Partagez
 

 Sans vie (eannih)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

Sans vie (eannih) Empty
MessageSujet: Sans vie (eannih)   Sans vie (eannih) EmptyVen 28 Avr - 8:44

Il l’a buté. T’arrives pas à comprendre ? Il l’a buté, JJ a buté Eanna. C’est exactement ce qui est arrivé à Assia. Putain ouvres les yeux tu me rends dingue. Il est pas de ton côté, il est pas ton frère, cet espèce d’enfoiré est entrain de tout détruire, faut que tu réagisses, faut vraiment que tu le fasses, sinon j’te jure que c’est moi qui le ferait. Et tu regretteras, et tu m’en voudras. La voix, d’abord presque inaudible était de plus en plus forte dans sa tête. Sam avait la tête entre ses mains, les coudes sur ses cuisses, installés depuis des heures sur les sièges de la salle d’attente du service des urgences. Il avait l’impression qu’il allait exploser. Il avait l’impression que tout était entrain de se casser la gueule sans qu’il n’ait le moindre pouvoir sur quoi que ce soit, ni qui que ce soit. JJ partait à la dérive et Eanna allait certainement crever et lui ne pouvait rien faire d’autres que d’attendre là, depuis des heures et l’autre dans sa tête trépignait d’impatience. Il voulait réagir, il voulait que Sam arrête de lutter, qu’il arrête de se dire qu’il pouvait encore arranger les choses. Quand un train vous fonce dessus à pleine vitesse, on ne peut pas empêcher les gens de se faire broyer. JJ était ce train, et tous les Kids allaient finir par se faire écraser.

Monsieur Scully. Silence enfin dans sa tête. Sam releva la tête, les yeux rougis par la fatigue, la défonce et ses sanglots de fillettes tout à l’heure dans les toilettes. Un chirurgien se tenait devant lui. Sam se leva d’un bond pour se mettre devant lui, sctoché à ses lèvres comme il le serait à la vie. Votre amie va s’en sortir. On a réussi à stopper l’hémorragie. Malheureusement, nous n’avons pas pu sauver le bébé. Sam retomba aussi sec sur la chaise inconfortable. Ce que venait de dire le médecin faisait le même effet qu’un coup de point dans le diaphragme. Son coeur s’était arrêté. De… quoi ? Le médecin fronça les sourcils et prit une grande inspiration. Pardon, je pensais que vous étiez au courant. Votre amie était enceinte de trois mois. Sam buggait complètement, le regard dans le vide, incapable de comprendre ce qu’on venait de lui dire. Hein, quoi ? Mais quel bébé ? Quelle grossesse ? Comment… Et c’est ainsi que les planètes furent enfin alignées. JJ, l’altercation avec Eanna et cette fausse-couche… Je… je veux la voir, elle est où ? Déclara-t-il d’une petite voix essayant d’ignorer sa voix intérieure qui se remettait à parler, encore et encore, de plus en plus fort jusqu’à lui filer une migraine pas possible. Le médecin lui fit signe de le suivre et ils marchèrent en direction de la chambre d’Eanna dans un silence pas possible. Une fois arrivée devant la chambre, le médecin l’entrouvrit, commença à entrer et se stoppa une seconde en regardant le corps meurtri de sa patiente. Elle ne devrait pas tarder à émerger… Cependant, il y a autre chose. Une chose qu’il vaudrait mieux qu’elle apprenne de votre part… Sam plongea son regard dans celui du médecin, pendant que tout son corps tremblant de peur. Il regardait Eanna, au même moment, le médecin pendant que le médecin faisait une annonce qui allait sceller la fin de quelque chose. On ne pourrait jamais pardonner ce qui s’était passé. Car on ne pourrait plus jamais l’’oublier ce qui s’était passé. Eanna ne le pourrait pas, en tout cas.

