Partagez | .
 

 Guess who's back from the dead ? [Jem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 232
ϟ POINTS : 26
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Wesley Tucker
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Dim 30 Avr 2017 - 19:57

Du fric, du fric, du fric ! C'était toujours une question de fric. N'y aurait-il jamais un jour où je pourrais penser à autre chose qu'à du fric ? C'était infernal, un quotidien dont je ne voulais pas mais qui continuait, faute d'argent pour rembourser, faut d'intérêt qui ne faisaient qu'augmenter à mesure que le temps passait. Foutu cercle vicieux mais en même temps... il était vrai que je l'avais bien cherché. De là qu'espérer de plus ? Et bien ce que j'espérais, tout au fond de moi, c'était bien réussir à trouver de l'argent. Pourquoi pas assez pour tout effacer et recommencer plus sereinement ? C'était un doux rêve bien sûr mais déjà avoir de quoi payer ma prochaine échéance était déjà pas mal et pour ça... pour ça il y avait Jemima ! Il y avait tellement longtemps que je n'étais pas allé la voir, que je ne m'étais pas frotté à cette fille pour avoir un peu de pognon. Il fallait dire... j'étais toujours un peu terrifié quand j'allais la voir... non seulement par elle mais aussi par tout ce qu'elle représentait, par tout ce qu'elle me faisait subir. Substance en tout genre et autres produits bizarre... j'avais toujours voulu éviter de me droguer, du moins je refusais de devenir addict à un noueau fléau ! J'avais déjà le jeu et cela me paraissait bien assez. Alors j'avais fuit, fuit surtout depuis cette période où j'avais perdu un pan de ma mémoire. Pour finir dans un état pareil on avait sans doute dû me faire prendre des substances illicites, nan ? Alors forcément j'avais préféré éviter tout contact avec des produits qui n'étaient pas cent pour cent naturel ou au moins créé par l'industrie alimentaire  de la mal bouffe à défaut de naturel..

Mais voilà, les fins de mois se faisaient de plus en plus difficile et ces derniers temps quelque chose m'était apparu comme très clair : Je n'étais pas du tout fait pour la prostitution ! De là que me restait-il ? Les essais pharmaceutiques... comme j'aimais les appeler... ou du moins préférais. Alors je chassais mes vieilles pensées, je chassais mes craintes en me disant qu'après autant de temps ce serait comme repartir de zéro, je n'avais pas de risque de finir addict, non ? Bref tout ça pour dire que j'étais prêt à de nouveau faire face à Jemima, à m'écraser comme un verre si il le fallait pour qu'elle accepte de relancer notre accord passé et à mettre mes couilles sur la table si un autre cobaye avait prit ma place ! … non, ça par contre c'était peu probable... mettre mes couilles sur la table j'entends, pas avoir été remplacé car pour le coup c'est ce qui me semblait le plus logique, c'est ce qui me faisait peur aussi car si jamais je devais apprendre cela... je finirais sans doute à genoux et en larmes, sans aucune dignité, avant de repartir bredouille pour préparer mon prochain séjour à l'hôpital car clairement... si cela ne marchait pas alors j'étais mort ! Du moins j'allais finir dans un très sale état avec de nouvelles cicatrices pour décorer mon corps déjà bien trop marqué à mon goût par mes erreurs et mes échecs.

Alors je me rendais chez elle, n'ayant plus son numéro pour avoir changé de téléphone plusieurs fois depuis et me disant que de toute manière le faire à l'ancienne aurait plus de poids... je me rendais chez elle prêt à récupérer mon ancien boulot de rat de laboratoire ! Qu'allait-elle dire ? Qu'allait-elle penser de ma si soudaine et longue disparition ? Et ouai, j'étais aussi pathétique que je m'en inquiétais de ce que ma... ma Dr Frankenstein ? Bref, de ce que celle qui me plantait des aiguilles dans tout le corps pensait de moi. C'était idiot, n'est-ce pas ? Sans doute étais-je fait pour que tout le monde me marche dessus... peut être que j'aimais ça en vrai ? Que l'on me marche dessus. Car si tel était le cas ça expliquerait beaucoup de choses. Je rentrais dans son immeuble, d'abord prêt à sonner à l'interphone avant qu'une petite vieille dame ne me laisse entrer très gentiment, me disant que je pourrais bien toquer directement à sa porte. J'hésitais un dernier instant... me demandant si il s'agissait bien de la meilleure solution ou si je ne devrais pas demander de l'aide à quelque d'autre puis je me rappelais les dettes... non, c'était la meilleure solution ! Je toquais donc à la porte, attendit et, quand enfin elle s'ouvrit, je lâchais sans attendre un « Jemima je veux redevenir ton cobaye, j'ai besoin d'argent ! »


