le groupe et se placer aux premières lignes. voulant comprendre ce qu'il se passe, elle jette un regard autour d'elle et aperçoit un mec qui s'agite devant l'entrée. sans réfléchir, elle l'imite, tambourine la porte pour mieux se faire remarquer. elle cogne sur le bois aussi fort que ça cogne dans sa tête. elle sait pas trop pourquoi elle fait ça et elle glousse un peu, étonnée de l'air grave sur le visage du trentenaire à côté d'elle. elle se dit que y a rien de grave, rien qui puisse faire paniquer en tout cas. - j'sais pas s'il apprécierait qu'on enfonce la porte. elle se recule un peu, essayant d'y voir plus clair malgré son esprit embrumé. elle espère juste que cet incident n'aura aucune répercussion sur le cours de la soirée. - putain, c'est chiant, on s'amusait bien pourtant. remarque inutile mais elle tient quand même à le faire savoir. elle voudrait juste retourner au bar, continuer à boire jusqu'au petit matin. seulement, la situation lui échappe, et ça, elle en est pas vraiment consciente pour l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Sam 13 Mai - 4:55

c’est pas vraiment une soirée comme les autres. on a beau la demander tous les soirs, nadja, c’est pas souvent qu’on l’emmène à des événements aussi prestigieux. c’est pas grand chose, pourtant : rien qu’une fête sur un bateau. des gens bien habillés, de l’alcool à flots et avec un peu de chance, un peu de musique. ce soir, nadja accompagne un riche homme d’affaires. marié. ça l’empêche pas de se rendre à l’inferno une fois par mois pour se payer la compagnie de nadja. connard. ce soir, c’est pas sa femme qu’il tient par la taille. c’est nadja, robe moulante et sourire à tomber. nadja trophée qu’on présente aux collègues, nadja poupée qui feint s’intéresser à la conversation, verre de champagne à la main, à rire à toutes les blagues. nadja putain qu’on sautera jusqu’à demain. nadja, elle a le sourire ravageur qui ne s’en va vraiment jamais vraiment, le regard doucereux qui promet la nuit d’aventures. pourtant, elle déteste cet homme, comme elle déteste tous les autres. elle n’en montre rien, nadja, c’est pas son premier soir. pas son premier homme, non plus. nadja, elle les voit défiler tous les soirs, au club ou ailleurs. dans des voitures, des chambres d’hôtels, parfois pas plus loin que les toilettes. nadja, elle sert qu’à ça. soulager ces messieurs, prétendre à leur supériorité. nadja, elle a la caresse réconfortante et l’oeil aimant, elle pourrait faire croire n’importe quoi à n’importe qui. alors elle en fait sa technique de survie, nadja. elle les brosse dans le sens du poil, les rend heureux. pour qu’ils reviennent, plus tard. ça la garde occupée et ça rend le gang content. et un gang content s’égale à une nadja en vie, alors nadja, elle s’en plaint pas