Elle mit tout de même de longues minutes à ouvrir les yeux. Sam était resté sur ce fauteuil, juste à côté du lit tout ce temps. Il avait éteint son téléphone portable pour ne pas succomber à la tentation de convoquer JJ immédiatement. Il ne voulait pas écouter ni sa colère ni son envie de vengeance. Les mots du médecin tournaient en boucle dans sa tête et ce refrain, qui n’en finissait plus, lui donnait des envies de meurtre. De la colère, non, ce n’était pas du tout ce qu’il avait envie de ressentir à ce moment précis. Elle méritait mieux que ça. Il devait être calme après cette tempête, elle avait besoin de repos. Sa vie était sur le point de changer complètement. Sam se devait d’être le chef de meute qu’il était sensé être. Il devait la porter à bout de bras, lui qui n’avait pas eu l’occasion de soutenir Assia. Eanna serait sa rédemption. Ils n’avaient jamais été très proches tous les deux. Eanna était un genre de parasite qui l’énervait la plupart du temps et qu’il aimerait faire taire avec une tapette à mouches. Mais plus maintenant. Maintenant, il était responsable d’elle. Maintenant, il ferait n’importe quoi pour elle. N’importe-quoi.

Elle poussa un petit gémissement qui fit sursauter Samih. Il se releva immédiatement pour se planter juste à côté d’elle. C’est moi, c’est Sam. Comment tu te sens ? Question débile, stupide. Comme l’était Sam, vraisemblablement. Il ferma une seconde les yeux pour s’insulter intérieurement de tous les noms. Doucement, il dégagea le visage d’Eanna d’un geste paternel en balayant une mèche de cheveux. Ses yeux étaient humides, sans pour autant que les larmes ne se décident à couler. Cela aura au moins servit à rappeler à Sam combien ils étaient une famille. Combien il tenait à eux. Mais comme toutes les familles, il y a des branches malades. Penser à JJ le crispa un instant, il respira profondément. Eanna, je… faut que tu me racontes ce qui s’est passé exactement. Il ne voulait pas la brusquer mais son désir de vengeance ne pouvait pas attendre qu’elle se remette entièrement de ses blessures. La prochaine fois qu’il verrait JJ, c’est sûr, il lui fera payer ce qui venait de se passer. Il le fera regretter toute sa vie d’avoir brisé celle de Nana. Bras droit ou pas, meilleur ami ou pas, JJ venait de commettre le crime de trop. Je ferais en sorte que ça n’arrive plus jamais, t’entends ? Il ne te fera plus jamais quoi que ce soit, j’t’assure. Ce sait ce qu’il n’arrivera plus jamais aussi ? Qu’elle tombe enceinte. Tu comptes lui annoncer quand ? Sam avala sa salive avec difficulté, sans oser la regarder dans les yeux pour le coup. Il n’avait pas la force de lui annoncer, pas maintenant. Tu le dois. Sam se sentait devenir liquide à l’intérieur. Toujours en fixant ses pieds, il commença donc minablement. Le médecin il m’a… il m’a… parlé de… de ton appareil reproductif. Hein ? Sam ferma les yeux, il aurait espéré ne jamais, jamais, JAMAIS avoir à parler de l’appareil reproductif de Nana. C’était même la dernière chose au monde au monde de laquelle il voulait parler. Pire que JJ qui se tape Trixia ? OUI. Enfin. NON. Sam secoua la tête de gauche à droite et balayant l’air comme s’il chassait une mouche. Non, écoute, on verra ça plus tard. Oui, plus tard, dans un futur le plus lointain possible.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring
Invité

Anonymous
Invité
☽ ☾

Sans vie (eannih) Empty
MessageSujet: Re: Sans vie (eannih)   Sans vie (eannih) EmptyMar 2 Mai - 12:02



