Partagez | .
 

 No homo [PV. Sid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: No homo [PV. Sid]   Mer 3 Aoû - 0:54

J'ai ouvert les yeux et j'ai dû les refermer presque aussitôt à cause des rayons de soleils qui traversaient les rideaux et qui m'arrivaient en pleine gueule. Putain, tu parles d'un réveil ... J'ai mis quelques secondes avant d'émerger un peu pour pouvoir les rouvrir à nouveau. Hier, j'ai pris une grosse cuite et je suis encore un peu dans le gaz pour le moment. Je fixe le plafond. C'est pas le plafond de chez moi, mais je connais très bien l'endroit où je suis, pas de soucis. Je suis chez Sidney. Sidney c'est un ami de longue date, on se connait depuis gosses. On a grandit là et on a pour point commun notre vie de merde et notre tendance à aller se bourrer la gueule un peu tout le temps. C'est le seul pote de l'époque où j'allais en cours que j'ai gardé comme ami. Après tout, il a une vie de merde comme moi, j'ai pas à être jaloux hein. On s'entend super bien en plus alors bon. Ce matin-là, je me suis pas vraiment étonné d'être dans sa chambre, vu que j'y allais parfois quand on était un peu trop torché pour que je rentre à la maison.

J'avais la tête qui tournais un peu. Le genre de migraine, quand t'as l'impression qu'on est en train de te taper avec un burin et un marteau sur le coin du crâne. L'horreur. Je me suis redressé en me tenant la tête. Putain, j'me sens trop mal là. J'ai senti la couette glisser de sur moi quand je me suis assis... Et c'est là que je me suis rendu compte que quelque chose clochait. J'ai baissé mon visage. Euh ...? Pourquoi j'suis totalement à walp ? J'ai beugué quelques secondes... Je me souvenais pas avoir retiré mes fringues, ni même s'ils étaient trempés ou si même je m'étais dégueulé dessus. J'ai regardé autour, j'ai vu mes fringues un peu partout dans la pièce et pas que. Attendez deux secondes. J'ai lentement tourné la tête... J'ai vu Sid, allongé à côté de moi sur le dos, en caleçon. Euh. Vision un peu chelou. C'est moi ou il ... Nan c'est pas un suçon sur son torse là ? C'est pas moi qui ait fait ça hein... Rassurez moi ?

Je me souvenais de rien. J'ai commencé à stresser et j'essayais de me souvenir de ce qu'il s'était passé la nuit dernière mais rien du tout. Putain Ioan c'est pas le moment, souvient toi. T'as rien fait de con hein ? J'essayais de retracer le cheminement de ma soirée mais c'était le gros trou noir. J'ai regardé autour, puis j'ai regardé vers Sid et ainsi de suite. Qu'est-ce que je fais ? Est-ce que je décampe tout de suite ou est-ce que je le réveille ? Oh mon dieu mais qu'est-ce que j'ai foutu ?! Peut-être que je m'imagine des trucs hein, peut-être qu'on a juste dégueulassé nos fringues et que ... Ouais mais ... J'ai pas de caleçon là quand même ... Chaud ...

" ... Sid ? "

J'ai tenté de l'appeler pour le réveiller mais ça marchait pas. Et pour le coup j'avais même pas envie de poser ma main sur lui pour le secouer, parce que je suis pas une tapette merde, j'ai pas envie qu'on aille s'imaginer des choses hein ... Aller Ioan c'est un malentendu je suis sûr ... Je me suis un peu approché et je me suis décidé à appuyer sur sa joue du bout du doigt.

" Mec réveille toi, on a un petit soucis là ... "

Mon coeur battait super fort, j'étais en train de flipper ma mère en fait. C'est surtout le fait de me souvenir de rien qui me faisait peur là. Je priais intérieurement pour que je m'imagine des conneries et qu'il se soit rien passé de compromettant. J'ai remonté la couette un peu sur moi, j'osais même pas me lever. Et ce mal de crâne qui persistait ... Au moins à première vue j'avais mal nullepart ... Plutôt bon signe non ...? Si j'avais mal au cul je crois que j'aurais vraiment pu me mettre à paniquer. Quoi que, si c'était le contraire ça aurait pas été mieux en fait ... Putain Sid réveille toi vite et dis moi qu'il s'est rien passé.

" Putain de merde Sid ! Réveille toi j'te dis ! "
Revenir en haut Aller en bas

avatar

garde à vous

ϟ POSTS-ENVOYES : 1147
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : morrigan
ϟ AVATAR : micky ayoub
ϟ SIGNE PARTICULIER : une dégaine de faux voyou, du cambouis sous les ongles, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Ven 5 Aoû - 15:06

Elle est belle, tellement belle. Y a sa crinière qui se balade au gré du vent, ça lui fait des nœuds dans les cheveux, qui lui cachent les yeux. Et elle se marre, comme une gosse – de ce son pas si harmonieux qu'ça, un peu bizarre, un peu irrégulier. Parfaitement imparfait. Alors Sid, il rigole avec elle. Parce qu'elle fait comme le soleil, elle le réchauffe et elle lui donne l'impression d'être en vie, elle lui donne envie. Son regard sauvage le transperce de part en part et elle s'met à reculer, en le défiant de l'attraper. C'est là qu'il s'rend compte qu'ils ont les pieds dans le sable, l'air marin qui leur sale la peau. Et elle s'met à courir, Mads. Elle court et elle court, s'éloignant un peu plus à chaque seconde, creusant la distance qui les sépare en continuant de rire comme une enfant. Il essaie de la suivre désespérément, lui gueulant de l'attendre pendant qu'elle se moque de lui. Il la voit courir de plus en plus vite, de plus en plus loin, et il a peur. Peur qu'elle disparaisse de l'autre côté d'la plage, de l'autre côté d'la mer, de l'autre côté d'la planète, de l'autre côté de l'univers. Peur qu'elle lui échappe comme elle le fait toujours, qu'elle lui glisse entre les doigts comme un écran de fumée. Ça lui fait comme une montée d'adrénaline et soudain, il accélère à son tour, avec l'impression de voir la distance s'amenuiser un peu plus à chaque pas qu'il fait. Elle ralentit. Il va à la vitesse de la lumière. Elle s'arrête. Il fonce tête baissée. Elle l'attend, avec ce sourire mutin au coin des lèvres, celui qui l'rend dingue quand elle daigne le lui accorder. Et il arrive à sa hauteur, un air béat sur le visage, trop heureux qu'elle ait enfin cessé de courir. Fuir. Elle enroule ses bras autour de son cou et il sent son cœur louper un battement, alors qu'ils sont plus proches que jamais. Elle s'met sur la pointe des pieds, lui murmure des trucs dont il a toujours rêvé, son souffle chaud venant mourir contre ses lèvres. Elle s'approche encore et encore alors qu'il resserre ses bras autour de sa taille, se penchant à son tour. Leurs visages proches, si proches. À deux doigts de pulvériser les derniers millimètres, de voir leurs bouches se sceller. Ils y sont presque. « Putain de merde Sid ! » Game over. La partie est finie et il a rien gagné. Même quand il rêve, on l'empêche de conclure, d'être un homme, d'avoir les couilles d'embrasser celle qui l'obsède. Faut croire qu'il est vraiment maudit, faut croire qu'il est destiné à finir seul et aigri. Alors il grogne, enfouissant son visage dans son oreiller, avec l'espoir qu'il va pouvoir se rendormir et reprendre son rêve là où il s'est arrêté. Mais visiblement, le monde en a décidé autrement, parce qu'il a un karma de merde, parce qu'on lui laisse jamais de répit, parce qu'on lui pompe tous ces p'tits bonheurs à la con, comme si ça allait le forcer à partir à la recherche du grand. Sauf que ça a jamais marché, avec Sid. « Réveille-toi j'te dis ! » Putain. Il grogne une nouvelle fois, plus fort, pour exprimer son mécontentement alors qu'il ouvre un œil, puis l'autre, avant de les cligner pour s'habituer à la lumière du jour. Ouais, non, ça fait trop mal. Il veut juste dormir, et il comprend pas pourquoi on l'en empêche. C'est du sadisme à l'état pur, là.