non plus. sur le pont principal, elle jette un regard aux alentours. y a tout un tas de monde qui semble s’amuser, sans doute bien plus que nadja. ça la sort un peu, ça lui fait découvrir le monde. nadja, parfois, elle se dit souvent qu’elle est pas trop à plaindre, que quelques unes des filles n’auront jamais cette occasion. et puis soudain, les secousses se font un peu plus rudes qu’avant. y a des regards échangés parmi la foule, et d’autres secousses, qui agitent le palpitant de nadja. si elle a vécu toutes ces années sans se faire trucider, c’est certainement pas sur un bateau qu’elle y laissera la vie. alors elle s’excuse, nadja, prétend se réfugier aux toilettes pour quelques minutes. à la place, elle déambule, suit une poignée de gens : c’est à la cabine du capitaine qu’ils se retrouvent, comme si c’était d’ici que venait le problème. elle en sait pas grand chose, nadja, mais y a le talon de ses escarpins qui claquent contre le bois alors qu’elle se faufile aux premiers rangs, inquiète. y a déjà des gens qui semblent se pencher sur la question, et nadja, elle reste un instant silencieuse à évaluer la situation, à chercher une solution. je ne pense pas qu’il y ait une autre solution. réponse à la jeune fille à ses côtés (izia)  - sans doute bien trop jeune pour se trouver dans un endroit pareil. elle pense un instant à sa soeur, nadja, à ce qu’elle fait, si elle va bien. y a son esprit embrouillé qui ne parvient pas à mettre les pièces du puzzle dans le bon ordre. quelqu’un sait ce qu’il se passe ? qu’elle demande, incertaine, à l’ensemble du petit groupe qui s’est formé devant la porte. et puis finalement, c’est sur l’homme (asher) que le regard de la gamine tchèque se fixe, et elle se met soudain à examiner le moindre de ses mouvements. qu’est-ce que vous faites ? qu’elle demande, et elle peut pas s’empêcher de sentir la panique remonter le long de ses veines, atrophier son palpitant qui bat pourtant si vite. elle a l’oeil suspicieux, nadja, elle se demande comment il compte bien rentrer à l’intérieur de la cabine qui semble fermée à clés. et puis elle le voit, la main fourrée sur quelque chose à l’intérieur de sa veste et y a son expérience qui semble lui crier que ce n’est pas une bonne idée. c’est une arme ? elle hésite nadja, elle est pas très sûre. pourtant y a la panique qui transperce sa voix, un geste de recul. elle est presque sûre qu’il tient une arme, cet homme, il n’y a qu’à voir la position de son bras, sa main qui reste cachée à l’intérieur de sa veste. elle a assez observé les membres du gang pour savoir où est-ce qu’ils ont l’habitude de planquer leurs armes. et y a son intuition et ses souvenirs qui hurlent que chaque fois qu’elle a vu cette scène se dérouler, ça ne s’est malheureusement jamais bien terminé.