Dernière édition par Meredith Lynch le Jeu 18 Mai 2017 - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PROFESSEUR PLUTONIUM

ϟ POSTS-ENVOYES : 262
ϟ POINTS : 10
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : anarchy fourberie
ϟ AVATAR : lydia graham
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: no limit
+ contacts:

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Lun 15 Mai 2017 - 15:09

Étalée sur le ventre, des livres ouverts un peu partout sur le matelas et le nez dans les tables périodiques, elle soupire. Elle préférerait largement jouer avec ses tubes et ses éprouvettes, embaumer son appartement de vapeurs chimiques ou aller se terrer au labo de l'université. Même la perspective de faire du rangement dans son matériel lui paraît carrément plus enthousiasmante. Révisions ça rime avec prison et même si ça l'intéresse elle a envie de découper les pages en p'tits morceaux, le regard qui s'met à sauter des lignes et le stabilo qui agonise entre ses doigts. Elle est à deux doigts de se taper la tête contre les murs ou juste de s'étouffer dans son livre, quand elle entend taper à la porte d'entrée. Elle se redresse d'un coup, les yeux qui s'illuminent et les traits qui s'apaisent soudainement – c'est la libération. Elle se lève, avance d'un pas léger jusqu'à la porte, qu'elle ouvre sans vérifier l'identité de son visiteur. Peut-être qu'elle aurait dû. « Jemima je veux redevenir ton cobaye, j'ai besoin d'argent ! » Elle se fige, son cœur loupe un battement. Meredith. Non. Meredith ? C'est pas possible. Il peut pas être là, il peut pas être en train de lui parler, à la regarder avec son air de chiot battu. Le réflexe est automatique : elle lui claque la porte au nez. Sûrement qu'elle a trop révisé, elle doit être fatiguée ou juste à bout et elle hallucine, peut-être s'est intoxiquée avec l'une de ses expériences, peut-être même qu'elle dort. Elle regarde par le judas, il est toujours là. Non non non, c'est impossible. Elle rouvre, et toujours sans dire un mot, elle attrape son poignet et le tire à l'intérieur, fermant à nouveau derrière eux. Là, elle le scanne. Le regard incisif, trop perçant pour que ce soit agréable. Elle l'observe de la tête aux pieds, à faire le tour de sa carcasse pour vérifier qu'il est bien là, bien réel. Elle comprend pas. « Comment t'es arrivé là ? » Il peut pas. Y a un truc qui colle pas. La dernière fois qu'elle l'a vu, il était dans cette chambre d'hôtel miteuse, le teint tellement blême que ça virait presque au vert, des réactions cutanées étranges, les yeux vitreux et du sang qui coulait de sa bouche. Une expérience trop approximative, une dose trop forte ; elle a jamais vraiment su ce qui avait cloché. Elle sait juste qu'il semblait à l'agonie, qu'elle a dû le cacher, et qu'elle est restée à ses côtés. Jusqu'à sa mort, bon sang. Il était mort. Elle est sûre qu'il était mort. Elle l'a vu, l'a senti – elle l'a laissé, elle est partie. Effaçant toutes traces de son passage, l'abandonnant, seul sur un matelas déglingué, en s'disant que quelqu'un finirait bien par le trouver.

Elle a attendu. Un article dans le journal, son nom sur la rubrique des décès, n'importe quoi. Elle a eu peur, un peu, de voir les flics débarquer, de se faire embarquer. C'était un accident mais pas d'la légitime défense, pas comme la première fois, rien pour se justifier, pour se planquer. Rien à part le souvenir de Meredith en train de crever, Meredith lâché comme un vulgaire clébard dans le caniveau. Elle s'en est voulu, aussi. Pas tant pour sa vie – un peu bien sûr mais c'était pas le principal – surtout pour la façon dont elle a tourné les talons. On fait pas ça à un mort, à un enfant de Dieu, à un type qui lui avait pourtant rien fait. Elle a flippé, culpabilisé. Elle a rien dit à personne, pas même à Bo, pas même au prêtre, pas même dans ses prières. Elle a tout enfoui et le quotidien a repris, elle s'est dit qu'elle s'en sortirait. Alors pourquoi il est là ? Pourquoi il est sur ses deux pieds, des couleurs au visage et le cœur qui bat ? Elle a besoin de s'en assurer et encore une fois elle s'approche, elle l'analyse. Sa main se lève, vient se poser en haut de son cou, sous sa mâchoire, là où on peut sentir le pouls. Il est bien là. Elle attrape son visage, le tourne d'un côté puis de l'autre, en avant puis en arrière, comme pour vérifier qu'il est intact. Elle fait pareil avec ses mains, vérifiant que tous ses doigts bougent bien. Elle se soucie pas de savoir s'il est d'accord avec cet examen ou non, trop concentrée sur sa tâche pour l'écouter. « Tu étais où ? » Est-ce qu'il a été retrouvé ? Est-ce qu'on l'a emmené à l'hôpital ? Est-ce qu'il a vu la police ? Est-ce qu'il a parlé d'elle ? Elle en sait rien et soudain ça l'inquiète, elle sait même pas pourquoi il est pas venu la voir directement – pour l'incendier, pour la blâmer, qu'importe. Ça lui semble être la réaction appropriée. Mais il a rien fait. Ça veut dire qu'il a repris sa vie lui aussi, sans prendre le soin de venir lui rendre visite alors qu'elle l'a presque tué. Y a un truc qui lui échappe. « Comment tu te sens ? Je veux dire, physiquement ? Tu vas bien ? » Y a des séquelles ? Y a des traces de ce qui s'est passé ? C'est une équation à trop d'inconnues et elle aime pas ça Jemima, faut la résoudre, faut qu'elle ait toutes les cartes en main pour pouvoir s'adapter. Elle veut savoir ce qu'il sait, ce dont il se souvient. Elle ose pas trop s'avancer, elle veut pas se trahir. Elle veut d'abord savoir où il en est, et ensuite elle décidera comment agir.