« Laisse-mooooi... » Se roulant sur le flanc, face à la porte, il lâche un profond soupir. Ça sert à rien. Il sait qu'il se rendormira pas, là. Et puis il sent l'étroitesse de son caleçon, qui lui donne l'impression d'être comprimé dans un foutu justaucorps. Pour ça, il blâme les fonctions corporelles masculines du matin, et son rêve qui a sûrement pas aidé. C'est tellement pathétique qu'il veut même plus bouger – t'façon, va falloir attendre que ça se calme avant de pouvoir faire face à son pote. Il a bien reconnu la voix de Ioan, mais il a pas envie de lui répondre. Y a un mal de crâne qui se réveille en même temps que lui, sa bouche trop pâteuse et une sensation désagréable dans son corps tout entier, comme si la Terre tournait trop vite. Comme s'il était sur le pont d'un bateau. Foutu lendemain de beuverie. « Io ? Plus jamais ça, ok ? Plus jamais. » Il arrête de boire, c'est fini. Comme chaque fois qu'il prend une cuite, quoi. Il recommencera d'ici quelques jours, et le cercle n'fera que se répéter en boucle. Luttant contre ses membres engourdis et ses paupières trop lourdes, il finit par ouvrir les yeux complètement, apercevant une vieille paire de pantoufles près de son côté du lit. Et puis son pantalon. Son t-shirt. Celui de Ioan aussi, visiblement. Ah tiens, un deuxième froc. Et... Un caleçon. Un caleçon ? Ça, il sait que c'est pas à lui. Et là, il comprend plus trop. « Euh, c'est quoi ça ? » Qu'il croasse d'une voix mal assurée, sans montrer l'objet de son questionnement – alors son pote doit même pas comprendre de quoi il parle. Soudain, il est vachement mieux réveillé. Il s'assoit dans le lit, clignant des yeux comme pour s'assurer qu'il est pas en train d'halluciner. Puis il s'tourne vers Ioan, un peu paumé. Et là, il a un réflexe très con. Il chope le drap, et il le soulève. Juste pour vérifier que l'autre est bien habillé aussi. Bah non. Non, Ioan est nu comme un ver, et Sid lâche un cri guttural en tournant la tête de l'autre côté, fermant les yeux comme si ses rétines avaient été brûlées. « MEC, PUTAIN. POURQUOI T'ES À POIL DANS MON PIEU LÀ ? J'FAIS PAS DANS LE VOYEURISME, RHABILLE-TOI SÉRIEUX. » Puis il grogne, parce qu'il a gueulé trop fort et que ça a éveillé un foutu tintamarre dans sa propre boîte crânienne, qui lui fait l'effet d'un marteau-piqueur. Il comprend rien, là. Pourquoi ils sont à moitié à poil ? Voire carrément à poil, pour le roumain ? Et puis il baisse les yeux, découvrant un suçon sur son propre torse. Sauf que jusqu'à preuve du contraire, il a pas croisé la route de la moindre donzelle hier soir. Juste celle de Ioan. Pour s'bourrer la gueule tranquillement, chez Sid, entre copains. Alors, le suçon, y a pas trente-six solutions. Il est pas encore contorsionniste, donc il doute avoir pu s'le faire tout seul. Et là, ça commence à le faire flipper un peu. « Bordel, Io... Il s'est passé quoi hier ? » Se tournant à nouveau vers lui, il le regarde de cet air un peu inquiet, mal assuré. Et ce qu'il voit chez son acolyte l'aide pas du tout, parce qu'il a l'air au moins aussi paumé et anxieux que lui. Merde. Merde, putain, fait chier. « C'est toi qui a fait ça ? » Du bout de l'index, il pointe le suçon sur son torse, franchement pas rassuré. Le seul truc qui l'empêche de paniquer, c'est qu'il a l'air d'avoir mal nulle part, et qu'il a gardé son boxer. Donc, en théorie, ses parties intimes sont restées intactes, pas vrai ? Pas vrai ? Il en sait rien, bordel. « J'crois que j'vais gerber. » Il sait pas dire si c'est la cuite ou ce trop plein d'émotions en même temps qui fait ça, mais il a sacrément la nausée. Plus blanc que jamais, il a les yeux qui se perdent sur le mur d'en face alors qu'il entre dans une léthargie totale, cherchant désespérément à rassembler ses souvenirs de la soirée d'hier. Mais tout s'emmêle et rien n'a de sens, ça s'mélange et ça lui file le tournis. Comme souvent, il regrette d'avoir autant bu. Et intérieurement, il se jure : plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1039-vingt-cinquieme-heure-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1105-haut-les-coeurs-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian http://thenotebook.forumactif.org/t1106-sidney-kasabian-formspring
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Ven 5 Aoû - 23:06

Un grognement au premier appel. Un deuxième. J'ai vraiment eu du mal à réveiller Sid. Le temps qu'il émerge un peu, j'étais en train de stresser comme un con, mon coeur tambourinant dans ma poitrine. J'ai même cru que j'allais perdre connaissance à cause de ma migraine et de mon petit coup de stress. Je me suis frotté la tête. J'essayais de repenser à la soirée d'hier. Je me revois arriver chez Sid. Même les moments où on a bu. Mais plus je me rapproche de la fin de la soirée bah, plus c'est flou. " Plus jamais ça, ok ? " Je lève la tête vers lui. C'est encore à moitié endormi qu'il me lance la réplique habituelle, celle qu'on se répète à chaque fois qu'on est totalement mal les lendemains de cuite. La résolution qu'on aimerait tenir. Qu'on tient par moments, jusqu'à la fois d'après. Non mais je me le dis à chaque fois. A chaque fois qu'Anca passe ses bras autours de moi pour me ramener à la maison quand j'ai trop bu. A chaque fois que je retourne à la réalité après avoir plané pendant un moment aussi. A chaque fois que j'ai pu me mettre en danger à cause de ces trucs-là ou même à force de tabasser n'importe qui. " Plus jamais ça. " On se le répètera jamais assez hein ? Visiblement, tout ce qu'il peut nous arriver, ça nous sert pas assez de leçon. Y'a que la mort qui pourra nous faire arrêter je crois. Ouais, Sid. Si on avait tenu nos résolutions de mec qui décuve, je serais peut-être pas en train de galérer à me souvenir de la nuit d'hier.