la vie, c'est qu'un tissu de mensonge. on ment depuis une éternité sur tout et pour rien. on nous ment d'puis qu'on est gosses avec des histoires de père noël et de fée des dents. tout ça c'est des conneries. comme la mort. la mort, si jolie, le paradis et le fond blanc qui apparaît quand tu t'apprêtes à prendre la porte pour un monde meilleur. putain cette lumière blanche vous savez c'que c'est ? c'est les néons suspendus au plafond qui vous rendent aveugle et vous laisse croire que tout va s'arranger, que tout ira mieux pour vous. que l'pire est passé et que l'meilleur est à venir. putain. bullshit. c'est d'la merde en conserve qu'on se plait à croire parce que c'est plus simple ainsi. parce que ça fait moins mal et qu'on a l'air moins con au réveil en s'disant, super j'ai vu la vierge. des conneries encore et encore. toujours plus, parce qu'il faut voir les choses en grand, parce que la mort ça doit être cool et attractif. ça n'a rien d'engageant. c'est noir et froid. c'est effrayant ! c'est vide de tout, ça s'faufile en nous et ça nous broie. ça nous prend et nous écrase comme le vulgaire petit insecte qu'on est. ça se joue de toi, ça s'amuse de ta situation, ça t'condamne. et l'pire c'est qu'elle se marre pendant que toi t'agonise, suffoquant à l'acide de son empreinte qu'elle à marqué au fer sur ta peau.

tu sais pas combien d'temps t'as passé à errer dans l'immensité noirâtre dans laquelle t'as élue domicile. tu les entendais vaguement hurler ton prénom. la brûlure de leur doigts glacés sur ta peau nue. un massage cardiaque peut-être. t'avais replongé. tu t'vidais de ton sang comme si on t'avais ouvert les veines. t'as rien fait si ce n'est attendre. attendre que ton corps se réchauffe et qu'tu finisses par ressentir à nouveau la douleur. ça n'a pas duré bien longtemps. ça sentait l'anesthésie à plein nez, cet odeur de mort qu'tu déteste. cette odeur qui t'collait à la peau après l'incendie. après les masques à oxygène et les examens pour voir si tout allait bien. les souvenirs te happent. étrangement t'y retournes volontiers, t'as rien d'autre à foutre. et y a surtout rien d'autre qui te raccroches autant à la réalité. réalité douloureuse mais y a que comme ça que tu te sens vivante. en regardant le feu lécher les rideaux, les murs, ta peau. c'est chaud, tu pourrais rester là. tu ressens pas la brûlure. y a juste la chaleur qui t'enveloppe, qui t'endors pour un repos meilleur. les battements de ton palpitant s'apaise, t'as plus cette boule au creux de la poitrine qui t'oppresse. tu sais pas où t'es, mais t'es bien.  

ils ont stoppé l’hémorragie. c'est comme ça, que tu as commencé à te réchauffer. parce qu'ils ont gentiment remis de l'huile pour faire fonctionner le moteur. ça ne s'est pas fait sans dégâts, d'ailleurs y a des pièces irrécupérables. ils vont sûrement mettre 10 ans à te l'annoncer parce que ça n'a rien de très agréable mais au fond de toi, tu le sais déjà. tu l'as compris depuis longtemps. c'est à ce moment que t'as cédé aux coups de JJ, t'avais plus de réelle raison de te battre, de lutter. tu pensais pas pouvoir perdre ce combat, t'imaginais pas que ça irait aussi loin. il pouvait pas en vouloir à de l'innocence. et pourtant t'étais là, bloquée entre deux draps. à revenir à toi par vagues, tu t'approchais du bord, puis tu t'faisais embarquer à nouveau vers des eaux plus profondes. ainsi de suite comme un rouleau. tu percevais les voix au loin, tel un écho, ayant le droit à des brides d'une éventuelle conversation. y a autre chose. Une chose .. vaudrait mieux qu’elle apprenne de votre part… et là, tu t'es accrochée. tu t'es accrochée parce que tu savais que ce elle, c'était personne d'autre que toi. parce que la curiosité était bien trop important, curiosité mal placée. peut-être que t'aurais laisser la mer te ravaler. elle ne pourra plus avoir d'enfant. la brutalité dont elle a été victime, a endommagé son système reproductif. c'est un miracle qu'elle soit encore vivante après ce qu'elle à subit, vous nous l'avez amené à temps. elle ne pourra plus avoir d'enfant. tu ne pourras plus avoir d'enfant. la lutte à perdu encore plus de sens. finalement t'as de nouveau lâchée prise. t'as arrêté de t'accrocher vainement à ce flot de vie et tu t'es laissée partir. encore. espérant que cette fois t'allais te noyer dans la tragédie de ta minable petite vie.  t'as retenue ta respiration, pendant longtemps ou peut-être que ce n'était que 5 secondes parce que t'étais incapable de lutter contre tout ça. puis au final t'as laissé la vie et la mort se disputer ton squelette. pas une ne voulait lâcher mais l'autre avait tout intérêt à t'garder parce que t'faire souffrir, c'est plus marrant que te laisser reposer en paix.