Dernière édition par Jemima Carter le Jeu 1 Juin 2017 - 13:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2747-born-sick-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2768-baby-s-on-fire-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2769-jemima-carter http://thenotebook.forumactif.org/t2770-jemima-carter-formspring

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 232
ϟ POINTS : 26
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Wesley Tucker
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Jeu 18 Mai 2017 - 16:07

Je savais que Jem ne serais pas particulièrement heureuse de me revoir après une telle absence mais... quand même ! Je ne m'attendais pas à cela, pas à ce que, en voyant mon visage, elle claque simplement la porte au nez. Putain... j'avais encore gâché quelque chose dans ma vie... certes un boulot tout sauf saint pour le coup mais tout de même cela n'en restait pas moins la preuve que je gâchais tout ce qui pouvait avoir un apport bénéfique dans ma vie. Je soupirais donc de désespoir, prêt à baisser les bras, prêt à partir, la tête basse et en traînant des pieds, quand elle ouvrit une nouvelle fois la porte, m'attrapant par le poignet et me tirant sans plus de manière, me faisant pousser un petit cri de surprise tandis que  j'étais aspiré à l'intérieur de son appartement. Elle me dévisageait, me regardait tel un prédateur et, encore une fois, comme à chaque fois en fait, elle me terrifiait. D'un coup j'avais l'impression de n'être plus qu'un bout de viande... un bout de viande tout nu et même si c'était absurde par réflexe je mettais mes mains sur mon intimité. Mais qu'est qui lui prenait ? Ah oui, elle était elle, c'était un comportement « normal » chez Jemima... puis il y eut cette question... une question qui me laissa perplexe « Bah... avec mes pieds... enfin non pas que, j'ai pris le bus aussi... comme à chaque fois. » C'était absurde... comme question... comment j'étais arrivé là ? Bah en venant, tout simplement, pour tenter de rétablir notre ancienne collaboration. C'était pas comme ci d'un coup j'avais découvert son adresse par pur magie alors que j'étais déjà venu enfin... je sais pas moi !

Mais voilà... même si Jemimah a toujours été bizarre et effrayante, là elle l'est encore plus que d'habitude. Elle me regardais comme ci j'étais un putain de revenant, une bête curieuse ou autre et ça me met mal à l'aise. Pire encore je sursaute quand elle se rapproche de moi, pose sa main sous ma mâchoire, tourne mon visage dans tous les sens comme ci je n'étais qu'une simple poupée avant de vérifier mes doigts. Mais putain... qu'est-ce quelle fout ?! J'avais envie de fuir d'un coup, de prendre mes jambes à mon cou et de ne plus jamais revenir. J'avais cette horrible impression de n'être qu'un produit dont elle inspectait les morceaux tel un Dr Frankenstein qui chercherait à créer sa nouvelle créature et je refusais de finir coupé en morceau puis jeter dans une benne comme une sous merde... Je savais que ma vie était triste mais tout de même... je méritais pas ça, si ? Et ce fut le retour des questions... une qui semblait pour le coup logique puis d'autres qui, encore, ne faisaient absolument aucun sens bordel ! « Chez... chez moi. Enfin je veux dire... pendant quelques temps je suis resté chez moi, désolé de pas t'avoir prévenu. C'est juste que... disons que quelque chose a fait que j'ai préféré loin de toute substance bizarre, juste le temps que mon côté flipette passe. » Bien entendu je parlais de cette semaine... cette semaine dont je n'avais aucun souvenir. J'étais persuadé que l'on m'avait drogué... et qui sait quoi d'autre pendant cette semaine ? Du coup forcément, je préférais éviter tous trucs pouvant me retourner le cerveau. Du reste, je commençais à répondre d'une voix de plus en plus tremblante « Et non ça va pas, ok ? Je vais finir par me pisser dessus car tu me fais peur Jem et tu sais ce qu'il se passe quand j'ai vraiment trop peur. » et c'était vrai... à ce rythme là j'allais encore souiller un pantalon et des pantalons j'en avais plus des masses de propre et en plus... j'avais peut être plus beaucoup de fierté mais si je pouvais encore évité d'en perdre en me lâchant comme un gosse...