Je l'entend marmonner quelques mots mais je comprends pas encore trop de quoi il parle. Je regarde toujours dans sa direction, sans réagir. Il se redresse, je le vois s'asseoir. Et là, il semble réaliser, comme moi un peu plus tôt. Il se tourne vers moi d'un coup, sans prévenir et ... soulève la couette que j'avais remontée pour cacher mon corps. Petit blanc gênant. Et on a tout les deux crié avec la même intensité à ce moment-là. Lui, en détournant le regard et moi en essayant de rattraper la couette pour cacher mon intimité. J'ai commencé à avoir super chaud et le rouge m'est monté au joues. Putain, il aurait pu me demander au lieu de vérifier par lui-même, je crois que c'est la pire honte de ma vie ! Je cache mon visage entre mes mains et je lui réponds avec la voix la plus virile du monde, qui sonne presque comme une plainte.

" Sid sérieux ... C'est super gênant pour moi là ... Tu peux pas me filer mon calbut ...? "


J'avais juste envie de remettre mes fringues là ... Mais je voulais pas me lever, ou alors j'embarquerai la couette avec moi ... J'ai pas trop envie qu'il me voit nu encore. J'ai fermé les yeux en soupirant un peu. Je l'ai entendu me questionner sur la nuit dernière, je me suis contenté de hausser les épaules. Je savais pas quoi répondre pour le coup car j'étais dans le même cas. C'est quand il a ajouté " c'est toi qui a fait ça ? " que j'ai osé le regarder à nouveau et mon regard a croisé le suçon que j'avais déjà remarqué un peu plus tôt. Nan, ça c'est encore plus la honte. Malheureusement ça peut être que moi, on est restés ici toute la soirée, du moins je crois. J'ai pris une grande inspiration.

" J'en sais pas plus que toi mec, j'te jure. "


Je voulais pas qu'il pense que je suis une tapette ou quoi que je sois hein.

" Tu te souviens de rien ? Je pensais que tu pourrais me donner une réponse mais visiblement on est dans le même cas hein ... "


On était là. Comme deux cons. J'étais encore en train d'essayer de retracer le cours de la soirée. J'essaye d'y associer le suçon en question ... C'est là que quelques bribes de souvenirs me sont revenus. Et je crois que j'aurais préféré même pas m'en rappeler. Je me revois juste en train d'embrasser le cou de Sid. Vision d'horreur... Et là, c'est moi qui ai limite eu envie de vomir. J'ai jamais fais ça à une fille, alors me dites pas que je l'aurais fais à Sidney... Hein ... Ouais non, je crois qu'on a sérieusement merdé. Mais j'osais pas trop lui en parler là.

" ....................... Moi aussi je crois ... "
Revenir en haut Aller en bas

avatar

garde à vous

ϟ POSTS-ENVOYES : 1147
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : morrigan
ϟ AVATAR : micky ayoub
ϟ SIGNE PARTICULIER : une dégaine de faux voyou, du cambouis sous les ongles, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Ven 26 Aoû - 13:49

« Sid sérieux... C'est super gênant pour moi là... Tu peux pas me filer mon calbut ...? » Oui, non, mais il croit quoi ? C'est super gênant pour Sid aussi. C'est con pourtant, c'est pas lui qu'est à poil et vulnérable, c'est pas lui qui s'retrouve dans la pire posture. Mais c'est tout le contexte de la chose qui empire la honte qui lui brûle les joues. Avoir un aperçu des parties intimes de son pote, c't'une chose, ça peut arriver. C'est pas ça, le plus grave. Le vrai problème, c'est plutôt où ils sont : dans le pieu de Sid. Ça aussi, ça peut passer, parce qu'après une soirée à boire on s'endort un peu n'importe où, un peu n'importe comment. C'est pas la première fois qu'ils dorment ensemble, alors ça l'gêne pas des masses. Enfin, ça le gênerait pas si Ioan n'était pas à poil, bordel. Quel genre de potes font ça ? Aucun, voilà. Pas des potes. Sid flippe. Sid se souvient pas, et il peut pas s'empêcher d'se demander si c'est lui qui a déshabillé Ioan, ou s'il l'a fait tout seul. Il sait pas quelle option est la plus perturbante, en fait. Il gémit comme Calimero en prenant sa tête entre ses mains, frottant ses paumes sur ses yeux, comme si ça pouvait effacer l'image qui s'est déjà incrustée dans son esprit. Il comprend pas comment ils ont pu en venir à se défroquer d'la sorte, et il essaie déjà de trouver un scénario de secours pour se rassurer. Mais c'est peine perdue. P't'être qu'ils se sont lancés dans une leçon de yoga ? Ouais. Avec Ioan à poil ? Non. Non, non, non, c'est de pire en pire. Vérifiant discrètement que le durcissement matinal dans son propre caleçon s'est calmé, il daigne enfin se lever, laissant la princesse en détresse sous la couette. « Pourquoi tu t'es foutu à poil, sérieux ? » Il avance jusqu'au sous-vêtement de son pote, le ramasse et se tourne vers lui pour continuer son questionnement existentiel. Clairement, il panique un peu. « Dans quel univers t'as cru qu'c'était une bonne idée ? T'imagines ? Maintenant j'me demande si on... enfin, si, t'sais... si on s'est... acoquinés ? » Il a pas eu la force d'utiliser le verbe approprié, trop secoué par la simple idée d'avoir dormi près du corps totalement nu de son ami. Non, franchement, c'est inquiétant. Et il se sent con, planté là, à lutter avec les mots en brandissant un caleçon qui ne lui appartient pas. D'ailleurs il l'avait presque oublié, et se rend soudainement compte qu'il le tripote nerveusement depuis le début, sans y faire attention. Putain. Sa réaction se fait pas attendre ; il jette le bout de tissu à la figure de Ioan d'un coup, comme s'il avait été brûlé. Et, toujours aussi gêné, il lui tourne le dos pour scanner les alentours. « J'en sais pas plus que toi mec, j'te jure. » Ça le rassure absolument pas, surtout avec le suçon qui trône fièrement sur son torse. Oh merde. Oh merde, putain, si Mads voit ça... Non, faut pas qu'elle sache. Elle va poser des questions et s'énerver parce qu'il voudra rien lui dire et ça va partir en vrille, et il aura tellement honte que le sol s'ouvrira sous ses pieds et elle rigolera en le voyant sombrer dans les tréfonds de la terre. Elle doit pas savoir. Jamais. « J'vais mourir, » qu'il gémit d'un air désespéré, continuant d'observer la pièce sous toutes les coutures, à la recherche d'indices quelconques. La bonne nouvelle, c'est qu'il voit ni capote, ni lubrifiant, ni quoi qu'ce soit du genre. C'est donc qu'il s'est rien passé. Ou juste qu'ils se sont pas protégés. Non, ok, non, il préfère pas penser à cette option. Il refuse de croire qu'ils ont fait quoi que ce soit ensemble, même si la nudité de Ioan et la marque sur son propre torse laisse croire le contraire. Y a sûrement une explication tout à fait rationnelle. Tu parles. La seule qu'il voit pour l'instant, c'est qu'y a eu des attouchements l'un envers l'autre, même s'il est pas sûr de vouloir savoir à quel point.