t'es revenue à toi, doucement. dans un battement de cil. t'as laissé l'air s'engouffrer avec plus d'ardeur dans tes poumons, laissant échapper un gémissement de douleur. ça t'brûle la trachée, tellement, que respire en devient presque une corvée. t'essaies de te rehausser un peu, avec le reste de force que tu as. puis y sam, ça devient plus facile en le voyant. alors pendant tout ce temps, il est resté là ? il est resté pour toi ? C’est moi, c’est Sam. Comment tu te sens ? comme quelqu'un qui s'est fait roulé dessus par un rouleau compresseur six fois ? t'aimerais pouvoir lui sourire mais t'y arrives même pas. les muscles de ton visages trop endoloris par ce qu'il s'est passé quelques heures plus tôt. jamais t'aurais imaginé sa présence aussi agréable. qu'il serait là à ton réveil, pour toi. il est là pour toi. il glisse une mèche de cheveux derrière ton oreille, t'offrant plus de visibilité. offrant certainement aussi plus de parcelle de peau ruée par les coups. Eanna, je… faut que tu me racontes ce qui s’est passé exactement. pourquoi ? tu détournes le regard un instant. tu peux pas. tu sais pas. tu sais pas ce qu'il s'est exactement passé. ni pourquoi, ni comment s'est arrivé. le dire sonnerait comme une condamnation pour JJ et tu veux pas. t'en es incapable parce que t'es persuadé qu'il y a une raison à tout ça. alors tu poses tes mains sur ses bras. tu la sens sa colère. son pouls qui cogne à la vengeance. je peux pas sam. t'as la voix bordée de sanglots, t'es prête à craquer mais tu peux pas trahir JJ. il pense déjà que t'en as rien à foutre de lui, à quoi bon aggraver la situation. Je ferais en sorte que ça n’arrive plus jamais, t’entends ? Il ne te fera plus jamais quoi que ce soit, j’t’assure. tu les connais trop bien tous les deux. tu sais c'qui va s'passer une fois que tu l'auras balancé. sam peut pas faire de mal à JJ, ça va l'détruire, ça va les détruire. y a plus rien à faire pour toi. c'qui est fait, est fait mais pas eux. ils peuvent pas en arriver là, ils peuvent pas se déchirer sinon tu sais très bien que ça se terminera mal pour tout le monde. samih. et tes doigts se pressent un peu plus contre sa peau. tes yeux humides attrapant les siens. faut qu'tu l'aides. parce que toi t'as pas su l'faire, parce que t'avais probablement pas les mots et que t'étais trop pré-occupée par le bébé. le bébé. le bébé. c'est pas comme si tu te souvenais pas de ce qu'il c'était passé. c'est pas comme s'ils avaient pu l'sauver et pourtant t'as besoin de savoir. Le médecin il m’a… il m’a… parlé de… de ton appareil reproductif. et ça t'reviens par vague, les mots lointain du médecin. ces mots qui semblaient irréels et qui sont pourtant bien ancrés dans ta tête. elle ne pourra plus avoir d'enfant. et tu laisses couler les larmes parce que la tristesse jonche au fond de toi mais il s'passe plus rien. c'est vide, plus d'sentiments plus d'émotions. Non, écoute, on verra ça plus tard. tu portes à nouveau ton attention sur samih. t'as pas entendu sa dernière phrase et alors que tout s'écroule en toi, piliers après piliers. c'est JJ. il l'a tué. il a tué le bébé. tu regardes le dernier s'effondrait. c'est fini. c'est fini.