@asher bloomberg
@izia sampson
Revenir en haut Aller en bas

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 1516
ϟ POINTS : 8
ϟ PSEUDO : Kenny
ϟ CREDITS : ava Rhoan ♥ ; aes Lev ♥
ϟ AVATAR : Paul Craddock
ϟ SIGNE PARTICULIER : l'air de flotter au-dessus du monde avec ses cheveux presque blancs
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Dim 14 Mai - 18:05

Il revenait des toilettes quand il a vu Asher lui passer devant avec l'air inquiet, alors il l'a suivi. Il ne réalise pas tout de suite que ce qui cloche, ce n'est pas Asher lui-même, c'est le bateau, c'est le capitaine qui s'est enfermé et ne répond pas quand on frappe à la porte de sa cabine. C'est pour ça qu'ils ne sont pas les seuls à se retrouver agglutinés devant la porte, c'est pour ça qu'il commence à entendre des cris de panique venir du pont. Finalement, il voit le regard d'Asher se poser sur lui et réagit aussitôt, un peu sur la défensive. « C'est pas un pote à moi, là-dedans, » il fait en haussant les épaules, les deux mains dans la poche ventrale de son sweat. Il n'y avait rien d'accusateur dans le regard d'Asher, River le sait, mais il a toujours cette impression désagréable qu'on va l'associer à tous les autres voyous qu'il a le malheur de croiser, comme s'ils ne formaient qu'une seule et même famille dans laquelle chacun sait comment fonctionne les autres, et il le vit mal. Probablement parce que c'est un peu vrai, parfois.
S'il est ici ce soir, ce n'est pas simplement pour passer une bonne soirée avec des amis, c'est parce que ses amis, colocataires, co-squatteurs, peu importe, ont pensé que la soirée serait une bonne opportunité pour se remplir les poches. Pas question de faire la manche à un événement public de ce genre, mais les Lost Boys ne crachent jamais sur un buffet gratuit et les moins scrupuleux d'entre eux espèrent même arracher montres et bijoux précieux aux poignets des plus riches et des plus éméchés. Il y a de tout, ce soir. Des voyous et des bourgeois, des jeunes et des vieux, des officiels et des délinquants. Des flics et des putes. Il suffit à River d'un regard sur l'une des jeunes femmes (Nadja) de leur petit groupe pour savoir qu'elle est de la même espèce que lui, à peu de choses près. Une escort, peut-être. River n'est pas le genre de prostitué que quiconque paierait pour l'exhiber fièrement à son bras, lui. River est le plus souvent un secret honteux, mais ça ne change pas grand-chose au bout du compte. Asher sait déjà ce qu'il est, et pourtant la présence de la jeune femme le met mal à l'aise, comme si elle pouvait trahir quelque chose. Et il n'a plus qu'une envie, c'est de se tirer. Mais bien entendu, s'il s'est retrouvé là, à la porte de la cabine du capitaine, c'est parce que quelqu'un a apparemment décidé de faire partir le bateau en vadrouille. Plus franchement possible de se tirer, du coup. Il reste en retrait et observe l'autre fille (Izia) qui tambourine sur la porte, elle a l'air ivre et d'avoir un drôle de sens des priorités, et puis l'autre commence à s'inquiéter du flingue d'Asher. Il pense aux films dans lesquels les flics enfoncent les portes tellement facilement et font sauter les serrures d'une balle, mais il sait qu'il faut se méfier du réalisme de ces trucs-là. Par contre, ça lui donne une autre idée. « Quelqu'un sait crocheter une serrure, ici ? » Il se retourne sur un jeune homme qui a une tête à savoir crocheter des serrures (Zyki). À vrai dire, son frère lui appris à le faire il y a longtemps, mais il manque de pratique, et puis il a des gâteaux et autres petits fours piqués sur le buffet plein la poche et il n'ose plus vraiment en sortir ses mains. Il tentera si besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2822-river-o-growing-up-in-some-strange-storm#62959 http://thenotebook.forumactif.org/t2863-river-the-river-that-runs-with-love-won-t-run-dry#63350 http://thenotebook.forumactif.org/t2904-river-albarn http://thenotebook.forumactif.org/t3236-river-albarn-formspring

avatar

i've lost my balls

ϟ POSTS-ENVOYES : 318
ϟ POINTS : 12
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : lola bolossa
ϟ AVATAR : dylan watson
ϟ SIGNE PARTICULIER : une quincaillerie dans les poches, l'hyperactivité et les médocs mal gérés, le sourire sans faille, l'esprit qui déraille.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: toujours
+ contacts:

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Jeu 18 Mai - 20:08

Sur le coup, il trouve ça drôle. Les mouvements de la coque, les lumières du port qui s'éloignent, les oh et les ah et les attendez on va où ? Lui, il s'en fout. Ça l'dérange pas de voir Savannah qui s'éloigne – ça fait un moment qu'il attend que ça, qu'il a envie de foutre les voiles. Alors si ce soir on lui donne un peu l'occasion de le faire il va pas cracher dessus, et puis y a de l'alcool, de la bouffe, deux ou trois comparses avec lui, et des jolies filles à foison. On va pas s'plaindre, si ? Si. Y a un murmure dans l'équipage et ça finit vite par se propager, le couperet tombe : c'était pas prévu et on arrive plus à joindre le capitaine. Il arrive quand même à continuer d'se marrer, parce qu'il se dit que c'est vraiment une équipe de bras cassés et qu'ça doit pas être si catastrophique que ça. P't'être que le pauvre gars est en fin de carrière et qu'il veut taper un grand coup avant son départ, p't'être qu'il a juste décidé d'se faire un petit plaisir et tant pis s'il embarque un paquet d'invités non consentants dans sa balade. Pas la peine de paniquer. Pourtant y a la curiosité qui brûle sous sa peau et son instinct qui lui gueule d'aller voir, qu'il a besoin de savoir. Alors il s'met en marche Zyki, il commence à slalomer entre les gens, le pas léger et les mains dans les poches, avec ce sourire débile qui est placardé sur sa tronche en permanence. Peut-être bien qu'il se perd en chemin, une fois ou deux ou trois, parce qu'il se laisse happer par tout ce qu'il voit et qu'il fait des arrêts qui servent à rien, putain il est même pas foutu de suivre un itinéraire aussi simple c'est ridicule. Quand il finit par arriver vers la cabine il aperçoit un p'tit groupe, un type, deux nanas et un gamin. Il se fraie un chemin parmi eux sans mal, à s'incruster sans problème pour être en première ligne avec eux. « Alors, il fait quoi l'vieux ? » Il les regarde tour à tour, comme si l'un d'eux allait lui donner la réponse. Forcément y a rien de bien concluant qui vient et il se contente de hausser les épaules, sa désinvolture venant trancher avec le trouble qui semble agiter l'une des deux filles. « C’est une arme ? » Il suit son regard vers le type en question, arquant un sourcil avant d'se mettre à rigoler comme si c'était la meilleure blague de l'année, pas franchement inquiet. « Sérieux tu comptes sortir un flingue ? T'en fais un peu trop là, relax mec. » Il continue de rire à moitié, alors que le gosse entre à son tour dans la danse. « Quelqu'un sait crocheter une serrure, ici ? » Il sent le regard qui pèse sur lui et automatiquement il se tourne dans sa direction, ses yeux croisant les siens. Y a un sourire qui revient étirer ses lèvres et il a presque l'air fier que ce soit vers lui qu'on se tourne en premier. « Ouais vite fait, mais dans un bateau comme ça j'suis pas sûr. » Il sait crocheter celles des caravanes du cirque par exemple, mais c'est pas le même niveau. Pourtant ça va pas l'empêcher d'essayer. Il pousse tranquillement le type armé et la fille qui semble un peu bourrée, histoire d'avoir la meilleure place près de la porte. Il s'met à fouiller dans ses poches, faisant tomber un tas de trucs par terre sans trop s'en rendre compte – des clous et des vis et de la ferraille – jusqu'à trouver une petite barre métallique longue et fine, et son fidèle tournevis. « J'garantis rien. » Qu'il prévient quand même, avant de s'accroupir pour se mettre au travail. Mais il a à peine commencé que déjà, il se tourne à nouveau vers ses équipiers de galère. « Imaginez si y a une bombe dans le mécanisme et qu'ça pète si j'arrive à ouvrir. Ça serait tellement chiant. » Il s'marre seul comme un con, reprenant sa tâche. Ça dure approximativement deux secondes avant qu'il se stoppe à nouveau. « Eh si l'un d'vous s'ennuie, j'crois qu'y a encore des petits fours dans la grande salle. J'ai faim. » Et puis il retourne à sa besogne, encore une fois. Jusqu'à sa prochaine pause inutile – on sait qu'ça va tomber, mais on sait pas quand. Les paris sont ouverts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t3015-cool-kids-can-t-die-zyki http://thenotebook.forumactif.org/t3019-occasionally-i-give-a-damn-zyki http://thenotebook.forumactif.org/t3239-zyki-kida http://thenotebook.forumactif.org/t3240-zyki-kida-formspring

avatar

Fausse Bonne Idée

ϟ POSTS-ENVOYES : 860
ϟ POINTS : 58
ϟ PSEUDO : Unserious/Agnès
ϟ CREDITS : tumblr, bazzart / avatar : Schizophrenic
ϟ AVATAR : Ben Barnes
ϟ SIGNE PARTICULIER : un accent de liverpool, un tatouage "bad" au creux du coude, et une chevalière à l'index gauche.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   Ven 19 Mai - 22:22