Une fois son inspection terminée, il revient s'asseoir sur le lit, se tenant quand même à une distance de sécurité de Ioan. Il se sent con, mais il peut pas s'en empêcher. Et visiblement, son pote est aussi gêné que lui. « Tu te souviens de rien ? Je pensais que tu pourrais me donner une réponse mais visiblement on est dans le même cas hein... » Ça lui arrache un soupir alors qu'il secoue la tête en signe de négation, visiblement désespéré. Il sait pas comment ils vont faire. « J'me rappelle du début d'soirée, pis qu'on s'est mis à faire un jeu d'alcool en matant un reportage sur les mainates. Après... J'sais plus... » Concentré, il fronce les sourcils en réfléchissant de toutes ses forces pour rassembler ses souvenirs, même si les choses se mélangent tellement que ça lui file surtout mal au crâne. Ils sont cons aussi, ils pouvaient pas boire moins ? Et Ioan pouvait pas rester habillé ? Bordel, ça va l'rendre dingue, toute cette histoire. « J'crois qu'on a bouffé un camembert entier, on a fait des trucs nuls, on a parlé de filles... De Mads, j'ai parlé d'Mads. Et puis... Oh. Oh merde. » Ça le heurte comme un mur de briques, comme un putain de camion qui lui roule dessus et qui écrase les maigres restes de sa fierté, déjà salement amochée. Il se souvient avoir fait sa drama queen en parlant d'elle, comme souvent quand il a trop bu, et d'avoir récolté la compassion de son acolyte, qui se lamentait sur son sort de puceau. Et puis ils ont décidé un truc con. Ils ont décrété qu'ils avaient pas besoin de filles. Et qu'ils avaient qu'à devenir gays, pour se simplifier la vie – ouais, comme si ça fonctionnait comme ça, putain ce qu'ils sont teubés quand ils sont bourrés. Les traits de Sid sont déformés par l'horreur alors qu'il dévisage Ioan, se souvenant de cet élément clé mais pas d'la suite. Déjà, il commence à s'imaginer le pire. À s'imaginer jusqu'où ils ont pu aller. « PUTAAAAIN ! » Il s'approche de lui d'un coup, paniqué, tellement qu'il fait pas gaffe à la proximité instaurée alors qu'il s'applique depuis le début à rester éloigné. Il pose ses mains sur les épaules de l'autre, se mettant à le secouer comme un cocotier avec l'air d'un illuminé. « IO, J'CROIS QU'ON A MERDÉ. SACRÉMENT MERDÉ, MÊME. » On dirait un hystérique en plein trip, avec ses yeux écarquillés et ses doigts qui se cramponnent toujours à Ioan pour continuer de le secouer. Il a plus aucun doute – le suçon, c'est Io qui l'a fait. La seule question qu'il se pose maintenant, c'est : qu'est-ce qu'ils ont fait d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1039-vingt-cinquieme-heure-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1105-haut-les-coeurs-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian http://thenotebook.forumactif.org/t1106-sidney-kasabian-formspring
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Jeu 1 Sep - 21:11

HRP:
 

J'essaye de reprendre mes esprits mais je flippe toujours autant. Sidney arrête pas de tourner en rond, il me stresse trop ce con. Je le suis du regard, il commence à émettre l'idée qu'on aurait fait un truc louche et j'avoue que ça me rassure pas des masses vous voyez. Il fait un rapide état des lieux et le voir s'énerver à essayer de se rapeller de quoi que ce soit ça accentue mon mal de crâne. Les souvenirs sont assez aléatoires dans ma tête, ça spawn n'importe comment comme des aspicots merdique dans Pokemon go, et j'arrive pas à les rassembler comme il faut. Sidney, lui, il réfléchis en agitant frénétiquement mon caleçon dans sa main. Je me met à le fixer un peu bizarrement jusqu'à ce qu'il s'en rende finalement compte et me le balance en pleine tronche. Moi, j'essaye d'esquiver le projectile mais c'est déjà trop tard parce que je me retrouve avec le bout de tissus sur la tête.

" P'taiiiiiin... Il t'a rien fais mon calbut ... "

Dis-je sur un ton râleur avant de chopper le vêtements pour le remettre, toujours caché sous la couette. Et je me sens déjà un peu mieux comme ça. Parce que je suis plus à pwal. J'ai retrouvé un peu de mon honneur tiens (un peu plus et on m'aurait envoyé chercher l'Avatar pour retrouver mon honneur...), parce que mine de rien je faisais pas trop le fier en tenue d'Adam. Pendant que je me "rhabille", j'écoute Sid qui essaye de retracer le cours de notre soirée mais moi j'ai trop du mal à me souvenir de tout ce qu'il raconte. Putain, c'est grave à ce point là, j'arrive même pas à revoir ce que j'ai fais quand j'étais pas encore torché. L'alcool c'est mal, ça je vous le dis. C'est quoi cette histoire de camembert, sérieusement ? Et d'après lui on aurait regardé un documentaire...? Mais c'est quoi d'abord ça les ... ménateuh ? J'en sais rien moi ... Haha c'est beau d'être torché... Faites jamais comme moi où vous allez vous retrouver dans le lit de votre pote.

Mais soudain, Sidney il se met à parler de Mads. Et dès qu'il prononce son prénom je sens les emmerdes. Parce que je le connais bien mon pote à force, il est raide dingue de cette meuf et à chaque fois qu'il parle d'elle il fait son gros drama. Alors là c'est pas du tout bon signe, si c'est couplé avec le taux d'alcool qu'on devait avoir dans le sang à ce moment là. Sachant que s'il s'est plaint, j'ai dû le faire aussi non ? Et je suis presque sûr de connaître le sujet de mes lamentations... Car ouais, Sid il me connait aussi bien que je le connais à force, et même si moi je l'avouerais jamais, j'suis encore puceau et j'ai jamais ramené une seule fille dans mon lit. Officiellement, je dis toujours que c'est faux ou alors j'essaye de me construire des excuses en tout genre -ma préférée étant celle où je dis vouloir rester puceau pour protester contre l'occupation chinoise du Tibet, ou je sais plus quoi- par contre, officieusement, tout le monde est au courant et se fout de ma gueule, plus ou moins ouvertement, surtout chez les Popescu car c'est un peu mal vu. Mais respectez moi un peu putain ... Enfin bref là n'est pas la question, je commence à deviner ce qui a pu se passer, et on est vraiment dans la ...

J'ai à peine le temps d'ouvrir la bouche ou même d'émettre une hypothèse, parce que je vois mon pote s'approcher de moi en furie et me chopper pour me secouer comme un cocotier. Me demandez pas pourquoi, mais d'un coup j'ai eu dans la tête la musique de la pub pour le jeu SOS ouistiti et j'ai faillis me mettre à la chanter, mais je me suis ravisé au dernier moment. Sid était d'un coup super proche de moi et mine de rien ça m'a vraiment mis mal à l'aise. Après tout, on était en train de se soupçonner l'un l'autre d'avoir fait des cochonneries hier soir, alors le savoir si près c'était pas trop ma tasse de thé. Et mon corps a réagit de la façon la plus débile possible. Plutôt que de repousser virilement mon pote d'un mouvement de bras, je me suis mis à rougir comme une pucelle. Putain mais Ioan qu'est-ce qui va pas chez toi, sérieux... Il se met à me gueuler dans les oreilles qu'on a sacrément merdé... Oh oui mec, on a merdé... Instinctivement, j'ai choppé l'oreiller près de moi et je l'ai foutu sur la tronche de Sid, à la fois pour me cacher et pour le tenir un peu à l'écart de moi. Parce qu'avoir mon meilleur pote à moitié penché au dessus de moi, ça tient plus du film d'horreur que de la comédie romantique, mvoyez...