Revenir en haut Aller en bas

Samih Scully
Rest In Prison
▹ posts envoyés : 1934
▹ points : 23
▹ pseudo : fitotime
▹ crédits : dude (avatar) tumblr (gifs) beerus (code signa) soad, white stripes (textes)
▹ avatar : rami malek
▹ signe particulier : des yeux de magicarpe
☽ ☾

already broken
+ disponibilité rp: open bar
+ contacts:

Sans vie (eannih) Empty
MessageSujet: Re: Sans vie (eannih)   Sans vie (eannih) EmptyDim 28 Mai - 18:55

Son regard se voilà quand Sam demanda des explications. Fallait qu’il sache pourtant, chaque petit détail sordide, fallait qu’il les entende. C’était la voix qui lui le posait à poser des questions. Elle savait déjà, mais Sam n’était pas prêt à le comprendre. Alors oui, fallait qu’on le dégoûte de JJ, autant que possible. Sinon, il finirait par se ranger de son côté, passer l’éponge, se dire qu’Eanna allait s’en sortir et que c’était le plus important. S’en sortir ? Dis-le à son foetus crevé, ça. Sam ignora cette remarque déplacée, de ses grands yeux naïfs, il ne quittait pas la brune des yeux. Il n’avait pas de petite soeur Sam, juste une warrior d’aînée qui avait pris toutes les décisions importantes pour lui. Mais quand il se visualait l’image d’une cadette, c’était Eanna à qui il pensait. Une gamine turbulente, illuminée, casse-couilles. Mais une gamine dont il avait la charge. Et JJ… JJ c’était encore autre chose. Ils étaient tous les deux ensembles, envers et contre tout. Mais ce n’était plus possible maintenant. Pas après ça. Pas après tout. Alors fallait qu’Eanna le dise, fallait qu’elle coupe le cordon entre Sam et JJ, une bonne fois pour toute. On prenait souvent Nana pour une folle, de rester avec un type comme JJ, mais Sam la comprenait parfaitement. Lui aussi restait à ses cotés, malgré tout. C’était le moment de prendre leur courage à deux mains pour réagir. Pour qu’il ne fasse pas comme il le faisait toujours : se dire que ce n’était pas grave. Car ça l’était. Et Eanna ne pourrait plus jamais l’oublier. Je peux pas sam. Qu’elle lâche d’une voix brisée. Les muscles de Sam réagirent à chacun des mots, tendus, crispés. Et dans son crâne le vacarme recommença. Faut l’arrêter, il le faut. Faut faire quelque chose. Faut ouvrir les yeux. Faut faire le lien, faut que les neurones se connectent. Tout ça, mélangé dans son esprit donnait un esprit de capharnaüm auquel l’égyptien refusait de donner un sens. Parce qu’une fois qu’il aurait assemblé le puzzle, il n’y aurait plus de machine arrière. Alors, au lieu d’insister, il assura seulement que JJ ne lui ferait plus jamais de mal. Comment tu peux promettre ça ? Il sentait les doigts d’Eanna s’accrocher à son bras, comme on s’accroche à la vie. Elle rassemblait les maigres forces qui lui restait pour le tenir. Pour le soutenir. Elle savait bien que cette situation n’était idéale pour personne. Le problème, quand vous vivez en meute, c’est que si l’un des membres fait des siennes, cela rejaillit sur tous les autres. Eanna et Sam étaient liés par un truc, par leur amour pour JJ, par la déception qui en ressortait. Par la peur qui les animait. La peur d’avoir atteint ce point de non-retour. Samih. Faut qu'tu l'aides. Elle le suppliait presque. Comme si Sam avait la moindre prise sur JJ. Il le pensait, avant. Il n’en était plus aucun sûr. Il aurait pu mentir, dire qu’il arrangerait les choses, qu’il y avait encore quelque chose à sauver chez lui. Mais il ne pouvait pas, pas à elle, pas maintenant. Fallait qu’elle entende la vérité elle aussi. Il avala sa salive, attrapa la main d’Eanna pour la tenir dans la sienne, caresser de son pouce ses doigts engourdis, d’un geste fraternel. Je suis pas sûr qu’on puisse l’aider. Il parlait à demi-voix, presque inaudible. J’suis pas sûr qu’il veuille qu’on l’aide non plus. il ne se rendait même pas compte de ce qu’il faisait, du mal qu’il avait causé. Où était-il hein ? Pourquoi n’était-il pas au chevet de la soit-disant femme de sa vie ? Pourquoi est-ce qu’il ne s’excusait pas ? Il en était incapable. Il ne s’en voudrait déjà plus demain. Par contre, on peut l’arrêter. Cette fois, ce n’était pas Sam qui avait parlé, pas vraiment. C’était l’autre. C’était moi.