Au final je me reculais un peu, prenant de la distance avec ma camarade alors que je sentais ma respiration s'emballer. Pourquoi étais-je venu franchement ? Pourquoi étais-je pas allé voir Kieiren plutôt ? Contre une pipe il m'aurais passé du fric... le seul type avec qui je pouvais me prostitué car je savais que c'était de la pitié déguisé et que même sans argent j'aimais lui faire des trucs. Mais voilà... j'avais voulu éviter la pitié et maintenant je me retrouvais avec une folle dingue plus timbrée encore que dans mes souvenirs ! « Je vais bien, ok ? Je vais bien ! Arrête de me dévisager et m'analyser comme ça steuplait ! J'ai juste plus de cicatrices que la dernière fois, plus de tatouage aussi et peut être que j'ai perdu du poids aussi. Je comprend pas... qu'est-ce que tu veux me faire dire à la fin ? Je pige rien ! » J'étais vraiment en train de paniquer et je me sentais me recroqueviller sur moi même « Tout ce que je voulais moi c'était rétablir notre accord. J'ai besoin de fric tu comprend mais là j'ai peur... tu me fais peur putain ! Je veux rentrer mais j'ose plus te tourner le dos même pour ouvrir cette porte ! » Je tentais de me calmer, de calmer cette respiration qui ne faisait que perdre en contrôle et diminuer ces battements de cœur trop rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PROFESSEUR PLUTONIUM

ϟ POSTS-ENVOYES : 262
ϟ POINTS : 10
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : anarchy fourberie
ϟ AVATAR : lydia graham
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: no limit
+ contacts:

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Jeu 1 Juin 2017 - 13:53

« Bah... avec mes pieds... enfin non pas que, j'ai pris le bus aussi... comme à chaque fois. » Elle arque un sourcil, comprenant qu'il a pris sa question au premier degré. Elle cligne des yeux, se retient de soupirer, garde le silence. Pourtant elle esquisse un sourire, parce qu'il est toujours un peu à côté de la plaque et qu'elle trouve ça terriblement amusant. Mais il devrait pas l'être. Il devrait être six pieds sous terre, pas dans son appartement. Et elle a beau réfléchir elle comprend pas, elle a beau l'analyser y a aucune explication logique qui lui vient. Elle le touche et l'examine et force est de constater qu'il est bel et bien là, bel et bien vivant. Le cœur qui bat, les poumons qui se gonflent et des couleurs sur les joues. Il va bien, et elle sait pas encore si elle est soulagée ou déçue. « Chez... chez moi. Enfin je veux dire... pendant quelques temps je suis resté chez moi, désolé de pas t'avoir prévenue. C'est juste que... disons que quelque chose a fait que j'ai préféré rester loin de toute substance bizarre, juste le temps que mon côté flipette passe. » Enfin quelque chose qui l'intéresse – quelque chose et il précise pas quoi mais elle sent que c'est lié à elle, à ce fiasco, à sa foutue mort qui n'était visiblement qu'un mensonge. Elle veut demander, creuser, chercher à avoir toutes les cartes en main pour adapter son comportement, mais il la devance en parlant le premier. « Et non ça va pas, ok ? Je vais finir par me pisser dessus car tu me fais peur Jem et tu sais ce qu'il se passe quand j'ai vraiment trop peur. » Il a la voix qui tremble et elle sait bien qu'elle le fait flipper, c'est comme ça depuis le début. Elle pointe un index autoritaire dans sa direction, le fixant d'un air trop sévère. « N'y pense même pas. Si tu fais ça je te mets dehors, et tu pourras toujours courir si tu veux refaire affaires avec moi. » Elle attrape son visage d'une main, l'attirant à elle pour plonger son regard dans le sien. « Alors tu respires, tu te calmes, et t'arrêtes de stresser pour rien. Grandis un peu, bon sang. » La vérité c'est qu'elle est loin d'être rassurée Jem, elle sait qu'elle a le dessus sur lui alors elle s'en sert pour faire bonne figure, mais elle sait pas sur quel pied danser. Elle sait pas ce qu'il sait, ce dont il se souvient. Elle sait pas s'il est revenu pour se venger, s'il lui tend un piège foireux, s'il est suffisamment stupide pour se jeter dans la gueule du loup malgré tout, ou s'il ignore la vérité. Elle sait pas et elle déteste être dans un tel flou, surtout quand la situation est aussi délicate. Elle risque gros, et elle ne laissera pas Meredith lui mettre des bâtons dans les roues. Mais il a l'air tellement effrayé qu'elle doute qu'il puisse faire grand-chose, à voir la façon dont il recule pour s'éloigner d'elle, la respiration aussi rapide que son débit de paroles. Elle avait oublié combien il pouvait donner envie de le bâillonner, parfois. « Je vais bien, ok ? Je vais bien ! Arrête de me dévisager et m'analyser comme ça steuplait ! J'ai juste plus de cicatrices que la dernière fois, plus de tatouages aussi et peut être que j'ai perdu du poids aussi. Je comprends pas... qu'est-ce que tu veux me faire dire à la fin ? Je pige rien ! » Elle penche la tête sur le côté, le jauge d'un air froid mais intéressé, les sourcils légèrement froncés. Alors quoi, il se rappelle pas ? Vraiment pas ? Elle a un peu de mal à y croire et elle peut pas s'empêcher de se méfier, comme s'il cherchait à lui faire avouer elle-même. Sûrement que ça la fait virer parano mais on n'sait jamais, surtout qu'elle lui a jamais fait particulièrement confiance. Trop peureux pour ça, elle risque pas de lui confier quoi que ce soit. « Tout ce que je voulais moi c'était rétablir notre accord. J'ai besoin de fric tu comprends mais là j'ai peur... tu me fais peur putain ! Je veux rentrer mais j'ose plus te tourner le dos même pour ouvrir cette porte ! » Il panique, elle trouve ça ridicule. Elle reste plantée là, croisant les bras contre sa poitrine sans le quitter du regard. Elle finit par soupirer, faisant un pas vers lui, mais elle se ravise quand elle voit que ça le rassure pas des masses. Elle décide de rester sagement là où elle est, de peur qu'il perde le contrôle de sa vessie. « Meredith, respire. Tout va bien alors calme-toi, d'accord ? » Sa voix est posée, et elle reste parfaitement calme, comme pour l'inviter à l'imiter. D'abord le tranquilliser, après l'interroger. « Je vais rien te faire, pourquoi tu paniques comme ça ? On discute simplement. » Finalement, elle finit par se diriger vers lui pour attraper sa main, et sans lui laisser le choix, elle le tire derrière elle jusqu'à la cuisine. Elle le relâche, sort un verre et le remplit d'eau fraîche avant de le lui tendre. « Bois un coup, on dirait que tu vas t'évanouir là. » Elle insiste du regard pour lui montrer qu'elle lui demande pas son avis, le dévisageant sans ciller jusqu'à ce qu'il s'exécute enfin. Une fois que c'est fait, elle passe doucement une main dans la tignasse du garçon, d'un geste presque attentionné, comme pour lui montrer qu'il a aucune raison de flipper autant. « Ça va mieux ? Faut pas te mettre dans cet état, je veux juste comprendre. » Elle reste d'un calme olympien, un peu trop pour que ce soit vraiment naturel. Elle cherche à le calmer et l'amadouer, lui montrer qu'elle n'est pas son ennemie pour le faire parler sans avoir à se mouiller. « Tu sais, avec ce silence radio je commençais à m'inquiéter. J'me suis demandé s'il t'était arrivé quelque chose de grave. » La voix aussi douce que possible, elle le regarde d'un air concerné, continuant de vouloir le faire se sentir en sécurité. Elle enfile son masque le plus avenant, le plus mensonger aussi. « Tu veux bien m'raconter ce qu'il s'est passé ? » Elle a besoin de connaître sa version – savoir si elle doit continuer de le ménager, ou devenir son pire cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2747-born-sick-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2768-baby-s-on-fire-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2769-jemima-carter http://thenotebook.forumactif.org/t2770-jemima-carter-formspring

avatar

⊹ life can hurt

ϟ POSTS-ENVOYES : 232
ϟ POINTS : 26
ϟ PSEUDO : TheWeirdBoy
ϟ CREDITS : TheWeirdBoy
ϟ AVATAR : Wesley Tucker
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp:
+ contacts:

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Jeu 8 Juin 2017 - 19:04

Pourquoi étais-je retourné la voir sérieux ? Cette meuf... elle était pire qu'une sorcière, qu'un monstre terrifiant qui voulait vous dévorer vivant sous le chant de vos cris d'agonie. Elle me tétanisait totalement, comme à chaque fois, me donnait envie de fuir, comme à chaque fois et me faisait me dire qu'il faudrait que j'achète de nouvelles fringues... comme à chaque fois ! Alors pourquoi, pourquoi m'infliger cela franchement ? Tout simplement car j'étais putain de fauché et que pour moi fauché voulait dire terrible souffrance voir mort imminente... et contrairement à cette même image que me renvoyait Jemima, le reste n'était justement pas une image et je n'avais pas encore envie de me faire mutiler par des salopards si pas pire pour les plus tordus d'entre eux juste car j'avais peur d'une fille qui... pour le moment... ne m'avait jamais tué ! Du moins, à ce que je sache. Alors ouai, voilà pourquoi j'étais là ! Disons simplement que je ne m'attendais pas à ce que ce soit... aussi zarbi en fait... je savais qu'elle n'était pas tout à fait normal et que mon silence radio n'avait sans doute rien arrangé mais là... disons que là c'était trop pour que je ne quitte pas totalement ma zone de confort et ne commence à paniquer. Car elle m'observait sous toutes les coutures, me posait ces questions qui, pour moi, n'avaient pas beaucoup de sens et surtout elle m'accablait... elle m'accablait sans même me laisser le temps de comprendre ou réfléchir.

Alors forcément, même quand elle menaça de me jeter dehors si jamais je souillais mon pantalon, j'en étais au point de me demander si je ne préférais pas ça ? Presque à hyper-ventilé tant le stress montait avant de sentir ses mains se poser sur mon visage afin de me forcer à capter son regard. Et je respirais, respirais jusqu'à réussir à retrouver mon calme, comme elle me l'avait ordonné même si j'en avais prit un sacré coup à l'ego « Je suis pas un gamin... » lâchais-je avec une voix de bébé qui faisait tout sauf prouver mon point. D'un côté elle était marrante, comment ne pas réagir comme je l'avais fait dans ce genre de situations ? Surtout quand j'étais un flippé de la vie et que ma propre ombre pouvait me faire crier comme une gonzesse si je ne m'y attendais pas. Alors le calme ne reste pas bien longtemps et je reprend ma plainte, ma crainte traduite sous la forme de mots, de phrases. Je lui explique que je vais bien mais surtout qu'elle me fait peur, affreusement peur et que je ne suis pas certain de pouvoir supporter cela sur la durée, même une courte durée. Et je fais un mouvement de recule quand je la vois faire un pas vers moi, même un pas avorté. Je veux juste fuir en fait... ouai, c'est ça ! Je veux fuir à présent et trouver un autre moyen de me ramener mon fric même si je le sais au fond qu'il n'y a pas d'autre moyen. En clair j'ai elle... ou l'assurance d'avoir de nouvelles cicatrices à devoir cacher sous de nouveaux tatouages.

Jemima changea alors d'attitude. Elle devint plus calme, plus douce, sans doute pour me calmer moi même et si l'envie de fondre en larme en me cassant le plus vite possible était toujours là j'arrivais en effet à me calmer... lentement... très lentement mais cela reste un début ! J'avais envie de la claquer aussi... pourquoi je paniquais ? Elle en avait de bien bonne celle là ! « Tu ne discutes pas, tu m'analyses comme un putain d'animal étrange et tu me fais flipper ! » protestais-je. Cela dit, quand elle me prit la main je me montrais un peu moins sur la défensive, la laissant faire et la suivant jusque dans la cuisine bien que d'un pas incertain. Elle n'avait pas tort, un verre d'eau m'aurait sans doute fait le plus grand bien... mais j'avouais regarder ce verre comme ci il s'agissait du plus virulent des poisons « C'est que de l'eau, hein ? Tu commences pas déjà à expérimenter sur moi tant qu'on a pas parlé, n'est-ce pas ? » Tel un animal craintif je tendais la main vers le verre avant de plonger très rapidement le bout des lèvres dans le liquide pour vérifier qu'il s'agissait bien là d'eau. Finalement je me laissais aller à boire, espérant ne pas m'être trompé. Seulement voilà... sa main je ne l'avais pas vu venir et face... à ce qui semblait être presque un geste d'affection je me raidis. Mais qu'est-ce qu'elle foutait PUTAIN ?! Elle essayait vraiment de me retourner la tête ou quoi ? Je ne comprenais pas. Jem attentionnée avec moi c'était comme ma mère défilant en tête de la Gay Pride. Je lui attrapais finalement la main pour la stopper tant ça me perturbait « Mais qu'est-ce qui t'arrive à la fin ? Depuis le moment où j'ai frappé à ta porte j'ai l'impression d'être devant une maniaque ! Je sais que t'as toujours été assez bizarre mais là... entre ton analyse complète et maintenant cette grande douceur dont tu fais preuve avec moi... putain mais qu'est-ce qu'il t'arrive à la fin ?! T'as jamais été aussi avenante avec moi ni aussi creepy, ça sonne complètement faux. T'as testé un produit sur toi même ou quoi ? Et puis pourquoi t'es obsédé par savoir ce qui m'est arrivé ? Des merdes il m'en arrive tout le temps après tout et jusqu'à maintenant ça t'a jamais vraiment inquiété, au contraire ! Tout ce qui t'a jamais intéressé c'était de savoir où tu pouvais piquer sur mon corps... » J'étais peut être un peu dur avec elle... mais au fond je le pensais vraiment... qu'elle ne tenait pas plus que cela à moi. Alors pourquoi y aller avec des pincettes ? Surtout que cette situation me paraissait tellement louche... peut être qu'elle avait fini par véritablement perdre la boule ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PROFESSEUR PLUTONIUM