" Qu'est-ce qu'on peut être con putain ... Je crois que je préférais quand je me rappellais de rien sérieux... Je rêve pas hein .. On a eu un trip homo hier soir ? Dis moi que je rêve ... "

J'aime pas vraiment les bribes de mémoires qui me reviennent de temps en temps. Parce que j'ai l'impression de revoir le début d'un mauvais film porno là. Et je commence à me demander si j'ai vraiment touché un mec. Ou si j'ai vraiment été touché par un mec. C'est la pire honte de toute ma vie. Et directement, je me dis que si ce genre de choses venaient à s'ébruiter, et plus particulièrement dans ma famille, je s'rais un homme mort. Je me demande même si je ferais pas mieux d'aller m'exiler dans un coin et jamais revenir. Putain j'veux mourir... J'essaye de raisonner de manière logique pour me rassurer mais tous les indices qu'on a laissés ne me plaisent pas. Tout d'abord y a le suçon sur le torse de l'autre blanbec, ça je suis sûr que c'est moi qui l'ai fais car je m'en souviens. Putain ça me donne la gerbe. Après y a le fait qu'on était plus ou moins à walp. Ensuite... Heureusement, aucun de nous n'a l'air d'avoir mal, et par ça je sous entend que sinon l'un de nous deux aurait besoin d'une bouée pour s'asseoir. Et je préfèrerai que ce ne soit pas moi d'ailleurs. Le soucis c'est que tout le reste, bah c'est difficile de savoir si ça a été fait ou pas, y a pas de preuve si on s'en rappelle pas. Et puis j'ai le reflexe con de regarder vers mon caleçon, avant de relever les yeux vers lui.

" Hey, t'as rien fais à mon épée de chevet hein ?! "

C'est un gros blanc qui a suivi. Le genre de blanc le plus gênant de toute ma vie. Mais après je me suis rendu compte de l'absurdité de ce que je venais de dire et ça m'aurait presque fait rire si la situation n'était pas si critique. J'ai envie de mourir, achevez moi sur le coup, j'supporterais pas un seul souvenir louche de plus ...

" Je me souviens de quelques trucs, mais ça va pas forcément te plaire ... Mec je crois que tu m'as foutu une fessée ............. "


Putain nan je peux rien dire de plus, c'est déjà assez dégradant pour moi là. Comme si le tatouage de bite sur les fesses que Constantin m'a fait était pas déjà assez honteux, faut qu'en plus la personne qui approche mon cul ça soit un pote. Pourquoi j'ai pas le droit à une jolie fille plutôt, hein ? Vous voulez pas que je me suicide maintenant ? Vraiment pas ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

garde à vous

ϟ POSTS-ENVOYES : 1147
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : morrigan
ϟ AVATAR : micky ayoub
ϟ SIGNE PARTICULIER : une dégaine de faux voyou, du cambouis sous les ongles, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Dim 18 Sep - 11:45

« P'taiiiiiin... Il t'a rien fait mon calbut... » Bah justement, ils savent pas. Sid a aucune idée du degré de familiarité qu'il a développé – ou non, pitié non – avec le caleçon de Ioan, et c'est bien ça, le problème. Mais pour toute réponse, il se contente de grogner en agitant les bras pour montrer sa frustration, avant de soudainement détourner le regard alors qu'son pote se rhabille. Certes, il le fait sous les draps et on voit rien. Mais ça reste quand même trop gênant à son goût, alors il préfère se passionner pour le mur pendant que l'autre cesse enfin son exhibitionnisme involontaire. Et puis Sid s'met à énumérer ce dont il se souvient, se torturant les méninges pour faire remonter les souvenirs à la surface. Putain, pourquoi ils ont autant bu aussi ? Ça commence à sérieusement lui taper sur les nerfs cette histoire, mais soudain il se fige. Soudain il s'rappelle de ce qui leur est passé par la tête, et il comprend que c'est encore pire qu'il l'imaginait. Dans quel monde on décide de devenir gay, hein ? Ça marche pas ça, c'est l'truc le plus stupide du monde. Mais bien sûr l'alcool rend con et voilà l'résultat. Et voilà que Sid panique, se ruant sur le lit, chopant les épaules de son ami pour le secouer. Il s'met à gueuler comme un illuminé, trop proche de Ioan même s'il s'en rend pas compte, paumé dans un vent de panique. Mais l'autre s'met à rougir jusqu'aux oreilles. Sid le voit et fronce les sourcils sans comprendre, avant d'se prendre un coussin dans la tronche. Il grogne contre le tissu et lâche prise sur Ioan, se reculant en repoussant l'oreiller pour respirer tranquillement. « Mec, c'est quoi ton problème ? Et puis pourquoi tu rougis bordel ? » Il pose les yeux sur lui, toujours aussi perdu dans cette situation ridicule. Il s'est jamais senti aussi con d'sa vie. Enfin si, il a déjà connu foule de moments bien plus embarrassants qu'ça, mais quand même. C'est foutrement désagréable d'se soupçonner d'avoir allègrement tripoté un pote, qui nous attire pas vraiment en prime. « Qu'est-ce qu'on peut être cons putain... Je crois que je préférais quand je me rappelais de rien sérieux... » Ouais, tu m'étonnes. Sid aussi. Mais d'un autre côté, il tient à savoir les tenants et aboutissants d'cette expérimentation, il veut s'assurer qu'ils ont rien fait de si terrible que ça. Sauf que c'est compliqué, quand on a la tête dans l'cul et les souvenirs embrumés par les restes d'alcool. « Je rêve pas hein.. On a eu un trip homo hier soir ? Dis moi que je rêve... » Il trouve que ça s'rapproche plus du cauchemar que du rêve, mais soit. Un soupir lui échappe alors qu'il frotte son crâne rasé dans un geste désespéré, assis face à Ioan. Et pendant une seconde, il essaie d'analyser ce qui l'dérange vraiment. Le fait de s'être amusé avec un membre d'la gent masculine ? C'est pas l'drame de sa vie à vrai dire, il est pas absolument écœuré non plus. C'est plutôt que ça l'perturbe, parce qu'il se sait attiré par les filles uniquement, et il a pas l'impression que l'accident de la veille ait changé quoi que ce soit. Mais pourquoi faut qu'ce soit avec un pote ? Pourquoi faut qu'ce soit aussi gênant ? « Ouais, nan, tu rêves pas. Fait chier. » Quelle matinée de merde, sérieusement.