Y a son regard qui cherche un appui, un soutien dans la maigre foule qui s’est amassée derrière lui, et River qui répond à côté de la plaque, River qui pourrait pas être pire ami que maintenant. C’est son ami, hein ? Il pense, il s’est jamais vraiment posé la question, il s’est contenté de le laisser envahir des pans de sa vie et de constater, au bout d’un moment, qu’il ne pouvait être que ça, que c’était ce qui le définissait le mieux. Il soupire, Asher, sent ses doigts se resserrer sur le flingue. « Arrête River, je sais », il souffle, consterné qu’il puisse penser un seul instant à une quelconque incrimination de sa part. S’il y a bien quelqu’un à qui il fait confiance, ici, c’est lui. Et Elena, où qu’elle soit. La connaissant, elle doit probablement être en train de se démener pour chercher de l’aide. Putain, elle doit être en train de paniquer totalement. Merde, faut qu’il se bouge, faut qu’il fasse un truc, faut qu’il la retrouve parce qu’il peut pas la laisser toute seule, ce serait comme mettre du lait sur le feu et pas s’en occuper, sentir l’odeur de cramé après coup, une fois que ça a bien débordé. Cède pas à la panique, putain, y a sa tête qui hurle, reste calme et stoïque, ça gronde dans son cœur et ses tripes, mais c’est difficile quand y a quatre yeux braqués sur soi, difficile quand l’une des nanas présentes demande si c’est une arme qu’il a dans son blouson. Il ne sait pas quoi répondre parce que techniquement oui, c’est une arme, parce que techniquement aussi il n’a pas le droit de s’en servir sauf s’il est menacé, alors il se contente de froncer les sourcils. « Oui, et alors ? » il demande, glacial et presque agressif, s’apprête à poursuivre avant que River ne parle de nouveau et que l’autre mec de la bande s’avance et ne commence à se foutre de lui. Y a délinquant marqué partout sur sa gueule et c’est épidermique, il lui donne envie de gerber. En plus il parle trop, ça lui colle la migraine, ça lui donne envie de se barrer bien loin pour pas écouter leurs idées stupides, genre crocheter la serrure. Y a plein de choses qui font que ça pue de faire ça, les bruits qu’il devine à l’intérieur de la cabine, le fait que ça prenne beaucoup trop de temps, les secousses qui s’accentuent sous leurs pieds. Y a un truc qui lui tord le ventre, une voix qui lui souffle qu’il faudrait qu’il agissent plus rapidement, qu’il faudrait qu’ils arrêtent de déconner, qu’ils devraient prendre les choses plus au sérieux. Il sait pas vraiment pourquoi il en espère autant, Asher, il est le seul adulte au milieu des gosses, la seule personne responsable sur ce foutu paquebot.
Il serre la mâchoire pour pas hurler. Faut avouer qu’il n’aime pas ça, ne pas diriger, ne pas être en première ligne, il n’aime pas être dans le flou, ignorer ce qui va arriver après, ne pas être totalement maître de la situation. « Juste une question, Arsène Lupin », il lance en s’agenouillant à côté du mec qui s’affaire sur la serrure. « On fait quoi une fois que t’auras ouvert la porte ? S’ils sont armés, s’ils veulent se battre, s’ils collent une balle dans ta jolie tête de voleur, tu sais, ce genre de trucs ». C’est pour ça qu’il a un flingue sur lui, très précisément, au cas où les choses tourneraient mal, où il faille être le plus rapide pour pas se faire buter. Y a un sourire collé sur les lèvres alors qu’il s’adresse au type qu’a toujours les mains qui travaillent du côté du mécanisme, se focalisant maintenant uniquement sur lui et sur son idée, à laquelle il ne croit pas une seule seconde. Y a toujours ses doigts qui titillent son revolver. Déformation professionnelle, encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2899-lord-i-have-wounds-only-you-can-mend-ash http://thenotebook.forumactif.org/t2909-on-risque-de-pleurer-un-peu-si-l-on-s-est-laisse-apprivoiser-asher http://thenotebook.forumactif.org/t2995-asher-bloomberg
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: GROUPE 1 | la cabine du capitaine   

Revenir en haut Aller en bas
 

GROUPE 1 | la cabine du capitaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» un nouveau groupe d'achat solidaire ixelles/schaerbeek
» groupe d'infirmières
» groupe de rock avec chant normand
» groupe alimentaire
» sénat :Groupe UC-UDF

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: MELTING UNDER BLUE SKIES :: version onze :: intrigue 10 :: la cabine du capitaine-


team animation

team speed-dating

team stalkage