ϟ POSTS-ENVOYES : 262
ϟ POINTS : 10
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : anarchy fourberie
ϟ AVATAR : lydia graham
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: no limit
+ contacts:

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   Lun 19 Juin 2017 - 0:42

« Je suis pas un gamin... » Avec le ton qu'il emploie et la tête qu'il fait, il se contente de prouver le contraire. Elle ne prend pas la peine de répondre parce que son regard en dit déjà long, une pointe de jugement luisant au fond d'ses yeux. Elle se sait plus jeune que lui et pourtant elle a souvent l'impression que c'est l'inverse – comme si elle faisait face à un môme paumé et qu'elle se retrouvait propulsée au rang d'adulte responsable ou presque. Tout ce qu'elle a de responsable c'est son implication dans certains des problèmes de Meredith et le pire c'est qu'elle en est pas vraiment désolée. Elle profite de sa naïveté sans même en culpabiliser, même si elle s'en mordrait presque les doigts maintenant qu'il est là. Maintenant qu'elle fait face à son erreur et qu'elle n'a aucune idée de comment la gérer – ou même de comment le gérer lui, avec ses peurs et ses maladresses. « Tu ne discutes pas, tu m'analyses comme un putain d'animal étrange et tu me fais flipper ! » Elle plisse les yeux une seconde, agacée par cette protestation et la façon dont il hausse un peu la voix. Mais ça repart comme c'est venu, parce que dans le fond elle sait qu'il a raison. Sur le principe elle s'en fiche, elle n'a jamais sourcillé en le voyant flipper. Pourtant si elle veut réussir à l'amadouer et le garder de son côté, faut qu'elle évite de le terroriser. Elle sent bien qu'il est à deux doigts de se tirer en courant et ça colle vraiment pas avec ses plans. Alors elle se fait d'un calme olympien Jem, presque douce même si elle garde un côté autoritaire, à le traîner jusqu'à la cuisine pour lui fourrer un verre d'eau entre les mains. Elle la voit, son hésitation. « C'est que de l'eau, hein ? Tu commences pas déjà à expérimenter sur moi tant qu'on a pas parlé, n'est-ce pas ? » Y a un soupir exaspéré qui lui échappe alors qu'elle se retient in extremis de lever les yeux au ciel. Ce qu'il peut l'irriter, quand il s'y met. « Meredith. Est-ce que je t'ai déjà fait un plan foireux d'ce genre là ? » La réponse est bien évidemment oui. Mais en théorie, il le sait pas. Et au final c'est presque un test, une façon de jauger sa réaction et voir ce qu'il va répondre – s'il répond. Parce qu'elle continue de nager en eaux troubles et que ça use sa patience, lentement mais sûrement. De toute façon il finit par obtempérer, peut-être à cause de la façon qu'elle a de le fixer, peut-être juste parce qu'il a soif, au final ça n'a pas d'importance tant qu'il obéit. Et quand elle lance une main vers lui pour la passer dans ses cheveux, ça a quelque chose d'attentionné. D'un peu rabaissant aussi – c'est involontaire mais sa façon d'exécuter le geste n'est pas bien différente de ce qu'elle aurait fait avec un chien qui s'est assis comme elle le lui a demandé. Visiblement ça n'marche pas très bien, parce qu'il semble se raidir à son contact et elle ramène sa main à elle, perplexe, et peut-être un peu vexée aussi. « Mais qu'est-ce qui t'arrive à la fin ? Depuis le moment où j'ai frappé à ta porte j'ai l'impression d'être devant une maniaque ! Je sais que t'as toujours été assez bizarre mais là... entre ton analyse complète et maintenant cette grande douceur dont tu fais preuve avec moi... putain mais qu'est-ce qu'il t'arrive à la fin ?! T'as jamais été aussi avenante avec moi ni aussi creepy, ça sonne complètement faux. T'as testé un produit sur toi-même ou quoi ? Et puis pourquoi t'es obsédée par savoir ce qui m'est arrivé ? Des merdes il m'en arrive tout le temps après tout et jusqu'à maintenant ça t'a jamais vraiment inquiétée, au contraire ! Tout ce qui t'a jamais intéressée c'était de savoir où tu pouvais piquer sur mon corps... » Sur le coup, elle reste de marbre. Le temps d'assimiler tout ce qu'il vient de sortir et le contrôle qui lui échappe un peu, mais déjà beaucoup trop à son goût. Elle se tend, le menton qui se redresse d'un air presque dédaigneux alors qu'elle le jauge en silence, des mitraillettes à la place des yeux. Ses