Y a comme un blanc, pendant lequel Sid contemple le sens de la vie, de la mort, de l'alcool et ses dangers, des putains d'idées à la con qu'on a quand on est bourré. Il désespère en silence, alors que Ioan a visiblement des inquiétudes de plus en plus poussées. « Hey, t'as rien fait à mon épée de chevet hein ?! » Plaît-il ? Sid le dévisage sans un mot, répétant cette phrase dans sa tête. Il sait pas c'qui est le pire : le fait que Io lui demande s'il s'est approché de sa virilité, ou la façon dont il l'a formulé. « Quoi ? » C'est tout c'qu'il trouve à répondre, d'une petite voix perplexe, continuant de le fixer. C'est dans ces moments-là qu'il s'dit qu'ils sont pas potes pour rien, finalement. Aussi loser l'un que l'autre. « Je me souviens de quelques trucs, mais ça va pas forcément te plaire... » Déjà qu'il est pas rassuré depuis qu'il s'est réveillé, Ioan n'fait qu'ajouter de l'huile sur le feu. Et Sid retient presque sa respiration, l'observant avec appréhension en attendant la suite, comme un condamné qui attend sa sentence. « Mec je crois que tu m'as foutu une fessée... » C'est une blague. Dites-lui que c'est une blague. Mais personne n'vient le dire alors Sid se débrouille seul, éclatant d'rire. Il arrive plus à s'arrêter, c'est nerveux, ça lui donne un air au bord de l'hystérie. Il s'marre comme un débile en se tenant les côtes, imaginant la scène. Et puis il le regrette, parce qu'il a vraiment pas envie d'voir ça. Il s'étouffe à moitié et s'met à tousser alors que son rire s'éteint dans sa gorge. Quand il plante à nouveau son regard dans celui de Ioan, c'est avec un air suppliant. « S'te plaît, dis-moi que tu déconnes. J'ai pas fait ça ? » Mais à en juger par le regard de son pote, faut croire que si. Et ça commence un peu à le désespérer. « Putain d'merde. » Ouais. C'est l'moins qu'on puisse dire. Il est content de pas s'en souvenir, mais il aurait préféré que sa victime l'oublie aussi. À chaque truc qui remonte à la surface, c'est d'pire en pire. Et ils ont toujours pas les éléments clés, ils savent toujours pas si c'est resté superficiel ou s'ils sont allés plus loin. Trop loin. Sid, ça lui tord les tripes et ça lui fout mal au crâne – faut qu'il sache. Il en peut plus d'se poser des questions et de pas savoir sur quel pied danser. Il veut des réponses. Alors il prend son courage à deux mains, il fait taire la honte qui s'est incrustée dans ses veines, et il inspire profondément avant de vriller ses prunelles dans celles de Ioan. Ça suffit, les conneries. « Tu t'souviens de quoi d'autre ? Tu sais pourquoi t'étais à poil ? J'veux dire... J'espère que c'pas moi qui... Enfin, tu vois... J't'ai pas déshabillé quand même ? » Faut que son pote le rassure. Faut qu'il lui dise qu'il a fait ça tout seul, pour une raison obscure. Pitié. Sid a presque envie de croiser les doigts et de s'mettre à prier. Mais il se contente de l'observer, avant de continuer son enquête. « Tu crois que... Qu'on a, euh... 'Fin, t'sais. » Il a l'impression d'être un attardé. Putain. « On a pas couché ensemble, pas vrai ? » Voilà. Il a enfin prononcé l'mot qu'ils évitent soigneusement depuis le début, comme si ça augmentait les risques que ce soit vrai. Quelle belle paire de minables ils font, c'est désolant. Et sans réussir à s'en empêcher, Sid se sent obligé de préciser. « Genre... T'as mal aux fesses ? » À l'instant même où les mots passent la barrière de ses lèvres, il a envie de disparaître sous terre. Mais s'ils continuent de tourner autour du pot, ils avanceront pas. Alors il se racle la gorge en s'mettant à fuir le regard de Ioan, comme un gamin penaud. Paumé, avec son air de chiot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1039-vingt-cinquieme-heure-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1105-haut-les-coeurs-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian http://thenotebook.forumactif.org/t1106-sidney-kasabian-formspring
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Sam 22 Oct - 14:42

On a l'air con, là, tous les deux, à se torturer pour essayer de se souvenir d'un truc qu'on aurait limite préféré oublier. Et moi j'ai honte, vraiment honte. Je suppose que lui aussi, mais pour le moment tout ce dont je me rappelle c'est qu'il m'ait foutu une fessée, et donc je suis pas forcément en bonne posture. J'ai les boules sérieux. Et on a la fâcheuse manie de pas vraiment se rassurer l'un l'autre puisqu'à chaque mot qui sort de notre bouche, ça nous enfonce encore plus dans nos craintes. Bande de cons. " Et puis pourquoi tu rougis bordel ? " Ouais bah si tu évitais de poser tes mains sur mon magnifique corps pratiquement nu je serais p'tètre moins gêné. Enfin, dans ce contexte là nan c'est mort, faut qu'on se donne un périmètre de sécurité, obligé. Lorsque je lui dis me souvenir qu'il m'a mis une fessée, je le vois se mettre à rire. Un rire hyper nerveux, pratiquement incontrôlable et qui se termine en toux. D'ailleurs, ça m'a tiré un tout petit sourire, car mine de rien, c'est vrai que ça a l'air d'une mauvaise blague, genre caméra caché, tellement la gêne entre nous est comique à cet instant précis.

" Si je déconnais je me serais bien foutu de ta gueule vu ta réaction quand même assez épique, toujours est-il que c'est pas une blague et que là j'ai juste envie de me laver le cerveau pour oublier ça. "

Je pose une main sur mon front en soupirant une nouvelle fois, avant de regarder autour par terre pour localiser un peu mes fringues. Ça me donne une légère envie de me saper hyper vite et de m'enfuir d'ici. Genre je me casse et je m'enferme chez moi. Nan, pas chez les Popescu, si ça s'apprends je suis un homme mort par mon père, et on va sûrement bien se payer de ma tronche, pour les frangin.e.s. Le mieux c'est que je prenne un avion et que je me casse ailleurs dans les Etats-Unis. Ou même dans un autre pays, genre je pars en Roumanie ? Bon je déconne j'en arriverais pas à là non plus mais pour le moment c'est limite ce que j'aimerais faire. Je regarde mon pote qui me demande si je me souviens d'autre chose et si je connais l'origine de ma nudité.

" Bah qui tu veux que ce soit d'autre, j't'aurais pas fais un strip tease non plus, rêve pas...! "


Et le pire c'est qu'en disant ça j'étais même pas sûr que ça se soit pas passé, parce que la vérité c'est que j'en sais rien, du pourquoi du comment j'étais à poil. Je sais pas si c'est lui, moi, le saint esprit, et je pense que l'hypothèse du strip tease me fait plus flipper qu'autre chose. Ah non hein, assez de mauvaises nouvelles, je vais pas me rajouter des trucs faux en tête je vais faire un arrêt cardiaque. Sid commence à me parler du truc dont aucun de nous n'a voulu penser jusqu'à maintenant. Ou alors qu'on a pensé très fort sans le dire en espérant profondément que ça ne soit pas arrivé.

« On a pas couché ensemble, pas vrai ? »


Ah nan steuplait dis pas ça, je veux pas savoir en fait.

« Genre... T'as mal aux fesses ? »

Je sais pas pourquoi, je suis encore passé au rouge. Ça avait le mérite d'être clair mais je sais pas c'était dit super bizarrement enfin c'était super gênant. Enfin toujours est-il que pour une fois j'allais pas lui répondre par l'affirmative, parce que j'en ai déjà fais le constat plus tôt, tout va bien, du moins je pense.

" Nope, je me porte plutôt bien, enfin autant que je puisse dans une situation pareille. "


J'ai pas répondu en lui demandant " et toi " parce que d'une part, j'avais même pas envie de lui poser une telle question et d'autre part, s'il me pose la question c'est sûrement que c'est aussi son cas, alors pas besoin de prolonger la gêne plus longtemps.