Le bébé. Elle pleurait en évoquant ce bébé, ce bébé dont Sam ignorait tout il y a à peine quinze minutes. Ce bébé qui n’avait pas eu le temps de vivre. Cette grossesse avortée, tuée. N’importe. Y avait un noeud dans l’estomac de Sam. Parce qu’il n’avait jamais pensé à ce genre de chose, il n’avait jamais anticipé. Il s’occupait de cinq gosses sans penser qu’il grandirait. Sans penser qu’il devait leur offrir un avenir. Il devait se démener pour leur offrir une chance, comme Assia s’était tuée pour lui. Et pourtant, il était incapable de voir plus loin que la fin de la semaine. Occupé à jouer à la guerre avec les Bos, jamais il ne pensait qu’un jour tous ces gamins, ils seraient des adultes. Aujourd’hui, ces enfantillages avaient détruit l’avenir d’Eanna. Si elle avait gardé ce bébé, c’est sans doute qu’elle en voulait. Elle n’en aurait plus jamais maintenant. [i]Parce que t’as pas été fichu de réagir à temps.[/color] Il aurait dû mieux voir les signes, protéger Eanna, s’inquiéter du comportement de JJ. Il n’y avait plus rien à faire maintenant. Et il n’osait même pas aborder le sujet. Son regard s’était voilé, celui de la brune était envahi de larmes. c'est JJ. il l'a tué. il a tué le bébé. Sam détourna rapidement les yeux, incapable de se confronter à elle. Il ne lâchait pas sa main, mais la sienne devint moite. Je suis désolé. sa gorge était serrée. Il savait qu’il devait lui dire, maintenant. Il devait le faire. Inutile de la laisser se relever pour l’envoyer à terre dans quelques jours. Mais il ne voulait pas voir tout se briser en elle, il ne voulait pas qu’elle ait encore plus mal. Il aurait aimé que tout ça soit faux, que le médecin se trompe. Y a autre chose… Commença-t-il timidement. Il lâcha sa main pour essuyer son visage tirailler par la peur et la fatigue, s’ébouriffa les cheveux, inspira longuement pour se donner du courage, et enfin, reprit la main d’Eanna. Les médecins… ils ont… ils ont dit que… y avait eu un problème pendant l’opération… J’ai pas tout compris mais… Il se mordit l’intérieur de sa joue. Tu pourras plus… avoir d’autres enfants. Il se força à la regarder, il se força à le faire car ça lui servirait. Quand il faudrait arrêter JJ il repensera à ce moment. Ce moment où on apprend à une femme que rien ne sera plus jamais comme avant, qu’un truc est brisé, et ne pourra jamais être réparé et que toute l’idée qu’elle se faisait de sa vie est morte. Ca lui fit l’effet d’un coup de poignard dans le bide, mais il se força à la regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t442-requin-tigre-samih http://thenotebook.forumactif.org/t6013-samih-leo-arthur-knox http://thenotebook.forumactif.org/t461-samih-scully http://thenotebook.forumactif.org/t769-samih-scully-formspring
Contenu sponsorisé

☽ ☾

Sans vie (eannih) Empty
MessageSujet: Re: Sans vie (eannih)   Sans vie (eannih) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Sans vie (eannih)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: version douze-
RETROUVEZ-NOUS SUR
CROCODILE/GAMES