poings se serrent contre ses flancs, ses mâchoires grincent. Elle a envie de lui dire qu'il lui tape sur le système, avec ses tirades à deux balles et ses inquiétudes ridicules, avec la façon qu'il a de la regarder comme si elle allait le bouffer. Elle a envie de lui filer une claque ou peut-être un coup de poing, voire même d'attraper le verre pour le lui éclater sur le crâne. La vision se superpose à ses rétines le temps d'une seconde et elle trouve ça tellement agréable que ses traits s'assouplissent légèrement. Ça n'efface pas son irritation mais ça suffit à lui faire reprendre ses moyens, bien qu'elle n'ait rien dit, rien fait. Elle se détend, consciente que sa stratégie n'est pas la bonne. Naïf certes, mais peut-être pas con à ce point-là ; le côté amical ça prend pas. Alors elle affiche un air qu'il connaît mieux, le regard curieux mais d'acier, le visage aussi lisse que celui d'une poupée. Pas d'expression particulière, simplement un air calme qui tranche avec la lueur qui tangue perpétuellement au fond de ses prunelles. « D'accord. T'as raison, je m'en fiche. » C'est lâché avec une telle simplicité que ça en deviendrait presque plus insultant que la pire des grossièretés. « C'est pas vraiment pour ton bien-être que je m'inquiète, mais je voulais être gentille. C'est noté, je n'le serai plus. » Y a un sourire qui vient tirer sur ses lèvres mais c'est terriblement froid. Cette fois, c'est à peu près le même effet qu'un majeur levé. « Mais pour nos petites expériences, j'ai besoin de savoir dans quelle condition physique tu es et si t'as vécu des trucs majeurs ces derniers temps. Des trucs qui ont influencé ton organisme, tu saisis ? C'est pour toi. J'voudrais pas te tuer par inadvertance. » C'est dommage qu'il ne puisse pas comprendre la portée de sa remarque, même si le sarcasme est parfaitement palpable. Elle a les prunelles vrillées dans les siennes et y a quelque chose de presque reptilien dans son regard. Pas franchement rassurant, mais tant pis pour lui, il n'a pas eu l'air d'apprécier son masque de sympathie. « Donc maintenant, tu vas m'expliquer. » C'est pas une question, mais le ton est trop posé pour sonner comme un ordre. C'est plutôt un conseil – auquel on ne peut pas dire non, mais un conseil quand même. Elle reprend son comportement habituel avec lui, ferme et un peu trop autoritaire, juste assez inquiétant pour le pousser à vouloir se plier à ses désirs. Elle a tenté de lui faciliter la vie mais il a craché dessus, alors elle change de tactique. Si elle peut pas tabler sur l'affection elle utilisera la science, ça c'est infaillible ou du moins c'est ce qu'elle pense. « J'ai besoin de toutes les infos. » C'est froid et presque clinique, comme s'il n'était qu'un sujet à étudier. Elle a fait disparaître toute trace de compassion dès l'instant où il l'a rejetée, et si elle reste calme et globalement correcte, c'est simplement parce qu'elle a besoin de lui. Elle prend sur elle, pour être environ au même niveau que d'habitude, pour qu'il soit pas trop dépaysé et qu'il arrête de vouloir la contredire. Mais s'il coopère pas, elle est prête à passer au cran au-dessus. Elle n'le laissera pas sortir d'ici tant qu'elle n'aura pas les réponses à ses questions. À choisir, elle aimerait mieux les obtenir sans avoir à se mouiller. Mais s'il fait le difficile, elle trouvera un autre moyen de le faire parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t2747-born-sick-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2768-baby-s-on-fire-jem http://thenotebook.forumactif.org/t2769-jemima-carter http://thenotebook.forumactif.org/t2770-jemima-carter-formspring
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: Guess who's back from the dead ? [Jem]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guess who's back from the dead ? [Jem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ∞ a ghost back from the dead (tomey)
» Premium Kit Sigma are back !
» back to mac après dépotage
» *RESOLU* fdt fix fluid sans bouchon -> back to mac ?
» back to sleep

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: SAVANNAH :: river street :: home sweet home-
ACCUEIL
BAZZART.
TOP-SITE.
TUMBLR.
LES JEUX.




S'INTEGRER
LES DéFIS
LES éQUIPES
ANIMATIONS
Tweets by wab_rpg