" Je suppose qu'on peut en déduire que ça a pas été aussi loin ...? Heureusement d'ailleurs ... "
Revenir en haut Aller en bas

avatar

garde à vous

ϟ POSTS-ENVOYES : 1147
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : morrigan
ϟ AVATAR : micky ayoub
ϟ SIGNE PARTICULIER : une dégaine de faux voyou, du cambouis sous les ongles, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Dim 30 Oct - 20:30

« Si je déconnais je me serais bien foutu de ta gueule vu ta réaction quand même assez épique, toujours est-il que c'est pas une blague et que là j'ai juste envie de me laver le cerveau pour oublier ça. » Ouais. C'est pas Sid qui le contredira – il donnerait cher pour un lavage de cerveau express, pour pouvoir oublier tout ça et faire comme si rien n'était jamais arrivé. Ou même mieux, pouvoir remonter le temps, ne pas boire, ne pas déconner. Ne pas s'retrouver là, comme deux idiots paumés, à plus savoir ce qu'ils ont fait. Plus ça avance et plus ils sombrent dans les méandres du ridicule, au point que Sid n'sait plus vraiment s'ils doivent en rire ou en pleurer. Le pire c'est qu'ils font ni l'un ni l'autre, bien trop occupés à se questionner mutuellement, encore et encore, récupérant quelques bribes partout où ils le peuvent. Mais même avec tout ça, ils ont pas encore récolté toutes les pièces permettant d'reconstituer le puzzle. C'est pas plus mal au final, Sid est pas sûr de vouloir se souvenir de tout vu c'que lui balance Ioan à chaque fois qu'il ouvre la bouche. Y a juste les questions principales qui ont besoin de réponses, parce que c'est les pires, celles qui le perturbent le plus, celles qui lui donnent un mal de crâne écrasant. Il a besoin de s'assurer qu'il n'a pas déshabillé Ioan lui-même, qu'il n'a pas fait un truc pareil à un pote. « Bah qui tu veux que ce soit d'autre, j't'aurais pas fait un striptease non plus, rêve pas...! » Et pourquoi pas ? Il trouve l'idée du striptease beaucoup plus sympa – et non, pas parce qu'il a envie qu'on lui fasse des shows privés. Sauf peut-être si on a un regard fauve, un sourire insolent, et qu'on s'appelle Mads. Mais c'est vraisemblablement pas le cas. Pourtant, cette idée reste beaucoup plus rassurante que celle où Sid est le seul à blâmer. Non, vraiment, il peut pas digérer un truc pareil. Il refuse d'y croire. « T'étais assez bourré pour m'faire un suçon, donc bon... Y a plus rien qui m'étonne là. » Et c'est bien ça, le problème. Ça l'fait soupirer, alors qu'il reste encore tiraillé par la question qu'ils évitent soigneusement depuis le début. Ils tournent autour du pot, encore et encore, mais il supporte plus de rester dans l'brouillard sur cet élément fatidique. Il a besoin d'en avoir le cœur net, de se rassurer, de se dire qu'ils sont pas allés si loin que ça. Même si franchement, entre le suçon et la fessée, ils ont déjà franchi beaucoup trop de limites à son goût. Alors il y va pas par quatre chemins, en s'inquiétant de l'état du fessier de Ioan. Il crève de honte rien qu'en osant prononcer ces mots-là, mais c'est pas comme s'il avait vraiment le choix non plus. Et puis Io n'a pas l'air plus à l'aise que lui, vu l'allure à laquelle il vire au rouge comme un feu tricolore. « Nope, je me porte plutôt bien, enfin autant que je puisse dans une situation pareille. » Y a comme un poids qui s'envole soudainement de ses épaules et il lâche un soupir. Enfin une bonne nouvelle dans cet océan de merde. Il est tellement soulagé qu'il affiche même un sourire fugace, visiblement plus léger. « Amen. J'ai jamais été aussi content de parler de tes fesses. » Non, attendez, c'est pas ça qu'il voulait dire. Putain. Mortifié, il tourne la tête de l'autre côté, avec une furieuse envie d'aller s'assommer contre le mur. « 'Fin, non, ça veut pas dire que j'veux parler de... Bref. T'as compris. J'ai rien dit. » Que quelqu'un vienne le bâillonner, ça lui évitera de continuer à se ridiculiser.

« Je suppose qu'on peut en déduire que ça a pas été aussi loin ...? Heureusement d'ailleurs... » Il sait pas ce qu'il aurait fait, s'il avait appris qu'ils étaient allés plus loin qu'ça. Trop loin, surtout. Il est pas sûr qu'il aurait pu supporter une telle nouvelle, alors il commencerait presque à se dire que tout ça, finalement, c'est pas grand-chose. Des mains un peu trop baladeuses et des gestes déplacés, mais après tout, ils s'en souviennent pas donc c'est pas si grave. Pas vrai ? Y a que les éventuelles traces sur l'épiderme pour le leur rappeler, mais ça s'effacera très vite. Pas comme les images qui ont réussi à remonter à la surface, par contre. Mais Sid a vraiment pas envie de continuer à se torturer les méninges, au risque de se sentir encore plus traumatisé – il a pas osé demander s'ils se sont embrassés, et non, sérieusement, il préfère ne jamais savoir. Il aimerait juste qu'ils zappent tout ça, et que ça n'change rien à leur amitié. Ça le ferait chier de se sentir gêné dès qu'ils sont assis sur le même canapé. « Bon, on est sains et saufs tous les deux. J'te propose un pacte. » Il vrille ses prunelles dans celles de son acolyte, l'air soudain beaucoup trop sérieux, comme un ancien qui s'apprête à vous révéler le sens de la vie. Quelle connerie. « On oublie tout ça. On fait comme s'il s'était rien passé. De toute façon, il s'est rien passé. Rien du tout. » Et on ne mentionnera pas toutes les informations qu'ils viennent de s'échanger, merci. Le but c'est de les oublier. « On efface ça de notre mémoire, et surtout, surtout, on en parle plus jamais. » Il marque une pause, se sentant obligé de faire une précision capitale. « Ni entre nous, ni aux autres. » Surtout pas aux autres. Il voudrait pas que ça remonte aux oreilles de Mads et qu'elle se mette à croire n'importe quoi. Déjà qu'il rame, il a pas envie de se tirer une balle dans le pied. « Et aussi, on arrête de finir aussi déchirés, parce qu'après ça part toujours en couille. » Il secoue un peu la tête de gauche à droite, désespéré de leur propension à s'humilier eux-mêmes. Puis il finit par tendre son poing vers Ioan, attendant qu'il en fasse de même et qu'ils les cognent l'un contre l'autre, histoire de sceller le deal. Entre potes, ça a bien plus de valeur qu'une vulgaire poignée de main. « Ça marche ? » Vaut mieux pour tous les deux. Au plus vite ils auront oublié, au plus vite la honte pourra s'effacer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1039-vingt-cinquieme-heure-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1105-haut-les-coeurs-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian http://thenotebook.forumactif.org/t1106-sidney-kasabian-formspring
Invité

avatar

Invité

✰ ✰

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Dim 18 Déc - 21:40

« T'étais assez bourré pour m'faire un suçon, donc bon... Y a plus rien qui m'étonne là. »

Putain mais Sidney chut, j'ai pas envie d'imaginer ça. C'est dégueu. Pas de striptease pour toi non mais oh, faut pas exagérer non plus, c'est déjà bien la merde comme ça. Alors on arrête deux secondes de sous entendre des grosses conneries là car je vais pas m'en remettre sinon... Je sais déjà pas si je vais m'en remettre tout court, si ça continue je vais finir par avoir besoin d'un psy pour parler de mon traumatisme ! Franchement c'est pas la pire des humiliations au monde ça ? De s'être pris une fessée. Par un mec. Mon meilleur pote en plus. Et le pire c'est qu'on a été assez cons pour faire ça de nous mêmes. La bande de débiles.

« Amen. J'ai jamais été aussi content de parler de tes fesses. »

J'ai ouvert grand les yeux. Limite si j'étais dans un cartoon ils seraient tombés. Je m'attendais pas à ce genre de phrase, lui il a directement détourné la tête. J'ai repensé à la présence de mon magnifique tatouage sur la fesse. Le ridicule franchement. Mais en fait ça m'a fait légèrement rire. Un rire un peu géné toujours, mais j'étais un peu plus détendu d'un coup. Maintenant qu'on a mis plus ou moins au clair les événements que je sais que ça a pas pu aller plus loin... Je me suis levé pour pouvoir terminer de me rhabiller. Et c'était bien mieux comme ça bizarrement.

" T'es con Sid. "


Je m'étire un peu, je fais craquer mes os, en essayant de plus penser aux bribes de souvenirs gênants. Sidney propose qu'on fasse un marché à propos de ce qu'il s'est passé quand on était trop torchés. Qu'on fasse comme si il s'était rien passé. J'ai acquiescé directement, personnellement je préfère me dire que c'était juste un cauchemar. Surtout que ça reste mon ami d'enfance ça serait con qu'on puisse même plus se voir sans se tenir à dix mètres l'un de l'autre car il faut entretenir une distance de sécurité au cas où. Il rajoute aussi qu'on doit plus jamais parler de ça, et encore moins aux autres.

" En même temps tu imagines ce qu'il se passerait si un des membres de ma famille était au courant ? Je serais même plus de ce monde, alors ouais je préfères que ce soit oublié et que cette connerie sorte jamais des murs de ta chambre. "

« Et aussi, on arrête de finir aussi déchirés, parce qu'après ça part toujours en couille. »


Ah ça par contre c'est la part du marché qu'on sait tous les deux qu'on tiendra pas. Parce qu'on est deux grosses loques et qu'on finit toujours par boire comme des trous en se lamentant. Mais la prochaine fois, j'avoue, on évite que ça finisse comme ça. Je m'approche un peu de Sid pour qu'on se serre la main mais je suis même pas sûr d'être assez à l'aise pour qu'on se frôle seulement là.

" Marché conclu. Même si sur le dernier point je donne pas longtemps avant qu'on recommence à boire ensembles. Faut pas se voiler la face ! "
Revenir en haut Aller en bas

avatar

garde à vous

ϟ POSTS-ENVOYES : 1147
ϟ DEFIS RELEVES : 1
ϟ POINTS : 5
ϟ PSEUDO : marion
ϟ CREDITS : morrigan
ϟ AVATAR : micky ayoub
ϟ SIGNE PARTICULIER : une dégaine de faux voyou, du cambouis sous les ongles, pieds qui traînent et épaules voûtées, crâne rasé et sourire cassé.
✰ ✰

already broken
+ disponibilité rp: j'suis opé
+ contacts:

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   Jeu 5 Jan - 21:52

« T'es con Sid. » Ouais. Il sait – à force d'entendre tout le monde le lui répéter, il commence à y croire sérieusement. Dans ce cas là précisément, parce qu'il se maudit de parler sans réfléchir, de pas être foutu de sortir les mots qu'il faut et de les agencer correctement sans se ridiculiser tout seul. Ça l'fait un peu grogner alors qu'il fronce les sourcils, lançant un regard noir à Ioan pour le dissuader d'en rajouter une couche. Il a pas besoin de ça. « Oh c'est bon, ferme-la t'es pas mieux. » Vraiment pas. Ils sont aussi cons l'un que l'autre pour cette fois, et s'ils pouvaient arrêter de s'enfoncer mutuellement en se renvoyant la balle ça serait plutôt pas mal. Sid a juste envie d'effacer toute cette soirée et de faire comme si rien n'était jamais arrivé, éradiquant toute trace de cet épisode à tout jamais. Il veut plus y penser, plus jamais en entendre parler. Alors il propose un deal à son pote, pour sceller ça entre eux, comme un secret pathétique qu'ils ne mentionneront plus à l'avenir. Et il sait d'avance que l'autre acceptera. « En même temps tu imagines ce qu'il se passerait si un des membres de ma famille était au courant ? Je serais même plus de ce monde, alors ouais je préfère que ce soit oublié et que cette connerie sorte jamais des murs de ta chambre. » Pas faux. Avec tout c'que lui raconte Ioan depuis des années, semblerait que les Popescu soient pas franchement un modèle de tolérance, alors il aime mieux que ça n'arrive pas à leurs oreilles – sinon il donne pas cher de leurs peaux à tous les deux, au final. Mais c'est même pas important tout ça, la seule personne qu'il veut vraiment garder le plus loin possible de cette histoire c'est Mads, parce qu'il aurait trop peur qu'elle se foute de sa gueule et qu'elle s'mette à imaginer n'importe quoi. C'est juste Mads qui doit pas savoir. Jamais. Il pourrait survivre à cette honte face à tout l'reste du monde, mais avec elle ce serait plus dur, d'autant plus que ça réduirait à néant tous les espoirs qu'il n'a déjà pas. « Deal. On évoque plus jamais cette soirée une fois qu'on a passé cette porte. » Leurs mains entrent en collision pour rendre la chose un peu plus officielle, alors que Sid continue d'regretter amèrement le taux d'alcool qu'ils avaient dans le sang pour en arriver là. Plus jamais ça, pitié, plus jamais. « Marché conclu. Même si sur le dernier point je donne pas longtemps avant qu'on recommence à boire ensemble. Faut pas se voiler la face ! » Il a pas tort dans l'fond, mais Sid se promet de contrôler les quantités qu'il ingurgitera la prochaine fois, pour éviter ce genre de désagrément. Il s'marre quand même à moitié, haussant les épaules. « On verra combien de temps on tient sans picoler alors. » Et puis il s'détourne de Ioan, fouillant rapidement dans son placard pour attraper des affaires propres avant de se diriger vers la porte. C'est pas que, mais il a pas envie de s'éterniser dans ce malaise environnant, et une douche ne sera pas de trop. « Bon j'vais me laver, j'sais pas si tu veux bouffer un truc et tout ou si tu préfères partir direct. Au pire si t'as faim t'as qu'à fouiller dans les placards, tu connais la maison t'façon. » Il lui fait un salut militaire juste pour la forme, retrouvant son sourire habituel, avant de lui tourner le dos et de quitter la pièce. Ça y est. C'est oublié. Il ne parlera plus jamais de ce dont ils viennent de débattre pendant sûrement trop longtemps. Il secoue un peu la tête, toujours aussi consterné par la connerie dont ils sont parfois capables de faire preuve, et il s'engouffre dans la salle de bains. P't'être que ça le réveillera, et que ça suffira à lui faire oublier les derniers vestiges de son embarras.

(RP TERMINÉ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thenotebook.forumactif.org/t1039-vingt-cinquieme-heure-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1105-haut-les-coeurs-sid http://thenotebook.forumactif.org/t1107-sidney-kasabian http://thenotebook.forumactif.org/t1106-sidney-kasabian-formspring
Contenu sponsorisé



✰ ✰

MessageSujet: Re: No homo [PV. Sid]   

Revenir en haut Aller en bas
 

No homo [PV. Sid]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WE ARE BROKEN :: MELTING UNDER BLUE SKIES :: version sept-


team animation

team speed-dating

team stalkage